Parutions de la semaine – 30/03/2015

Chaque dimanche, je vais faire un point sur les sorties de la semaine qui m’intéressent, en m’aidant du Livres Hebdo si j’arrive à l’avoir à temps ou en allant sur les sites des éditeurs que je suis.

Les fantômes de Maiden Lane tome 7, Cher monstre, Elizabeth Hoyt, J’ai Lu : Jeune actrice de talent sans travail, Lily Stump doit quitter son bel appartement pour un logis modeste, dans une propriété à l’abandon. C’est là, dans l’ancien jardin d’agrément, que son fils Indio découvre un monstre ! Ou plutôt un drôle de jardinier, véritable force de la nature, qui arpente les lieux armé d’outils terrifiants. En réalité, il s’agit du vicomte de Kilbourne qui, évadé de l’hôpital psychiatrique, s’est caché ici et s’efforce de restaurer le parc. Eh bien, il doit partir ! lui signifie Lily. Mais le colosse s’incruste, décidé à transformer cette friche en féerie végétale, avec fontaines, gloriettes, et même un labyrinthe où les cœurs s’égarent et se cherchent…

Une terrible menace, une enquête de Francesca Cahill tome 4, Brenda Joyce, J’ai Lu : L’amie de Francesca Cahill, Sarah Channing, vient de trouver son atelier de peinture saccagé. Un seul tableau a été maculé de rouge et lacéré : le portrait de Francesca. Bizarre… Et que signifie la lettre « F » dessinée sur le mur ? Notre héroïne va être confrontée au  préfet de police Rick Bragg, dont elle est secrètement amoureuse. Il découvre que le portrait avait été commandé par Calder Hart, son demi-frère, ce qui va exacerber leur rivalité. Alors qu’entre les deux hommes, le cœur de l’intrépide détective balance…

La femme de Gabriel, Les anges tome 2, Robin Schone, J’ai Lu : Gabriel, l’homme au passé si trouble, est propriétaire d’une maison de tolérance. Un soir, une jeune inconnue pousse la porte de l’établissement. Victoria est venue vendre sa virginité. Elle se présente comme une simple gouvernante frappée par la misère, mais Gabriel comprend vite qu’elle lui est envoyée par son pire ennemi. Il achète sa première nuit. Pas question de la toucher, bien sûr. Il veut juste la questionner. Sauf que l’innocente dissimule un tempérament de feu et se dit prête à satisfaire tous ses caprices. Parviendra-t-elle à le séduire, lui l’ange intouchable que toute intimité révulse au point de déchaîner ses pulsions les plus violentes ?

Comme une blonde fée, Barbara Cartland, J’ai Lu : Sedela est désespérée. Ivan, son ami d’enfance, veut épouser une femme indigne de lui. Une intrigante qui le trompe et n’en veut qu’à sa fortune. Très épris, il ne se rend pas compte du piège qui lui est tendu. Comment l’empêcher de courir à sa perte ? Comment le mettre en garde sans qu’il soupçonne Sedela d’être au courant de sa liaison ? La jeune fille a une idée : se faire passer pour le fantôme de lady Constance. Le fantôme d’une très jeune femme, aussi blonde et mince qu’elle, qui n’apparaît qu’en cas de danger…

Go to hell tome 2, Pulsions, Oxanna Hope, J’ai Lu : « J’avais envisagé de fuir Fairfield, mais comment le pourrais-je à présent que j’ai semé le chaos autour de moi ?
Malheureusement, les créatures démoniaques qui me pourchassent ne sont plus mon principal problème. Damian est en danger, et je me refuse à l’abandonner. Je compte bien démasquer la personne qui veut sa perte. Et, croyez-moi, je vais lui faire passer le plus mauvais quart d’heure de sa vie. »

Insolence du crime, Lieutenant Eve Dallas tome 37, Nora Roberts, J’ai Lu : Alors que les fêtes de Thanksgiving se préparent, deux époux sont retrouvés morts dans leur appartement new-yorkais. M. Reinhold a été abattu avec une batte de base-ball, sa femme a été massacrée à coups de couteau. Lorsque le lieutenant Dallas prend en charge l’affaire, elle comprend aussitôt que le fils du couple, un certain Jerald, vingt-six ans, est le meurtrier. Qui aurait cru qu’un jeune homme choyé puisse tuer ses parents de sang-froid ? Après enquête, il s’avère que Jerald a séjourné dans un hôtel de luxe avant de disparaître. Une traque effrénée s’engage alors pour retrouver cet aliéné, qui court dans la nature avec cent trente mille dollars en poche…

J’ai épousé un duc, Trois sœurs et un prince, Katharine Ashe, J’ai Lu : Elles sont trois sœurs orphelines. On leur a prédit que l’une d’elles épouserait un prince. Et alors le secret de leurs origines serait révélé. Devenue gouvernante, la ravissante Arabella est déterminée à faire en sorte que cette prédiction se réalise. Justement en France, une famille de sang royal l’attend pour lui confier l’éducation d’une jeune princesse. C’est l’occasion dont elle rêvait. Pleine d’espoir, elle embarque à bord du Retribution, sans se douter que le capitaine Luc Westfall, si séduisant avec son bandeau noir et sa balafre, va bouleverser ses grands projets matrimoniaux.

Jeux de séduction, Beth Kery, J’ai Lu : Passer une nuit torride avec son ténébreux voisin sans même connaître son nom de famille, quelle folie ! Coucher avec un inconnu est pour Niall Chandler une grande première, et des plus réussies. D’ailleurs, quelques jours plus tard, leur seconde entrevue nocturne l’est tout autant. Car Vic lui ouvre les portes d’un monde de volupté qu’elle n’avait jusque-là jamais connu. Il la comble, l’obsède, la possède. Mais c’est sans compter sur les démons du passé, qui viennent troubler la jeune femme. Pourtant, entre les fantômes d’une vie douloureuse et les plaisirs d’une existence délicieusement sensuelle, Niall sait ce qu’elle veut. Et elle compte bien en profiter…

Je n’étais qu’un fou, Thierry Cohen, J’ai Lu : Stephan Stone est un romancier américain adulé par le public qui passe son temps à faire la fête et à séduire ses lectrices, négligeant sa famille. Un jour, il reçoit un message d’un homonyme qui lui affirme être lui dans le futur et lui reproche d’avoir renié ses valeurs et de tromper ses lecteurs. Il l’engage à changer de vie et à écrire un livre qui révélerait sa vraie nature.

Échanges, Danielle Thiéry, J’ai Lu : La commissaire Edwige Marion est revenue à la police criminelle, mais une balle dans la tête lui a laissé d’étranges séquelles. Elle se voit confier les affaires non résolues. En épluchant un dossier, elle fait le lien entre une ancienne enquête sur des enlèvements d’enfants et la récente disparition du petit Gabriel. Elle part sur le terrain, au risque de se jeter dans la gueule du loup.

L’année des volcans, François-Guillaume Lorrain, J’ai Lu : Roberto Rossellini trahit la promesse faite à sa maîtresse, Anna Magnani. Il offre le premier rôle de son prochain film à Ingrid Bergman, avec qui il entame une histoire d’amour. Anna réplique en tournant un film pour Dieterle, dont le scénario est très proche de celui de Rossellini. Les deux tournages se révèlent chaotiques.

Mission confidentielle, Lee Child, Calmann-Lévy : Jack Reacher fait encore partie de l’armée en mars1997 quand une femme de militaire est retrouvée égorgée derrière un bar, dans une petite ville du Mississippi. Le coupable est-il à rechercher au sein de la base toute proche? On demande aussitôt à Reacher d’enquêter en agent infiltré. Pas question que le scandale éclabousse l’unité. Mais au fur et à mesure qu’il progresse, Jack sent bien qu’il dérange. À tel point qu’il finit par douter du bien-fondé de sa mission et de l’intégrité des hommes qui l’entourent. Certains seraient-ils prêts à tout pour étouffer l’affaire et mettre sa vie en danger? Voici notre héros devant un dilemme de taille: obéir malgré tout à la hiérarchie ou jouer la carte de la vérité avant tout ? Livre fondateur de la série, Mission confidentielle nous dévoile enfin pourquoi Reacher est devenu ce loup solitaire qui ne compte plus que sur lui… et sur sa seule brosse à dents.

Les prés refleuriront, Antonin Malroux, Calmann-Lévy : En 1932, dans les campagnes qui entourent Salers, les Sapierce élèvent Line, une nièce qu’ils ont recueillie après la mort de ses parents lors d’un accident de battage.
Dans la ferme voisine vivent les Marteloup. À leur tête, la veuve Santiane tient les rênes de l’exploitation où travaillent son fils et sa bru. Faute de descendance, ceux-ci ont adopté un enfant de l’Assistance publique, Donatien, courageux et travailleur, que l’aïeule chérit à l’égal d’un petit-fils.
Entre Line et Donatien, les deux orphelins, la complicité enfantine évolue vers une amitié plus tendre… au grand dam de Santiane qui rêvait pour son héritier d’un meilleur parti : Line n’apportera pas de dot.
Le temps approche où Donatien, tiraillé entre Line et Santiane, sera placé devant un choix cruel, pour ne pas dire impossible…

Le marais des ombres, Bernard Simonay, Calmann-Lévy : Un avion de tourisme s’écrase dans les vignes, non loin de Marcilly en Touraine. Karine Delorme, auteur de romans policiers, assiste, épouvantée, à l’accident. Elle se rend sur les lieux, mais il est trop tard : l’avion s’embrase. L’enquête est formelle : l’appareil a été saboté. Son unique occupant était Vincent, fils d’Alain Lauragais, un homme politique mort 30 ans auparavant, dans des circonstances troubles. A l’époque, on avait conclu à un suicide. Lorsque le frère aîné de Vincent réchappe miraculeusement à un accident de voiture, on soupçonne une vendetta. Les médias réveillent les fantômes du passé : malversations financières, affaire de mœurs, règlement de comptes politiques. Cependant, les investigations du commissaire Moreno, du SRPJ de Tours, piétinent. Les suspects disposent tous d’alibis irréfutables. Karine en revient toujours à une autre énigme irrésolue : la mort d’une jeune fille de 15 ans, dont le corps sans vie a été découvert deux jours avant le suicide d’Alain Lauragais, exactement au même endroit, un étang isolé de la forêt de Marcilly. Mais quel était le rapport entre les deux cadavres ?

Le journal de Rywka Lipszyc, Calmann-Lévy : 1945. Une femme médecin de l’Armée rouge tire des ruines d’Auschwitz- Birkenau un petit carnet. Elle n’en sait rien encore mais il s’agit de l’un des témoignages les plus bouleversants de la Shoah. Il sera oublié pendant des décennies…
Entre octobre 1943 et avril 1944, Rywka Lipszyc a dépeint dans les pages de son journal le cauchemar qui fut le sien et celui de centaines de milliers de Juifs dans le ghetto le plus dur du régime nazi, celui de Lodz, en Pologne.
Avec l’éloquence de l’innocence, Rywka relate son quotidien terrible. Mais elle raconte aussi comment elle trouve dans l’amitié, la spiritualité et dans sa foi en l’humanité la détermination de vivre. Et pour Rywka vivre, c’est continuer d’aimer, d’étudier, d’écrire de la poésie. C’est continuer de croire en un avenir meilleur.

Partials tome 3, Ruines, Dan Wells, Albin Michel : Dernier combat pour sauver l’humanité.
Les humains et les partials sont sur le point de se détruire. Le seul espoir : l’entraide et l’union. Mais la guerre a déjà commencé et rien ne pourra plus les arrêter. Pourtant, chaque camp a entre les mains le pouvoir de sauver l’autre. Plus que jamais, le temps presse : Kira doit trouver un moyen de protéger les deux espèces. Elle a une chance de sauver le Monde, mais cela pourrait lui coûter la vie. Lorsqu’une autre menace, ni humaine, ni partial apparaît : le Sanguinaire, un assassin qui écume le Midwest en ruines en tuant quiconque se trouve sur son passage.

Fin d’été, Johan Theorin, Albin Michel : Öland, l’atmosphère d’huis-clos insulaire, avec ses non-dits, ses rumeurs, les brumes et les fantômes du passé…
L’été sur Öland s annonçait calme pour Kent et Veronica Kloss, heureux propriétaires du Ölandic resort, un vaste complexe touristique attirant touristes et travailleurs saisonniers tels que Jonas, le neveu taciturne de la famille, et Lisa, une jeune chanteuse aux talents cachés. C’était compter sans l’apparition d’un vieil homme, le « Revenant », hanté par les fantômes de son passé torturé, qui se plaît à venir rôder autour de leur propriété et qui, pour une raison inconnue, a la ferme intention de leur nuire…
À travers le destin du « Revenant », l’espace insulaire polarisé autour d’un cairn, de secrets de famille et d’héritage, entre en résonance avec la grande Histoire et les tragédies du XXe siècle. Un formidable suspense où convergent présent et passé liés par une mécanique implacable.

Tornade, Jennifer Brown, Albin Michel : Dans le Midwest, où Jersey vit avec sa mère, son beau-père et sa petite sœur Marine, on ne sait jamais ce que la météo réserve. Le jour où sa mère et Marine disparaissent, emportées par une tornade, Jersey se retrouve seule et sans maison. Son beau-père n’a pas la force de s’occuper d’elle et son père biologique la rejette. La jeune fille échoue chez ses grands-parents maternels, qu’elle n’a jamais connus. Ballottée d’endroit en endroit, Jersey doit tenir bon, tout en apprenant des choses qu’elle ignorait sur sa mère…

La battue, Rohan Wilson, Albin Michel : Australie, 1829. John Batman, aventurier et homme d’affaires, entreprend avec une milice constituée de colons, de repris de justice et de métis, d’éliminer les Aborigènes qui gênent ses plans de conquête. Une véritable battue au cours de laquelle ces hommes, aveuglés par la promesse d’un lopin de terre ou d’un peu d’argent, se révéleront dans toute leur cruauté.
Déployant une langue incandescente qui rappelle le Méridien de sang  de Cormac McCarthy, Rohan Wilson évoque et interroge, à la manière d’un western crépusculaire, la sauvagerie et la brutalité humaines. S’inspirant d’un épisode réel de la colonisation de la Tasmanie dont il est originaire, il donne à ce premier roman, qui lui a valu d’être couronné par plusieurs prix littéraires dans son pays, une force et un souffle inoubliables.

Le secret du mari, Liane Moriarty, Albin Michel : Jamais Cecilia n’aurait dû trouver cette lettre dans le grenier. Sur l’enveloppe jaunie, quelques mots de la main de son mari : « À n’ouvrir qu’après ma mort ». Quelle décision prendre ? Respecter le vœu de John-Paul, qui est bien vivant ? Ou céder à la curiosité et découvrir un secret qui risque de bouleverser sa vie ?

Noire belladone, Thierry Maugenest, Albin Michel : Venise, été 1730. Après quelques années d’absence, Carlo Goldoni retrouve la Sérénissime. Il prépare une pièce comique directement inspirée du contexte social et politique de son temps mais il s’apprête surtout à seconder son ancien supérieur, Zorzi Baffo, auteur à ses heures de poèmes érotiques et chef de la police criminelle.
Dans une ville soumise à l’influence croissante d’un sénateur puritain dont le vœu le plus cher est de se faire élire à la tête du Conseil des Dix avec l’aide des Miliciens de la Foi, deux riches patriciens sont retrouvés empoisonnés. L’enquête s’annonce difficile à mesure que s’approchent, pour Carlo Goldoni, la représentation de sa pièce, et pour la ville et ses concitoyens, l’arrivée de la pluie qui mettra fin à la sécheresse menaçant la lagune.

Une semaine de juin, Jean-François Coulomb, Albin Michel : Alexandre et Félicien, c’est trois décennies d’amitié. Toujours là, l’un pour l’autre. Ils ont noyé leur chagrin dans des océans de champagne, écouté en boucle « Melody » des Stones. Plus qu’une chanson, un baume. Les filles les ont fait rêver, les femmes les ont enthousiasmés, aimés, parfois trahis. Ils ne savent plus dans quel ordre. Qu’importe. L’amour est une fiction. Au fond d’eux-mêmes, il leur arrive d’y croire encore.

