Parutions de la semaine – 27/04/2015

Chaque dimanche, je vais faire un point sur les sorties de la semaine qui m’intéressent, en m’aidant du Livres Hebdo si j’arrive à l’avoir à temps ou en allant sur les sites des éditeurs que je suis.

Les nuits de la Saint-Jean, Viveca Sten, Albin Michel : L’angoisse monte à Sandhamn : une  jeune fille a disparu au cours de la nuit. Sous une pluie battante d’automne, l’inspecteur Thomas Andreasson et ses collègues ratissent l’île, en vain : Lina Rosén reste introuvable et l’enquête conclut à une noyade accidentelle.
Quelques mois plus tard, Nora Linde décide de prendre quelques jours de vacances au cœur de l’hiver à Sandhamn avec ses deux petits garçons. Son mari la trompe et elle a besoin du calme de l’île pour réfléchir. Mais, en jouant dans la forêt, Adam et Simon font une macabre découverte : des restes humains enfouis dans un sac sous la neige. Est-il possible que ce soit le cadavre de Lina ? Et quelle est cette ombre, tapie dans la nuit, sous les fenêtres des Rosén ? Pourquoi ?
Malgré l’absence de pistes, Thomas et son amie Nora ont un étrange pressentiment : l’assassin de Lina rôde encore et n’en a pas fini avec sa sinistre mission.
C’est avec cette nouvelle enquête de l’inspecteur Thomas Andreasson et de Nora Linde que Viveca Sten s’est imposée comme la Nº1 des ventes en Suède.

Toute la lumière que nous ne pouvons voir, Anthony Doerr, Albin Michel : Véritable phénomène d’édition aux États-Unis, salué par l’ensemble de la presse comme le meilleur roman de l’année, le livre d’Anthony Doerr possède la puissance et le souffle des chefs-d’œuvre. Magnifiquement écrit, captivant de bout en bout, il nous entraîne, du Paris de l’Occupation à l’effervescence de la Libération, dans le sillage de deux héros dont la guerre va bouleverser l’existence : Marie-Laure, une jeune aveugle, réfugiée avec son père à Saint-Malo, et Werner, un orphelin, véritable génie des transmissions électromagnétiques, dont les talents sont exploités par la Wehrmacht pour briser la Résistance.
En entrecroisant avec une maîtrise éblouissante le destin de ces deux personnages, ennemis malgré eux, dans le décor crépusculaire d’une ville pilonnée par les bombes, Anthony Doerr dessine une fresque d’une beauté envoûtante. Bien plus qu’un roman sur la guerre, Toute la lumière que nous ne pouvons voir est une réflexion profonde sur le destin et la condition humaine. La preuve que même les heures les plus sombres ne pourront parvenir à détruire la beauté du monde.

Une saison orange amère, Joanna Philbin, Albin Michel : Un nouvel été commence dans les Hamptons. La riche famille Rule attend Rory qui vient cette année en invitée. La saison s’annonce belle : le soleil, la plage, les douces soirées… et, par-dessus tout, Rory va retrouver Connor, son merveilleux petit copain et Isabel, son amie délurée ! Mais l’heure est au désenchantement. Connor n’est plus le même depuis son entrée à la fac, Isabel broie du noir, incapable de se remettre de sa rupture avec Mike. Et si Rory commettait l’irréparable en trouvant du réconfort dans les bras d’Evan, avec qui flirte Isabel… ?

Crazy Rich à Singapour, Kewin Kwan, Albin Michel : Lorsque la New-Yorkaise Rachel Chu débarque à Singapour au bras de son boyfriend Nicholas Young, venu assister au mariage de son meilleur ami, elle pense juste passer de paisibles vacances en amoureux. Mais le beau Nick a « oublié » de lui dire que sa famille est l’une des plus fortunées d’Asie, que le mariage prévu est L’Evénement de l’année, et qu’il est l’héritier le plus convoité de tout l’Extrême-Orient !
Pour Rachel, le séjour de rêve se transforme en un véritable parcours du combattant -en stilettos et robes couture… Sino-américaine, pauvre et roturière : bonne chance !

Conversion, Katherine Howe, Albin Michel : Colleen, Deena, Emma et Anjali sont en terminale dans le prestigieux lycée St Joan. Colleen est sur le point d’être acceptée à Harvard et ne pense plus qu’à cela. Un jour de janvier, une de ses camarades est prise de convulsions. Très vite, d’autres élèves présentent d’étranges symptômes : perte de cheveux, paralysie, quintes de toux… La presse s’empare de l’affaire, un vent de panique souffle sur St Joan. Mais pas question pour Colleen de se laisser déstabiliser : elle doit travailler sur la pièce Les Sorcières de Salem, d’Arthur Miller. Et ses recherches la mènent en 1692, au moment du procès des sorcières de Salem, à la rencontre d’Ann Putman qui fit semblant d’être ensorcelée… Les époques se croisent, les drames se nouent. Qu’arrive-t-il aux élèves de St Joan ? Et si la réponse se trouvait dans le passé, trois siècles plus tôt… ?

