Parutions de la semaine – 23/02/2015

Chaque dimanche, je vais faire un point sur les sorties de la semaine qui m’intéressent, en m’aidant du Livres Hebdo si j’arrive à l’avoir à temps ou en allant sur les sites des éditeurs que je suis.

Rock, Kylie Scott, JC Lattès : Après une nuit bien arrosée à Las Vegas pour ses vingt et un ans, Evelyn se réveille avec un terrible mal de tête et un bel inconnu à côté d’elle, sans aucun souvenir de la veille. Lorsqu’elle se rend compte qu’elle a une bague au doigt et le prénom David tatoué sur la fesse, elle ne tarde pas à comprendre qu’ils se sont mariés durant la nuit… Et elle n’est pas au bout de ses surprises en découvrant des hordes de paparazzis devant chez elle : David est en fait le guitariste de Stage Dive. Mais peut-elle vraiment envisager une relation avec une rock star ?

Des fleurs et des épines, Valérie Gans, JC Lattès : Après un an passé en Afrique pour échapper à un compagnon violent, Julie rentre à Paris et retrouve avec bonheur sa sœur Loraine, fleuriste, ses enfants et ses parents qui vivent en Dordogne.
Elle était devenue une sage-femme expérimentée et trouve très vite sa place dans la clinique de Victor Le Crétois qui la prend sous sa protection. Sa rencontre avec Sophie, une amie de son neveu Bastien, mère porteuse pour financer ses études, va troubler son équilibre retrouvé.
L’amour de Victor, de vingt-cinq ans son aîné, suffira-t-il à lui redonner confiance ? Pourra-t-elle aider Sophie dans le dilemme de la gestation pour autrui ?

Journal d’une inconnue, Fanny Mentré, JC Lattès : C’est vrai : sa mère est morte, son couple bat de l’aile, son chef de service est un crétin et sa fille l’insupporte…
C’est vrai, mais est-ce une raison pour penser soudain que tout est faux ?
Est-ce une raison pour s’enfermer dans la buanderie, avec une vraie poule, une licorne tracée au Bic qui ronge le mur, à la lueur d’une lune toujours pleine, constante et artificielle ?
Qu’est-ce qu’elle imagine en écrivant ce qu’elle appelle son Journal ?
Qu’elle va changer sa vie ? Le monde ?
Allez, tout ça n’est pas si grave, au fond, la vie offre toutes sortes de solutions : se suicider, passer ses journées au lit à se masturber, boire à outrance, tomber amoureuse ou attendre la nuit, pour guetter les étoiles filantes…

Un cœur bien accordé, Jan-Philip Sendker, JC Lattès : Presque dix ans se sont écoulés depuis que Julia Win est revenue de son voyage en Birmanie, le pays où son père est né et où elle a découvert un frère. Désormais brillante avocate à Manhattan, elle ne se sent pourtant pas pleinement épanouie. Lorsqu’elle commence à entendre dans sa tête une voix lui posant des questions qu’elle essaie depuis toujours d’esquiver – « Pourquoi vis-tu seule ? », « Qu’attends-tu de la vie ? » –, ses doutes grandissent encore.
Poussée par sa quête d’elle-même, Julia repart en Birmanie. Elle y découvre le destin d’une femme du nom de Nu Nu, un destin à la fois passionnant et tragique qui va bouleverser la vie de Julia.
Comme L’Art d’écouter les battements de cœur, ce roman chargé d’émotion explore les territoires fascinants du cœur humain.

Ceux qui tombent, Michael Connelly, Le Livre de poche : Retraite ou pas retraite ? Harry Bosh, la soixantaine, inspecteur aux Affaires non résolues, s’interroge encore quand on le charge de deux dossiers… Le premier – le viol, suivi du meurtre, d’une jeune fille – remonte à 1989. Les tests ADN viennent de désigner le coupable : Clayton Pell… 8 ans au moment des faits. Peu crédible pour Bosh, appelé sur une scène de crime. Au Château Marmont, le célèbre hôtel de Los Angeles, un homme est tombé du septième étage. Suicide, crime ou accident ? Son père, un conseiller municipal très puissant à L.A., veut en avoir le cœur net et exige que l’enquête soit confiée à Bosh, son vieil ennemi. Politiciens corrompus, prédateurs sexuels… Harry Bosh a fort à faire, et surtout pas le temps de s’apitoyer sur lui-même.

