Parutions de la semaine – 06/10/2014

Chaque dimanche, je vais faire un point sur les sorties de la semaine qui m’intéressent, en m’aidant du Livres Hebdo si j’arrive à l’avoir à temps ou en allant sur les sites des éditeurs que je suis.

Outlander tome 2, Le Talisman, Diana Gabaldon, J’ai Lu

Fille du cimetière, Livre 1 Les Imposteurs, Charlaine Harris et Christopher Golden, J’ai Lu : « Je m’appelle Calexa, nom que j’ai emprunté à la tombe sur laquelle je me suis réveillée, laissée pour morte et amnésique. Depuis, je n’ai jamais songé à quitter le cimetière, jusqu’à aujourd’hui…
Témoin d’un meurtre, je suis hantée par l’esprit de la victime qui réclame justice. Mais si je décide de l’aider, il me faudra sortir de l’ombre.
Y suis-je vraiment prête ? »

Nocturnes, John Connolly, J’ai Lu : 19 nouvelles sombres sur des thèmes classiques du fantastique : vampires, maisons hantées, démons prédateurs, fantômes, etc.

Le mystère Fulcanelli, Henri Loevenbruck, J’ai Lu : Un meurtre dans une vieille église de Séville… Un assassinat dans une bibliothèque parisienne… Un ancien manuscrit dérobé… Le lien entre ces affaires : Fulcanelli, le nom d’un mystérieux alchimiste du XXe siècle. Depuis près de cent ans, chercheurs et historiens tentent de découvrir qui se cache derrière cet énigmatique pseudonyme. En acceptant de mener l’enquête, Ari Mackenzie, ancien commandant des services secrets, plonge dans le milieux ésotériques du siècle dernier. Mais on ne pénètre pas les mystères de la pierre philosophale sans en payer le prix !

Les étoiles de Noss Head tome 1, Vertige, Sophie Jomain, J’ai Lu : À presque 18 ans, Hannah enrage de devoir subir un nouvel été à Wick, petite ville portuaire écossaise. il n’y a pas plus ennuyeux que cet endroit pour une citadine de son âge. Jusqu’à ce qu’elle rencontre Leith. Il est bâti comme un roc et possède les plus beaux yeux qu’elle ait jamais vus. Qu’importent les rumeurs qui courent au sujet du jeune homme… l’attirance est immédiate, réciproque et irrépressible.
Puis tout bascule. Le conte de fées se transforme en cauchemar, et le destin d’Hannah est scellé. Leur relation résistera-t-elle à l’inimaginable ? Sauront-ils vaincre le pire ? Car les légendes sont parfois plus réelles que l’on croit.

Funèbres tome 2, Sans préavis, Rachel Caine, J’ai Lu : « Depuis mon retour à la “vie”, je tente d’apprivoiser ma nouvelle existence, centrée essentiellement sur les pompes funèbres et Pat, tout en occultant la disparition prolongée de ma sœur…
Afin de continuer à bénéficier des soins quotidiens liés à ma condition, je me suis engagée à me rendre disponible pour le FBI si besoin. Aussi, lorsque l’agent Black m’a contactée pour me confier une mission, je n’ai pas vraiment eu le loisir de refuser, même si l’intitulé de celle-ci porte le nom de mon pire cauchemar : Pharmadene. »

Le temple de Jérusalem, Steve Berry, Pocket : Ancien journaliste d’investigation, Tom Sagan est forcé de se remettre en selle : sa fille a été kidnappée. Et le ravisseur ne la libérera qu’à une condition : que Tom fasse exhumer la dépouille de son propre père, Abiram Sagan. Une bien étrange requête qui pousse le journaliste à creuser dans l’histoire de sa famille. Ses ancêtres sont arrivés en Amérique il y a des siècles, en même temps que Christophe Colomb. Auraient-ils amené, dans leurs bagages, le plus grand des trésors ?
Entre la Floride et la Jamaïque, en passant par Prague, les recherches de Tom vont le mener sur les traces des secrets du Temple de Jérusalem et bouleverser tout ce que l’on croyait savoir de l’homme qui a découvert l’Amérique.

Manipulation, Raymond Khoury, Pocket1916. Dans une mine de Sibérie, les ouvriers se mettent subitement à s’entretuer. Quelques minutes plus tard, deux hommes, dont le fidèle confident du tsar, Raspoutine, font sauter la mine, enterrant ainsi toute trace du carnage.

De nos jours. Un diplomate russe est défenestré à Manhattan, depuis l’appartement d’un couple apparemment sans histoire, les Sokolov.
Une course contre la montre s’engage alors entre Sean Reilly, du FBI, les services secrets russes et la CIA, pour retrouver le couple porté disparu et éviter qu’une technologie terrifiante, remontant à la Russie impériale, et utilisée pendant la guerre froide ne tombe entre de mauvaises mains.

Coyotes, Robert Crais, Pocket : Dans le désert qui borde le Mexique et la Californie, tout a un prix. Cela, Nita Morales le sait mieux que personne : depuis six jours, cette femme d’affaires verse une rançon à un homme qui prétend détenir sa fille Krista en otage. Mais que faisaient cette étudiante américaine et son petit ami dans un lieu aussi dangereux ?
Pour justifier son tout récent titre de « Meilleur détective du monde », Elvis Cole prend l’enquête en charge et s’aventure dans la tanière des coyotes et des bajadores, les tortionnaires de la frontière…
Mais si cette fois, le célèbre privé était allé trop loin ?