Le mouton de la place des Vosges, Catherine Siguret, Albin Michel : Il n’y a pas que le Petit Prince qui aime les moutons. L’héroïne de ce drôle de roman les adore depuis l’enfance. À tel point qu’elle décide de revenir à ses premières amours en adoptant en Corse un jeune ovin qu’elle appellera Toi. Qu’y a-t-il de mal à cela ? De quel droit décréter qu’il s’agit d’une idée délirante ?
Mais voilà, lorsqu’on habite la très chic place des Vosges à Paris, ce genre d’extravagance passe mal. Fermement décidée à braver les interdits et les conventions sociales, l’apôtre de la cause du mouton parisien ira jusqu’au bout pour prouver que vivre en couple avec un animal qui bêle n’est pas plus absurde que de s’abêtir avec un humain qui parle.

Les oubliés du dimanche, Valérie Perrin, Albin Michel : Justine, vingt et un ans, aime les personnes âgées comme d’autres les contes. Hélène, presque cinq fois son âge, a toujours rêvé d’apprendre à lire. Ces deux femmes se parlent, s’écoutent, se révèlent l’une à l’autre jusqu’au jour où un mystérieux « corbeau » sème le trouble dans la maison de retraite qui abrite leurs confidences et dévoile un terrible secret. Parce qu’on ne sait jamais rien de ceux que l’on connaît.

La volupté des neiges, Vladimir Fédorovski, Albin Michel : La Russie éternelle est au cœur de l’œuvre de Vladimir Fedorovski. Tsarines redoutées, égéries exaltées ou femmes de l’ombre, l’auteur du Roman de Saint-Pétersbourg évoque aujourd’hui les grandes amoureuses de son pays, leur destin, leurs secrets, et révèle les clés de leurs cœurs.
Amours de la Grande Catherine et du beau Potemkine, de la flamboyante Katia Dolgorouki et du tsar Alexandre II, relations orageuses de Sophie et Léon Tolstoï, passion folle de madame Hanska pour Honoré de Balzac, ou encore Olga Knipper pour Anton Tchekhov…
Des ors du Kremlin aux steppes enneigées de Sibérie, d’Odessa à Iasnaïa Poliana, le grand roman de ces âmes en quête d’absolu, en proie à tous les excès.

Jules, Didier van Cauwelaert, Albin Michel : « À trente ans, Alice recouvre la vue. Pour Jules, son chien guide, c’est une catastrophe. Et en plus on les sépare. Alors, il se raccroche à moi. En moins de vingt-quatre heures, ce labrador en déroute me fait perdre mon emploi, mon logement, tous mes repères. Il ne me reste plus qu’une obsession – la sienne : retrouver la jeune femme qui nous a brisé le cœur. »
Entre une miraculée de la chirurgie et un vendeur de macarons, une histoire de renaissance mutuelle et de passion volcanique orchestrée, avec l’énergie du désespoir, par le plus roublard des chiens d’aveugle.

Dernier soupir, Lisa Jackson, Harlequin : Selena Alvarez et Regan Pescoli le savent depuis longtemps : la réalité se fait parfois plus noire que nos cauchemars les plus sombres. Par exemple lorsque le shérif Grayson, leur chef dans la police de Grizzly Falls, est victime d’une tentative de meurtre et se retrouve entre la vie et la mort : un sniper a tenté de l’abattre alors qu’il sortait de son chalet dans les hauteurs de la ville. Sous le choc, les deux inspectrices se demandent très vite s’il existe un lien entre cette tentative d’assassinat et le meurtre récent de la juge Samuel-Picquard, dans les bois de Grizzly Falls. Et si les deux affaires sont liées, quelles peuvent bien être les motivations de ce tueur froid, implacable qui, elles le pressentent, ne s’arrêtera pas là ?
Dans cette enquête hors normes, Regan et Selena vont devoir contrôler leur émotion et leur colère. A ce prix seulement elles conserveront toute la lucidité nécessaire pour capturer le tueur. Le capturer, avant qu’il n’arrache son dernier soupir à sa prochaine victime.

De glace et de ténèbres, Lisa Jackson, Harlequin : Selena Alvarez en est persuadée : l’affaire sur laquelle elle et sa coéquipière Regan Pescoli enquêtent est hors normes.  D’abord parce que les victimes — toutes des femmes — se ressemblent étonnamment : ossature du visage, peau claire, cheveux auburn, yeux verts. Ensuite parce que le tueur, qui s’attaque méthodiquement et froidement à ses victimes, semble insaisissable et tout proche à la fois. Comme si, caché dans l’ombre, épiant ses victimes jusqu’à s’imprégner de leurs moindres habitudes, il attendait son heure pour frapper, de nouveau.
En pleine période de  Thanksgiving, dans ce Montana de ténèbres et de glace que les décorations de Noël peinent à réchauffer, Selena sait qu’elle va devoir faire preuve d’une ingéniosité et d’un courage sans égal pour arrêter ce tueur implacable. Et pour révéler au grand jour le terrible secret qui le pousse à agir…

Retour dans le Mississippi, Rosemary Rogers, Harlequin

Une fille parfaite, Mary Kubica, Harlequin : « Je la suis depuis plusieurs jours. Je sais où elle fait ses courses, où elle travaille. Je ne connais pas la couleur de ses yeux, l’intensité de son regard quand elle a peur. Mais je le saurai bientôt. »
Incapable de dire non au séduisant et énigmatique inconnu qu’elle vient de rencontrer dans un bar, Mia Dennett, jeune héritière d’une des familles les plus en vue de Chicago, accepte de le suivre jusqu’à chez lui. Sans savoir qu’elle a commis une grave erreur. Et qu’après ce soir-là rien, jamais, ne sera plus comme avant.
Avec Une fille parfaite, Mary Kubica mène un récit à trois voix fondé sur une construction incroyablement précise et ingénieuse. Sans jamais le déflorer, l’auteur confère profondeur et intensité au mystère qui entoure le kidnapping de Mia — jusqu’à la révélation finale qui fait voler en éclats les apparences et donne toute son ampleur à cette histoire bouleversante.
Vous n’oublierez pas Une fille parfaite.
Vous n’oublierez pas Mia.

Tu dépasseras les limites, Lynda Aicher, Harlequin : La confiance est un don, le sexe un jeu, l’amour une brûlure
Cette musique assourdissante, cette odeur si caractéristique de cuir et de transpiration mêlés, ces corps qui se frôlent… Kendra ferme les yeux. Elle s’était juré de ne jamais remettre les pieds dans ce genre de club. Mais ce soir, c’est différent. Si elle est là, ce n’est pas pour jouer, pour s’abandonner à ces désirs honteux qui ont gâché sa vie, mais, au contraire, pour se prouver qu’elle est passée à autre chose. Hélas, lorsqu’elle croise le regard de Deklan Winters, son voisin – et copropriétaire du club –, toutes ses certitudes s’effondrent. Sans pouvoir s’en empêcher, elle lui retourne un regard insolent et provocateur. Provoquer un Dominant sur son propre terrain… Seigneur, elle doit être folle ! À moins que…

L’étoile des Highlands, Juliette Miller, Harlequin

L’étau du passé, Karen Harper, Harlequin : Cold Creek. Une petite bourgade perdue au cœur de l’Ohio, où Tess s’était juré de ne jamais remettre les pieds. N’est-ce pas ici, en effet, qu’enfant elle a vécu le pire des cauchemars ? Ici qu’elle a été enlevée, avant d’être retrouvée errant dans un champ après huit mois d’absence, le corps marqué par les nombreux sévices qu’on lui a infligés ? Un crime odieux dont, frappée d’amnésie, elle n’a gardé aucun souvenir, mais qui a changé sa vie à jamais. C’est donc la rage au cœur qu’elle est aujourd’hui de retour en ville, déterminée à vendre au plus vite la demeure familiale qu’elle a héritée afin de pouvoir, enfin, tirer un trait sur son passé. Quand Gabe McCord – son ami d’enfance devenu shérif – se présente à sa porte, porteur d’une terrible nouvelle, Tess comprend cependant que les choses ne vont pas être aussi simples qu’elle l’avait imaginé : vingt ans jour pour jour après son propre enlèvement, une autre fillette a été kidnappée. Et Gabe est convaincu que les souvenirs qu’elle a enfouis en elle sont la seule clé dont il dispose pour retrouver la petite disparue avant qu’il ne soit trop tard…

Une simple alliance ?, Cat Shield, Le désir d’un Westmoreland, Brenda Jackson, Harlequin : Une simple alliance
Riches, beaux, influents : JT Stone et Violet Fontaine sont propriétaires des plus beaux palaces de Las Vegas – et rivaux en affaires. Jusqu’au jour où, pour assurer leur empire, ils décident de s’allier… par un mariage de pure convenance. Jamais leur union ne devra mettre en péril leur héritage, jamais ils ne partageront le même lit, ils s’en font la promesse solennelle. Mais que vaut une promesse face à la tentation ? JT et Violet ne tardent pas à le découvrir, en même temps que le désir qui les submerge soudain…

Le désir d’un Westmoreland
Cela fait bientôt un an que Jillian Novak l’a quitté. Et Aidan Westmoreland sait maintenant qu’avoir gardé secrète leur relation, à laquelle sa famille se serait opposée, fut une erreur. Il sait maintenant qu’il veut passer le reste de sa vie avec Jillian. Et, pour le lui prouver, il va la reconquérir : une croisière et le bleu de l’océan seront ses alliés dans son entreprise de séduction. Il en est certain : il saura rallumer en elle la flamme de la passion…

Un rival trop attirant, Adrienne Giordano, Le piège de la forêt, HelenKay Dimon, Harlequin

Le soupçon au cœur, B. J. Daniels, Harlequin : Deux ans. Deux longues années passées en prison, pour un vol qu’il n’a pas commis… Désormais libre, Jack n’a plus qu’une obsession : découvrir qui à Beartooth, la ville où il a toujours vécu, a fomenté ce terrible complot contre lui pour le faire injustement condamner. Aussi, lorsqu’il apprend que Kate LaFond – une jeune femme récemment arrivée sur place – est accusée d’un meurtre pour lequel elle clame son innocence, ne peut-il refréner le puissant instinct protecteur qu’il sent monter en lui. Impossible que cette beauté fière et aussi sauvage que les montagnes du Montana qui les entourent soit coupable… Se pourrait-il que, comme lui, elle soit victime d’une sombre machination ? Résolu à en avoir le cœur net, il décide de mener l’enquête pour démasquer ceux qui, sans qu’il comprenne pourquoi, ont juré leur perte à tous deux…