L’art d’écouter les battements de cœur, Jan-Philip Sendker, Le Livre de poche : Un matin, le lendemain du jour où Julia obtient son diplôme de droit, Tin Win, son père, un brillant avocat de Wall Street, quitte son domicile et disparaît mystérieusement. Quelques semaines plus tard, son passeport est retrouvé dans les environs de l’aéroport de Bangkok. Quatre ans ont passé. Julia est devenue avocate. En rangeant le grenier de leur maison, Judith, sa mère, découvre des lettres d’amour que Tin a écrites – mais jamais envoyées – à Mi Mi, une jeune Birmane de Kalaw, son village natal. Julia, qui ne s’est jamais résignée à l’absence de son père, décide alors de se rendre sur place pour percer le mystère qui entoure son passé. Elle pénètre dans un univers dont elle ne soupçonnait pas la richesse. Grâce à U Ba, un vieux Birman, elle apprendra que Tin possédait un don, celui de déchiffrer l’âme des gens en écoutant les battements de leur cœur.

Les poètes morts n’écrivent pas de romans policiers, Björn Larsson, Le Livre de poche : L’éditeur Karl Petersén a persuadé le poète Jan Y. Nilsson d’écrire un roman policier, convaincu qu’il saura en faire un best-seller. Mais Nilsson se résignera-t-il à sacrifier sa réputation et à se plier aux lois du marché ? Acceptera-t-il de signer le contrat que Petersén lui apporte ce soir-là ? Lorsque l’éditeur le découvre au bout d’une corde dans son bateau de pêche, la réponse semble évidente. Le commissaire Barck, lui-même poète à ses heures, n’a aucun doute : les poètes ne se font pas assassiner, ils se suicident. Pourtant, les mobiles ne manquent pas… Dans cette pétillante satire du monde éditorial continuellement à la recherche du prochain succès, seul un policier-poète a l’expérience et la sensibilité pour saisir les vérités cachées derrière les apparences.

Le temps d’un autre, Robert Goddard, Le Livre de poche : Robin Timariot est à la croisée des chemins. Son frère aîné, Hugues, vient de décéder, et Robin doit décider s’il reste à la Commission européenne à Bruxelles où son avenir semble tracé, ou s’il revient dans l’entreprise familiale que son frère dirigeait. Avant de trancher, Robin s’accorde quelques jours pour randonner seul sur la levée d’Offa, près de Knighton. Sur un sentier, alors qu’il contemple le paysage, il croise une femme avec laquelle il échange quelques mots. Son air mélancolique le trouble profondément et leur rencontre furtive commence à l’obséder. Quelques jours plus tard, il apprend qu’elle a été violée et étranglée, le jour même de leur rencontre, dans la maison d’un artiste réputé. Choqué et en proie à un sentiment de culpabilité, il se rend au commissariat sans se douter qu’il va être propulsé dans un sombre tourbillon de mort et de vengeance.

Sur tes yeux, Irene Cao, Le Livre de poche

Le diable à Westease, Vita Sackville-West, Le Livre de poche : Adorable village de la campagne anglaise, Westease est bien tranquille… trop, peut-être ? Lorsque Roger Liddiard, jeune et brillant romancier, s’y arrête au volant de sa Jaguar, il tombe sous le charme et décide de s’y installer. Ses journées sont rythmées par l’écriture et ses rencontres avec son étrange voisinage : le Professeur, un vieux gentleman solitaire, le peintre Wyldbore Ryan, aussi cynique que capricieux, le révérend Gatacre et sa fille Mary. Mais voici que Gatacre est retrouvé mort et sa fille semble être l’assassin… Liddiard brûle de résoudre l’enquête… sans savoir à quel point sa propre responsabilité – et ses sentiments pour la belle Mary – pourraient être engagés.

L’empereur, c’est moi, Hugo Horiot, Le Livre de poche : Hugo Horiot a été un enfant autiste Asperger. Plongeant dans sa mémoire, il raconte sa souffrance d’avoir été différent, son refus de parler, son désir d’avoir voulu être un autre jusqu’à changer de nom. Au fil des chapitres, il nous entraîne avec lui. Il a quatre ans, huit ans, douze ans. Il a peur. Il se cogne à l’absurdité de la vie comme un papillon contre une lampe. Il est parfois cruel. À travers ce témoignage, il nous fait part de ce qui se passe dans la tête d’un enfant autiste extrêmement intelligent, ses obsessions, ses angoisses, son regard sur notre monde et la guerre sans merci qu’il mène contre lui-même et contre les autres. L’autoportrait d’une justesse troublante et d’une sincérité désarmante d’un enfant en colère.