Angel Baby, Richard Lange, Albin Michel : Avec une tension et une force aussi implacables qu’un film de Scorsese,Angel Baby – récompensé par le prix Dashiell Hammett – est un grand roman noir à l’ambiance électrique, servi par le style puissant de Richard Lange. L’auteur de Dead Boys et de Ce monde cruel nous entraîne dans une cavale infernale où s’entrechoquent les destins de plusieurs personnages.
Luz, une femme en fuite dont le seul espoir est de retrouver sa fille laissée loin derrière elle, en Californie ;  El Príncipe, son mari, un narcotrafiquant mexicain et prêt à tout pour l’en empêcher ; El Apache, gangster fraîchement sorti de prison, accessoirement homme de main du cartel ; Malone, un jeune Américain qui noie la mort de sa fille dans l’alcool et gagne sa vie en faisant passer des clandestins aux États-Unis.
De Tijuana à Los Angeles, le compte à rebours a commencé…

Le cri muet de l’iguane, Daniel Picouly, Albin Michel : « Jean Jules Joseph, mon grand-père, est né à la Martinique en 1893. Il a été un héros noir de la guerre de 14-18. A en croire, Paulette, ma mère, il l’aurait quasiment gagnée à lui tout seul. C’est la légende familiale qui m’a accompagné dont j’ai été nourri et que j’ai voulu écrire pour lui rendre hommage. Il a suffi de l’intrusion d’une historienne et d’un vieux carnet oublié au fond d’une malle pour mettre à bas ce récit héroïque et découvrir l’incroyable et tumultueuse histoire de mon grand-père.
Jean, Jules Joseph a été élevé par de véritables Amazones. Amoureux dès l’enfance d’Aurore, la fille du plus riche planteur de l’île, il a été le témoin direct d’un assassinat politique raciste, a survécu à l’éruption de la Montagne Pelée grâce à son iguane, a boxé contre le premier champion du monde noir des poids lourds, et s’est trouvé mêlé à une mystérieuse “guerre du rhum” à la Martinique, avant de mettre le pied à Tarbes, de rencontrer Marie, ma grand-mère, d’établir notre famille et d’enfouir dans un carnet le secret de sa “vie d’avant nous”.
Le cri muet de l’iguane, c’est ce secret qui vous égorge de l’intérieur, sauf à l’écrire.
C’est ce que j’ai fait. »

Anges et démons, Dan Brown, Le Livre de poche : Robert Langdon, le célèbre spécialiste de symbologie religieuse, est convoqué par le Conseil européen pour la recherche nucléaire à Genève. Le physicien Leonardo Vetra a été retrouvé assassiné dans son laboratoire. Sur son corps, gravé au fer rouge, un seul mot : ILLUMINATI. Les Illuminati, une confrérie secrète, formée au XVIe siècle par des savants persuadés que l’Eglise constitue l’obstacle essentiel aux progrès du savoir. Un cercle d’initiés disparu depuis quatre siècles, qui resurgit et qui a juré d’anéantir l’Église catholique. Langdon ne dispose que de quelques heures pour sauver le Vatican qu’une terrifiante bombe à retardement menace ! Après le succès international de Da Vinci code, cette nouvelle enquête de Robert Langdon nous entraîne à Rome, dans ses églises et ses catacombes, au cœur même du Vatican où les cardinaux sont réunis en conclave.

Une saison à Longbourn, Jo Baker, Le Livre de poche : Sur le domaine de Longbourn, résident Mr et Mrs Bennet et leurs cinq filles, en âge de se marier. À l’étage inférieur veillent les domestiques. Personnages fantomatiques dans l’œuvre de Jane Austen, Orgueil et préjugés, ils deviennent ici les protagonistes du roman. Mrs Hill, l’intendante, orchestre la petite troupe – son époux, la juvénile Polly, Sarah, une jeune idéaliste qui rêve de s’extraire de sa condition et, le dernier arrivé, James – d’une main de fer. Tous vivent au rythme des exigences et des aventures de leurs patrons bien-aimés. Une fois dans la cuisine, les histoires qui leur sont propres émergent et c’est tout un microcosme qui s’anime pendant qu’Elizabeth et Darcy tombent amoureux au-dessus…

Chroniques de la débrouille, Titiou Lecoq, Le Livre de poche : Comment survivre à une rupture amoureuse ? Comment s’insérer dans une société qui, clairement, n’attend pas les bras ouverts un bac + 5 de sémiologie ?… En adoptant une technique de survie simple : la débrouille. Dans ce journal de bord hilarant se dessine la vie au jour le jour d’une jeune femme d’aujourd’hui, trentenaire, qui passe sa vie entre les boulots, les cartons, ses amis précieux et les histoires ratées. Incapable de survivre sans télé ni ordi, elle doit aussi faire face aux nouveaux rapports hommes-femmes : on discute, on boit, on couche. Le lendemain, on se réveille et on réfléchit. On ne badine pas avec l’amour, ni avec le porno. Un beau jour un enfant naît, et on découvre la vie à trois. Par le prisme de son histoire personnelle romancée et librement adaptée de son blog Titiou Lecoq raconte sans ambages le quotidien de toute une génération.

Pour tes lèvres, La trilogie italienne tome 2, Irene Cao, Le Livre de poche

Froid mortel, Johan Theorin, Le Livre de poche : Une école. Un centre de détention psychiatrique. Entre les deux, un couloir souterrain… que les enfants franchissent régulièrement pour rendre visite à leur parent interné. Jan Hauger, qui a été embauché dans ce dispositif expérimental étroitement surveillé, ne rate pas une occasion d’être leur accompagnateur. Mais que cherche-t-il ? Et que se passe-t-il réellement dans les sous-sols obscurs et labyrinthiques de la clinique ? Virtuose des climats troubles et envoûtants, Johan Theorin remonte le fil d’un passé lourd de secrets. Un thriller sombre, machiavélique et implacable, par un des maîtres du polar scandinave.

1, rue des petits-pas, Nathalie Hug, Le Livre de poche : Lorraine, hiver 1918. Dans un village en ruine à quelques kilomètres du front, une communauté de rescapés s’organise pour que la vie continue. Louise, jeune orpheline de seize ans, est recueillie par une sage-femme qui va lui transmettre son savoir : accoucher, bien sûr, mais aussi soigner les maux courants et être l’oreille attentive de toutes les confidences. Mais, dans cet endroit isolé du monde, les légendes nourrissent les peurs et la haine tient les hommes debout. Dans cet univers où horreur et malveillance rivalisent avec solidarité et espoir, Louise va tenter de se construire. Un magnifique roman d’apprentissage d’une sincérité et d’un réalisme bouleversants.

Rédemption, Matt Lennox, Le Livre de poche : Après dix-sept années d’incarcération, Leland King revient dans sa ville natale de l’Ontario. Il y retrouve sa mère, en train de mourir d’un cancer, et fait la connaissance de son neveu, Pete, né pendant sa détention, qui ignore tout de son passé criminel. Seulement, dans cette petite ville très attachée au respect de l’ordre et de la religion, personne n’a vraiment pardonné le crime horrible qu’a commis Leland adolescent. Surtout pas Stan Maitland, un flic à la retraite, qui ne peut s’empêcher de voir un lien entre le retour du « hors-la-loi » et la récente découverte du cadavre d’une jeune femme dans une voiture abandonnée… Un jour ou l’autre, Pete va devoir affronter la terrible vérité.

Le goût des souvenirs, Erica Bauermeister, Le Livre de poche

Partials tome 1, Dan Wells, Le Livre de poche : 2076. La guerre contre les Partials, ces êtres génétiquement modifiés, a décimé la quasi-totalité de la planète. Quarante mille humains survivent sur l’île de Long Island sous la férule d’un Sénat autoritaire tandis que le virus RM reste sans antidote. Les nouveau-nés vivent moins d’une journée, si ce n’est quelques minutes. La population, déjà très éprouvée, est désormais traumatisée par la loi Espoir : toute jeune fille de 18 ans a l’obligation de tomber enceinte. Le combat de Kira Walker, étudiante en médecine, commence à cet instant. Ses ennemis ne sont pas les Partials mais le RM. Son obsession ne concerne pas la dérive fasciste du Sénat mais une folle hypothèse scientifique. Kira décide de suivre son intuition au risque de devenir une hors-la-loi ou la cible des Partials…

Je suis Pilgrim, Terry Hayes, Le Livre de poche : Une jeune femme assassinée dans un hôtel sinistre de Manhattan. Un père décapité en public sous le soleil cuisant d’Arabie Saoudite. Un chercheur torturé devant un laboratoire syrien ultrasecret. Un complot visant à commettre un effroyable crime contre l’humanité. Et en fil rouge, reliant ces événements, un homme répondant au nom de Pilgrim. Pilgrim est le nom de code d’un individu qui n’existe pas officiellement. Il a autrefois dirigé une unité d’élite des Services secrets américains. Avant de se retirer dans l’anonymat le plus total, il a écrit le livre de référence sur la criminologie et la médecine légale. Mais son passé d’agent secret va bientôt le rattraper…

Dans la rue j’entends les sirènes, Adrian McKinty, Le Livre de poche : Quelque part, dans l’hémisphère Sud, la guerre des Malouines commence. En Ulster, en ce début des années 1980, il est toujours aussi difficile d’être flic et catholique. Mais rien qui puisse troubler Sean Duffy, habitué à vérifier tous les matins si sa voiture n’a pas été piégée. Quand on lui demande de trouver à qui appartient un torse abandonné dans une valise sous le hangar d’une usine désaffectée, c’est un simple tatouage qui permet à l’inspecteur de suivre le fil rouge qui lie ordinairement un corps à son meurtrier. Des rues sous haute tension de Belfast à la lande irlandaise, où un capitaine de l’armée britannique a été abattu dans sa ferme, Duffy ne laisse aucune piste au hasard et ne se départ jamais de son sens de l’humour, même dans les moments de plus grand doute.

Irrésistible alchimie, Simone Elkeles, Le Livre de poche jeunesse : Brittany est belle, intelligente et douce. Elle sort avec le capitaine de l’équipe de football. Alex, terriblement séduisant, est connu pour être un membre du dangereux gang des Latino Blood. Tous les oppose jusqu’à à ce cours de chimie et ce travail imposé en binôme. Au-delà des apparences, Alex et Brittany se rapprochent. Leur attirance, plus forte que les préjugés et les interdits pourrait bien changer leur avenir, mais à quel prix ?

Chroniques de mon crématorium, Caitlin Doughty, Payot : En général, les gens se décarcassent sacrément pour repousser la mort dans les marges. Caitlin Doughty, elle, fraîchement diplômée d’histoire médiévale, se fait embaucher dans une petite entreprise de pompes funèbres. Comment va-t-elle se dépatouiller avec ses premiers cadavres ? Fermer des yeux dont les paupières ne cessent de se rouvrir, clore des bouches béantes, retirer un pacemaker, mettre des bas à un mort gonflé comme un bonhomme Michelin ou enfiler un string à grand-mère car tel est le souhait de la famille ? Comment enfin sortir les cendres du crématorium sans que ses noodles en prennent un coup et le même soir séduire un mec alors qu’elle sent le roussi ? Caitlin Doughty explore sa vocation de croque-mort avec un humour noir réjouissant. Le récit est fascinant. Qu’on ne s’y trompe pas pourtant, l’objectif – atteint – de cette jeune femme engagée est de nous réapprendre à accueillir nos morts, de façon plus humaine, sans peur, et nous aider ainsi à accepter l’inacceptable.

Je me suis tue, Mathieu Menegaux, Grasset : Du fond de sa cellule de la maison d’arrêt des femmes à Fresnes, Claire nous livre l’enchaînement des faits qui l’ont conduite en prison : l’histoire d’une femme victime d’un crime odieux. Elle a choisi de porter seule ce fardeau. Les conséquences de cette décision vont se révéler dramatiques. Enfermée dans sa solitude, Claire va commettre l’irréparable. Le mutisme sera sa seule ligne de défense, et personne, ni son mari, ni ses proches, ni la justice ne saisira ses motivations.
Cette tragédie moderne est servie par une narration fluide et efficace.

La nouvelle vie d’Arsène Lupin, Adrien Goetz, Grasset : Arsène Lupin revient. Un héros des années 10, lui ? Oui : des années 2010 ! Le gentleman-cambrioleur, plus sportif, gouailleur, élégant et désinvolte que jamais, détrousse les réseaux sociaux, enlève les scénaristes de sa série télévisée favorite, s’attaque au changement climatique, s’envole vers les émirats, et va jusqu’à faire invalider les comptes de campagnes du nouveau président de la République…
Dans ce trépidant divertissement, Adrien Goetz, le père de Pénélope et de ses fameuses intrigues (Intrigue à Versailles, Intrigue à Giverny…), rajeunit le plus mythique des personnages français, ainsi que ses partenaires et adversaires, du ridicule détective Herlock Sholmès à la redoutable Joséphine Balsamo, convertie au féminisme militant. La traque d’Arsène Lupin commence !

La fille du pape, Dario Fo, Grasset : Fille d’un pape, trois fois mariée au gré des alliances politiques changeantes du clan Borgia, mère d’un enfant illégitime dont le père est retrouvé dans les eaux du Tibre, beauté chantée par ses contemporains, Lucrèce a pendant de longs siècles été considérée comme un personnage sulfureux, et l’incarnation du vice et de la débauche.
Ce roman nous la révèle pour ce qu’elle était véritablement : la victime des agissements des siens, un pion entre les mains de son frère, César, et du plus corrompu des pontifes, son père, Alexandre vi. Une femme cultivée, protectrice des arts et des lettres, sensible et réfléchie, et dont l’humanité a fini par avoir raison des rumeurs les plus folles.
Dans un tourbillon qui nous emporte au cœur de l’Histoire, Dario Fo fait renaître avec talent et finesse la Renaissance, période autant été marquée par l’épanouissement des arts que par les intrigues les plus scabreuses et les assassinats politiques.

Le garçon aux icônes, Desmond Hogan, Grasset : Irlande, début des années 1970. Susan O’Hallrahan, depuis sa petite boutique de confection à Ballinasloe, dans le comté de Galway, ne perçoit plus du tumulte du monde qu’une lointaine rumeur. Depuis la mort de son époux, elle vit seule, bercée par les souvenirs, et elle attend. Elle attend, avec une ferveur mêlée d’appréhension, le retour de son fils, Diarmaid, un garçon étrange, solitaire et ombrageux, parti à Londres en quête d’aventure. Jusqu’au jour où, poussée par un funeste pressentiment, Susan décide de ne plus attendre et de se lancer à sa recherche. Son iliade miniature sera pour elle l’occasion de se confronter aux révélations les plus douloureuses – sur elle-même, sur son fils, et sur la nature exacte, magnifique et terrible, du lien qui les attache l’un à l’autre.
Ce premier roman d’une beauté foudroyante révèle l’une des plus grandes voix de la littérature irlandaise contemporaine, demeurée inexplicablement méconnue depuis près de quarante ans.

Bon rétablissement, Marie-Sabine Roger, Babel : Sauvé d’une chute dans la Seine, un sexagénaire misanthrope se retrouve immobilisé sur un lit d’hôpital pendant un mois et demi – le temps pour lui de revisiter sa vie, ses bons et mauvais côtés, et surtout de rencontrer des personnes inattendues, lui qui n’espérait plus beaucoup de surprises de l’existence… Bon rétablissement a été adapté au cinéma par Jean Becker en septembre 2014 avec Gérard Lanvin, Jean-Pierre Darroussin et Fred Testot.

Bétibou, Claudia Piñeiro, Babel : Une ex-écrivain et un chroniqueur policier « old school » s’allient pour mener une enquête criminelle, prétexte à une étude pertinente sur les forces en présence dans la société argentine contemporaine (corruption, médias aux mains des politiques, suprématie de l’argent).