Puzzle, Franck Thilliez, Pocket : Ilan et Chloé sont spécialistes des chasses au trésor. Longtemps, ils ont rêvé de participer au jeu ultime, celui dont on ne connaît que le nom : Paranoïa.
Le jour venu, ils reçoivent la règle numéro 1 :Quoi qu’il arrive, rien de ce que vous allez vivre n’est la réalité. Il s’agit d’un jeu.
Suivie, un peu plus tard, de la règle numéro 2 : L’un d’entre vous va mourir.
Et quand les joueurs trouvent un premier cadavre, jeu et réalité commencent à se confondre.
Paranoïa peut alors réellement commencer…

Les Prizzi, Richard Condon, PocketBienvenue dans le monde des Prizzi, le monde des crimes désorganisés !
Ils génèrent plus de cash, créent plus de jobs, possèdent plus de sociétés, influencent plus de juges que n’importe quelle entité américaine…
Ce sont les Prizzi. Don Corrado, ses deux fils et leur tueur à gages, Charley Partanna, l’espoir de la famille. Celui que Maerose, la petite-fille du Don, aimerait mettre dans son lit afin de prendre les rênes du clan. Celui dont toutes les attentions vont à une strip-teaseuse, peut-être pas aussi innocente qu’il y paraît…
Mais lorsque des associés décident de balancer tutta la famiglia, le temps n’est plus à la romance pour les Prizzi…

Le talisman des territoires, Stephen King et Peter Straub, PocketTOURNEZ CES PAGES ET PÉNÉTREZ DANS LES TERRITOIRES…
Un monde parallèle, peuplé de chimères, de bonnes fées et de démons.
Nul n’y entre, pas même un enfant, sans risquer de perdre sa vie et son âme.
Pourtant Jack, du haut de ses 12 ans, se met en route afin d’en rapporter le seul remède qui peut sauver sa mère…
Une œuvre culte, aux frontières du réel, écrit par deux maîtres de la littérature fantastique contemporaine.

I, Robot : Protéger, Mickey Zucker Reichert, PocketLa véritable histoire de Susan Calvin, l’héroïne du cycle d’Isaac Asimov, Les Robots.
2035. Susan débute son internat en psychiatrie au très réputé hôpital Hasbro de Manhattan. Elle y exerce ses talents de diagnosticienne sur des cas complexes d’enfants hospitalisés. Elle y rencontre aussi N8-C, un robot si évolué qu’elle peine à croire qu’il ne s’agisse pas d’un humain.
Pourtant, le créateur de ce miracle scientifique n’est autre que son père, John Calvin. L’intelligence artificielle est désormais une réalité et ouvre un nouveau monde de possibles, régie par les Trois Lois de la robotique : protéger, obéir, se préserver.
Mais la très puissante Société pour l’humanité est prête à tout – intimidation, espionnage, terrorisme – pour stopper la marche du progrès…

Code 93, Olivier Norek, Pocket : Un cadavre, émasculé, qui rouvre les yeux sur la table d’autopsie. Un portable qui se met à sonner dans le corps d’un jeune toxico, mort de brûlures inexplicables. Malgré quinze ans de terrain en Seine-Saint-Denis, Victor Coste, capitaine de police, se prépare au pire.
Et que penser de ces lettres anonymes qui dessinent une première piste : celle d’un mystérieux dossier, le « Code 93 » ?
Une piste qui, des cercles huppés parisiens aux quartiers déshérités, fera franchir à Coste les limites du périphérique, et de la raison…

La chambre des morts, suivi de La mémoire fantôme, Franck Thilliez, Pocket :
LA CHAMBRE DES MORTS
La première enquête de Lucie Henebelle
Qui n’a jamais rêvé de trouver deux millions d’euros?
LA MÉMOIRE FANTÔME
La deuxième enquête de Lucie Henebelle

Son plus lointain souvenir a quatre minutes. Après, tout s’efface.
Elle est pourtant la seule à détenir la clé de l’énigme…

Prélude à fondation tome 1, Isaac Asimov, Pocket : Hari Seldon venait d’inventer la psychohistoire et il n’y voyait qu’une pure spéculation, sans application pratique. La psychohistoire ne pouvait pas prédire l’avenir ? Les politiques s’en moquaient. Les gens allaient y croire. Ensuite, les équations diraient ce qu’on leur ferait dire. Et si Seldon n’était pas d’accord tant pis pour lui !
Alors, le jeune chercheur s’enfuit. Traqué, il sillonna les dédales souterrains de la planète Trantor, capitale de l’Empire galactique. Et ce qu’il vit le stupéfia. Un avenir inquiétant se dessinait sous ses yeux. Était-il trop tard pour éviter la catastrophe ?

Not that kind of girl, Lena Dunham, BelfondUn événement ! Le premier livre de Lena Dunham, la géniale créatrice de la sérieGirls. Une sorte de guide de survie à l’usage des filles/femmes d’aujourd’hui, désopilant, profond, engagé, porté par la voix de celle que les médias surnomment « la fille de Woody Allen et Susan Sontag ».
On peut n’avoir même pas trente ans, avoir créé une série culte, avoir déjà été qualifiée pêle-mêle de « voix d’une génération » et de « fille naturelle de Susan Sontag et de Woody Allen », figurer dans la liste du Times des 100 personnes les plus influentes du monde, avoir vu Joyce Carol Oates chanter vos louanges, avoir décroché un contrat faramineux avec une des plus grandes maisons d’édition américaines, et pourtant être percluse de tocs, de complexes et d’angoisses existentielles.
Lena Dunham, c’est la bonne copine. Celle qui vous raconte par le menu ses plans drague foireux, ses accidents sexuels, ses premiers boulots minables. Mais Lena Dunham, c’est aussi la philosophe néoféministe qui nous explique qu’il vaut mieux pour notre santé mentale bannir à jamais le mot régime de notre vocabulaire, que dans la vie, il y a les hommes et il y a les connards, que New York est la plus belle ville du monde et qu’à la fin, puisqu’il n’y a rien, autant rigoler.