La fille derrière le rideau de douche, Robert Graysmith, Le Livre de poche : 1988. Marli Renfro, la doublure de Janet Leigh dans la célèbre scène de la douche de Psychose d’Alfred Hitchcock, est assassinée. 2001. Sonny Busch, déjà suspecté à l’époque du meurtre de plusieurs femmes, est condamné à perpétuité pour ce crime. Non seulement Sonny partageait une troublante ressemblance avec l’acteur Anthony Perkins, mais, comme le personnage de Norman Bates, il avait une obsession malsaine pour sa mère. Fasciné par la pin-up des années 1960 depuis son adolescence, le journaliste Robert Graysmith, auteur du remarquable Zodiac, a décidé de mener l’enquête sur la mystérieuse Marli Renfro – et de lever le voile sur les coulisses de Hollywood.

Voir du pays, Delphine Coulin, Le Livre de poche : Aurore et Marine reviennent d’Afghanistan. Parties pour « voir du pays », elles y ont vécu six mois de tension, d’horreur, de peur. Elles vont passer trois jours à Chypre, dans un hôtel cinq étoiles, pour ce que l’armée appelle un « sas de décompression » : séances de débriefing collectif et de cours d’aquagym, soirées arrosés et visites de sites archéologiques…, le tout censé leur réapprendre à vivre normalement, à oublier la guerre. Dans un décor de filles en maillots et de fêtes sur la page, Aurore et Marine vont s’apercevoir qu’elles n’ont peut-être plus rien à perdre, et aller jusqu’au bout de la violence.

Un cadeau, Eliane Girard, Le Livre de poche : Laure va avoir trente ans. Et trente ans, ça se fête, pas question de lui faire un cadeau banal. Mais quand on a un budget serré et qu’on s’y prend au dernier moment, c’est un peu risqué. Après avoir fait chou blanc à plusieurs reprises, acculé, stressé, Félicien craque pour une paire de bottes sublimes. Et regrette tout de suite : 869, 95 euros, les bottes… le prix de son loyer. Toute la journée, Félicien tente d’assumer cet achat inconsidéré. Il en devient paranoïaque. Son cadeau, dans son emballage siglé, le désigne aux autres : il est riche. C’est ce que tout le monde voit, ou du moins c’est ce qu’il croit. Et ce malaise va entraîner Félicien dans une course folle, de catastrophe en catastrophe.

Prague fatale, Philip Kerr, Le Livre de poche : Quand, en septembre 1941, Bernie Gunther revient du front russe, la capitale du Reich a bien changé. Pénurie, rationnement, couvre-feu, crimes… Berlin rime avec misère et terreur. La découverte d’un cadavre sur une voie de chemin de fer puis l’agression d’une jeune femme précipitent Bernie, affecté au département des homicides de la sinistre Kripo, dans de nouvelles enquêtes criminelles. Invité par le général SS Reinhard Heydrich à le rejoindre à Prague pour démasquer un espion infiltré dans son entourage, Bernie est à peine arrivé qu’un des fidèles du Reichsprotektor de Bohême-Moravie est assassiné. Bernie doit trouver le coupable… et vite, s’il veut sauver sa peau.

Un million de secrets inavoués, C. L. Parker, Le Livre de poche : Le désir n’a pas de prix… Delaine Talbot a un secret. Pour sauver sa famille d’une tragédie imminente, elle vend son corps aux enchères d’un club érotique très sélect de Chicago. À compter de ce jour et pendant deux ans, elle appartiendra à un seul homme : Noah Crawford, un riche et arrogant héritier, qui pourra disposer d’elle comme bon lui semble. Dès les premiers instants, ces deux caractères explosifs font des étincelles…

Les collines d’eucalyptus, Duong Thu Huong, Le Livre de poche : Devenu gigolo dans Sanctuaire du cœur, Thanh, jeune homme sans histoire et fils modèle, est homosexuel dans Les Collines d’eucalyptus. Tombé sous la coupe d’un mauvais garçon, il fuit sa famille et sa ville natale. Désespérément seul, il ne peut confier à personne les affres de sa relation avec son compagnon qui le manipule. Thanh finit par s’enfuir à Saigon, croyant trouver refuge dans l’anonymat de la métropole. Somptueuse variation sur le thème du retour de l’enfant prodigue, Les Collines d’eucalyptus est un roman éclairé par la compassion et l’intelligence humaine qu’un écrivain au sommet de son talent témoigne à ses personnages.