Passions australiennes, Emma Darcy, Harlequin

Le choix interdit, Megan Hart, Harlequin : Héberger un inconnu pendant tout un été ? Anne n’est guère enchantée par cette idée, même s’il s’agit de l’ami d’enfance de James, son mari. Et, lorsque Alex Kennedy s’installe effectivement chez eux, elle mesure soudain à quel point la vie à trois risque d’être difficile, car elle éprouve immédiatement pour cet homme à la présence envahissante un désir brut, dévastateur. Un désir auquel elle craint de ne pouvoir résister très longtemps, d’autant qu’Alex ne cesse de jouer avec elle, la poussant toujours plus loin dans ses retranchements.
Mais un jour tout vacille, et elle sent ses derniers repères voler en éclats lorsqu’elle découvre que le pouvoir de séduction d’Alex s’étend jusqu’à James, qui semble lui aussi subjugué par cet être solaire. Est-elle le jouet de ses fantasmes, ou son mari essaye-t-il de lui suggérer qu’il serait prêt à la partager avec son meilleur ami ? Une expérience tentante, mais terriblement périlleuse, qui risque de la confronter à des désirs dont elle ignorait tout…

Une simple lettre d’amour, Yann Moix, Grasset : « Dès qu’une femme aime un homme, elle fabrique un infidèle. »

Vivre, Anise Postel-Vinay, Grasset : « Je pensais qu’en vieillissant, l’ombre de ce que j’ai vécu pendant la guerre s’estomperait, que j’oublierais un peu. J’ai l’impression que c’est le contraire : soixante-dix ans après mon retour, ce passé est de plus en plus présent en moi.
J’ai perdu mon sommeil d’enfant pendant la guerre et je ne l’ai jamais retrouvé. Je fais souvent le même cauchemar : la Gestapo me pourchasse. Mais je cours tellement vite que je me réveille. »
Anise Postel-Vinay
Écrit avec la complicité de Laure Adler et Léa Veinstein, Vivre relate avec simplicité le quotidien de celle qui n’aime pas qu’on l’appelle « résistante ». Arrêtée le 15 août 1942, déportée à Ravensbrück aux côtés de Germaine Tillion et Geneviève Anthonioz de Gaulle, Anise Postel-Vinay nous offre le récit d’une humanité plus forte que la barbarie.

Une idée de l’enfer, Philippe Vilain, Grasset : C’est l’histoire qu’un homme qui joue. Pourquoi joue-t-il ? Paul gagne convenablement sa vie, il a une femme belle et intelligente qui réussit dans son métier. Il n’a qu’une passion : les matches de football en ligne. Il calcule, il pronostique, il parie, il gagne, il perd.
Sara souffre. Paul promet d’arrêter. Il recommence. Ment. Croit à ses mensonges. Recommence. Et toujours en se donnant les justifications les plus habiles, les plus spécieuses, les plus mensongères. Avec la finesse psychologique qu’on lui connaît, la délicatesse dans l’approche des sentiments violents, Philippe Vilain fait dans Une idée de l’enfer le portrait d’une passion, le portrait d’un couple. C’est avec sa vie que le joueur joue.

Belleville Shanghai Express, Philippe Lafitte, Grasset : Au cœur du quartier chinois de Belleville, deux jeunes gens n’auraient jamais dû se rencontrer. Vincent est vietnamien par son père, français par sa mère : une « banane », en argot local. Line est la fille de monsieur Li, ogre du business chinois, protecteur des traditions et des secrets de son passé. Vincent est photographe et serveur dans un restaurant à ses heures, Line fait de brillantes études. Il cherche son père disparu, elle est en quête de liberté ;  il étouffe entre sa mère et sa grand-mère, elle est sous la protection rapprochée d’un de ses cousins, Yan, une crapule qui parade en Porsche Cayenne.
Deux mondes si proches et si lointains, qui cohabitent mais ne se fréquentent pas. Quand la rencontre a lieu, elle est explosive. Line disparaît au bout du monde et Vincent, seul dans la ville, désespéré, traque Yan et doit déjouer les menaces qui s’amoncellent sur lui, sa famille et son amour.
Comment s’affranchir d’un passé qui ne passe pas? Quête des origines sur fond de courses poursuites vers la liberté, Belleville Shanghai Express nous entraîne tambour battant dans le sillage d’une jeunesse aux destins contrariés.

Les quatre saisons de l’été, Grégoire Delacourt, Lattès : Été 99, dont certains prétendent qu’il est le dernier avant la fin du monde.
Sur les longues plages du Touquet, les enfants crient parce que la mer est froide, les mères somnolent au soleil. Et partout, dans les dunes, les bars, les digues, des histoires d’amour qui éclosent. Enivrent. Et griffent. Quatre couples, à l’âge des quatre saisons d’une vie, se rencontrent, se croisent et s’influencent sans le savoir.
Ils ont 15, 35, 55 et 75 ans. Ils sont toutes nos histoires d’amour.

Take a chance, Abbi Glines, Lattès : Lorsque son père, célèbre rock star, part en tournée, Harlow doit aller vivre chez sa diabolique demi-sœur Nan à Rosemary Beach. Elle y retrouve le beau Grant, qui jusque-là ne réussit guère à résister aux dangereux attraits de Nan. Mais Harlow va tout bouleverser. Aucune fille ne lui a jamais fait un tel effet. Alors qu’elle ne veut rien entendre d’un type qui fréquente sa demi-sœur, Grant est déterminé à tenter le tout pour le tout pour conquérir Harlow.