La Vallée des poupées, Jacqueline Susann, Presses de la citéCultissime !
Pilules rouges, vertes ou jaunes. Pilules pour s’évader, dormir, maigrir, ou rester jeune. De l’alcool pour les avaler. Du sexe. Voici le monde cruel de La Vallée des poupées.
Anne, Neely et Jennifer sont jeunes et belles lorsqu’elles arrivent à New York. Le succès et la gloire leur semblent à portée de main. Des coulisses de Broadway aux plateaux d’Hollywood, de la vie nocturne new-yorkaise aux cures de désintox, très vite, elles réalisent le prix à payer pour une victoire aussi précaire qu’éphémère…
Jugé subversif lors de sa parution en 1966, La Vallée des poupées reste aujourd’hui, avec 30 millions d’exemplaires vendus dans le monde, un classique.

La séparation, Dinah Jefferies, Presses de la citéDe la Malaisie à l’Angleterre des années 1950, la destinée tragique d’une mère et de ses filles, cruellement séparées.
En Malaisie, la guerre civile fait rage en 1955. Chez les Cartwright, une famille de colons, le départ pour l’Angleterre est imminent : il est devenu trop dangereux de rester. Mais, du haut de ses onze ans, Emma ne comprend pas les raisons qui poussent son père à hâter les préparatifs sans même attendre le retour de sa mère, Lydia. Elle se heurte à un mur de silence et doit bientôt embarquer sur un bateau pour l’Europe avec lui et sa jeune soeur.
Après un séjour passé au chevet d’une amie souffrante, Lydia rentre chez elle pour trouver sa maison vide. Aucun signe de son mari, Alec, ou de leurs filles, ni même des serviteurs. Désespérée, elle se lance dans un périlleux voyage à travers la Malaisie pour retrouver ses enfants, sans se douter que des milliers de kilomètres les séparent.

Orange is the new black, Piper Kerman, Presses de la citéUne année au coeur d’une prison américaine pour femmes, un récit saisissant qui a inspiré la série télévisée du même nom, déjà culte aux Etats-Unis.
Piper Kerman est une jeune femme comme tant d’autres : elle a un emploi, un compagnon, une famille aimante. Elle est très loin de la jeune casse-cou qui avait livré une valise d’argent pour un trafiquant de drogues dix ans plus tôt. Mais le passé l’a rattrapée. Condamnée à quinze mois d’incarcération dans une prison pour femmes du Connecticut, la jeune cadre dynamique de bonne famille devient le matricule 11187-424. Le choc est brutal.
De sa première fouille corporelle à sa libération, Piper Kerman apprend à naviguer dans cet étrange univers aux codes absurdes et aux lois arbitraires. Elle rencontre des femmes issues de tous les milieux, qui la surprennent par leur générosité, leur humour et leur ouverture d’esprit.
Déchirant, drôle et parfois rageant, le récit de Piper Kerman nous offre un témoignage rare et précieux sur le quotidien des détenues américaines. Car c’est en grande partie pour elles que Piper a écrit ce livre : pour témoigner au nom de toutes celles qui n’ont pas la possibilité de s’exprimer.

59, passage Sainte-Anne, Frédérique Volot, Presses de la citéDans le Paris haussmannien, Achille Bonnefond, spécialiste des affaires criminelles, mène une enquête périlleuse autour des milieux spirites. De quoi perdre la raison pour le brillant détective…
Le suicide de la comédienne Mimi Pattes-Maigres qui, finalement, n’en serait pas un, l’étrange message dans la doublure de sa robe, le cadavre mutilé d’un précieux informateur retrouvé dans une église… Rien qui puisse impressionner Achille Bonnefond considéré, à juste titre, comme le meilleur spécialiste des affaires criminelles de la capitale. Mais, pour les besoins de son enquête, le détective va devoir s’initier auprès d’Allan Kardec au secret des pratiques spirites très en vogue dans les beaux quartiers du Paris haussmannien.
Un jeu dangereux qui pourrait lui être fatal s’il commet la moindre imprudence car, parfois redoutables… les esprits veillent !

5e avenue, 5 heures du matin, Sam Wasson, Points : Audrey Hepburn, Truman Capote, Blake Edwards, Hubert de Givenchy, Colette, Marilyn Monroe… C’est le casting de rêve de ce livre, qui raconte le tournage de Breakfast at Tiffany’s. Un roman réputé inadaptable, une héroïne sexuellement libérée, un personnage ouvertement gay, un happy-end introuvable : tels sont les obstacles que doit affronter l’équipe du film pour finir par briser, avec un charme fou, tout les tabous d’une époque.