Manderley for ever, Tatiana de Rosnay, Albin Michel : Tatiana de Rosnay et Daphné du Maurier : deux femmes prises par une même passion romanesque. Depuis longtemps fascinée par l’auteur deRebecca, l’auteur du best-seller Elle s’appelait Sarah, lue dans le monde entier, a voulu percer le mystère de cette jeune fille à l’allure sage dont l’univers si particulier l’a marquée, comme des milliers de lecteurs, et a inspiré à Alfred Hitchcock ses plus grands films.
Car, à l’image de ses personnages, Daphné du Maurier cultivait le secret et le trouble : issue d’une famille d’artistes, elle doit affronter son père, célèbre acteur de l’époque, et son grand-père,  romancier et ami d’Henry James, pour réaliser son désir d’écrire dans la pudique Angleterre victorienne. Un désir qu’elle accomplira en s’affranchissant de sa famille et en exprimant toute l’ambiguïté de sa personnalité au fil de romans qui sont autant de chefs-d’œuvre.
De Mayfair à Kilmarth, la maison du bord de l’océan, en passant par Menabilly, manoir de Cornouailles pour lequel la romancière nourrissait une passion dévorante, Tatiana de Rosnay, elle-même d’origine anglaise, s’est littéralement mise dans la peau de Daphné du Maurier. Plus qu’une simple biographie, son livre est une rencontre où s’opère toute la magie du roman : Manderley for ever.

Le cœur qui tourne, Donal Ryan, Albin Michel : Dans un petit village irlandais frappé par la crise économique, des tensions émergent et se multiplient dangereusement. Un meurtre est commis, un enfant kidnappé, et c’est une communauté tout entière qui se retrouve en état de choc.
Bobby Mahon était le contremaître d’une entreprise assujettie à la fermeture des portes et dont le patron s’est enfui avec la caisse. Chacun des autres personnages – une jeune fille inquiète des difficultés financières de ses parents, une mère célibataire, un ouvrier, une prostituée, un père tyrannique, ou encore un maçon d’origine russe – se trouve intrinsèquement lié à lui. Tous chercheront à raconter leur propre vérité, dressant un portrait émouvant de l’Irlande rurale d’aujourd’hui et de la condition humaine, de la fragilité des relations et des sentiments.

Si tu m’entends, Pascale Quiviger, Albin Michel : David est tombé dans le coma après une chute d’un échafaudage. Sa femme et son fils de six ans vont devoir, comme le lecteur, apprivoiser la douleur, accepter l’absence puis l’idée de la disparition.
Situé à Montréal, le roman évoque avec autant d’intensité que de simplicité le quotidien et ses faits minuscules, où tendresse et détresse se déploient avec une vérité exemplaire sans jamais glisser vers le pathos.

On reconnaît le bonheur au bruit qu’il fait en s’en allant, Marie Griessinger, Albin Michel : Depuis quelque temps, le comportement de Jean-Michel a changé : il ne parle presque plus, ou prononce des phrases bizarres, comme emmuré dans un mal étrange. Océanographe passionné, père pudique mais bienveillant, amoureux de sa femme comme au premier jour, le septuagénaire sombre peu à peu dans le mutisme malgré l’acharnement de son épouse, qui s’épuise à croire que son amour pourra le guérir. Sa fille assiste impuissante à ce naufrage. Ses émotions à vif la replongent dans le passé. Elle convoque les souvenirs du bonheur. Des images d’îles lointaines surgissent à sa mémoire comme des paradis perdus, l’immensité de l’amour que se portent ses parents conférant à son chagrin une douceur apaisante.

Alors vous ne serez plus jamais triste, Baptiste Beaulieu, Fayard : C’est l’histoire d’un médecin malheureux, qui ne se rappelle plus comment soigner depuis que sa femme est partie. Il a décidé de mettre fin à ses jours le soir même.
En se jetant dans un taxi pour régler quelques affaires à l’hôpital, il fait la connaissance de sa mystérieuse conductrice : une vieille dame excentrique capable de deviner quand les gens vont mourir, juste en les regardant dans les yeux. Pour convaincre le Docteur de revenir sur sa décision, elle exige sept jours durant lesquels il devra se soumettre à toutes ses fantaisies.
Le compte à rebours est lancé jusqu’à l’échéance finale. Qui gagnera du désespoir ou de la joie de vivre ? Que s’est-il passé dans la vie de cet homme pour qu’il en arrive là ? Qu’a vécu cette femme pour qu’elle prenne aussi violemment le parti de la vie et du bonheur ?
Avec une poésie joyeuse et une grande émotion, Baptiste Beaulieu imagine une merveilleuse rencontre entre deux êtres qui cherchent à réenchanter le monde.