On pouvait tout lui dire, Michel Richard, Fayard : La jeune femme pouvait rentrer chez elle, en France, sa mission dans la filiale américaine de son entreprise était achevée.
Elle avait pris un taxi pour gagner l’aéroport.
La course avait duré une quarantaine de minutes et s’était passée sans incident de parcours.
Rien d’anormal non plus entre elle et son chauffeur.
Pourtant, sa vie en avait été bouleversée.

Comment épouser un milliardaire, Audrey Vernon, Fayard : Pour ceux qui doutent de la poésie des pages saumons du Figaro et ceux qui la goûtent, pour ceux qui ont compris qu’il y a davantage de bénéfices à épouser un milliardaire qu’à travailler pour lui ou acheter ses produits, pour tous ceux-là, une candide fiancée, lors de son enterrement de vie de jeune fille, prodigue quelques conseils, détaille la mécanique du capitalisme mondialisé et de l’explosion des inégalités…
« Comme dit mon futur mari, il faut prendre l’argent là où il est : chez les pauvres. Ils n’ont pas beaucoup d’argent, mais il y a beaucoup de pauvres… »
Derrière son apparente naïveté se cache cependant une fine lectrice de Marx au sourire bien acéré. Chaque élu de la liste de Forbes ou du CAC40 en prendra pour son grade, et Audrey Vernon, alchimiste économique, réussit à se saisir de sujets graves pour les rendre drôles.

Nom de Dieu, Philippe Grimbert, Le Livre de poche : Baptiste a tout pour être heureux : du travail, une femme et des enfants, une vie sans histoires rythmée par ses activités charitables – avec les SDF ou les enfants malades. Il est croyant, Baptiste, et ça lui prend beaucoup de temps… à tel point que tout le monde se lasse. La foi de ce fervent croyant est alors rudement mise à l’épreuve par une avalanche de catastrophes qui le transformeront en prophète halluciné, réglant publiquement ses comptes avec le Créateur. Emotion et humour sont les ressorts de ce conte – écrit par l’auteur d’Un secret – qui se lit avec jubilation tout en proposant au lecteur, sous les dehors d’une comédie grinçante, une interrogation plus grave sur la condition de l’homme moderne.

Les liens du mariage, Julie Courtney Sullivan, Le Livre de poche : Années 50. Frances travaille dans une agence de publicité. Son plus gros client est l’entreprise De Beers, géant mondial de l’extraction du diamant. Ils lui demandent une campagne de publicité pour relancer la tradition de la bague de fiançailles et ainsi écouler un maximum de diamants. Frances invente alors, sur un coin de table, le slogan « Un diamant est éternel ». Il fera le tour du monde pendant plus de 50 ans. Les ventes de diamants repartiront en flèche. Frances, femme indépendante, célibataire, consacrera toute sa carrière à faire de la bague en diamant le summum du romantisme… et du marketing.
1972. Evelyn, professeur à la retraite aurait pu couler des jours heureux dans sa superbe maison avec son mari Gerald, mais elle doit affronter le divorce de son fils. Une véritable épreuve. Evelyn ne comprend pas. Comment son fils peut-il briser un mariage, une famille ? Seule la mort a pu la séparer de son premier mari, son premier amour. Aujourd’hui encore, elle garde précieusement leur bague de fiançailles comme un talisman.
1987. James, marié et père de quatre enfants, est ambulancier à Boston. Ses journées sont interminables. Il est épuisé, autant par les horaires que par les horreurs quotidiennes qu’il cotoie. Mais James ne veut pas s’arrêter. Il a besoin de l’argent pour offrir à sa femme la bague qu’il n’avait pas pu pas acheter lors de leur mariage. Le destin donnera un coup de pouce à James.
2003. Delphine tient avec son mari un magasin d’instruments de musique anciens au coeur de Montmartre, à Paris. Un matin, ils vendent un exceptionnel Stradivarius à P.J., un violoniste américain surdoué. Delphine tombe amoureuse de ce jeune prodige. Elle quitte tout pour lui et part vivre à New-York, au moment où l’intervention en Irak tend les relations entre les États-Unis et la France. Pour lui prouver son amour, P.J. lui offre une bague ayant appartenu à sa mère. Delphine s’apercevra vite de l’infidélité de son fiancé. Elle reviendra à Paris et tentera de retrouver son mari.
2012. Kate a quitté New-York pour vivre à la campagne. Elle a abandonné son travail dans une association luttant pour les droits de l’homme, et notamment contre l’industrie du diamant qui vend du rêve en exploitant les hommes, les femmes et les enfants d’Afrique. Cet engagement l’a toujours éloignée du mariage, même si elle vit en couple. Pour elle, le mariage n’est qu’une industrie, un plan marketing ainsi qu’un instrument de domnation de la femme. Quand son cousin homosexuel, l’un de ses plus sûrs alliés depuis l’enfance, l’autre rebelle de la famille, lui annonce qu’il va se marier, elle n’en revient pas. À tel point qu’elle égare les bagues que les deux hommes ont choisi comme alliances…
Cinq destins reliés par un diamant, cinq parcours qui illustrent l’évolution du couple et du mariage depuis les années 1950. Un roman ambitieux, maîtrisé et très accessible.

Arnaque à Hollywood, Carol Higgins Clark, Le Livre de poche : En pleine virée shopping à West Hollywood, la détective Regan Reilly rencontre Zelda, une jeune femme qu’elle a connue sept ans plus tôt lors d’un jeu télévisé. Depuis, Zelda a décroché le gros lot : huit millions de dollars hérités d’une vieille voisine qu’elle connaissait à peine ! De quoi mener la belle vie et organiser des soirées fréquentées par la jet-set. Mais Zelda tombe étrangement malade et, au vu du petit monde qui gravite autour d’elle, Regan la soupçonne d’être en danger. Escroquerie, faux amis, menaces… La détective mène l’enquête, sans savoir que sa curiosité fait d’elle une cible pour l’entourage peu charitable de Zelda. Un suspense savoureux et plein d’humour, et une Regan Reilly au top de sa forme.

Un si beau jour, Elin Hilderbrand, Le Livre de poche : Tout devrait être absolument parfait le jour de ce magnifique mariage sur l’île de Nantucket. Jenna a tout planifié selon les vœux de sa mère qui, avant de mourir sept ans plus tôt, lui a laissé un « Journal », guide pratique et recueil d’instructions pour l’aider à organiser ses futures noces. Mais très vite, la situation devient orageuse : une sœur aînée divorcée qui ne croit plus à l’amour, un père remettant en question sa nouvelle union, une belle-mère mariée deux fois au même homme, quelques demoiselles d’honneur dévoyées – et des garçons d’honneur intenables –, sans compter la pluie qui menace… Avant la fin des festivités, l’amour sera mis à rude épreuve, des scandales éclateront, des cœurs seront brisés et d’autres guéris.

L’ombre douce, Hoai Huong Nguyen, Le Livre de poche : 1954, dans un hôpital militaire de Hanoi, Yann, un soldat breton, est soigné par Mai. Ils tombent amoureux, mais le père de la jeune fille l’a promise à un autre. Elle s’insurge, elle est bannie de la famille… Ils se marient en toute hâte, avant que Yann rejoigne la cuvette de Diên Biên Phu. Après la défaite de l’armée française, Yann est emmené dans un camp d’internement. Dans une langue poétique, avec grâce et pudeur, Hoai Huong Nguyen peint le Vietnam d’hier et un amour qui affronte la violence d’une guerre. L’histoire bouleversante de Mai et de Yann laisse percer la lumière des humbles héros qui croient à la liberté et à l’absolu malgré les vicissitudes de l’Histoire.

Les Dieux sont vaches, Gwendoline Hamon, Le Livre de poche : Quand Zélie apprend que sa mère est gravement malade, son monde s’écroule. Elle ne veut garder que le meilleur pour les deux derniers mois qu’il lui reste à vivre. Caroline est une mère singulière qui croit aux énergies, aux forces divines et souterraines, aux médiums étranges. Elle suspend un pendule au-dessus de la tête de ses futurs gendres et imagine des prénoms d’Indiens pour ses petits-enfants. Elle s’est mariée très jeune, a eu deux filles, des amants, des rêves qui n’appartiennent qu’à elle. Elle est merveilleuse et quelquefois cruelle. Voici, au soir de son existence, le destin de cette femme fantasque et attachante, déroulé par sa fille, qui va tenter avec un humour vibrant de lui faire oublier que, parfois, les dieux sont vaches.

Un été blanc et noir, Frédéric Couderc, Le Livre de poche : Fin des années 1960. Lois discriminatoires, townships, relégation dans les bantoustans, torture et assassinats… la liste est longue des violences que subissent les Noirs et les métis d’Afrique du Sud sous le règne de l’apartheid. Dans l’autre monde, celui des Blancs, le professeur Barnard va bientôt réaliser la première greffe du cœur. C’est dans ce pays, où se mêlent la liberté des « swinging sixties » et l’horreur de la ségrégation, que Marianne, jeune Parisienne professeur de lettres, débarque pour enseigner à l’université du Cap. Elle y rencontre Denise, une avocate blanche engagée dans la lutte contre les lois raciales, et Victor, Afrikaner charmeur, désinvolte et richissime qu’elle va aimer passionnément. Elle sera également impliquée dans un projet fou : faire évader Mandela des geôles de Robben Island. Amour et suspense… une histoire choc, inspiré de faits réels et peu connus, en hommage à Nelson Mandela.

Tout entière, Irene Cao, Le Livre de poche

80 notes ambrées, Vina Jackson, Le Livre de poche : Lorsqu’elle s’installe à New York, Luba, la danseuse russe, tombe amoureuse d’un homme dangereux. Négociant en ambre rare, le mystérieux Chey emporte la jeune femme dans un tourbillon de passion avant de disparaître pendant plusieurs mois. Des clubs select de La Nouvelle-Orléans à l’hôtel particulier de la rock star Viggo Franck à Londres, Luba entame un voyage initiatique au cours duquel elle va se livrer à des expériences toutes plus immorales les unes que les autres… La danseuse pourra-t-elle se contenter de cette nouvelle vie ? Ou ne va-t-elle pas plutôt chercher à retrouver le seul homme qui la fuit ? La suite indispensable du best-seller de Vina Jackson !

Madame rêve, Pierre Grillet, Stock : « Madame rêve, c’était quelqu’un. Fantasque, drôle, kleptomane, dépensière, égoïste, toxicomane, infidèle, belle et gracieuse. Elle passait partout et on lui passait tout. Madame rêve, c’était quelqu’un avant d’être une chanson. Je parle d’elle pour la première fois. »
À l’origine de la chanson la plus mythique d’Alain Bashung, il y a un homme. Et un amour impossible. Pierre Grillet raconte cette femme qui lui a inspiré des paroles qu’on connaît malgré soi par coeur : ils se sont aimés, fuis, trahis, ils se sont réconciliés. Ils ont joué avec leurs vies. Natasha a hanté New York, les hôtels de luxe et les hôpitaux psychiatriques. Les amants se sont perdus mais l’amour est resté ; c’est ce qu’on découvre, page à page, dans ce livre envoûtant.

La brûlure de l’été, Jacques Weber, Stock : Un couple, deux jeunes enfants, vivant pauvrement dans une gare désaffectée et à qui, faute de paiement, on coupe l’eau, en plein été… Ce terrible fait-divers, qui a défrayé la chronique dans les années 1980, a inspiré à Jacques Weber un récit bouleversant, à la fois âpre et tendu, jusqu’au drame final. Un récit où il serait question d’une France en marge, de cirque, de tigre échappé, de bistrots, de rêves, d’amour, de désespoir et d’idéaux.

Chaque soir à onze heures, Camille Benyamina et Eddy Simon, Casterman : Paris 2014, on y suit le parcours de Willa, habituée à frayer avec la jeunesse dorée et superficielle des beaux quartiers de la capitale, jusqu’à la Villa des Brouillards perdue au fin fond de Montmartre.
Dans cet endroit hors du temps, comme bloqué en plein XIXème siècle, elle fait la connaissance de Marni, une jeune pianiste aveugle et de son frère, le sombre Edern.
Après la disparition de leurs parents, le frère et la soeur s’y sont comme reclus, bloqués par les lourds secrets de famille et depuis peu victimes d’un maître chanteur.
Touchée par Marni et séduite par Edern, Willa décide de percer les mystères de la Villa des Brouillards.

Ce qu’il reste d’Alice, T.R. Richmond, Calmann-Lévy : Alice Salmon, vingt-cinq ans et promise à un bel avenir, retourne dans sa ville universitaire pour y passer une soirée entre amies. Au petit matin, son corps est découvert sous un pont, balayé par la rivière. Est-ce un suicide, un accident ou un meurtre ? Les médias s’emparent de l’affaire, créant une véritable onde de choc. Le professeur Jeremy Cooke, proche de la retraite, se lance alors dans un ultime projet de recherche : reconstituer la vie d’Alice, son ancienne élève, pour élucider sa fin si tragique. Il fouille dans toutes les traces qu’elle a laissées : Facebook, Twitter, Spotify, forums, blogs, journaux intimes, lettres. Pièce par pièce, Alice apparaît tel un puzzle mystérieux, parfois très sombre. Et bientôt, entre ses lignes, des vérités choquantes font surface…
Ce qu’il reste d’Alice est un thriller psychologique à la construction unique. Jamais nos nouveaux outils de communication ne seront apparus si menaçants. À une heure où la distinction entre vie réelle et vie digitale est de plus en plus floue, que reste-t-il vraiment de nous après la mort ?

La partition des illusions, Frédérick d’Onaglia, Calmann-Lévy : Professeure de violon au conservatoire d’Aix-en-Provence, Camille Delgado voit sa vie basculer le jour où Stéphane, son mari, porte sur elle des gestes violents. Humiliée depuis des années par cet époux dominateur et pervers, elle entame enfin une procédure de divorce et s’installe avec leur fils Benjamin dans la maison que possèdent ses parents sur les hauteurs d’Aix-en-Provence. Elle sait que le combat sera rude, d’autant que Stéphane envisage de demander la garde de Benjamin. Instrumentalisé par son père, l’adolescent décroche au collège et se rebelle contre sa mère. Malgré les difficultés qui s’accumulent, Camille enseigne le violon avec passion et s’implique de plus en plus dans les manifestations culturelles du conservatoire que dirige le chef d’orchestre Julien Leffert, nouvellement nommé à la tête de l’institution. Mais, fragilisée par quinze années d’une vie conjugale chaotique, la jeune femme a perdu confiance en elle et considère qu’elle n’a pas droit au bonheur. Seul l’équilibre de son fils compte, quitte à sacrifier sa propre existence pour lui assurer un avenir. Comment renouer le dialogue avec lui sans briser l’image du père ? Et quand s’ouvrira-t-elle aux autres sans être rongée par la culpabilité ? C’est sans compter sur le soutien de Cédric, son ami d’enfance, mais aussi de Julien, de plus en plus présent dans sa vie…

Sans pitié, KGI 6, Maya Banks, Milady : P.J. et Cole, tireurs d’élite au sein du KGI, sont rivaux, et un peu plus. Un soir, ils cèdent à l’attirance qu’ils ressentent l’un pour l’autre. Mais ils n’ont pas le temps de réféchir à leur relation : dès le lendemain, le KGI envoie P.J. dans une mission qui tourne au cauchemar. Survivant de justesse à une expérience traumatisante, elle quitte le groupe et disparaît pour s’engager sur la voie de la vengeance. Elle ignore que Cole est prêt à la suivre où qu’elle aille, même dans les ténèbres les plus profondes. Même au péril de sa vie.

Lune de miel & gueule de bois, Jane Graves, Milady : Un contrat de mariage à durée déterminée.
Heather, comptable, vit un calvaire. Son insupportable cousine va se marier et sa famille la harcèle pour qu’elle trouve chaussure à son pied. Une chose est sûre : elle n’épousera jamais quelqu’un comme Tony McCafrey, playboy exaspérant et irresponsable. Pourtant, après un enterrement de vie de jeune fille trop arrosé à Las Vegas, c’est auprès de Tony qu’elle se réveille… et trouve un certificat qui les déclare mari et femme ! Pour donner le change à la famille de Heather, le séducteur accepte de jouer le jeu : il sera son époux pendant un mois. Cette fausse lune de miel fera-t-elle naître de vrais sentiments ?

Les héritiers des Highlands, tome 3, L’envoûteur, Paula Quinn, Milady : Peut-on enterrer l’amour à tout jamais ?
Après des années d’exploits sur les champs de bataille, Connor Grant retrouve, par hasard, à la cour de Londres, Mairi MacGregor qu’il avait quittée sept ans auparavant lui assurant de revenir dans les Highlands. S’étant promis de l’oublier à jamais, Mairi est désormais vouée à la cause écossaise. Bien qu’encore attirée par Connor, elle ne parvient pas à lui pardonner sa trahison. Pour protéger ses chères Highlands, Mairi va devoir ravaler sa ferté et s’allier à son ancien amant – même si cela signife que son cœur risque de chavirer pour toujours.

À l’état brut, Meurtres en Alaska tome 2, Kat Martin, Milady : L’homme est le plus dangereux des prédateurs…
Samantha n’aurait jamais cru rencontrer un amant comme Nick Brodie. C’est à Las Vegas qu’elle fait la connaissance de cet ancien policier aussi fort que fruste, qui a quitté son poste en Alaska. Et la nuit torride qu’ils ont passée ensemble a laissé a Samantha un souvenir inoubliable.
De retour au pays, Nick y invite la jeune femme; Le séjour se déroulerait sans encombre si Samantha et Nick ne se retrouvaient pas mêlés à une affaire de kidnapping et de meurtre. Impossible d’appele la police – le couple est surveillé, et la vie d’une femme et d’un enfant est en jeu.

Le secret de la duchesse, Les frères ténébreux tome 1, Courtney Milan, Milady

L’éventail et l’épée, Georgette Heyer, Milady : Être ou paraître ? Telle est la question…
La ravissante Cléone Charteris est amoureuse de Philippe Jettan mais lui reproche ses manières trop rustiques. Alors qu’elle ne rêve que de bals, elle tombe sous le charme de l’élégant sir Bancroft. Éconduit par Cléone et souhaitant la reconquérir, Philippe s’exile à Paris afin de devenir un véritable gentleman. Six mois plus tard, il réapparaît, précédé d’une flatteuse réputation de don Juan. Regrettant la simplicité de l’homme qu’il était, Cléone découvre à son tour les affres de la jalousie…

La petite peste et le chat botté, Juliette Benzoni, Plon : Le nouveau roman de Juliette Benzoni met en scène la duchesse d’Abrantès, figure de la vie parisienne par sa beauté, son esprit caustique et son extravagance. Mariée au général Junot, qui la trompe avec Caroline Bonaparte, dame d’honneur de Madame Mère, l’empereur Napoléon la surnommait affectueusement « la petite peste »…

En ménage, J. K. Huysmans, éditions Parallèles : Marié et écrivain sans succès, André surprend sa femme Berthe en flagrant délit d’adultère. Il trouve refuge chez son ami Cyprien, peintre et irréductible célibataire, et jure qu’on ne l’y reprendra plus. Mais le temps fait son œuvre et la vie de garçon le lasse. C’est la « crise juponnière » ! Les deux anti-héros, aux prises avec leurs pulsions et frustrations sexuelles, finissent par se remettre en ménage.
En ménage dresse une critique sociale pleine d’ironie et de raffinement qui doit autant à Schopenhauer qu’à Baudelaire. La plume nerveuse et généreuse de Huysmans fait aussi le ménage du côté de la littérature en mettant à la fois en œuvre et en procès le roman naturaliste qu’il réinvente.
À rebours des conventions, ce roman est d’une modernité frappante dans son analyse presque médicale du couple et de la sexualité. Cette œuvre pessimiste, annonciatrice de l’esthétique décadente de Huysmans, analyse le mariage comme une maladie et attaque au vitriol l’ordre bourgeois et son hypocrisie.

Monsieur K, Marc Michel-Amadry, Héloïse d’Ormesson : Viktor Karsten, richissime collectionneur, jouit de son pouvoir dans l’ombre. Rares sont ceux qui ont pu admirer ses Pollock, Warhol, Bacon et Basquiat. Pourtant, derrière l’ascension fulgurante et la réputation internationale, cet expert redouté cache un lourd passé : sa fortune repose sur un crime perpétré bien avant sa naissance. Et aujourd’hui, en dépit de sa puissance, il veut réparer les torts commis. Débute alors une course, de Genève à Tokyo, à la poursuite de la toile à l’origine de son héritage coupable.
Peut-on jamais réparer le passé ? Marc Michel-Amadry, en fin connaisseur du milieu de l’art, déploie avec subtilité une intrigue captivante tout en dévoilant les arcanes des salles de vente et les coulisses du monde très fermé des enchères.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s