Manhattan Folk Story, Dave Van Ronk, Points : Il a laissé son nom à une rue de Manhattan, il était le gourou des guitaristes de sa génération, il a enregistré une trentaine d’albums… Et pourtant, jusqu’au film Inside Llewyn Davis des frères Coen, vous ne le connaissiez pas ! Dave Van Ronk a pourtant inspiré les plus grands. Avec humour et franc-parler, ces mémoires retracent le parcours d’un amoureux du jazz et du blues admiré de tous.

Un paradis trompeur, Henning Mankell, Points : Hanna a connu le froid avant la chaleur. La misère avant l’opulence. La Suède avant l’Afrique. Deux fois mariée, deux fois veuve, elle échoue au Mozambique où elle se retrouve à la tête d’un bordel. Au milieu des prostituées, sa couleur de peau dérange. Ce pays où la peur de l’autre habite les Blancs comme les Noirs est-il un paradis ou un enfer ?

Le cerveau de Kennedy, Henning Mankell, Points : Louise découvre le corps sans vie de son fils Henrik. Un suicide selon la police, un meurtre, selon elle. En archéologue chevronnée, elle fouille son passé. De la Suède au Mozambique en passant par l’Australie, elle s’interroge sur ses innombrables voyages. Pourquoi cet engagement auprès des sidéens d’Afrique ? Comment expliquer son énorme compte en banque ? Et s’il valait mieux ne pas savoir la vérité ?

Taxi-driver, Richard Elman, Points : « Il y a certains matins à New York où presque tout le monde se réveille cinglé. Ça se voit sur les visages. Une tristesse. Je me suis dit, mon vieux Travis, avoir du temps libre, c’est pas toujours super, alors si t’aimes la vie, occupe-toi un peu. Le travail, c’est une forme d’amour, tu en donnes aux gens. À toi, au monde. Je me suis rendu directement au dépôt de taxis pour demander une licence. »

La fille du roi araignée, Chibundu Onuzo, Les Escales : À dix-sept ans, Abike Johnson, la fille d’un richissime magnat de Lagos, a l’habitude de se laisser porter par l’immense Mercedes noire de son père dans les rues de la ville. Un jour, alors que la voiture est assaillie par des vendeurs à la sauvette, le regard d’Abike croise celui d’un colporteur : jeune, beau, élégant sous ses haillons, il détonne dans la foule.
Lui vit dans un quartier mal famé. Tous les jours, il parcourt des kilomètres en vendant des glaces pour subvenir aux besoins de sa soeur et de sa mère. Abike découvre un univers inconnu qui la fascine et invite à son tour le jeune homme dans son monde.
Mais le coup de foudre initial se transforme bientôt en un jeu de séduction mortel, entre amour et haine, tandis que des secrets de famille les obligent à choisir leur camp.

Lundi ou mardi, Virginia Woolf, Folio : « Ce qui captive l’imagination de Virginia Woolf n’est pas tant de dire avec exactitude ce qu’elle veut dire, communiquer ou représenter, que de trouver une forme et une langue capable de donner abri à son savoir d’artiste. Forme et langue sont pour elle à réinventer continuellement : et c’est de là où règne pour chacun, dans la langue, une jouissance inarticulée que Virginia Woolf nous invite à la joie de la lecture. »
Huit nouvelles d’une grande diversité pour découvrir l’œuvre de l’un des plus importants écrivains anglais du XXe siècle.

Le pays sous le ciel, Matilda Asensi, Folio 

Par-delà de la légende, Richard Matheson, Folio SF : Chaque nuit, les vampires traquent Robert Neville, l’ultime survivant d’une espèce désormais légendaire.
Jour après jour, Scott Carey voit sa taille diminuer et son univers familier devenir hostile et menaçant.
Amoureux d’une actrice du XIXe siècle,
Richard Collier pourra-t-il tromper la mort et le temps?
Trois hommes, trois destinées par-delà la légende.

L’échiquier du mal, Dan Simmons, Folio SF : Ils ont le Talent.
Ils ont la capacité de nous transformer en marionnettes au service de leurs perversions et de leur appétit de pouvoir.
Ce sont des vampires psychiques.

Pauvres diables, Arto Paasilinna, Folio : Arto Paasilinna n’est jamais aussi drôle que quand il met en scène de pauvres diables. Qu’il s’agisse de suicidaires se regroupant en association, d’un meunier auquel s’oppose tout un village ou d’un géomètre amnésique qui part en voyage. Car il faut rire du malheur à gorge déployée. Surtout quand il frappe d’aussi loufoques personnages.

Le sac de Couffignale, Dashiell Hammett, Folio : Dans Le sac de Couffignal, le Continental Op, un détective professionnel, est envoyé sur une petite île pour une mission de pure routine : surveiller les somptueux cadeaux lors d’un mariage huppé. Pourtant lorsque la nuit tombe, il se retrouve pris dans une incroyable explosion de violence et il lui faudra tout son sang-froid et son ingéniosité pour en sortir indemne…
Deux nouvelles pour découvrir le style sec et la force des dialogues du créateur du roman noir américain.

Ladivine, Marie NDiaye, Folio : «Le chien tendit vers elle sa grosse tête au poil crasseux.
Elle retint sa main par crainte de la vermine.
Elle noya son regard dans le regard calmement éploré, calmement suppliant, et toute l’humanité et l’inconditionnelle bonté de l’animal docile lui remplirent les yeux de larmes, elle désira ardemment être lui et sut alors que le passage viendrait naturellement et à son heure.»
Ladivine nous entraîne dans le flux d’un récit ample et teinté de fantastique. Comme dans Trois femmes puissantes, Marie NDiaye déploie son écriture fluide et élégante, riche d’une infinité de ressources qui s’offrent au lecteur avec une fascinante simplicité.