Tueuses mais pas trop, Stéphanie Mesnier, Fayard : Qui n’a pas souffert de la présence, dans son entourage, d’un odieux personnage ? Supérieur hiérarchique pervers, belle-mère sadique, associé escroc… Comment se débarrasser de ces « encombrants », qui prennent plaisir à pourrir la vie de leur prochain, sans y perdre son âme et sa liberté ?
Quelques femmes – des esprits supérieurs et très inventifs – ont résolu la question. Réunies en une mystérieuse association, elles se consacrent aux cas extrêmes, dans un registre esthétique qui élève le crime au rang des beaux-arts.
Quand vous aurez fait leur connaissance, vous ne parlerez plus jamais de sexe faible.

Au plaisir d’aimer, Janine Boissard, Flammarion : À sa mort, Aymar de Fortjoie laisse à ses filles un château délabré. Puisque sa dernière volonté les enjoint de continuer à y abriter les artistes désargentés, les orphelines cherchent une solution pour éviter la déroute financière. En proposant aux riches dames de la région de poser pour leurs protégés, elles ne se doutent pas qu’un scandale va éclater.

David Bowie, une étrange fascination, David Buckley, Flammarion : Monstre sacré du rock, personnage fascinant, inquiétant parfois, David Bowie excelle depuis près de quarante ans à brouiller les pistes. Artiste complet, à la fois mime et acteur, businessman et grand amateur d’art, Bowie est un et multiple. David Buckley lève le voile sur les mystères de Bowie et de son œuvre tout en retraçant le portrait d’une époque. Il choisit d’interroger le personnage à travers sa musique, depuis son premier single en 1967 jusqu’au dernier album, en passant par Ziggy Stardust et les frasques glam. Disque après disque, pas à pas, le lecteur pénètre ainsi l’univers de l’artiste, ses influences, ses parts d’ombre, ses dérives ses ambiguïtés. Au détour des pages se croisent Mick Jagger, Iggy Pop, Andy Warhol, John Lennon, Bob Dylan, Lou Reed mais aussi Gilles Deleuze, Brion Gysin et ses comparses de la Beat Generation, ou encore Brian Eno. Ponctué de témoignages de première
main, cet ouvrage s’impose comme la biographie définitive de David Bowie, « la dernière icône pop ».

Mrs Palfrey, Hôtel Claremont, Elizabeth Taylor, Rivages : Publié en 1971 en Angleterre et sélectionné pour le Booker Prize, Mrs Palfrey, Hôtel Claremont fut salué par la critique comme l’un des romans essentiels de cette romancière anglaise. Portrait d’une vieille dame indigne, ce livre est un bijou d’humoir noir et d’esprit british. Il fait partie, au même titre que Sheila Levine est morte ou les Lettres à sa fille de Calamity Jane, des grands classiques de Rivages poche.

Angel, Elizabeth Taylor, Rivages : Angel n’a rien d’un ange. Elle méprise sa famille et passe ses journées à s’inventer des vies. Cette rage se transforme en énergie. À seize ans, la mythomane excentrique devient une icône de la littérature à l’eau de rose. Elle mène alors l’existence qu’elle a toujours cru mériter : elle se marie, dépense sans compter, est entourée, célébrée. Mais les contes de fées n’existent que dans les livres, même pour ceux qui les écrivent, et notre rêveuse ne pourra enrayer la chute.

Les 3 crimes de West Memphis, Mara Leveritt, L’Archipel : West Memphis, petite ville de l’Arkansas. Le 5 mai 1993, trois enfants de 8 ans sont portés disparus. On les retrouve égorgés le lendemain dans un bois dénommé le « nœud du diable ». Ils auraient été tués suite à un rituel satanique.
Très vite, trois adolescents, Damien Echols, Jason Baldwin et Jessie Misskelley sont appréhendés suite au témoignage accablant de deux personnes.
Malgré une enquête bâclée et une absence totale de preuves, Baldwin et Misskelley sont condamnés à la perpétuité, Echols à la peine de mort…
Face aux incohérences du dossier, un détective privé décide de mener sa propre enquête.
En 2011, les accusés sont enfin libérés. En échange de leur remise en liberté, ils ont dû plaider coupable et s’engager à ne pas poursuivre l’État de l’Arkansas pour les dix-huit ans qu’ils ont passés en prison…

Downfall, Jeff Abbott, J’ai Lu : L’ex-agent de C.I.A, Sam Capra, est de retour. