Mini-critiques 9

Bienvenue dans ce neuvième post de mini-critiques. Les premiers sont disponibles ici.

MC9

Les livres que j’ai vraiment voulu mettre en avant ont droit à un post complet disponible à partir de l’onglet « Livres » (n’hésitez pas à aller consulter la liste des critiques).

Le Chardon et le Tartan, tome 1 du Cercle de pierre, Diana Gabaldon, Presses de la cité, 2003

Le chardon et le tartanAncienne infirmière de l’armée britannique, Claire Beauchamp-Randall passe des vacances tranquilles en Écosse où elle s’efforce d’oublier les horreurs de la Seconde Guerre mondiale auprès de son mari, tout juste rentré du front…
Au cours d’une promenade sur la lande, elle est attirée par des cérémonies étranges qui se déroulent près d’un menhir. Elle s’en approche et c’est alors que l’incroyable survient : la jeune femme est précipitée deux cents ans en arrière, dans un monde en plein bouleversement ! 1743. L’Écosse traverse une période troublée. Les Highlanders fomentent un nouveau soulèvement contre l’occupant anglais et préparent la venue de Bonnie Prince Charlie, le prétendant au trône. Plongée dans un monde de violences et d’intrigues politiques qui la dépassent, Claire ne devra compter que sur elle-même pour surmonter les multiples épreuves qui jalonnent ce formidable voyage dans le temps. Elle connaîtra l’aventure et les périls, l’amour et la passion. Jusqu’au moment crucial où il lui faudra choisir entre ce monde palpitant qu’elle aura découvert et le bonheur qu’elle a connu et qui, désormais, lui paraît si lointain…

***

Ah lala, le livre, la série dont tout le monde parle en ce moment ! C’est une saga sympathique, qui se dévore d’une traite (et puis il y a Jamie hein…). Je n’ai pas forcément été aussi emportée que d’autres, mais je reconnais que c’est addictif. Pour une bonne rigolade, je vous suggère d’aller voir le post de Cécile à ce propos. Ne croyez pas par contre que l’on tombe dans un roman-guimauve, il y a de la violence, du sexe, des batailles, des réconciliations, des chevaux… ! Bref, tout ce qu’il faut pour passer un bon moment !

Catégories : saga, littérature américaine, série

***

Beautiful Bastard, Christina Lauren, Hugo Roman, 2013

Beautiful bastardUn duel amoureux et torride dans l’univers de l’entreprise entre deux êtres dévorés par l’ambition et le désir.
Beautiful Bastard est la version enrichie d’une fanfiction téléchargée plus de 2 millions de fois en ligne sous le titre « The Office ». Premier volume d’un dyptique (Beautiful Bastard et Beautiful Stranger), le roman sort sous forme de livre, pour une première mondiale en février 2013 aux Etats-Unis, en mai 2013 en France.

Beautiful Bastard  met en scène les relations tumultueuses de Bennett Ryan, trentenaire arrogant et perfectionniste destiné à reprendre les commandes de la société de média créée par son père, avec sa jeune et superbe assistante, Chloé Mills. Aussi élégant et magnétique qu’odieux et suffisant, Bennett fait preuve d’exigences abusives à l’égard de la volontaire et ambitieuse Chloé, qui s’accroche, prête à tout pour faire sa place dans cette grande entreprise.
À tout ? La perversité de Bennett monte d’un cran quand elle se décline de manière sexuelle. La tension brûlante qui s’installe entre ces deux êtres, qui se désirent autant qu’ils se détestent, croît au fur et à mesure de leurs ébats sexuels et ne manque pas de bouleverser les rapports hiérarchiques et les objectifs professionnels de l’un comme de l’autre.
Comment surmonter ses pulsions ? Comment arriver à dominer l’autre dans ce jeu torride ? Comment combiner professionnalisme et désir hypnotique ? L’alternance de narrateurs, Bennett et Chloé, à chaque chapitre permet de mieux comprendre les ressorts psychologiques de cette passion dévorante qui compromet enjeux de carrière et priorités de l’entreprise.

***

On est un peu sur la même histoire que Cinquante nuances, sauf que Chloé est un peu moins débile, et Ben un peu moins faussement névrosé. Et qu’il n’y a pas de SM. Autrement dit c’est une romance érotique plutôt mignonne, avec les péripéties attendues mais on passe un bon moment de lecture.

Catégories : littérature américaine, érotique, série

***

L’armoire des robes oubliées, Riikka Pulkkinen, Le Livre de poche, 2013

L'armoire des robes oubliées

Elsa, la grand-mère d’Anna, est atteinte d’un cancer foudroyant. Entourée de ses proches, elle compte bien profiter de chaque instant, de chaque plaisir, jusqu’au bout : les rayons du soleil, les bains de mer, ou le corps de Martti, son mari depuis plus de cinquante ans, contre le sien. Mais Anna découvre que derrière ce mariage heureux se cache un drame qui a marqué à jamais tous les membres de sa famille. C’est une vieille robe oubliée dans une armoire, trouvée par hasard, qui va réveiller le passé… Encensé par la critique finlandaise, ce roman émouvant allie avec grâce fraîcheur et puissance, légèreté et profondeur. (Corinne Renou-Nativel, La Croix). Dans un style simple, mais sans facilités, Riika Pulkkinen sait décrire très exactement les différents âges du bonheur et de la souffrance. Certaines scènes, certaines pages de ce roman, confinent à la perfection. (Nils C. Ahl, Le Monde des livres).

***

C‘est un très beau texte que nous propose Riikka Pulkkinen. L’écriture va même de temps en temps jusqu’au sublime ! Elle décrit un va-et-vient entre les femmes, avec l’histoire d’Eeva qui se répète chez Anna, et entre les époques. C’est une histoire de femmes prenante, et pourtant, malgré la beauté du texte, il me manque quelque chose. C’est écrit comme dans un rêve, il y a certains moments où l’on flotte vraiment, d’autres qui sont plus abrupts. Néanmoins je reste sur cette impression mitigée, mais je pense que c’est un livre qui peut vraiment plaire. Voici deux citations que je trouve très belles :

Je reste par terre sans pouvoir me relever. J’écoute le silence qui ruisselle le long des murs. Je coule dans les rainures du plancher. (Page 351)

Il fait beau, mon amour, dans les rêves, dans les mots et dans la mort. (Page 416)

Catégories : roman, littérature féminine, littérature finlandaise

***

La Bible au féminin, tome 1 : Sarah, Marek Halter, Pocket, 2004

Sarah

« On disait de moi que j’étais la plus belle des femmes. D’une beauté qui faisait peur autant qu’elle attirait. Une beauté qui ne se fanait pas, troublante et maudite comme une fleur qui jamais n’engendra de fruit. »
Quelle est donc l’histoire de cette femme si belle qui accompagna Abraham sur les routes ? Épouse aimante d’un homme promis par Dieu à fonder un grand peuple, Sarah traverse toutes les épreuves de la stérilité : la culpabilité, le mépris, l’adultère, le choix de l’adoption ou de la mère porteuse… Passionnée et bouleversante, elle est l’une des héroïnes les plus modernes de la Bible.

***

Premier tome de la série La Bible au féminin, Sarah raconte l’histoire de la femme d’Abraham. De ses fiançailles avec un homme qu’elle ne connaît pas à la rencontre avec celui qui sera tout d’abord nommé Abram, de son départ de chez son père à sa situation de femme stérile dans le clan de son mari, des disputes aux réconciliations, et jusqu’à la fin, on suit (de façon romancée bien sûr) la vie de cette première femme, si belle. Un joli livre.

Catégories : littérature française, série, femme, bible

***

Le Bâtard, Erskine Caldwell, Belfond, 2013

Le BâtardLa vie erratique de Gene, fils de prostituée, qui part sur les routes après avoir assassiné le souteneur de sa mère. Dans sa concision et sa violence Le Bâtard (1929), tout premier roman d’Erskine Caldwell, annonce les grands thèmes qui irrigueront ses œuvres suivantes et est considéré comme l’un des textes fondateurs du roman noir américain.
« Ça n’a jamais été pour mon plaisir que j’ai pu voir des hommes, des femmes et des enfants naître, vivre et mourir dans la misère, l’ignorance et la dégradation. J’ai récolté le coton avec eux ; j’ai partagé leur pain ; j’ai creusé avec eux la tombe de leurs morts. Personne ne peut se considérer comme l’un d’eux à plus juste titre que moi. » Erskine Caldwell

Concis, brutal, mêlant le burlesque à l’atroce, un roman traversé par une révolte sans espoir, qui n’est pas sans rappeler l’univers faulknérien.