Chéri-chéri, Philippe Djian, Gallimard : Denis a la quarantaine. Le jour, il mène une vie tranquille d’écrivain et de critique fauché. La nuit, il s’appelle Denise et danse dans un cabaret – même sa femme Hannah ne trouve rien à y redire.
Jusqu’au jour où ses beaux-parents décident d’emménager juste en dessous de chez lui… Paul, son beau-père, révulsé par l’excentricité de son gendre, a bien l’intention de le faire changer. Et en bon mafieux, il croit savoir comment y parvenir. Quant à Veronica, sa belle-mère, c’est tout le contraire : il lui plaît beaucoup, un peu trop même.
Denis pourrait facilement tirer un roman de cet encombrant voisinage, mais pour l’heure, il va devoir surtout sauver sa peau…

Balade entre les tombes, Lawrence Block, Gallimard : Quand Kenan Khoury reçoit un coup de fil anonyme exigeant une rançon s’il veut revoir sa femme en vie, il n’hésite pas une seconde à payer. Mais c’est dans le coffre d’une voiture et sous forme de pièces détachées sanguinolentes que notre homme la retrouve.
Le problème est que Khoury, dealer notoire de Brooklyn, veut rester loin du regard de la police. C’est donc tout naturellement qu’il fait appel au célèbre détective privé et ancien flic alcoolique Matt Scudder.
À l’aide d’acolytes hauts en couleur comme Manhattan en regorge – un apprenti rappeur, de jeunes hackers, sans oublier la belle Elaine –, Matt se jette corps et âme dans une enquête qui fait rapidement surgir de nouvelles pièces d’un puzzle macabre, bien plus complexe que prévu. Et lorsqu’une autre femme disparaît, c’est une course contre la mort qui s’engage…

Endgame, tome 1, L’Appel, James Frey, Nils Johnson-Shelton, Gallimard : ENDGAME EST UNE RÉALITÉ. ENDGAME A COMMENCÉ.
Douze jeunes élus, issus de peuples anciens. L’humanité tout entière descend de leurs lignées, choisies il y a des milliers d’années. Ils sont héritiers de la Terre. Pour la sauver, ils doivent se battre, résoudre la Grande Énigme.
L’un d’eux doit y parvenir, ou bien nous sommes tous perdus. Ils ne possèdent pas de pouvoirs magiques. Ils ne sont pas immortels. Traîtrise, courage, amitié, chacun suivra son propre chemin, selon sa personnalité, ses intuitions et ses traditions.
Il n’y aura qu’un seul vainqueur.

Mes sincères condoléances, Guillaume Bailly, L’Opportun : « Quand on est croque-mort, c’est 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 ! Avouez simplement votre profession et votre soirée entre amis se transforme immédiatement en interrogatoire. Comment devient-on croque-mort ? Embaumer, c’est facile ? Et les familles, elles sont comment ? Et les phénomènes étranges, ça existe ? C’est vrai tout ce qu’on raconte sur les cimetières ?… Fort de ma longue expérience de croque-mort, j’ai voulu partager les petits dérapages et les grands moments de certains enterrements : bourdes familiales, lapsus macabres, incidents techniques, demandes surprenantes et gaffes en tout genre sont en effet légion ! »
L’enterrement est un moment fort, solennel, unique… Mais le dernier hommage à un proche peut parfois devenir culte ! Les cérémonies sont souvent le théâtre d’événements étonnants, tantôt drôles, tantôt extravagants, mais toujours originaux. Entre rire et larmes, l’auteur nous ouvre les portes d’une profession qui préfère généralement le secret aux révélations. Cet ouvrage garanti « 100 % vécu » vous permet de découvrir avec bienveillance ces histoires inimaginables aux scénarios improbables… Et pourtant tout est vrai !

Un million de plaisirs coupables, C. L. Parker, Le Livre de poche : Lanie et Noah parviendront-ils à se retrouver ? Le riche et arrogant Noah Crawford a conclu un pacte des plus inhabituel avec Lanie Talbot : pour deux millions de dollars, elle doit se soumettre à tous ses désirs et fantasmes. La jeune femme au caractère explosif a découvert un univers de sensualité dans les bras de Noah. Mais lorsque celui-ci apprend que Lanie a vendu son corps pour sauver sa mère de la maladie, rongé par le remords, il lui rend sa liberté. Lanie, qui ignore que son secret a été découvert, ne comprend pas ce rejet soudain et se battra pour prouver à son beau millionnaire qu’un lien plus que charnel les unit désormais. Mais c’est sans compter l’intervention du perfide David, associé dément de Noah et pervers manipulateur…

La cave à charbon, Ruth Rendell, Le Livre de poche : L’impossible s’est produit : l’inspecteur Wexford a pris sa retraite ! Or une rencontre inattendue avec une ancienne connaissance, le commissaire Ede, va bouleverser ses plans. Les corps de deux femmes et d’un homme ont été découverts dans la cave à charbon d’une maison cossue de St John’s Wood à Londres. Rien ne permet de les identifier, mais on a trouvé dans la veste de l’homme des bijoux d’une valeur de quarante mille livres. Intrigué, Wexford accepte d’aider le commissaire, tout en menant une enquête parallèle sur le maniaque qui a attaqué sa fille en plein jour. Il est loin de se douter des périls qu’il va affronter une fois la cave à charbon vidée.

La cage de verre, Geroges Simenon, Le Livre de poche : Le bruit saccadé de la machine à écrire le réveilla et il vit, comme d’habitude, les draps pâles du lit de sa femme de l’autre côté de la table de nuit. Qui avait décidé qu’il y aurait des lits jumeaux ? Après dix-huit ans, il n’aurait pu le dire avec certitude. D’ailleurs, les événements de cette époque-là étaient confus et, pour des raisons qu’il n’essayait pas de démêler, il préférait les chasser de sa mémoire. C’était probablement elle. Et il n’avait pas protesté. Il ne protestait jamais. En définitive, il ne leur était pas arrivé une seule fois de dormir ensemble.

Les jumeaux de Black Hill, Bruce Chatwin, Le Livre de poche : Dès leur plus jeune âge, Benjamin et Lewis, les jumeaux de Black Hill, nés au début du XXe siècle au pays de Galles, partagent les mêmes peines et les mêmes bonheurs ; ils resteront ensemble dans la ferme paternelle pendant plus de quatre-vingts ans, refusant de se marier, unis jusqu’à la mort. Cette incroyable histoire d’amour fraternel est aussi une somptueuse chronique où s’agitent des personnages fantasques et violents. Dans son premier roman, qui lui valut le prix Whitbread en 1982, Chatwin décrit avec la grâce d’un paysagiste la mort lente d’un monde paysan rattrapé par la technique et rongé par les illusions perdues.

Fermeture éclair, Carl Aderhold, Le Livre de poche : Nous ne soupçonnons pas les ressources qui gisent en nous. Laurent n’avait rien d’un meneur. Il aura fallu un licenciement violent et le départ de sa femme pour voir cet ouvrier d’une usine de pots catalytiques prendre les armes. Le voici à la tête d’une bande d’ingénieux tocards prête à disputer le Coupe du monde de football des sans-emplois. Portrait d’une revanche sur la vie, Fermeture éclair dépeint avec humanité et drôlerie la fin d’une époque mais aussi ses espoirs.

Les morsures du passé, Lisa Gardner, Le Livre de poche : Dans un quartier populaire de Boston, cinq corps sont retrouvés gisants. Il s’agit des membres d’une même famille. Tous une balle dans la tête, le père respire encore faiblement. De toute évidence, cet homme couvert de dettes a décidé d’assassiner les siens avant de se donner la mort. Appelée sur les lieux, l’enquêtrice D. D. Warren comprend immédiatement que l’affaire est plus compliquée qu’il n’y paraît : sur la table du dîner, six couverts avaient été dressés…

Les cent derniers jours, Patrick McGuiness, Le Livre de poche : 1989. Un jeune professeur anglais est nommé à Bucarest en remplacement d’un confrère. Nous sommes trois mois avant la chute de Ceauşescu, mais cela, il l’ignore. Guidé par Leo, un trafiquant au marché noir, il découvre un pays où tout est rare et rationné, de l’électricité à la liberté. Les seules choses qui prospèrent sont l’ennui et les petits arrangements. Tout le monde s’espionne, on ne sait à qui l’on peut faire confiance. Au milieu de cette dangereuse morosité et de la déliquescence du régime survient l’amour, qui va tout modifier.

La mission Janson, d’après Robert Ludlum, Paul Garrison, Le Livre de poche : Alors qu’il a renoncé à sa carrière d’agent secret et d’assassin pour le compte du gouvernement américain, Paul Janson se voit confier une ultime mission. À l’aide de sa partenaire et tireuse d’élite Jessica Kincaid, il va devoir secourir un médecin retenu prisonnier par des pirates au large des côtes d’Afrique occidentale, sur l’île de Forée, sous le joug d’un dangereux tyran. À leur insu, tous deux vont se retrouver plongés en plein cœur d’un conflit pétrolier d’envergure internationale. Hanté par les fantômes de son passé, Janson va tenter l’impossible pour ramener la paix sur l’île et expier ses crimes. Mais ses ennemis semblent avoir l’avantage sur lui… et une longueur d’avance… On retrouve réunis ici tous les ingrédients de ce genre si particulier dont Ludlum est le maître : une intrigue sous haute tension, un schéma narratif sophistiqué, un rythme effréné.

Silo, Générations, Hugh Howey, Actes Sud : À la suite d’un soulèvement, les habitants du silo 18 sont face à une nouvelle donne. Certains embrassent le changement, d’autres appréhendent l’inconnu. Personne n’est maître de son destin. Le silo est toujours sous la menace de ceux qui veulent le détruire. Et Juliette sait qu’elle doit les arrêter. Labataille pour le silo a été gagnée. La guerre pour l’humanité ne fait que commencer.

Une part de ciel, Claudie Gallay, Babel : De retour pour quelques semaines dans sa vallée natale qui s’enfonce dans l’hiver, une femme redécouvre les non-dits du lien familial et la part d’absolu que chacun peut mettre en partage. Un roman de l’attente et des possibles, illuminé par la plume intense et intime de l’auteur des Déferlantes.

S comme Survivre, Preston & Child, L’Archipel : Après deux premières missions mouvementées (R pour revanche et C comme cadavre), Gideon Crew, à qui il ne reste plus que quelques mois à vivre, est de nouveau contacté par Glinn, le patron de l’EEC – une officine travaillant en sous-main pour le gouvernement américain.
Crew – as de l’informatique et cambrioleur à ses heures – reçoit l’ordre de voler une page d’un légendaire livre irlandais exposé à New York. En l’étudiant, les scientifiques de l’EEC découvrent un plan remontant aux Grecs antiques et prouvant que ceux-ci se sont établis sur une île du Pacifique…
Là, ils ont découvert et cultivé une plante dotée de facultés régénératrices extraordinaires qui pourrait guérir Gideon de sa tumeur.
Avec Amy, le capitaine de leur bateau, ils accostent sur l’île. Mais celle-ci est peuplée d’une créature bien peu accueillante…

Juste une fois, Alexandre Jardin, Grasset : À trois heures de son mariage new-yorkais, César dévisage la sœur cadette de celle qu’il s’apprête à épouser et comprend que c’est elle, la femme de sa vie.
« Puisque notre histoire n’est pas possible, j’aimerais que nous nous aimions… juste une foisdans notre vie, lui propose-t-il. Pour n’avoir aucun regret. Choisis le moment Hannah. Et je ferai comme si je n’avais rien dit. J’attendrai. »
Quinze ans plus tard, ils se retrouvent au bord d’un lac québécois, à trois semaines du mariage d’Hannah. Sera-t-elle fidèle à sa parole ou à ses souvenirs ?
Veuf, César est guéri de tout romantisme. Revenue de ses rêveries, Hannah a renoncé au sentimentalisme. Peut-on croire encore à la passion quand on a cessé d’y croire ?

Loin de son absence, Shez, Grasset : Ofra et Moshé vivent en couple, partagent leur appartement, leur lit, elle veut lui plaire, il la désire, elle l’exaspère, il la manipule, la tient à distance mais finit toujours par revenir vers elle. Elle a trente-quatre ans, lui la soixantaine, et cette femme vit toujours avec son père qui est aussi son amant.
Dans une langue simple et poétique, ce roman raconte l’histoire d’une détresse peu ordinaire, dans la banlieue de Tel-Aviv. En toile de fond, quelques voisins, la psychologue et l’amie, Shez, elle-même victime d’inceste dans son enfance. Cette dernière – qui a visiblement surmonté ses traumatismes – fait de son mieux, avec la psychologue, pour arracher Ofra à cette relation interdite. Or il n’est pas facile de renoncer à la chaleur et à l’amour du seul homme qui l’ait jamais approchée. Jusqu’à ce que sonne l’heure où le choix ne dépend plus seulement d’elle et de lui…

La Route de Santa Anna, Serge Brussolo, Le Masque : Markh est un cascadeur hors-pair, un fou du volant. Il est recruté par un trafiquant de drogue qui a une idée tellement délirante qu’elle devient plausible. Au Texas, à la frontière mexicaine, se dresse de part et d’autre du Rio Grande un monument dédié à l’amitié entre les deux pays : il s’agit d’une rampe de lancement en béton, comme un pont auquel il manquerait la partie centrale. Markh, au volant d’une voiture au moteur gonflé à l’oxyde nitrique, doit s’élancer côté américain, récupérer des millions de dollars et faire le trajet inverse. L’opération se prépare minutieusement et promet d’être un succès. C’est sans compter la présence d’une famille de losers qui vivent non loin de là dans un mobil-home : Grand’Pa Julius, un ancien para tyrannique, Wichita, sa belle-fille, qui rêve de refaire sa vie à Hollywood, sa fille Sue, qui travaille comme gardienne du monument, et Timmy, le petit frère un peu débile. Alors qu’ils ont décidé de braquer la voiture avec le magot, tout tourne au vinaigre et le cartel mexicain va se mettre à régler des comptes…

Fugue d’hiver, Ketil Bjørnstad, Lattès : Après la mort de Marianne Skoog, Aksel Vinding tente de retrouver goût à la vie. Torturé par un sentiment de culpabilité, il ne sait plus quelle voie suivre dans sa carrière de pianiste. Jusqu’au jour où il décide de couper les ponts avec tout ce qui le lie à Oslo et de partir dans la Norvège du Nord, dans l’espoir de trouver un nouveau lieu où ancrer sa vie. La rencontre avec Sigrun, la sœur de Marianne, va être déterminante. Sa présence va raviver le souvenir de Marianne, mais aussi tous les événements du passé.

La secte des anges, Andrea Camilleri, Fayard : Palizzolo, bourgade imaginaire de Sicile, 1901. Deux familles d’aristocrates ayant été discrètement placées en quarantaine par le médecin, d’inquiétantes rumeurs de choléra se répandent. La situation s’aggrave quand sept des huit prêtres de la ville désignent en chaire la brebis galeuse responsable de ce châtiment divin : maître Teresi, l’avocat défenseur des petites gens. Contraints d’intervenir, les carabiniers rétablissent vite la réalité des faits : le secret médical ne cachait pas une épidémie, mais deux grossesses scandaleuses de jeunes filles dont la morale et la piété étaient pourtant exemplaires. Or elles ne sont pas les seules, et toutes refusent de révéler l’identité du père.

Boys Out, Rawia Arroum, Black Moon : Depuis l’Éradication, le monde est gouverné par les femmes et pour les femmes uniquement. Les hommes n’ont plus le droit de cité. Tous sont bannis, ou bien traqués et placés en détention pour assurer leur seule fonction : la reproduction. Ensuite, systématiquement, ils sont éliminés. Comme toutes les jeunes filles de son âge, Lyra s’entraîne dur pour être capable d’affronter et de maîtriser les mâles qui rôdent encore. Jusqu’au jour où elle doit rencontrer un homme pour procréer à son tour…

19 Lunes, Kami Garcia, Margaret Stohl, Le Livre de poche Jeunesse : Au lendemain des terribles événements de la Dix-huitième Lune, Ethan n’a plus qu’une idée en tête: trouver le moyen de retourner auprès de Lena et de ceux qu’il aime. De retour à Gatlin, Lena fait quant à elle le serment de tenter l’impossible pour aider Ethan à revenir. Même si, pour cela, elle doit pactiser avec ses ennemis de toujours. Dans ce final renversant de la saga 16 Lunes, Ethan et Lena devront une fois de plus lutter pour leur amour et écrire leur propre destin. La mort sera-t-elle la fin ou le commencement?

Un rossignol sans jardin, Ruth Rendell, éditions des Deux Terres : La petite communauté de Kingsmarkham est en émoi : on a tué Sarah Hussein, sa révérende. Certes, cette femme d’origine indienne, récemment convertie, mère d’une enfant au père inconnu, n’attirait pas que des louanges sur sa personne. Mais de là à l’étrangler dans son presbytère ! Cela ne ressemble pas aux mœurs paisibles de Kingsmarkham. L’inspecteur Burden demande l’aide de son prédécesseur et ami, Reginald Wexford, pour résoudre cette délicate enquête. Fasciné par le mystère qui entoure autant la vie que la mort de Sarah, Wexford sort de sa retraite pour partir sur les traces de ce « rossignol sans jardin ».

Un vrai génie, Patrick Dennis, Flammarion : Leander Starr est un célèbre réalisateur mais aussi le plus mauvais payeur. Il part en cavale au Mexique afin d’échapper au fisc américain, à ses ex-femmes, à sa fille, à ses créanciers ainsi qu’à une soupirante milliardaire.

Une main encombrante, Henning Mankell, Seuil : C’est l’automne en Scanie avec son lot de pluie et de vent. Désabusé, Wallander aspire à une retraite paisible et rêve d’avoir une maison à la campagne et un chien. Il visite une ancienne ferme, s’enthousiasme pour les lieux, pense avoir trouvé son bonheur. Pourtant, lors d’une dernière déambulation dans le jardin à l’abandon, il trébuche sur ce qu’il croit être les débris d’un râteau. Ce sont en fait les os d’une main affleurant le sol. Les recherches aboutissent à une découverte encore plus macabre.
Au lieu d’une maison, Wallander récolte une enquête. Jusqu’où devra-t-il remonter le temps, et à quel prix, pour identifier cette main ?

San Michele, Thierry Clermont, Seuil : Accompagné et guidé par la mystérieuse Flore, le narrateur flâne dans l’île-cimetière de Venise, quatre saisons durant. Fasciné par les ombres errantes de San Michele, les variations de lumière, la gamme des ocres, il évoque ici aussi bien les personnages illustres qui y reposent depuis deux siècles que les anonymes (princesses russes, jeunes ballerines, bambins, soldats, ambassadeurs, aviateurs…). L’occasion de retrouver Stravinsky et Diaghilev, Ezra Pound, Joseph Brodsky, le compositeur engagé Luigi Nono, D’Annunzio et sa muse, le peintre Zoran Mu?ic, Aragon, qui faillit mourir à Venise, Wagner qui y rendit son dernier soupir. En arpentant ce parc fleuri dominé par les cyprès, en évoquant ses souvenirs personnels, le narrateur nous fait aussi découvrir des poètes oubliés ou suicidés, des musiciens, des épisodes peu connus de la vie de Casanova, de Chateaubriand ou de Henry James.
Mais les morts demandent aussi leur part de vie… Le dialogue à travers les siècles va ainsi être dangereusement troublé par les délires et les hallucinations de Flore, jusqu’au drame annoncé.

Notre cher Marcel est mort ce soir, Henri Raczymow, Arlea : Proust meurt le 18 novembre 1922 à cinquante et un ans au 44, rue Hamelin à Paris. Si toute vie prend son sens en regard de sa fin, celle d’un écrivain se double d’une autre course de vitesse. Deux adversaires s’opposent : le souci d’achever son oeuvre et la mort qui se rapproche. Aura-t-il le temps d’atteindre son dernier mot, de poser le mot « fin » ?
Pour Proust, les choses sont encore plus tragiques. Car la Recherche est une œuvre toujours à reprendre, à corriger, à nourrir. Par principe, elle est sans fin.
Proust malade et se sachant condamné, son attentive et dévouée gouvernante Céleste à ses côtés, lutte non tant pour survivre quelques jours ou même quelques heures mais pour, une fois encore, ajouter, biffer, corriger son immense chef-d’oeuvre, ce souci interminable.

Puta madre, Patrick Besson, La Table ronde : « Un Américain vient soudoyer la victime d’une agression commise par sa fille psychopathe, vous lui servez d’entremetteur, votre petite amie française couche avec lui, ils sont retrouvés morts tous les deux sur la route après avoir passé la nuit ensemble à l’hôtel où vous logez. Ça fait beaucoup, non?
– Beaucoup de quoi ? »

Lire au lit, Sue Gee, Charleston

Les Brumes du Caire, Rosie Thomas, Charleston

Publicités

2 thoughts on “Parutions de la semaine – 06/10/2014

  1. La couverture de La secte des anges m’interpelle ! Et je possède déjà plusieurs livres Camilleri ^^ Hâte de mettre la main sur l’intégrale 2 de Outlander sinon o/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s