Les idées noires, Justine Augier, Actes Sud : Jean Verdier n’est pas sorti de l’enfance quand, à l’été 1942, un événement dramatique le précipite dans la Résistance. Promu héros presque malgré lui, il ne se débarrassera plus jamais d’un sentiment d’imposture. Mais y gagnera le grand amour.
Au crépuscule de sa vie, Jean cohabite avec le passé et ses fantômes – séance permanente d’un film infiniment démonté/remonté, aux interruptions aléatoires, par le jeu des visites : sa fille, son petit-fils, sa femme, morte près de vingt ans auparavant… Et puis cette historienne qui, obstinément, le ramène aux lendemains de la guerre.
Sur les trahisons, les faillites et les entêtements de la mémoire, sur les ambiguïtés intrinsèques à l’héroïsme et sur les menaces cycliques de l’histoire, Les Idées noires invente une musique obsédante, entre cri d’alarme et testament amoureux.

L’hiver des lions, Jan Castro Wigne, Actes Sud : Dans le froid de l’hiver finlandais, voici la nouvelle enquête de Kimmo Joentaa. Comme dans Lune de glace et Le Silence, les deux premiers volets de la série qui lui est consacrée, c’est à nouveau l’empathie du commissaire pour ceux que la perte d’un être cher a rendus inconsolables qui va le mettre sur la voie du meurtrier. Un polar d’un humanisme et d’une délicatesse rares. « Mieux que Mankell » selon leTimes.

Le spectre de la rue du puits, Indrek Hargla, Actes Sud : Tallinn, 1419. Le gardien d’une tour est retrouvé mort alors qu’il avait la veille déclaré avoir vu un spectre. Quelque temps plus tôt, une prostituée était découverte noyée dans un puits après avoir rapporté le même témoignage. Rue du Puits, une maison qu’on dit hantée concentre des haines ancestrales, à deux pas de la boutique de Melchior l’apothicaire. Ce dernier arpente les ruelles de la Vieille Ville jusqu’au cimetière des dominicains, à la recherche de la vérité.

Apnée, Joakim Zander, Actes Sud : Damas, Syrie, 1980. Une voiture piégée explose, tuant la femme qui venait d’y monter. L’espion américain visé par l’attaque assiste au drame du haut d’un balcon. Il tient dans ses bras sa petite fille qu’il va être contraint d’abandonner. Toute sa vie durant, il éprouvera une terrible culpabilité dont il tentera désespérément de se défaire en se lançant à corps perdu dans des missions au Liban, en Afghanistan et en Irak. Et en nageant sans relâche.
Trente ans plus tard, Mahmoud Shammosh, un doctorant de l’université d’Uppsala s’intéressant aux conflits armés et aux droits de l’homme, se voit confronté à des données sensibles qui, aux dires de son informateur, pourraient bien déclencher un scandale international. En quelques heures, la situation s’envenime : le sang commence à couler, marquant le début d’une traque haletante à travers l’Europe, à laquelle Klara Walldéen, employée au Parlement européen à Bruxelles et ex-compagne de Mahmoud, prendra une grande part. Peu à peu, le passé resurgit, l’histoire s’écrit, les révélations se multiplient. De Damas à Stockholm, de l’Irak aux États-Unis, de 1980 à 2013, les frontières s’étiolent, les heures s’étirent, les fils du récit convergent jusqu’à la terrible vérité.
Dans un style nerveux et sensible, Joakim Zander orchestre son récit avec virtuosité et dessine les contours d’un monde rongé de l’intérieur par le mensonge et la culpabilité. Retenez votre souffle, le grand roman d’espionnage est de retour…

Le prix Nobel, Elena Alexieva, Actes Sud : Eduardo Ghertelsman, prix Nobel de littérature d’origine chilienne qui a émigré en Grande-Bretagne, est invité à donner une conférence à l’université de Sofia. Le soir, après cette conférence, il sort de son hôtel, s’arrête dans un parc tout proche… et disparaît. Le lendemain, la télévision nationale reçoit une vidéo réalisée à partir d’un téléphone mobile : on y voit un homme portant les vêtements de Ghertelsman, les mains liées dans le dos. Les ravisseurs demandent une rançon.
L’affaire est délicate et met en danger l’image de la Bulgarie, déjà peu reluisante sur la scène internationale. L’enquête est confiée à l’inspecteur Vanda Belovska, récemment mise sur la touche et “réhabilitée”, jeune femme mélancolique qui partage son petit appartement avec un iguane. Au fil d’une intrigue qui la mène dans un village déserté par ses habitants et investi par les Roms, chez la veuve troublante d’un écrivain retrouvé mort avec les vêtements du prix Nobel disparu, ou encore dans une agence littéraire aux pratiques étranges, Elena Alexieva observe la société bulgare à travers un filtre polarisant et mêle les enjeux de l’investigation policière à ceux de la création littéraire. Chercher à comprendre, n’est-ce pas au fond l’horizon commun de l’inspecteur et de l’écrivain ?

La cigale du huitième jour, Kakuta Mitsuyo, Actes Sud : Une jeune femme court dans les rues de Tokyo, un bébé dans les bras. Cette enfant n’est pas la sienne ; sans préméditation, elle vient de la voler.
Dès lors, la vie de Kiwako n’est plus qu’une longue cavale à travers l’Archipel. Paniquée à l’idée de se faire repérer, elle change toujours plus vite d’endroit et d’identité, emportant l’enfant dans l’instant, la déracinant chaque fois plus violemment.
Et pourtant, tout demeure absolument doux entre la jeune femme et la petite. Étrangement, la complicité qui s’installe entre elles ne cesse de s’intensifier, la peur et l’insécurité n’entament pas ce bloc de tendresse, cette harmonie dans laquelle nul témoin ne peut déceler la moindre faille.
D’une efficacité au suspens remarquable, ce livre a immédiatement été adapté au cinéma tant l’intrigue et la force de ses personnages semblaient faites pour l’image. Mais au-delà de la tension et de l’angoisse, derrière ce road-movie d’une jeune femme en quête de bonheur filial s’éploie une indéniable poésie.

Les fiancés, Déborah Lévy-Bertherat, Rivages : Un roman d’une grande efficacité narrative, qui mêle avec brio, sur fond d’évocations de souvenirs d’enfance et de guerre, le motif romanesque des retrouvailles amoureuses et celui de l’usurpation (involontaire) d’identité. Madeleine retrouve soixante ans après son premier fiancé qu’elle croyait mort à la guerre d’Indochine, mais il s’avère que le vieux René qu’elle serre dans ses bras est un autre… Un traitement très fin et subtil du malentendu tragique entre des êtres qui étaient voués à s’aimer et que la vie a destiné à se perdre.

Le divin Chesterton, François Rivière, Rivages : Journaliste, Chesterton fut l’infatigable contradicteur des idées marxistes de G. B. Shaw et des utopies de H. G. Wells. Romancier – Le Nommé Jeudi, La Sphère et la croix – mais aussi merveilleux auteur de nouvelles – Le Club des métiers bizarres – et poète – les tommies de la Grande Guerre partaient à l’assaut en déclamant son Lépante–, Chesterton a bâti une véritable cathédrale de fiction qui se profile sur le ciel éternel de la fantaisie. Sans doute était-il temps de rendre hommage à celui que Borges considérait pour sa part comme « l’un des premiers écrivains de notre temps pour son imagination visuelle et la félicité enfantine ou divine que laisse entrevoir chaque page de son œuvre ». C’est ce que François Rivière, biographe reconnu d’Agatha Christie, de Patricia Highsmith et d’Hergé, a voulu faire avec cette première biographie française de l’écrivain.

Quatre par quatre, Sara Mesa, Rivages : Dans un pensionnat coupé du monde, censé protéger la jeunesse espagnole du chaos, une dictature en miniature règne. Le directeur manipule les élèves, tirant profit du système pour son seul plaisir. Plutôt que de livrer un témoignage de plus sur les régimes totalitaires, Sara Mesa tisse un conte cruel d’une grande intelligence, qui puise son inspiration chez Kafka et Vargas Llosa.

La collectionneuse de parfums, Kathleen Tessaro, City

La poupée, Ismail Kadaré, Fayard : Dédié à la mémoire de sa mère, ce court récit est, pour le grand écrivain albanais, prétexte à évoquer à nouveau sa ville natale Gjirokastër. C’est aussi, et surtout, l’occasion de décrire les relations entre une mère aussi frêle et légère qu’une poupée de papier mâché, égarée dans une vaste maison dont elle est censée assumer la gestion sous le regard revêche des femmes de sa belle-famille, et un fils intellectuel, émancipé, entretenant une relation hors mariage, usant de mots qu’elle ne comprend pas, dont elle redoute qu’il en vienne à renier tout ce qu’elle incarne : une des plus anciennes traditions balkaniques.

Toutes nos mères, Margherita Giacobino, Stock : Margherita, la narratrice, est née fille dans une famille de femmes, elle représente l’avenir et la continuité… Une histoire qu’elle explore pour retrouver les êtres aimés : au premier rang se tient Ninin, origine et archétype, entourée de ses soeurs Maria, Margherita et Michin.
Tout commence à la fin du xixe siècle dans une bourgade du Canavese, une région du Piémont aux frontières incertaines. Le quotidien à la ferme est rude. Exposées à la tyrannie de la matriarche, les soeurs ne rêvent que de la ville. Elles seront mieux dans la vallée où les fabriques de textile embauchent des femmes et des adolescentes et où l’on ne se contente pas de polenta. Au nouveau siècle tout juste entamé, elles réalisent leur rêve et s’installent à Circé, où elles élèveront ensemble leur fille – à elles toutes, elles n’en auront qu’une – et leur petite-fille. Pas facile pour les hommes de trouver leur place quand ils ne sont pas contraints à l’exil. Ils constituent pourtant des figures fugitives mais incontournables de ce portrait de groupe.
Au-dessus de leur tête va défiler « l’histoire de près d’un siècle, avec ses événements et ses prodiges : la lumière électrique, les vagues d’émigration, les automobiles, le cinéma, Mussolini, la Libération et la République, la populaire émission de variétés Canzonissima, les premiers pas sur la Lune, les minijupes. »
Au gré de photos retrouvées, des fables transmises de génération en génération, des couleurs et des odeurs ni vues ni senties, juste imaginées dans l’écho des mots, Margherita recompose l’histoire de sa famille, « une histoire minuscule, obstinée, toujours à recoudre et à sauver, une aventure discrète » qui coupe le souffle.

La fiancée de Castlemora, Joanna Fulford, Harlequin : Écosse, XIe siècle
Son fiancé ? Isabelle a peine à en croire ses yeux. Cet inconnu qui l’a surprise nageant nue dans le ruisseau de Castlemora serait le fameux lord Ban, à qui on a promis sa main ? Jamais elle n’avait ressenti une honte aussi cuisante… Une honte fait place à la colère quand, loin de se satisfaire de cet avant-goût, cet effronté déclare qu’il ne l’épousera que si elle lui donne un héritier ! Ne voit-il en elle qu’une mère pour ses enfants ? Isabelle lui aurait volontiers jeté à la figure la main qu’il lui demande si peu galamment, mais elle doit se retenir. Car, si elle ne se soumet pas à la volonté de lord Ban, c’est le maître d’armes de son père – un rustre ambitieux et intrigant – qui finira par devenir son mari. Et, pour éviter ce terrible destin, elle est prête à tous les sacrifices…

L’amant des mers du nord, Michelle Willingham, HarlequinIrlande, 875
D’aussi loin qu’il se souvienne, Ragnar a toujours été follement épris d’Helena. Et cela sans jamais le lui avouer. Comment l’aurait-il pu, alors qu’elle est l’épouse de son meilleur ami ? Alors, même s’il la sait malheureuse en ménage, même si son désir est plus fort de jour en jour, il doit faire taire son cœur et demeurer l’ami qu’elle voit en lui. Pourtant, le jour où ils sont tout deux capturés lors d’un voyage en mer, tout bascule. Loin de leur pays, des règles du clan, et face aux nombreux dangers qui les guettent, ils laissent s’installer entre eux une intimité qui met Ragnar au supplice. Et, lorsqu’ils parviennent enfin à s’échapper, c’est pire encore. Sur la petite île où ils attendent du secours, il doit tout mettre en œuvre pour protéger la femme de son ami contre la faim, le froid… et, surtout, contre cette petite voix qui lui murmure qu’Helena est faite pour lui.

L’été d’un cow-boy, Linda Lael Miller, HarlequinBienvenue à Parable, Montana. La ville où les cow-boys tombent amoureux…
Walker Parrish est un homme très occupé ces temps-ci : entre l’entreprise héritée de son père et son propre ranch à gérer, il n’a vraiment pas de temps à consacrer à sa vie personnelle. Le moment que choisit Casey, son ex-petite amie – et accessoirement star de la chanson country –, pour venir passer l’été à Parable, ne pourrait donc plus mal tomber. Bien des années se sont écoulées depuis leur liaison, mais le lien entre eux reste indéfectible, car ils partagent un secret qui, s’il était divulgué, ferait les gorges chaudes de la presse people : Walker est le père des enfants de Casey. Et, si cette dernière est revenue, c’est parce qu’aujourd’hui elle veut que ses enfants se rapprochent de leur père ; un souhait que Walker partage et redoute à la fois. Car il sait que chaque minute passée auprès de ses enfants est aussi une minute auprès de Casey. Casey, qu’il aime encore… Casey, dont il donnerait tout pour qu’elle partage à nouveau ses sentiments…

Sous la protection de l’ennemi, Carol Townend, HarlequinAngleterre, 1070
La vie de château, c’est terminé pour Emma. Depuis que l’armée normande a ruiné sa famille, elle ne peut compter que sur elle-même pour assurer sa survie et celle de son fils. Mais le jour où le père de son enfant, un rebelle devenu violent et dangereux, réapparaît dans sa vie, elle comprend que le danger est plus grand qu’elle ne l’avait imaginé. Et, dans cette contrée sinistrée, un seul homme peut assurer sa protection : le commandant de garnison, Richard d’Asculf. Un Normand… Oh, comme elle déteste avoir à demander son aide à un homme qui a combattu contre son peuple ! Et, surtout, comme elle déteste le trouble qu’éveille au plus profond de son être le regard brûlant qu’il pose sur elle ! Mais qu’importent ses sentiments. Pour protéger son fils, elle est prête à tout. Même à s’offrir à l’ennemi…

Le défi d’une lady, Bronwyn Scott, Harlequin

L’héritière piégée, Beverly Long, Témoignage à haut risque, Aimée Thurlo, Harlequin

Une enfant a disparu, Une troublante affaire de famille, Angi Morgan, HarlequinUne enfant a disparu
La rage au cœur, Alicia quitte le bureau du shérif. Comment les policiers ont-ils osé la traiter ainsi, en refusant d’entreprendre des recherches pour retrouver Lauren, sa fille de quatre ans disparue depuis plusieurs jours, et – pire – en l’accusant d’avoir organisé elle-même l’enlèvement pour toucher une rançon et résoudre ainsi les problèmes d’argent qui la submergent depuis la mort de son mari ? Terrifiée pour son enfant, Alicia ne sait vers qui se tourner. Mais soudain elle reprend espoir : John Sloane, son fiancé d’autrefois, est de retour au pays après quinze ans d’absence. John qui, en souvenir de leur amour passé, l’aidera. Du moins doit-elle à tout prix l’en convaincre…
Une troublante affaire de famille
Pour Brian Sloane, une chose est sûre : Lindsay Cook est en danger. En effet, depuis vingt ans, un mystérieux meurtrier s’attaque à la famille de la jeune femme et maquille tous ses crimes en accidents. Pour protéger Lindsay qui, de toute évidence, refuse d’admettre qu’elle est menacée, Brian la suit discrètement et enquête sur ses proches sans qu’elle le sache.
Mais un jour Lindsay est percutée par une voiture… Cette fois, plus question pour Brian de jouer les gardes du corps invisibles : celle qui le trouble bien malgré lui va devoir accepter qu’il la protège. Mais aussi lui révéler tous les secrets liés à sa famille…

L’héritière rebelle, Elizabeth Beacon, HarlequinAngleterre, Régence.
Séquestrée dans son propre château par un intrigant qui veut l’épouser pour s’approprier son héritage, lady Théa Hardy s’enfuit et se réfugie en pleine forêt, dans une cabane où la découvre Marcus Ashfield, vicomte de Strensham. La prenant pour une pauvresse, il l’emmène chez ses cousins qui l’engagent comme servante. Là, Théa n’aura plus qu’à attendre tranquillement son vingt et unième anniversaire, six semaines plus tard, qui la rendra majeure et libre. Du moins, si le vicomte ne s’aperçoit pas qu’il a pris sous son aile non pas une servante, mais l’une des plus riches héritières de la contrée…

Meilleures ennemies, Susan Mallery, HarlequinDe meilleures ennemies à meilleures amies, il n’y a qu’un pas. Sauront-elles le franchir ?
Aux yeux du monde, Michelle Sanderson a peut-être l’air d’une femme forte et indépendante ; mais, secrètement, elle se sent toujours comme la jeune fille qui, jadis, a fui Blackberry Island, chassée par la honte. Michelle ne pensait jamais retourner sur l’île de son enfance ; pourtant, aujourd’hui, elle n’a pas le choix : il faut qu’elle s’occupe de l’hôtel des Baies, que sa mère lui a légué. Mais, au lieu de trouver un établissement prospère, elle découvre un hôtel croulant sous les dettes, géré par la dernière personne au monde qu’elle aurait voulu revoir : Carly Williams, l’amie dont elle était inséparable jusqu’à ce jour noir où tout a basculé. Malgré la violence des émotions qui la submergent, Michelle comprend très vite que, si elle veut sauver son héritage, elle va avoir besoin de l’aide de Carly. Il faut à tout prix qu’elles réussissent à oublier la rancœur et l’amertume du passé pour unir leurs forces.
Le temps de la trêve est venu.