***

C’est l’histoire d’un homme paumé, fils d’un prostitué, bâtard violent qui va rencontrer la femme de sa vie. Et là on pourrait s’attendre à un happy end, mais Erskine Caldwell est plus enclin à creuser encore plus dans la misère et la cruauté, alors qu’on pense avoir déjà touché le fond. Une œuvre violente donc, mais nécessaire.

Catégories : littérature américaine, années 1930, roman noir

***

Belle et mortelle, Kelly Keaton, Fleuve Éditions, 2013

Belle et mortelle

Ari a découvert ses origines surnaturelles. Et cela dépasse ses pires cauchemars : elle est la descendante de Méduse ! Elle a hérité d’un pouvoir démoniaque que la déesse Athéna rêve de lui dérober.
Ari est bien décidée à rester la jeune femme « normale » qu’elle a toujours voulu être mais doit protéger ceux qu’elle aime. À commencer par la petite vampire Violet qu’Athéna a kidnappée. Ari sait qu’elle pourra compter sur l’aide de Sebastian avec qui elle a noué une relation amoureuse intense mais mouvementée…

***

Suite de Le noir lui va si bien, dans laquelle nous retrouvons Ari. Je ne vais pas développer plus pour ne pas spoiler, mais je trouve que ça commence vraiment à être tiré par les cheveux ! C’est dommage, parce que le pitch initial était plutôt sympathique…

Catégories : Young Adult, série, littérature américaine

***

La femme des dunes, Chris Bohjalian, Charleston, 2014

La femme des dunesAlep (Syrie), 1915. Elizabeth Endicott, une jeune Américaine, arrive en Syrie durant le génocide arménien. Elle se lie d’amitié avec Armen, un ingénieur arménien qui a perdu sa femme et sa fille. Mais très vite, Armen quitte Alep pour s’engager dans l’armée anglaise. Il entame alors une correspondance avec Elizabeth et comprend qu’il est tombé amoureux de la riche Américaine, si différente de la femme qu’il a perdue.

Bronxville, banlieue de New York, 2012. Laura Petrosian, romancière, n’a jamais accordé beaucoup d’importance à ses origines arméniennes. Jusqu’au jour où une amie l’appelle : elle croit avoir reconnu la grand-mère de Laura sur une photo tirée d’une exposition au musée de Boston. Laura entreprend alors un voyage à travers son histoire familiale et découvre un terrible secret enfoui depuis des générations…

***

C’est un joli titre que nous proposent les éditions Charleston avec La femme des dunes. Un récit qui mêle passé et présent, et surtout qui traite du génocide arménien, trop oublié. C’est également une belle histoire d’amour, au milieu de la guerre et des massacres. Un titre qui ne laisse pas indifférent. 

Catégories : littérature américaine, guerre, amour

***

Cherub Mission 4 : Chute libre, Robert Muchamore, Casterman, 2008

Cherub mission 4En difficulté avec la direction de Cherub, l’agent James Adams, 13 ans, est envoyé dans un quartier défavorisé de Londres pour enquêter sur les activités obscures d’un petit truand local. Mais cette mission sans envergure va bientôt mettre au jour un complot criminel d’une ampleur inattendue. Une affaire explosive dont le témoin clé, un garçon solitaire de 18 ans, a perdu la vie un an plus tôt.

***

J’ai déjà parlé de la série pour adolescents Cherub que j’aime beaucoup ici, Chute libre en est le quatrième tome. C’est une très bonne idée d’avoir fait de ces gamins des héros mais sans leur enlever leur jeunesse. À 13 ans, James fait des bêtises et désobéit, comme n’importe quel ado de son âge. Et pourtant les responsabilités qui pèsent sur ses épaules n’autorisent pas les bêtises habituelles. Une série à découvrir !

Catégories : jeunesse, série, policier

***

Night School tome 1, C. J. Daugherty, Robert Laffont, 2012

Night School 1Qui croire quand tout le monde vous ment ?
Le premier tome de la série événement publiée dans plus de vingt pays, et déjà best-seller en Allemagne et en Angleterre !
Poussez les portes de Cimmeria, complots et passions vous tendent les bras…

Allie Sheridan déteste son lycée. Son grand frère a disparu. Et elle vient d’être arrêtée. Une énième fois. C’en est trop pour ses parents, qui l’envoient dans un internat au règlement quasi militaire.
Contre toute attente, Allie s’y plaît. Elle se fait des amis et rencontre Carter, un garçon solitaire, aussi fascinant que diffificile à apprivoiser…
Mais l’école privée Cimmeria n’a vraiment rien d’ordinaire. L’établissement est fréquenté par un fascinant mélange de surdoués, de rebelles et d’enfants de millionnaires. Plus étrange, certains élèves sont recrutés par la très discrète « Night School », dont les dangereuses activités et les rituels nocturnes demeurent un mystère pour qui n’y participe pas.
Allie en est convaincue : ses camarades, ses professeurs, et peut-être même ses parents, lui cachent d’inavouables secrets. Elle devra vite choisir à qui se fier, et surtout qui aimer…

***

Premier tome d’une série Young Adult. Je n’ai pas été forcément plus emportée que ça par cette lecture, je trouve l’éternel triangle amoureux un peu étouffant, et les révélations tombent comme un cheveu sur la soupe. Néanmoins, l’aspect « Night School » est plutôt sympa.

Catégories : Young Adult, série, littérature anglaise

***

Le goût des souvenirs, Erica Bauermeister, Charleston, 2014

Le goût des souvenirs

Lillian et son restaurant ont une manière tout à fait singulière de rassembler les gens. Il y a tout d’abord Al, le comptable, qui voit une signification dans les chiffres et les rituels ; Chloé, un futur chef prometteur qui a perdu toute confiance en l’autre après un chagrin d’amour ; Finnegan, aussi discret et solide qu’un arbre ; Louise, l’épouse d’Al, emplie d’une colère prête à exploser ; et Isabelle, dont les souvenirs s’estompent petit à petit. Enfin, il y a Lillian bien sûr, dont la vie prend un tournant inattendu…

Toutes ces personnes se croisent, se rencontrent, se mélangent, se séparent ; des souvenirs resurgissent et d’autres se créent. Et de là, naîtra une famille que tous auront choisie. Un beau roman sur les liens qui se font et se défont. Des personnages touchants. Une histoire pleine d’espoir et de gourmandise.

***

Je suis un peu déçue par ce titre, dont pour moi le principal problème réside dans le traitement des personnages. On a l’impression que l’auteur a voulu donner la même place à tous, ce qui entraîne des multitudes d’histoires parallèles. Malgré Lillian, le pilier, je trouve que ça s’éparpille un peu, et c’est dommage. Chaque histoire aurait presque mérité un développement propre. Un petit plus pour le joli personnage d’Isabelle. À noter : c’est la suite de L’école des saveurs (mais les deux peuvent se lire indépendamment). 

Catégories : littérature américaine
Publicités

4 thoughts on “Mini-critiques 9

  1. Très envie de lire le roman de Diana Gabaldon ! Mais j’ai l’impression que c’est assez dur de mettre la main sur la version VF du livre :O
    Je ferai l’impasse sur Beautiful Bastard comme je l’avais fait pour 50 nuances.. x)
    Je retiens le titre La femme des dunes !
    Tu as lu énormément ^^

    • Il sort en poche chez J’ai Lu la semaine prochaine ou la suivante, je ne sais plus, donc ça devrait être plus facile de le trouver 😉 Très bon choix La femme des dunes, je regrette qu’il n’est pas eu plus de succès, c’est un joli titre. Oui je lis beaucoup (ce qui fait qu’il me faut absolument un pense-bête pour me souvenir de ce que j’ai pensé de chaque livre… ;-))

      • Oh merci pour cette information (vitale héhé)
        Je viens de vérifier, il sort bien le 20/08 mais la couverture est moins belle que la tienne U__U Mais bon ce n’est qu’un détail !
        Je lisais beaucoup beaucoup il y a encore un an. Mon rythme a un peu diminué malheureusement surtout en ce moment avec mon stage.. J’ai aussi besoin de mon blog et d’un carnet de lectures pour me souvenir précisément de ce que je lis sinon j’oublie assez vite x)

      • N’ais pas de regrets, je l’ai lu en numérique (donc je n’ai même pas la jolie couverture sur mes étagères ;-)). Ça revient toujours la lecture, et j’ai aussi des moments où je lis beaucoup moins que d’autres, mais là je suis en période boulimie 😀

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s