Pas si sage, Victoria Dahl, Harlequin

La maison de Grace, Christina Skye, HarlequinTrois femmes. Trois destins, unis par l’amitié. Trois chances de trouver le bonheur.
En ce moment, Grace n’est plus certaine de rien dans sa vie, sauf d’une chose : elle a un besoin vital de faire le point. Et quel meilleur endroit pour cela que Summer Island, l’île dans laquelle elle a grandi ? Là, dans la maison de son enfance où elle a tous ses repères, et avec l’aide de ses meilleures amies qui la connaissent si bien, elle arrivera peut-être à démêler les fils de son cœur… Elle se sent tellement perdue ! Trahie par son fiancé, elle avait fait le serment de ne plus jamais tomber amoureuse. Mais, une nuit, elle a rencontré par hasard Noah, un homme comme elle n’en a jamais connu. Un homme qui a remué quelque chose de nouveau en elle : pour la première fois de sa vie, elle a senti qu’elle pouvait toucher son rêve du doigt – construire son propre foyer… Sauf que, elle le sait, rien n’est plus difficile que de réapprendre à aimer.

Tes larmes et ton sang, Karen Rose, Harlequin : Oublier. Voilà pourquoi Dana Dupinsky se consacre vingt-quatre heures sur vingt-quatre au foyer qu’elle dirige à Chicago, et se dévoue autant aux femmes victimes de violence qu’elle y accueille. A ces femmes, elle met un point d’honneur à ne jamais poser de questions sur leur passé. Pourtant, elle donnerait cher pour cerner la véritable personnalité de Jane Smith, une nouvelle pensionnaire qui lui inspire un malaise profond. Pourquoi a-t-elle l’impression que cette femme au regard étrange cache quelque chose de trouble ? Et pourquoi Alec, son fils de douze ans, est-il si léthargique, si absent ?
Sa sombre intuition va se confirmer tragiquement : quelques jours seulement après son arrivée, Jane prend la fuite avec l’enfant. Horrifiée, Dana apprend alors que sa pensionnaire est en réalité une dangereuse psychopathe tout juste sortie de prison, et qu’Alec n’est pas son fils : elle l’a enlevé. Pour le retrouver, Dana n’a pas le choix : elle doit affronter Jane et sa folie meurtrière. Affronter aussi les terrifiants souvenirs resurgis dans son sillage. Un combat rendu plus périlleux encore par la troublante et perturbante présence à ses côtés d’Ethan Buchanan, le parrain d’Alec, lui aussi prêt à tout pour sortir l’enfant des griffes de Jane.

Dors bien cette nuit, Karen Rose, HarlequinChicago, mercredi 18 février
Après une longue et épuisante journée de travail, Kristen Mayhew, substitut du procureur de Chicago, fait une horrible découverte en ouvrant le coffre de sa voiture : à l’intérieur, trois caisses contenant des vêtements maculés de sang, des photos de corps mutilés, et des lettres — des lettres qui lui sont directement adressées. Surmontant l’horreur et la panique, Kristen doit se rendre à l’évidence : un tueur a décidé d’abattre les criminels qu’elle n’a pas réussi à mettre derrière les barreaux. Comme s’il pensait avoir pour mission de la seconder.
Mais pour Kristen, qui n’a jamais laissé personne accéder à sa vie privée, et à ses secrets, il y a pire. Car très vite, il devient évident que le tueur l’épie. Qu’il sait tout d’elle. Qu’il est proche, tout proche.
Pour l’aider dans ce cauchemar qui s’intensifie d’heure en heure, Kristen ne peut qu’accepter l’aide de l’inspecteur Abe Reagan. Un homme qui lui plaît, qui la bouleverse même, mais dont les bras forts et rassurants lui sont définitivement interdits…

La fierté des O’Hurley, Nora Roberts, Harlequin : Fiers, généreux, artistes dans l’âme, les O’Hurley forment une famille exceptionnelle. Une famille forte et unie, où chacun peut exprimer son individualité. Une famille au passé tumultueux et riche. De leurs parents irlandais, Chantel et Trace ont hérité le talent, la volonté, la passion.

Actrice connue dans le monde entier, Chantel est bien décidée à protéger sa vie privée, et jusqu’à présent, elle est toujours parvenue à se tenir à l’écart des admirateurs trop pressants. Mais quand un étrange individu se met à la harceler, elle n’a d’autre choix que d’engager un garde du corps et de supporter sa présence, jour… et nuit.
Trace quant à lui, alors qu’il se trouve au Mexique, se voit aborder par une belle inconnue visiblement paniquée qui lui demande son aide pour sauver sa famille en danger. Il n’ose pas refuser : la jeune femme ne prétend-elle pas avoir connu Charles Forrester, son meilleur ami récemment décédé ? Avec son accent irlandais et ses yeux verts, elle le trouble et réveille en lui le souvenir des racines avec lesquelles il a rompu des années plus tôt…

Au risque de tout perdre, Olivia Gates, Pour une nuit, pour toujours, Gina Wilkins, HarlequinAu risque de tout perdre
Naomi Sinclair a été folle amoureuse d’Andreas Sarantos. Epouser ce magnat grec, beau comme un dieu, a été un bonheur. Un bonheur qui s’est transformé en torture, quand elle a découvert qu’il était incapable d’aimer. Le quitter a été une délivrance.
Andreas Sarantos a vécu un enfer depuis qu’il a perdu Naomi. Aujourd’hui, il n’y a rien au monde qu’il ne veuille plus que reconquérir son ex-femme. Et il est prêt à tout, même au chantage le plus odieux, pour arriver à ses fins.
Ils ne voulaient, tous les deux, qu’une aventure sans lendemain…

Pour une nuit, pour toujours
Garrett McHale a une vie suffisamment compliquée, entre son travail de pilote et ses deux filles, qu’il élève seul. Maggie Bell n’a pas envie d’une relation rythmée par des obligations familiales. Ils ne voulaient, tous les deux, que quelques caresses au parfum aussi délicieux qu’éphémère. Mais une semaine de vacances loin de tout, la douceur de juin, les eaux argentées du lac Livingstone… et tout a basculé.

Pour l’amour d’un innocent, Suzanne Brockmann, La sincérité en question, Beverly Bird, Il faut que tu me croies, Justine Davis, HarlequinPour l’amour d’un innocent
William Hawken ne peut être coupable du crime dont on l’accuse, Nell en a l’intime conviction. Cet homme intègre et droit, qui lui a passionnément fait l’amour, ne peut avoir abattu un homme de sang-froid. Cette certitude, rien ne peut l’ébranler, pas même la tristesse qui lui serre toujours le cœur quand elle repense au jour où William l’a quittée, en prétendant ne jamais l’avoir aimée. Aussi, bravant l’interdiction de ce dernier de chercher à le revoir, décide-t-elle de lui rendre visite en prison…
La sincérité en question
Le jour où on lui confie le dossier d’Aidan McKenna, un policer soupçonné de corruption, Grace Simkanian est persuadée de devoir, une fois de plus, oublier son rôle d’avocate intègre pour défendre un client dont elle réprouve les actions. Pourtant, quand elle le rencontre, elle est désemparée. Car, en plus d’être doté d’un charme évident, cet homme énigmatique clame son innocence… Résolue à découvrir s’il la manipule, ou s’il est innocent comme il le prétend, Grace décide de prendre le risque de le faire libérer. Sans se douter que, en agissant ainsi, c’est non seulement son cœur mais aussi sa vie qu’elle met en danger…
Il faut que tu me croies
Voilà quinze ans que Nicole n’a pas revu Travis Halloran. Quinze ans qu’elle est hantée par le souvenir de ce garçon qui avait fait naître en elle les premiers émois de l’adolescence… jusqu’à ce qu’il soit accusé d’avoir tué son père. Aujourd’hui pourtant, alors qu’il est de retour à San Remo et la supplie de croire en son innocence, Nicole sent le doute l’étreindre. Travis cherche-t-il à la manipuler ? Ou a-t-il vraiment été victime d’une machination ?

Promesses à Sunset Ranch, Charlene Sands, Les fiançailles d’un Westmoreland, Brenda Jackson, HarlequinPromesses à Sunset Ranch
Leur histoire, bâtie sur un mensonge odieux, était vouée à l’échec. Leur passion, fondée sur le plaisir charnel, devait rester éphémère.
Mais il y a toujours un « Mais ». Et, lorsque Katherine et Justin se retrouvent à Sunset Ranch, ils doivent soudain faire face à leur destinée – et veiller sur cet enfant qu’ils ont, malgré eux, conçu ensemble…

Les fiançailles d’un Westmoreland
Trinity Matthews voulait éconduire un prétendant trop insistant. Adrian Westmoreland ne pouvait pas laisser une jolie jeune femme en détresse.
Leur plan était simple : leurs fausses fiançailles n’auraient dû être qu’un simple arrangement entre adultes raisonnables.
Mais quand le désir s’en mêle, quand les baisers les plus chastes se font brûlants, alors les règles d’un jeu innocent peuvent être en un souffle balayées par une passion tumultueuse…

La clé de leur destin, Christine Rimmer, Inavouable tentation, Karen Rose Smith, Harlequin : La clé de leur destin
C’est un immense chagrin qui les a réunis : Genny Bravo-Calabretti vient de perdre son fiancé, le frère de Rafael DeValery. C’est un moment d’égarement qui les rapproche : Genny et Rafael trouvent la douceur du réconfort dans les bras l’un de l’autre. C’est une révélation qui changera leur vie : ils l’ignorent encore, mais l’unique nuit qu’ils ont passée ensemble sera la clé de leur destin…

Inavouable tentation
Il y a deux ans, Sara a pris soin de Jase quand, grièvement blessé, il en avait le plus besoin. C’est Jase qui vole aujourd’hui à son secours : il les hébergera, sa fille et elle, le temps qu’il faudra. A l’époque de leur rencontre, une relation entre eux aurait été impensable. Maintenant les circonstances ont changé. Toutefois, comme ils ne vont pas tarder à le découvrir, vivre aussi près de la personne que l’on désire en secret peut devenir un supplice…

Au-delà des mensonges, Barbara Dunlop, L’invitée du bal, Tessa Radley, Rendez-vous à Chicago, Brenda Harlen, HarlequinAu-delà des mensonges
En épousant Reed Wellington, Elisabeth était persuadée qu’elle ne le regretterait jamais. Certes, elle savait que son mari était un homme influent et qu’elle devrait parfois passer après son travail, mais elle était sûre de la force du lien qui les unissait. Leur incroyable complicité, la brûlante sensualité de leurs étreintes en étaient les preuves éclatantes. Pourtant, depuis quelque temps, elle sent toutes ses belles certitudes s’envoler. Car elle supporte de moins en moins ses absences répétées, mais surtout elle a l’impression que Reed lui cache quelque chose…

L’invitée du bal
Alors qu’elle a réussi à se glisser subrepticement parmi les invités du bal masqué qui se donne dans la somptueuse demeure de la famille Saxon, Alyssa Blake se laisse surprendre par le regard intense de l’un des invités qui l’observe derrière son masque. Oubliant les raisons qui l’ont conduite jusqu’ici, elle se laisse aller entre ses bras, subjuguée par le magnétisme de son cavalier. Mais, lorsque ce dernier retire enfin son masque, la réalité se rappelle à elle, glaçante. L’homme qui vient de la couvrir de baisers, et dont le corps l’attire comme un aimant, n’est autre que Joshua Saxon, le propriétaire des lieux. L’homme qui la tient pour sa pire ennemie…

Rendez-vous à Chicago
À la suite d’une terrible déception amoureuse, Samara s’installe à Chicago avec la ferme intention de ne se consacrer qu’à sa carrière de photographe. Pourtant, en dépit de ses bonnes résolutions, elle est immédiatement attirée par Steve Warren, son nouveau patron. Des sentiments dont la force et l’intensité la bouleversent ― elle qui ne se croyait plus capable d’aimer ― mais qu’elle va devoir très vite refouler. En effet, si Steven ne semble pas non plus insensible à son charme, il se montre cependant extrêmement froid et distant…

Une innocente séduction ?, Cat Schield, Le jour où tout a changé, Stella Bagwell, HarlequinUne innocente séduction ?
Belle, brillante, déterminée. Scarlett Fontaine, directrice de l’un des plus luxueux hôtels de Las Vegas, obtient toujours ce qu’elle veut. Un seul homme ose lui tenir tête : Logan Wolfe, dont dépend la sécurité de son établissement. Entre eux, rien de plus qu’une relation professionnelle. Jusqu’au jour où des secrets longtemps gardés menacent la vie de Scarlett, et où Logan se mobilise pour la protéger. Près, trop près maintenant l’un de l’autre, ils sont en proie à une attirance sans limites. Simple jeu de séduction… ou bien plus que cela ?

Le jour où tout a changé
Sassy s’est rendue à Carson City, pleine d’espoir, pour retrouver ses parents biologiques, pas pour s’évanouir dans les bras de Jett Sundell, l’avocat qui est venu la chercher à l’aéroport ! Pourtant, c’est bien ce qui vient de se passer. Et ce jour restera à jamais gravé dans sa mémoire : celui où elle a appris que sa nouvelle « famille », très méfiante, a chargé Jett de la surveiller. Celui, aussi, où elle est malgré elle tombée sous le charme de cet homme qui la prend pour une profiteuse.

Amoureux d’une intrigante, Maureen Child, Troublante révélation, Kristi Gold, Harlequin : Colleen Falkner, l’infirmière, est bien sûr émue que son patient et ami lui ait fait don d’une fortune, mais tout aussi étonnée. Pourquoi le vieil homme s’est-il montré si généreux envers elle ? Cette question, Sage Lassiter, le fils adoptif de JD, se la pose également. Et, parce qu’il est persuadé que Colleen n’est qu’une intrigante, il n’a pas l’intention de la laisser s’en tirer à si bon compte…
Hannah Armstrong, qui n’a jamais entendu parler de JD Lassiter avant d’être couchée sur son testament, se demande si elle ne serait pas la fille illégitime du richissime disparu. Un mystère que Logan Wittaker, l’avocat des Lassiter, aimerait bien lever avec elle, tout en séduisant la belle héritière…

La captive des Highlands, Helen Dickson, HarlequinÉcosse, 1691.
A onze ans, Lorna Mac Bryde doit quitter son Ecosse natale à la suite de l’exil forcé de son père, impliqué dans une embuscade qui a causé la mort tragique du jeune David Monroe… Des années plus tard, Lorna est contrainte par les siens de retourner dans les Highlands afin de s’y marier. Mais sa chevelure d’or, si rare dans ces contrées où les rousses sont légion, lui vaut d’être reconnue et enlevée par les hommes de Ian Monroe, le frère aîné de David. Farouche guerrier et redoutable chef de clan, Ian Monroe accuse alors Lorna, stupéfaite, d’avoir jadis causé volontairement la mort de son frère, et décide de la séquestrer pour mieux accomplir sa vengeance…

Une comtesse en fuite, Amanda McCabe, Harlequin

Quarante tentatives pour trouver l’homme de sa vie, Rachel Corenblit, Le Rouergue : Je suis seule
Tu es seul
Nous sommes seuls…
Lucie est prête à tout pour trouver l’homme de sa vie, dans toutes les situations. Au supermarché. À la piscine. Chez le médecin. Sur internet. Dans les bars très tard. À un atelier de pratiques culturelles.
Avec l’ex de sa meilleure amie.
Avec un père de famille en sortie scolaire.
Avec le vieux copain perdu de vue.
Maniant l’humour féroce, Rachel Corenblit revisite les lieux communs sur la solitude contemporaine et les rapports hommes/femmes. On rit, on pleure, dans ce roman qui n’est pas un roman d’amour… mais qui se termine (presque) en conte de fée !

Nous rêvions juste de liberté, Henri Loevenbruck, Flammarion : Hugo, dit Bohem, et ses amis Freddy, le Chinois et le Fouine, rencontrés dans un lycée de Providence, prennent la route à moto. Au fil des années, leurs idéaux de fraternité et de liberté perdent de leur force.

La voiture noire du désir, Madeleine Chapsal, Flammarion : Dix-huit nouvelles pour évoquer la vie de l’écrivaine, des récits d’amour, de désir, d’amitié et de trahison, parcourus par Gérard d’Aboville, Simone Signoret et bien d’autres.

After, saison 4, Anna Todd, Hugo : Avant, personne n’aurait osé les déchirer… Grâce à Zed, Tessa échappe au pire et soulagée, elle peut commencer une nouvelle vie indépendante à Seattle. Hardin se rapproche de plus en plus de Richard, le père de Tessa, jusqu’à l’héberger dans leur ancien appartement pour l’aider à s’en sortir ! L’occasion parfaite pour prouver qu’il a changé et que, peut-être, il peut devenir quelqu’un de bien. Ou est-ce une manipulation de plus à son actif ? Reste-t-il un espoir pour Tessa et son incorrigible bad&loveboy ? Les nuits entre les deux amants sont plus passionnées que jamais, et Tessa se jette à corps perdu dans cette liaison tumultueuse. Pourtant son entourage semble croire que sa relation avec Hardin va la plonger dans une spirale destructrice dont elle ne pourra sortir indemne. Grâce au soutien de Landon, elle va mener sans doute l’un de ses plus durs combats pour sauver son couple. C’est sans compter sur un cruel coup du destin qui va faire ressortir les pires démons d’Hardin… Tessa arrivera-t-elle à chasser les ténèbres dans l’esprit torturé de son homme ?

Beautiful Secret, Christina Lauren, Hugo : On y retrouve Bennett et Chloé (le couple emblématique de Beautiful Bastard), et leurs amis. Prolongeant l’aventure de tous les personnages, la particularité de Beautiful Secret et Beautiful Beloved est de croiser les personnages des deux séries : Beautiful & Wild Seasons. Lorsque Niall, le frère de Max (héros de Beautiful Stranger, le bad boy anglais de la finance et séducteur notoire à Wall Street) vit pour la première fois une passion dévorante. Il traverse New-York de long en large pour concrétiser sa course à l’amour et à la luxure à travers Big Apple ! Il peut compter dans sa démarche sur l’aide de son frère et de ses amis.

Ladies’ Taste, Laura Trompette, Hugo : Éléonore, jolie blonde élégante et mère de famille de 33 ans, est directrice artistique du groupe de luxe Modus à Paris. De nature douce, ancien peintre, elle a cependant appris à s’adapter à la jungle du monde de la mode. Crystal, 26 ans, est une grande brune incendiaire qui vit en colocation avec son chat caractériel et s’adonne depuis longtemps à un hédonisme sans étiquette sexuelle. Ambitieuse, elle débarque chez Modus avec l’idée secrète de développer la collection de chaussures qu’elle dessine et peaufine depuis longtemps avec son meilleur ami Lorenzo. Leur rencontre bouleverse leurs vies. Dès le début, une complicité se noue. Teintée d’ambiguïtés pour Crystal, auxquelles Eléonore se découvre étrangement sensible. Commence un intense jeu de séduction entre elles, dont l’issue semble incertaine. Entre le lancement du parfum Ladies’ Taste au cours d’une soirée grandiose, les mesquineries et les coups bas dans les couloirs de Modus, chacune apprendra à quel point la passion peut parfois s’affranchir de tout.

Divergente raconté par Quatre, Veronica Roth, Nathan : Lors de sa cérémonie du Choix, un jeune Altruiste se dresse contre sa famille et sa faction : il choisit de rejoindre les Audacieux. Il choisit de se libérer de son passé. Il choisit un nouveau destin, et devient Quatre. Mais ce qu’il découvre chez les Audacieux peut mettre en péril son avenir, et celui de la société tout entière. Doit-il se dresser contre sa nouvelle faction ? Et si Tris, cette novice qui ne ressemble à aucune autre, était la réponse à ses interrogations ?

Geek Girl tome 3, Holly Smale, Nathan : Harriet a un petit copain merveilleux, des amis géniaux et elle entre dans quelques jours au lycée, autant dire qu’elle est HEU-REUSE ! Mais son bonheur est de courte durée car son père a trouvé du travail… à New York ! En l’espace de vingt-quatre heures, elle quitte l’Angleterre et se retrouve dans une ville triste et perdue de la grande banlieue new-yorkaise. La voilà loin de ses amis, loin de sa vie, très très loin du bonheur. Même les quelques shootings auxquels elle participe en cachette à New York ne suffisent pas à lui remonter le moral. D’autant que, pour couronner le tout, Nick prend de plus en plus ses distances avec elle…

Avant le labyrinthe, L’ordre de tuer, James Dashner, PKJ : Treize ans avant que Thomas entre dans le Labyrinthe, une éruption solaire a frappé la Terre. Mark et Trina ont survécu à la catastrophe. Mais cette terrible épreuve n’est rien comparée à ce qui les attend. Une étrange épidémie se répand aux États-Unis, elle frappe de folie les individus qu elle atteint. Pire, elle met en danger jusqu à l’existence de la race humaine !
Convaincus qu’il existe un moyen de sauver les malades, Mark et Trina sont bien décidés à le trouver… s’ils parviennent à rester en vie. Dans ce monde dévasté, certains préfèrent tuer pour que personne ne découvre la vérité.

Méto tome 3, Le monde, Yves Grevet, PKJ : De retour à la Maison, Méto est séparé de ses proches et désigné aux yeux de tous comme le «  traître ». Mais les César le conduisent bientôt dans une partie de la grande demeure tenue secrète et réservée aux membres du groupe E, une élite chargée d’effectuer des missions sur le continent…

Gone tome 4, L’épidémie, Michael Grant, PKJ : Après les combats qui ont ravagé la ville, le calme revient peu à peu sur Perdido Beach. Pas pour très longtemps. Car l’Ombre s’est emparée de Petit Pete, et des insectes terrifiants s’attaquent à la ville. Surtout, une maladie mortelle hautement contagieuse s’abat sur la Zone. Sam, Astrid, Diana et Caine pensaient avoir connu le pire. Pourtant, cette fois, ils vont devoir se mesurer à un ennemi invisible, au péril de leur vie…

In the end, , Lumen : Voilà trois mois qu’Amy a fui New Hope pour échapper au diabolique docteur Reynolds. Grâce à l’équipement de Gardienne que lui a fourni Kay et à l’émetteur sonique qui éloigne les créatures, elle survit tant bien que mal dans les étendues désertiques du Texas. Jusqu’au jour où une voix lui parvient à travers l’oreillette qui la relie encore à ses anciens camarades : Baby, restée à New Hope, est en danger. Amy n’a pas le choix. Si elle veut sauver sa sœur d’adoption, il va lui falloir se rendre à Fort Black, là où d’autres survivants se sont rassemblés et vivent selon la loi du plus fort. Dans cette véritable jungle, la jeune fille va tout faire pour retrouver Ken, le frère de Kay, seul capable de l’aider à secourir Baby. Assistée de Jacks, le neveu du dirigeant de Fort Black, la jeune fille finit par en apprendre un peu plus sur l’invasion des Floraes… Une vérité qui s’avère plus cauchemardesque encore qu’elle ne le croyait !

450 ans avant Tara Duncan, La fille de Belle, Sarah Audouin-Mamikonian, La Martinière Jeunesse : 450 ans avant la naissance de Tara Duncan, c’est le 16ème siècle sur Terre et celui de la Licorne sur AutreMonde, dans le royaume de Lancovit…La Belle et la Bête se sont mariés, mais la malédiction est restée dans les veines du roi Damien. Leur fille aînée, Isabelle, est née couverte de fourrure et dotée de crocs. Si, contrairement à son père, elle a la faculté de passer à volonté de sa forme humaine à sa forme de bête, le peuple, effrayé, refuse de voir en elle sa future reine. Une terrible menace plane pourtant sur le royaume. Oeuvrant dans l’ombre, le duc de Drator, rival haineux et pervers du roi Damien, fomente un complot, assisté de mystérieux et redoutables alliés…Sur fond de calculs politiques et de tensions diplomatiques entre les différentes contrées d’AutreMonde, mais aussi de romance, se noue la destinée, pleine de coups de théâtre, de fureur et de passions, d’Isabelle et des siens…

Vieux, râleur et suicidaire, Fredrik Backman, Pocket : Dans le lotissement où il vit depuis quarante ans, Ove est connu pour être un râleur de la pire espèce. Enfermé dans sa routine maniaque, à cheval sur ses principes, il se méfie de tout et de tous. Depuis la mort de sa femme et son licenciement, tous les matins, il inspecte le quartier, peste contre les automobilistes, et cherche le meilleur moyen de se suicider. Le problème : un chat pelé et une tripotée de nouveaux voisins semblent bien décidés à ne pas le laisser mourir en paix…

Un été à Pont-Aven, Jean-Luc Bannalec, Pocket : Alors que le commissaire Dupin, auparavant rattaché à Paris, goûte avec joie aux plaisirs de sa vie finistérienne, il est confronté à l’assassinat du propriétaire du célèbre hôtel-restaurant de Pont-Aven, le Central. La saison est sur le point de s’ouvrir, et le commissaire va devoir se dépatouiller avec un crime qui le laisse perplexe. Heureusement, il peut compter sur l’appui d’une jeune experte en art. Car tout, ici, se rapporte à Gauguin. Le Central, le meurtre, la vérité. Et le célèbre peintre, à défaut de pouvoir être l’accusé, n’est peut-être pas non plus totalement innocent…

Les invasions quotidiennes, Mazarine Pingeot, Pocket : Être une mère de deux bambins séparée d’un mari envahissant et manipulateur n’est pas une sinécure. Un chaos quotidien qui prend des proportions épiques quand le lave-vaisselle de Joséphine la lâche. Sans compter que ses cheveux partent en vrille. Et que son esprit semble jouer contre elle, s’amusant à l’égarer dans une chaîne de catastrophes théoriques sans fin. Comble de l’ironie, l’inspiration, elle, semble l’avoir abandonnée. Son livre est au point mort, et son nouvel éditeur aimerait bien avoir de ses nouvelles. Pour l’instant, Joséphine l’esquive. Mais combien de temps encore va-t-elle passer à côté de sa vie ?

Momo des Halles, Philippe Hayat, Pocket : « C’était le 25 août 1941. Ce jour-là, mon enfance s’est éteinte d’un coup. Ensuite, le monde s’est défait… » Maurice a quatorze ans. Ses parents viennent d’être raflés, il doit se cacher. Avec sa petite sœur Marie, il se réfugie dans une chambre de service nichée au cœur des Halles. Pour subsister, il fréquente des trafiquants à la sauvette sur le Carreau. Porté par l’amour de Bulle, la prostituée de la chambre voisine, il s’initie au commerce, prend goût aux affaires et devient Momo, le petit prince des Halles… avant d’être pris à son tour dans les griffes de l’Occupation. Trouvera-t-il la force de survivre et de s’imposer ?

America, Romain Sardou, Pocket : 1733. Les deuxième et troisième générations d’immigrants font route vers l’Amérique. Philip Muir, fils d’Augustus Muir, accompagne une centaine de pionniers, bien déterminé à donner vie à son rêve : bâtir un nouveau monde sur cette terre alors sauvage et inhabitée. Tout juste libéré de prison, Charles Bateman, se rend à New York où il doit épouser Flora, la fille d’un influent homme d’affaires. Par la ruse et la politique, il entend conquérir la liberté de son peuple. À l’aube de la guerre d’indépendance, ces deux visions de l’Amérique vont s’affronter et marquer à jamais le destin d’une nation.

La fille qui tombe du ciel, Simon Mawer, Pocket

Comment trouver la femme idéale, ou le théorème du homard, Graeme Simsion, Pocket

Un goût de cannelle et d’espoir, Sarah McCoy, Pocket

Éloge du voyage à l’usage des autistes et de ceux qui ne le sont pas assez, Josef Schovanec, Pocket : On imagine les autistes dans leur bulle, ne voyageant que dans leur tête. Josef Schovanec, « saltimbanque de l’autisme en France », fait une brillante démonstration du contraire. À l’étranger, celui-ci n’est plus qu’un Français en voyage – les langues, l’acuité et la curiosité en plus. Samarkand, Bucarest, Téhéran, Taiwan : les visages filent, les paysages défilent. Ailleurs qu’ici, être plus proche de soi et des autres : telle est la leçon d’un très singulier globe-trotter…

La nuit leur appartient tome 2, Sylvia Day, Pocket

Le chant d’Achille, Madeline Miller, Pocket : Ce ne sont encore que des enfants : Patrocle est aussi chétif et maladroit qu’Achille est solaire, puissant, promis par sa déesse de mère à la gloire des immortels. En grandissant côte à côte, l’amitié surgit entre ces deux êtres si dissemblables. Indéfectible. Quand, à l’appel du roi Agamemnon, les deux jeunes princes se joignent au siège de Troie, la sagesse de l’un et la colère de l’autre pourraient bien faire dévier le cours de la guerre… Au risque de faire mentir l’Olympe et ses oracles.

Le labyrinthe d’Osiris, Paul Sussman, Pocket : Alors qu’elle préparait un article explosif, Rikva Kleinberg, journaliste d’investigation, est retrouvée assassinée dans la cathédrale Saint-Jacques de Jérusalem. Dépêché sur place, l’inspecteur Areh Ben-Roï, est confronté à une affaire complexe où les mobiles ne manquent pas. Une piste étonnante retient son attention : existerait-il un lien entre ce meurtre et celui d’un ingénieur anglais à Louxor en 1931 ? L’inspecteur fait appel à son vieil ami, Youssouf Ezz, et ensemble ils tentent de remonter le fil, qui les conduira d’Israël à Vancouver, de l’Égypte à la Roumanie…

Nouvelles vénitiennes, Dominique Paravel, Pocket : Insaisissable Venise, suspendue entre la terre et la mer, l’Orient et l’Occident, le temps et l’espace – qu’elle abolit d’un coup de hasard… Éternellement éphémère, la cité bruisse ici de mille bruits, mille odeurs, entre rêves, ambitions démesurées, soupirs sensuels, passions brutales… Libertins et poètes, peintres et prostituées, touristes de passage ou résidents permanents : siècle après siècle, Venise préside à leur quête de gloire, de beauté, de plaisir – et toujours s’en joue, théâtre pour les uns, tombeau pour d’autres, dans l’ivresse somptueuse des masques et du secret.

Les derniers jours des rois, Patrice Gueniffey, Pocket : Qu’elles soient criminelles, accidentelles, longues ou spectaculaires, toutes les fins de règne sont à la fois tragiques et éminemment politiques. La mort du monarque est paradoxalement le moment clé de son existence car elle conditionne son passage à la postérité. Ce « savoir-mourir » est l’apanage des hommes d’État. Comment sont morts les principaux souverains qui ont fait la France, de Charlemagne à Napoléon III ? Les meilleurs historiens actuels répondent à cette question grâce à leurs contributions qui conjuguent exigence scientifique et écriture enlevée. Riche en anecdotes et découvertes, cet ouvrage offre ainsi un regard nouveau sur le dramatique et la mystique du pouvoir à la française.

La dernière réunion des filles de la station-service, Fannie Flagg, Le Cherche-midi : Point Clear, Alabama. Après avoir marié la dernière de ses filles, Sookie Poole aspire à un repos bien mérité. Elle aimerait se consacrer enfin à elle, à son couple, faire avec Earle, son mari, les voyages dont elle rêve. Mais elle doit encore compter avec sa mère, l’incroyable Lenore Simmons Krackenberry qui, à 88 ans, épuise les infirmières à domicile les unes après les autres. Si certains de ses coups d’éclat récents peuvent laisser penser qu’elle souffre de démence sénile, le diagnostic n’est pas aisé à établir car, toute sa vie, son comportement a été des plus excentriques.
Le jour où un mystérieux interlocuteur révèle à Sookie un secret de famille parfaitement inattendu, son existence vole en éclats, à commencer par ses rapports avec sa mère. Afin de comprendre qui elle est vraiment, Sookie va alors se mettre sur la piste d’une femme exceptionnelle, Fritzi, qui, en 1940, tenait avec ses trois soeurs une station-service dans le Wisconsin. Le destin incroyable de Fritzi donnera-t-il à Sookie une nouvelle inspiration pour sa propre vie ?

Un parfum de Jitterbug, Tom Robbins, Gallmeister : Une serveuse de tacos qui joue les apprenties chimistes à Seattle, une parfumeuse déchue de La Nouvelle-Orléans qui prépare son come-back et un excentrique nez des hautes sphères de l’industrie parisienne s’interrogent : qui donc leur envoie ces mystérieuses betteraves sans laisser de traces ni le moindre message ? La clé du mystère se trouve peut-être au cœur de l’épopée d’Alobar, roi du VIIIe siècle, qui, fuyant la mort, erre autour du monde en compagnie d’une jeune Indienne fascinée par les essences, et qui découvrira le secret de l’immortalité.

Daisy Sisters, Henning Mankell, Le Seuil : Été 1941, en Suède. Deux amies, Elna et Vivi, dix-sept ans, de condition modeste, s’offrent une escapade à bicyclette à travers la Suède en longeant la frontière de la Norvège occupée par les nazis. L’aventure, d’abord idyllique ? l’été de toutes les joies, de tous les espoirs ?, est de courte durée : Elna, violée, revient chez elle enceinte d’une petite fille qu’elle appellera Eivor.
1960. Eivor, dix-huit ans, en révolte contre sa mère, veut devenir une femme libre. Elle s’enfuit du village avec un jeune délinquant. Que lui réserve l’avenir ? Réalisera-t-elle son rêve d’indépendance et de liberté, et à quel prix ?
En s’attachant aux destins d’une mère et de sa fille entre 1941 et 1981 en Suède, Mankell brosse le portrait de ces générations de femmes (épouses, mères, ouvrières) qui ont dû lutter avec leurs propres désirs et renoncements pour exister et se faire une place au cœur d’une société où s’élaborait le modèle suédois.

La revanche du petit juge, Mimmo Gangemi, Le Seuil : La Calabre, de nos jours. Giorgio Maremmi, substitut du procureur, est assassiné peu après qu’un prévenu l’a menacé de mort en plein prétoire. Son ami et collègue Alberto Lenzi, dit « le petit juge », décide de le venger. Mieux connu pour ses conquêtes féminines et sa gourmandise que pour son ardeur au travail, Lenzi se révèle un enquêteur tenace et audacieux. Son principal indicateur, don Mico Rota, boss local de la ‘Ndrangheta, est emprisonné à vie mais rien ne lui échappe. De sa cellule, il continue à défendre l’honneur de la « famille ». Il s’exprime curieusement, par le truchement de symboles obscurs et de paraboles colorées, mais pour qui sait entendre entre les lignes… Lenzi le peut, apparemment, et, mettant sa carrière en péril, il s’acharne à faire la lumière sur un scandale qui dépasse de loin la criminalité mafieuse habituelle.

Là où s’arrête la terre, Sylvie Le Bihan, Le Seuil : « Le bouchon fit un bruit de détonation et le monde de Marion s’écroula comme si un seul soldat du peloton l’avait exécutée d’une balle en plein cœur avant que le sabre ne s’abaisse. »
Marion, parisienne de 40 ans, prise à son propre jeu entre deux hommes, fuit la réalité et croise un soir d’automne à Paris, Roger qui lui, cherche à tout prix à éviter un choix entre sa vengeance et la résilience. Par défi, il lui propose de l’emmener loin de Paris. Sur un coup de tête, elle le suit. Dans une Bretagne à leur image, à la fois dramatique et mystérieuse, s’ensuit un terrible huis-clos fait d’attirance mêlée de répulsion et de révélations violentes. Un secret se profile, trop lourd pour être dévoilé, jusqu’au drame qui sera peut-être leur unique chance de tout recommencer.
Un roman noir, cruel, ancré dans la société d’aujourd’hui avec ses tabous, son hypocrisie et son égoïsme. L’histoire terrible d’une vengeance par procuration.

Le grain amer, Anne Brochet, Le Seuil : Enfant, Anne Brochet a vécu chez ses grands-parents : c’était le paradis. La maison familiale jouxtait une belle propriété habitée par des parisiens très chics. Elle les admirait, en secret, car une brouille mystérieuse séparait les familles. Était-ce parce qu’ils étaient juifs ? En évoquant des périodes de son passé, elle prend conscience que sa vie s’est sans doute construite à partir de l’énigme du mur qui a séparé les deux propriétés au mois de juin 1944.
Après ce récit à la première personne, elle en entame un autre en imaginant cette fois-ci le personnage d’une actrice en quête d’elle-même. Sylvia est partie à Jérusalem pour se convertir au judaïsme. Elle va se heurter à un autre mur, celui des Lamentations. L’histoire qui l’obsède la dépasse.

Ronde comme la lune, Mireille Disdero, Le Seuil : Saskia, 15 ans, aime manger et en paie le prix : elle est ronde.
Incapable de se mettre au régime, elle s’est résignée à supporter les surnoms moqueurs, les railleries et l’indifférence des garçons. Elle s’est façonné une personnalité fondée sur l’indifférence et le mépris des autres.
Mais comment s’aimer soi-même quand on en veut au monde entier ?
Quand on fuit les miroirs de peur d’y reconnaitre celle qu’on n’a pas envie d’être ?
Grâce à ses amies, Saskia parviendra, lentement mais sûrement, à prendre confiance en elle.

Poussières d’exil, Patrick Bard, Le Seuil : Lea Soler, jeune femme dure et déterminée, se débat avec les siens dans la misère rurale de l’Espagne des premières années du 20ème siècle quand la Grande Guerre vient lui apporter l’espoir d’une émancipation sociale : les vignes du Midi de la France manquent de bras.
Mais les années passent sans que l’exil lui apporte ce dont elle a rêvé. En 1936, frustrée par tant de vain labeur, elle convainc son mari, ses fils et ses deux filles de retourner en Espagne. Presque malgré eux, les Soler sont précipités dans le chaudron de la guerre civile. Une fois les hommes dévorés par le brasier, Lea et ses filles, Gloria et Soledad, demeurent prisonnières d’un pays que la victoire de Franco transforme en immense geôle. Jusqu’à leur fuite à travers les Pyrénées et un second exil en France.
Paris, début des années 50. Migrants et réfugiés s’entassent dans des taudis. Rebecca y grandit sous l’autorité de sa grand-mère Lea et de ses parents, Gloria et Diego.Elle ne va pas à l’école. Pressentant un terrible secret, Rebecca étouffe et se rebelle, jusqu’au jour où Lea lui remet une vieille boîte à chaussures dont le contenu bouleversera sa vie.
Traversé par le souffle des grandes sagas, Poussières d’exil est un formidable roman et un hymne au courage des femmes dont le farouche désir de vivre l’emporte sur la misère, la guerre et la mort.

Ma grand-mère vous passe le bonjour, Fredrik Backman, Presses de la cité : Elsa est une enfant solitaire. Sa seule amie est sa grand-mère, une femme fantasque, prête à tout pour faire rire sa petite-fille, même aux pires bêtises (entrer dans un zoo par effraction ; dire des insanités ; flirter avec des policiers) ! Moquée et persécutée à l’école, Elsa sait qu’elle trouvera toujours du réconfort auprès de Mamie, qui lui change les idées en lui racontant aussi de merveilleuses histoires. Puis, un jour, les contes s’arrêtent brutalement lorsque la vieille dame meurt. Elsa va alors faire son deuil en allant transmettre des lettres que sa grand-mère avait écrites pour de nombreux destinataires : lettres d’excuse, de regret et d’amour. Petit à petit, elle comprend que les contes de son aïeule s’inspiraient de personnages bien réels…

Répulsion meurtrière, Wiebke Lorenz, Presses de la cité : Un asile psychiatrique de Hambourg. Marie a été arrêtée pour le meurtre de l’écrivain Patrick Gerlach. Bien qu’elle ait accepté la sentence, elle ne se souvient pas d’être passée à l’acte. Elle se confie à son thérapeute, Jan Falkenhagen : après le décès brutal de sa fille, elle a perdu la raison ; son mari l’a délaissée et elle a soudain été assaillie de troubles obsessionnels compulsifs, d’envies de meurtre… Au point de ne plus oser sortir. Puis elle a fait la connaissance de Vera Gerlach, une comédienne qui l’a prise sous son aile… Et tout a basculé.

Le cahier des blessures secrètes, Martial Debriffe, Presses de la cité : Sous les feux de la rampe comme dans la « vraie vie », Gabrielle a tout connu : gloire et décadence, bonheur fou et tragédie, passion et désillusion. Elle grandit sous le soleil d’Algérie, y débute sa carrière et s’éprend follement de Toufik, engagé dans la libération de l’Algérie. Gabrielle s’exile alors avec son amant à Paris en 1957, où elle accouche d’un petit Grégory. Tandis qu’elle accède de rôle en rôle à la renommée, sa vie privée se délite. Toufik repart pour son pays, devenu indépendant, avec leur fils. Commence alors pour la jeune femme la descente aux enfers : l’accident de voiture de ses parents, sa bataille acharnée pour retrouver Grégory, puis les retrouvailles avec ce dernier qui dilapidera toute sa fortune… Et d’autres revers du destin qui conduisent en 2010 la comédienne à plaider sa cause devant les caméras d’un journal télévisé. Mais il est des tempéraments que rien n’anéantit : Gabrielle, dans un ultime sursaut de dignité, donnera un nouveau sens à sa vie…

La porte du secret, Chrystel Noir, Héloïse d’Ormesson : Marie, jeune femme pétillante, a hérité de la librairie de son grand-père Samuel, qui l’a élevée. Lors d’un week-end à la campagne chez son amie Margaux, elle fait la rencontre de Josh, charmant scénariste franco-américain. Si l’attraction est immédiate, Marie, trop souvent déçue, s’interdit de rêver à une histoire d’amour. Quant à Josh, veuf depuis trois ans, il vit prisonnier du fantôme de sa femme, Hélène. Leurs chemins semblent se séparer. Mais c’était sans compter sur l’apparition d’Éloïse… l’ange gardien de Marie, bien décidée à l’aider. Heureusement, Marie peut partager son surprenant secret avec Noémie, une adolescente au caractère bien trempé, et Émile, le meilleur ami de Samuel. Pas à pas, grâce à ce drôle d’entourage, Marie apprend à faire la paix avec son passé. De son côté, Josh prend conscience de la nécessité de faire son deuil face à l’évidence de ses sentiments pour Marie. Deux âmes égarées vont réapprendre à aimer. Et la magie opère…

En même temps, toute la terre et tout le ciel, Ruth Ozeki, 1018 : Tokyo. Lycéenne déracinée, Nao se confie : ses camarades qui la harcèlent, sa famille – une nonne zen féministe pour aïeule, un grand-oncle fantôme, un père suicidaire –, puis la tragédie… Canada. Ruth découvre le journal, échoué sur une plage. Ces mots lui sont destinés. Mais comment sauver Nao? Et si elle, romancière en mal d’inspiration, avait le pouvoir de réécrire le destin? Sur les traces d’Haruki Murakami, ce conte onirique à la construction virtuose offre une fabuleuse méditation sur le temps et l’identité. Original, envoûtant, bouleversant : un chef-d’oeuvre.

Guide du loser amoureux, Junio Diaz, 1018 : Magda, Nilda, Alma, Lora : Yunior court après les filles, les fantasme, les quitte, les adore ou les maudit. Cossard désinvolte au cœur d’artichaut, ce fils d’immigré dominicain végétant à New York chronique avec mordant ses déboires érotico-sentimentaux où résonnent, aussi, la débâcle familiale, l’amertume du rêve américain et, toujours, cette soif infinie d’amour… Dans une langue pleine de fougue et de feu, ces nouvelles provocantes dessinent une savoureuse radiographie du coeur humain. Un ovni littéraire : corrosif, hilarant, et désarmant.

Pour quelques milliards et une roupie, Vikas Swarup, 1018 : Un logeur avide, une sœur qui joue à Miss India, une mère malade… Sapna Sinha a troqué ses rêves pour une vie de vendeuse en électroménager, quand un mystérieux milliardaire lui fait une proposition folle : il lui lègue sa fortune ! À une condition : qu’elle réussisse sept épreuves. Miracle ou pacte avec le diable ? Embarquée malgré elle dans d’incroyables aventures, Sapna devra prouver sa vaillance et son honnêteté afin de se construire un avenir meilleur. Un conte de fée moderne, drôle et poignant, signé par l’auteur des inoubliables Fabuleuses aventures d’un Indien malchanceux qui devint milliardaire. Irrésistible !

Je suis lasse des ombres, Alan Bradley, 1018 : C’est Noël, et Flavia de Luce – enquêtrice amateur de 11 ans avec une passion pour la chimie – s’est enfermée dans son laboratoire pour concocter une potion afin de piéger le Père Noël. Mais elle est dérangée par l’arrivée d’une équipe de cinéma venue tourner un film dans le manoir familial croulant de Buckshaw, avec la fameuse Phyllis Wyvern dans le rôle principal. Malgré le blizzard, tout le village de Bishop’s Lacey se retrouve à Buckshaw pour assister à la performance de Wyvern. Personne, pourtant, ne s’attendait à ce que la soirée se termine sur une note aussi macabre : un cadavre est retrouvé étranglé avec une bobine de film…

Black-out, John Lawton, 1018 : Londres, 1944. Alors que la Luftwaffe fait son assaut final sur la capitale britannique déjà exsangue, les Londoniens se précipitent dans les rues, cherchant un abri souterrain au cœur de la ville obscure. Lorsque le calme revient, d’autres horreurs refont surface… Un bras coupé est découvert par un groupe d’enfants jouant sur un site bombardé de l’East End ; et lorsque le sergent détective Frederick Troy de Scotland Yard arrive sur les lieux, il devient évident que le corps démembré n’est pas l’œuvre d’une fusée. Troy parvient à relier le bras coupé à la disparition d’un scientifique réfugié de l’Allemagne nazie. Il déterre alors une chaîne de secrets menant tout droit au haut commandement des Alliés, et pénètre les mystères d’un monde corrompu, peuplé de réfugiés apatrides, d’agents secrets et de femmes mystérieuses.

Un mensonge explosif, Christophe Reydi-Gramond, 1018 : Toulouse, 21 septembre 2001. Un ornithologue de onze ans assiste à la catastrophe qui ébranlera la ville et le pays tout entier. Une déflagration, un éclair gigantesque et l’usine chimique explose, faisant des dizaines de morts et des milliers de blessés. « Un accident industriel à 99% », déclarent d’emblée les autorités. Clovis Lenoir, commissaire à l’Antiterrorisme, sait bien qu’à quelques mois des présidentielles, cette vérité officielle est plus présentable que la menace d’attentat qu’il traque depuis des semaines. Mais cette piste est-elle la bonne ? Là encore, trop de lacunes et d’invraisemblances jettent une ombre suspecte sur ce qui s’est réellement passé ce jour-là. Un journaliste trop bien renseigné, un physicien idéaliste, un espion injoignable, une businesswoman aux dents longues sont quelques-uns des personnages qu’il croisera dans cette enquête gigogne éclatée entre la France, les États-Unis, le Brésil et la Russie. Dans ce thriller ingénieux, Christophe Reydi-Gramond superpose à plaisir les leurres et les vérités pour laisser son lecteur ravi d’avoir été si brillamment manipulé.

Last exit to Brooklyn, Hubert Selby Jr, 1018 : Brooklyn, le quartier portuaire de Red Hook et sa faune brutale : voyous désoeuvrés cognant à l’aveugle, marins sournois, ouvriers syndicalistes salaces, travestis papillonnant leur fantasme d’amour, prostituées entaulées dans des bars minables. Des vies frustrées, gonflées d’ego, obsédées par le sexe, la violence et l’alcool – qui tournoient dans un lacis de flashs hallucinés. Cru, désespéré, sublimement trash. Paru avec fracas en 1964, ce roman inclassable et culte et un chef-d’œuvre à (re-)découvrir absolument.

Les enfants de l’état, William Ryan, 1018 : Le capitaine Korolev, inspecteur de police à Moscou en 1937, savoure la visite longtemps attendue de son fils Yuri. C’est alors qu’un éminent scientifique est abattu, à proximité du Kremlin. Le soir où l’enquête est assignée à Korolev, Yuri disparaît et la mère de ce dernier n’est plus joignable. Malgré son inquiétude, Korolev poursuit ses investigations. Mais, où qu’il aille, il est devancé et les documents qu’il cherche, raflés. Korolev comprend qu’il est au cœur d’un combat entre deux factions rivales de la police secrète, le NKVD. Pour découvrir la vérité, il lui faudra suivre la piste des enfants de l’État, ceux qui disparaissent sans laisser de trace.

Qu’est-ce qui fait courir Julia Verdi ?, Geneviève Lefebvre, Nil : 365 jours, 50 ruptures amoureuses, 70 bouteilles de pomerol, 1 chienne adoptée… Un désopilant marathon sentimental. « Cette histoire commence avec un rejet. Pour être franche, cette histoire est ponctuée de rejets. Celui que j’avais infligé dans la cruelle insouciance de mes dix-sept ans à un garçon qui n’en méritait pas tant, et celui qui allait me renverser comme une grosse boule déterminée à abattre toutes les quilles d’un seul et sale coup. Bang. » Qu’est-ce qui fait courir Julia Verdi, cette cadre de 37 ans haut placée dans une entreprise de bois à Montréal ? La recherche de gloire et d’argent ? Ses relations avec des hommes qui semblent parfaits sur le papier, mais qui la quittent les uns après les autres ? La maladie de sa mère, qu’elle fuit ? À force de ne pas se remettre en question, Julia court surtout le risque de finir seule et malheureuse. Mais un soir, au coin d’une ruelle, voilà qu’une petite chienne abandonnée tourne ses yeux noirs vers elle. Qui aurait cru que cet animal allait tout changer ? Un roman plein d’entrain qui ne se lâche pas. Une étonnante leçon de vie pour tous ceux qui tournent en rond.

Flic maison, Dashiell Hammett, OmnibusL’éléphant vert, Flic maison, Au fer à cheval d’or, Qui a tué Bob Teal ?, Piège à filles, Le velu, Le complice. Ces sept nouvelles, publiées dans Black Mask entre 1923 et 1926, montrent la diversité du talent de Dashiell Hammett, le génial créateur du roman noir américain et de la figure du détective privé.

Un privé nommé Marlowe, Raymond Chandler, Omnibus : Personnage fétiche de Raymond Chandler, Philip Marlowe est l’archétype du privé américain au grand cœur, incorruptible, courageux et dur à cuire. Il promène sa nonchalance et son ironie dans ces quatre enquêtes nerveuses et musclées, parmi les gangsters, les patrons de tripot, les flics corrompus et les beautés fatales. Traductions intégrales, nouvelles ou révisées. Contient : Poissons rouges, Vent rouge, Les ennuis c’est mon problème, Le crayon.

À table, gentlemen ! Isaac Asimov, Omnibus : Les Veufs Noirs, ce sont six hommes (ni veufs ni forcément célibataires) qui se réunissent pour manger, boire… et résoudre les énigmes que vient leur présenter leur invité. En marge de son immense œuvre de S-F, Isaac Asimov lorgne du côté d’Hercule Poirot et de ses petites cellules grises pour ciseler ces bijoux d’astuce et d’humour.

La mariée rouge, Hervé Jaouen, OmnibusLa Mariée rouge suivi de 6 nouvelles : Le disparu de Men-Diaoul, Une trop fine mouche, Abus de phosphore, Interrogation écrite, Stang fall, L’argent de la quête. Un couple de jeunes, dans une cavale nihiliste et suicidaire, croise le chemin d’un trio de ferrailleurs, d’un commando d’autodéfense et d’une noce, dans le fin fond de la campagne bretonne ; une épopée tragique et ultraviolente qui se termine dans le sang, servie par la prose grinçante d’Hervé Jaouen. Ce roman fit grand bruit lors de sa parution en 1979, en pleine vogue du néo-polar français lancé par A.D.G., Jean-Patrick Manchette et Jean Vautrin, entre autres, et qui se caractérisait par le soin apporté à l’écriture. Ce roman, qui bénéficie d’un avant-propos de l’auteur et de deux préfaces signées Pierre Magnan et Jean-Baptiste Baronian, est suivi par six nouvelles choisies par l’auteur, pas toutes policières mais noires, aujourd’hui introuvables.

Les neuf femmes de Sherlock Holmes, Conan Doyle, Omnibus : On a souvent taxé Sherlock Holmes de misogynie ; et pourtant, les figures féminines abondent dans ses aventures, dont Irene Adler – LA femme -, héroïne de la première des 56 nouvelles de ses aventures, Un scandale en Bohême. Ces neuf nouvelles ont chacune une femme comme personnage central, qu’elle soit victime ou objet de l’enquête du génial détective. La traduction d’Eric Wittersheim rend grâce au style fluide de Conan Doyle. Contient : Un scandale en Bohême, Une affaire d’identité, La bande tachetée, La cycliste solitaire, Charles Augustus Milverton, Le manoir de l’abbaye, La disparition de Lady Frances Fairfax, La pensionnaire voilée, La boîte en carton.

Crime à Black Dudley, Margerie Allingham, Omnibus : Avec ses grands yeux innocents derrière ses lunettes, son sourire niais et son bavardage incohérent, Albert Campion n’impressionne pas, et il apparaît même comme un crétin. Et pourtant… Sous cette dégaine d’idiot, il dissimule des trésors d’ingéniosité et de courage. Un crime est commis au cours d’un week-end dans le manoir de Black Dudley : le vieux et lubrique colonel Coombe est terrassé par ce qui semble une crise cardiaque. Le jeune Albert Campion enquête et met au jour une étonnante conspiration. Dans la grande tradition du roman à énigme anglais, Crime à Black Dudley offre cependant une intrigue pleine d’action et de rebondissements que domine la personnalité pleine de charme et d’humour du mystérieux Campion, le héros fétiche de l’auteur.

L’inattendu, Claudie Pernusch, Belfond : Qui est la jeune fille que Viviane aperçoit dans les collines de Montbury ? Pourquoi n’est-elle pas en classe et que fait-elle, seule, dans la fraîcheur de l’automne ? Lorsque l’étrange adolescente apparaît dans son jardin, l’instinct maternel de Viviane se réveille : des enfants, elle en a rêvé mais n’en n’a jamais eu. Pourquoi n’hébergerait-elle pas celle-ci ? Le chalet de Viviane est un refuge apaisant pour Cosima, qui s’y installe très vite. En secret, Viviane se délecte de son bonheur et du lien qu’elle s’applique à tisser… Et le ravage maternel peut commencer : les liens du sang ne sont pas indispensables au désir d’être mère. Mais à une parfaite inconnue peut-on vraiment imposer jusqu’à l’étouffement la démesure de son amour ?

La vérité à propos d’Alice, Katherine Webb, Belfond : En acceptant sur le tard d’épouser Richard, Rachel Crofton croyait enfin échapper à son destin de gouvernante. Hélas, derrière le négociant en vins affable, bien introduit dans la bonne société de Bath, se cache un homme colérique, opportuniste et pingre. Pour tromper l’ennui et les regrets, Rachel accepte la proposition de lady Alleyn, figure de l’establishment, qui recherche une dame de compagnie pour son fils, Jonathan, vétéran de la guerre d’Espagne. Dès sa première visite, Rachel comprend que les belles apparences masquent de profondes failles : pourquoi Jonathan réagit-il si fortement à sa vue ? Ses traumatismes sont-ils uniquement liés à ses souvenirs de guerre ? Que complote Starling, la petite servante ? Quelle emprise lady Alleyn exerce-t-elle sur ces esprits troublés ? Et surtout, qui était Alice, la fiancée de Jonathan, disparue sans aucune explication ? Décidée à percer le secret de la maison Alleyn et à sauver Jonathan du mal qui le ronge, Rachel n’a bientôt plus qu’une idée en tête : découvrir la vérité à propos d’Alice…

Le fils d’une autre, Kathleen McCleary, Belfond : À quarante ans, Georgia n’a qu’une obsession : avoir un deuxième enfant, revivre ce sentiment de pur bonheur que lui a procuré sa première grossesse, treize ans plus tôt. Mais rien n’y fait. Un jour, Alice, sa meilleure amie, sa presque sœur, a une idée : offrir à Georgia le cadeau que la nature lui refuse. Un don d’ovocyte ; un geste qui scellerait éternellement la profonde amitié qui unit leurs deux couples. La décision est prise, chacun est impatient : dans neuf mois, un petit garçon viendra les combler de joie. Mais, alors que le ventre de Georgia s’arrondit, de douloureux secrets sont révélés, qui viennent rompre brutalement l’équilibre des deux familles. Et bientôt une question terrible se pose : quels parents pour ce nouveau-né ? De qui est-il légitimement l’enfant ? Qui pour prendre soin de lui ? Face aux mensonges, aux trahisons, lequel sera le plus fort : lien du sang ou lien du cœur ?

Comment Thomas Leclerc 10 ans 3 mois et 4 jours est devenu Tom l’Eclair et a sauvé le monde, Paul Vacca, Belfond : Le 14 octobre 1968, à 10 ans, 3 mois et 4 jours, Thomas Leclerc comprend enfin pourquoi il est sur Terre : il n’est pas Thomas Leclerc, mais Tom l’Éclair plus vif que l’Éclair… Comme les super-héros, il est un étranger jeté dans un monde qui n’est pas fait pour lui. Souffrant de difficultés relationnelles et émotionnelles, cet enfant de la fin des années 60 s’invente un destin qui va lui permettre de sauver son Monde, qui évolue entre sa maison, sa résidence et la petite ville de Montigny. C’est ainsi qu’il sort de sa chambre et de son isolement, et part défier la réalité et ses pièges pour voler au secours de ses parents qui comptent se séparer ou encore venger l’honneur de Palma, une fille de son collège qui a été assassinée et dont le meurtrier court toujours… Digne d’un super-héros, Tom ira jusqu’au bout. Et si c’était le prix à payer pour trouver sa voie vers le Monde ?

À la guerre comme à la guerre, Aleksandar Gatalica, Belfond : « Il y aura une guerre, une grande guerre… » Quelques mots, prophétiques, prononcés par un mort : l’archiduc François-Ferdinand lui-même. Des rues de Paris où Cocteau se gave de pâté par peur d’être réformé, aux marchés d’Istanbul où le vieux Mehmed Yildiz voit ses trois apprentis bien-aimés partir au front, la mobilisation est lancée. Depuis les profondeurs de l’Atlantique où des monstres terrifiants accompagnent un sous-marin jusqu’aux cieux méditerranéens où vole un peintre raté qui s’est juré de tuer Picasso, la folie meurtrière gagne les esprits. Sur la scène d’un opéra en Allemagne, dans le palais du tsar, dans les cabarets londoniens, dans les villages arméniens, dans les tranchées de Verdun, la guerre s’insinue, partout. Cinq années de guerre dans l’Europe tout entière, l’agonie d’une Belle Époque et l’avènement d’un monde nouveau, marqué par un doute : que l’humanité, désormais, ne soit plus capable que du pire.

Son royaume, Han Han, Philippe Picquier : Ce que Xiaolong préfère, c’est rouler comme un dingue sur sa moto. Seul ou avec Niba, une fille à l’air candide. Niba aime peindre et rêver, et elle est amoureuse de lui depuis l’enfance.
Xiaolong agit selon ses instincts, ses envies, redresseur de torts à ses heures, il ne connaît pas les limites que la société lui impose. La petite ville où il vit n’a peut-être rien d’attirant mais c’est son royaume. Un royaume que la plupart des jeunes ont déserté et que les dirigeants veulent mener à la réussite économique. Mais ils ne parviennent qu’à polluer terres et rivières. Lorque les animaux se mettent à muter et les crevettes chinoises à ressembler à des écrevisses australiennes, Xiaolong trouve que trop, c’est trop. Mais s’il possède un grand sens de l’équilibre sur les deux-roues, ce n’est pas le cas dans les relations humaines ou quand il faut négocier un compromis.

Tout ça va changer, Lao Ma, Philippe Picquier : Lao Ma écrit des flash fictions, des instantanés qui capturent sur le vif la réalité d’une vie chinoise. Père de famille curieux, voyageur du Nouvel An résigné, ancien garde rouge méditatif, documentaliste scandaleuse… En quelques lignes incisives, il cerne les contours d’un caractère et épingle les travers de ses contemporains. C’est un virtuose du paradoxe, un moraliste corrosif, bien loin de l’idéal officiel d’une société harmonieuse. Ses cibles de choix sont issues des milieux qu’il connaît le mieux, les universitaires et les politiques. Le pari est parfois risqué et les histoires sont souvent très drôles.

Pierrot-la-gravité, Kôtarô Isaka, Philippe Picquier : Haru et Izumi sont deux frères très liés depuis l’enfance. Haru est issu d’un viol subi par sa mère, mais les parents n’ont jamais caché cette réalité aux enfants et la famille est restée soudée autour de ce drame.
Izumi travaille pour une société de tests génétiques, tandis que Haru passe ses journées à nettoyer les tags de la ville. Quand d’étranges incendies se mettent à éclater ici et là, annoncés par de mystérieux graffitis, les deux frères décident de mener l enquête. Les signes mis bout à bout forment un rébus dont ils s’efforcent de percer le sens.
Au-delà d’une énigme policière aux péripéties étonnantes, c’est la personnalité attachante des deux frères qui captive, ainsi que le charme des dialogues entre humour et émotion, émaillés d’interrogations sur le bien, le mal, et les questions éthiques posées par les progrès de la science.

Même pas peur, Ingrid Astier, Syros : Ils sont trois : deux garçons et une fille, la séduisante et intrépide Mica, qui semble si inaccessible à Stephan, mais si proche des bras de Phil, son meilleur ami. La jalousie de Stephan s’insinue en lui comme un poison qui vient teinter de noir les lumineux jours d’été. Alors que le trio se lance dans la traditionnelle chasse au trésor qui les rassemble chaque année sur l’île d’Yeu, s’accrochant une dernière fois à l’enfance, Stephan se sent prêt à tout pour exister aux yeux de Mica.

Le vieux qui déjeunait seul, Léa Wiazemsky, Michel Lafon : Clara, une jeune serveuse de 27 ans, se prend d’affection pour un vieux monsieur qui l’intrigue mais dont elle ne sait rien sinon que, chaque lundi, il déjeune invariablement à la même table et commande invariablement les mêmes plats, des poireaux vinaigrette et un bœuf carotte. Elle est loin de se douter qu’elle-même a piqué la curiosité de ce vieil homme éprouvé, dans son cœur et dans sa chair, par la vie. Derrière la gentillesse et l’éternelle bonne humeur de la jeune femme, il a décelé une faille, une blessure secrète. Et pour cause. Rongée par le poids de la culpabilité d’actes dont elle n’est pourtant pas responsable, Clara s’interdit d’être heureuse. Tout pourrait changer au contact de Clément, ce grand-père qu’elle se choisit. Avec Clara, il va retrouver la joie de vivre et l’allégresse de ses 20 ans. Avec Clément, elle va apprendre à (se) pardonner et à aimer.

Un cœur en silence, Blanca Busquets, Les Escales : Berlin, de nos jours. Lors des derniers préparatifs d’un concert en hommage à Karl T., un chef d’orchestre décédé dix ans auparavant, quatre personnes originaires de Barcelone se remémorent le passé. Teresa, la virtuose sauvée par la musique ; Anna, la soliste jalouse ; Maria, la simple gouvernante secrètement éprise du chef d’orchestre et Mark, le fils de Karl. À travers leurs récits se révèlent peu à peu les liens qui les unissaient : relations de haine ou d’amour, de filiation ou d’abandon, mais surtout la passion, parfois destructrice, pour la musique. Quatre destins marqués par un même musicien et par son violon, un précieux Stainer disparu depuis longtemps. À qui Karl a-t-il légué son instrument fétiche ? Des années plus tard, ce dernier concert fera éclater la vérité. Magnifique roman choral construit comme un concerto, entre envolées lyriques et murmures, Un coeur en silence est une ode à la musique et à son pouvoir.

Nom de code : Black Bird, Anna Carey, Bayard : Liste des choses que je sais : je suis à Los Angeles. Je me suis réveillée sur les voies du métro à la station Vermont-Sunset. Je suis une fille et j’ai de longs cheveux noirs. J’ai un oiseau et un code (FNV02198) tatoués sur le poignet droit. Je suis en fuite. Des gens essaient de me tuer.

Une saison de granit, Florian Ferrier, Plon : En 1943, Léonie, 17 ans, retourne sur son île natale après le bombardement de son pensionnat rennais. Elle y retrouve son père, mutilé de la Grande Guerre, et sa mère, une femme hautaine qui lui voue une haine profonde depuis sa naissance. Lasse d’endurer les humiliations quotidiennes, Léonie décide d’en comprendre l’origine. Quelle obscure vérité se cache derrière tant d’acharnement ? Tandis que Léonie exhume un à un les secrets du passé, sa route croise celle d’un parachutiste anglais dont l’avion s’est écrasé sur l’île. Elle décide de lui venir en aide. Alors que l’occupant se fait de plus en plus menaçant, Léonie parviendra-t-elle à sauver le jeune homme sans risquer sa propre vie ?

La défense Lincoln, Michael Connelly, Points : Défenseur attitré des chauffards, bikers et autres dealers, Mickey Haller est habile au prétoire mais méprisé par le barreau de Californie. Il passe sa vie dans sa Lincoln à traquer les petites affaires. Un jour, pourtant, il décroche le gros lot: un riche fils de famille fait appel à ses services. Mais l’excitation des débuts cède bientôt la place à l’inquiétude. Haller s’aperçoit que cette « aubaine » pourrait bien lui coûter la vie…

Le verdict du plomb, Michael Connelly, Points : La situation commence à s’arranger pour l’avocat Mickey Haller blessé à la fin de La Défense Lincoln. Après deux ans de soins, il hésite encore à reprendre du service lorsqu’il se retrouve à la tête du cabinet de son ami l’avocat Jerry Vincent, assassiné. Haller hérite d’une énorme affaire, la défense de Walter Elliot, un magnat du cinéma accusé d’avoir tué son épouse et l’amant de cette dernière. Mais alors qu’il se prépare pour ce procès qui pourrait faire de lui une célébrité, il découvre que lui aussi est en danger. Entre alors en scène un Harry Bosch qui, comme à son habitude, est prêt à tout, y compris à se servir d’Haller pour arrêter le meurtrier de Jerry Vincent. Mais, les enchères montant, tous deux comprennent que malgré ce qui les sépare ils n’ont pas d’autre choix que de travailler ensemble.

L’autre, Sylvie Le Bihan, Points : 11 septembre 2011. Emma fait partie des invités d’honneur de la Maison Blanche pour les commémorations des attentats. Debout sous le soleil de septembre, elle est au plus mal. Mais est-ce son veuvage qui la fait tant souffrir ? Rien n’est moins sûr. Strasbourg janvier 1996, Emma est insouciante, une séductrice capricieuse qui croque les hommes et les jette sans remords. Jusqu’au moment où elle rencontre l’Autre. Avec l’Autre, sa vie va prendre une tournure plus grave. Emma éprouvera au quotidien, dans les gestes les plus banals, que l’enfer existe. Sylvie Le Bihan, dans son premier roman, a choisi de traiter un sujet que connaissent beaucoup de femmes et dont peu savent parler pourtant : celui du pervers narcissique. Elle excelle, grâce à une écriture aussi mordante que délicate, à décrire comment la violence entre, parfois sans fracas, dans la vie d’une femme.

Elle marchait sur un fil, Philippe Delerm, Points : À cinquante ans, Marie se retrouve seule. Telle la marée montante, la vie a effacé la trace de ses pas. Un autre chemin reste à inventer. La rencontre d’un groupe de jeunes comédiens lui ouvre de nouveaux horizons : elle montera avec eux le spectacle qu’elle avait imaginé pour son fils. Mais le rêve peut tourner à la tragédie. Les parents doivent-ils influencer le devenir de leurs enfants ? Que reste-t-il à créer lorsqu’on entame la seconde partie de sa vie ? Dans ce roman poignant qui oscille entre la Bretagne et Paris, Philippe Delerm aborde ces sujets pour la première fois, traçant le portrait fragile d’une femme en équilibre sur le fil de sa vie.

Maudite éducation, Gary Victor, Points : Adolescent en Haïti dans les années 70, tiraillé entre la crainte d’un père rigide et le désir d’explorer le nouveau continent de la sexualité, le jeune Carl Vausier choisit de faire confiance à sa propre nature. Dans la maison familiale d’abord, où la promiscuité interdit le moindre jardin secret, il se réfugie dans le saint des saints, la bibliothèque… Puis lors de virées dans les bas-fonds de Port-au-Prince, où les prostituées lui procurent le plaisir tant recherché, mais surtout lui racontent des vies de femmes stupéfiantes, victimes de l’Histoire et de la cruauté des hommes.

Eux, Claire Castillon, Points : « C’est elle qui veut me tenir, me garder, me posséder. La famille. Mais prononcer le mot est déjà me salir. La généalogie, la grande feuille de papier, l’arbre entier dessiné, avec les noms des gens. Ils me parlent d’en haut. Alors je les entends, puisque je suis descendante et que j’attends un enfant. » Elle est enceinte, elle passe la plupart de son temps seule chez elle. Et elle entend ou croit entendre des voix. Ce sont les héréditaires. Ils veulent prendre le pouvoir, s’emparer du bébé. Sa mère lui prodigue des conseils inutiles, tandis que son père tente en vain de la rassurer. Son « gars », lui, ne se doute de rien. A moins qu’il ne fasse partie du même complot. Cauchemar ? Règlement de comptes ? Allégorie de la maternité ? Cinglantes comme des fouettés, les phrases de Claire Castillon dessinent un paysage mental d’une noirceur extrême, zébré par les éclairs d’un humour ravageur.

Fille de burger, Nadine Gordimer, Points : « Rosa, quelle va être ta vie désormais ? Celle qu’il a vécue ou celle des autres ? » Fille d’un leader communiste mort en prison, Rosemarie Burger a à peine vingt ans quand elle se retrouve livrée à elle-même. Farouchement attachée à son indépendance, la jeune Afrikaner n’en est pas moins enchaînée au destin paternel. Être une héroïne comme son père : la voie semble toute tracée. Sauf que Rosemarie est à la recherche d’elle-même. Comment s’émanciper de l’héritage familial sans abandonner la lutte contre l’apartheid ?

Le cercle des plumes assassines, J-J Murphy, Baker Street : Critique, nouvelliste, poète, et plus tard scénariste, Dorothy Parker fut l’un des piliers de la célèbre Table Ronde de l’hôtel Algonquin, où déjeunaient ensemble les esprits les plus caustiques de New York. Dans ce roman qui nous fait revivre les années 20, elle se retrouve malgré elle au centre d’une enquête criminelle. Un matin, elle découvre, sous la table habituelle du cercle d’amis, un inconnu poignardé en plein cœur. Pour compliquer l’affaire, un jeune outsider, venu du Sud, un certain William (« Billy ») Faulkner, qui rêve de devenir écrivain, apporte un témoignage troublant. Il prétend avoir eu un furtif aperçu du tueur… Bientôt il sera traqué aussi bien par la police que par les malfrats les plus redoutables de la ville.
Dans un rythme endiablé, ce roman qui allie suspense et humour nous plonge dans l’ambiance de Manhattan à l’époque de la Prohibition. On y croise gangsters notoires, stars de cinéma, légendes littéraires, des personnes réelles côtoyant des êtres de fiction. Jeux de mots, propos acidulés, insultes à peine voilées : les répliques fusent comme des tirs de mitraillette, le tout dans une joyeuse anarchie.

Amour, colère et folie, Marie Vieux-Chauvet, Zulma : Amour raconte l’amour impossible de Claire, qui a la peau plus noire que ses soeurs. Dans Colère, Rose représente le peuple haïtien dont les bourreaux ont volé le corps et l’âme. Folie dresse le portrait de trois poètes ivres de rhum qui sombrent progressivement dans la folie après s’être enfermés sur eux-mêmes pour échapper aux mauvais esprits.

Les mille et une gaffes de l’ange gardien Ariel Auvinen, Arto Paasilinna, Folio : On l’ignore, mais chaque année, dans l’église de Kerimäki en Finlande, a lieu un séminaire de formation des anges gardiens. Cinq cents d’entre eux y sont réunis et, en moins d’une semaine, l’ange Gabriel et ses assistants ont la lourde tâche de leur apprendre à protéger un mortel et à le guider sur le droit chemin. Parmi les célestes apprentis se trouve Ariel Auvinen, ange aussi zélé que maladroit. Après sa formation théorique, Ariel est passé aux exercices pratiques. Pas très concluant : après avoir guidé sa protégée, une vieille dame un peu bigote, vers le bar local où elle s’est consciencieusement saoulée, il s’est essayé aux acrobaties aériennes, mais avec des ailes de dix mètres d’envergure ce n’est pas gagné ! On lui confie toutefois un mortel : Aaro Korhonen, homme en tous points respectable et capable de s’occuper seul de ses affaires. Même un ange aussi maladroit qu’Ariel Auvinen ne parviendra sans doute pas à semer la pagaille dans sa vie, et encore moins à l’exposer aux tentations du démon. C’est du moins ce que croit l’ange Gabriel.

On a tué tous les Indiens, Jules Gassot, Robert Laffont : « C’est quoi une rupture ? Deux êtres qui se disent au revoir en sachant qu’ils ne se reverront jamais. Deux enfants qui font la guerre, pas dans le même camp. Deux joueurs avec les mauvaises cartes qui ne veulent pas perdre. Une rupture c’est un truc dégueulasse qui arrive par surprise. C’est le gouffre où l’on sombre comme lorsqu’on est amoureux. Une rupture c’est la mort qui change de nom parce qu’on est toujours vivant. » K.O. au 7 e round. À quelques jours de ses trente ans, Benjamin Chambertin se fait larguer. Après sept ans, Julie ne l’aime plus. Un rêve d’éternité s’écrase sur ses baskets. Tel le Alain Leroy du Feu follet, il cherche à se heurter à quelque chose de solide, à trouver un sens. Errances nocturnes, vertige de la solitude, soigner la vie au whisky, tout faire pour échapper au tocsin de la trentaine. Drogue, sexe et réalité virtuelle dans la steppe des sentiments. Même si tout est foutu, même si tout est perdu, il y a toujours un visage à viser, à espérer, à vaincre.

Lucy in the Sky, Pete Fromm, Gallmeister : Lucy Diamond, quatorze ans, file à toute allure vers l’âge adulte. Prise entre l’urgence de vivre et la crainte de devoir abandonner ses manières de garçon manqué, Lucy se cherche et joue avec l’amour. Elle découvre par la même occasion que le mariage de ses parents n’est pas aussi solide qu’enfant, elle l’a cru. Son père, bûcheron, est toujours absent. Sa mère, encore jeune, rêve d’une autre vie. Et Lucy entre eux semble soudain un ciment bien fragile. Armée d’une solide dose de culot, elle s’apprête à sortir pour toujours de l’enfance et à décider qui elle est. Quitte à remettre en question l’équilibre de sa vie et à en faire voir de toutes les couleurs à ceux qui l’aiment.
Dans un Montana balayé par les vents, c’est la peur au ventre et la joie au cœur que Lucy, pleine de vie, se lance à corps perdu dans des aventures inoubliables.

De pareils tigres, Jean-Marie Dallet, Libretto : Le 15 décembre 1891, le navire Niuroahiti disparaît en Polynésie. Quelques mois plus tard, à plusieurs milliers de kilomètres de son port de départ, il accoste sous un faux nom dans une île du Pacifique où il est arraisonné par les autorités locales. Seuls membres de l’équipage d’origine : deux frères, Joseph et Alexandre Rorique, et le maître-queux du bâtiment. Sur accusation de ce dernier, les Rorique sont arrêtés. Soupçonnés de meurtres et d’actes de piraterie, ils ne cesseront avec intelligence de clamer leur innocence. Dans ce roman polyphonique, Jean-Marie Dallet revient sur une célèbre affaire qui a défrayé la chronique à la fin du XIXe siècle et a inspiré à Jules Verne la trame de son roman Les Frères Kip. Des lagons de Tahiti au bagne de Cayenne, en compagnie de Paul Gauguin et de Joseph Conrad, l’auteur raconte le mystère qui continue d’entourer le destin des frères Rorique aux caractéristiques proches de celles des psychopathes contemporains.

Karen Blixen, Violaine Gelly, Libretto : Biographie inédite et d’accès facile de Karen Blixen.
Née en 1885, riche puis ruinée, baronne, passionnée et amoureuse, désespérée aussi, malade de la syphilis, victime de drames familiaux violents et en rupture avec le mode de vie de sa classe sociale, Karen Blixen aura payé très cher son entrée en littérature alors qu’elle approche de la cinquantaine. Connue pour son roman autobiographique La ferme africaine adapté au cinéma sous le titre d’Out of Africa, Karen Blixen aura passé plus de quinze ans en Afrique du Sud dans une plantation de café qui mangera toute sa fortune. Revenue en Europe en 1931, elle deviendra une figure de premier plan de la vie artistique danoise et internationale.

House of cards, Michael Dobbs, Milady

Broadchurch, Erin Kelly, Milady : Lorsque le corps sans vie de Danny est retrouvé sur la plage, Ellie doit mettre sa rancoeur de côté et travailler avec Alec Hardy à ce qui devient une enquête pour meurtre, dont les médias s’emparent, mettant la petite ville sans histoires de Broadchurch sous le feu des projecteurs. Les secrets des habitants sont révélés les uns après les autres, et les membres de cette communauté aux liens soudés commencent à se méfier les uns des autres. Comment savoir qui croire ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s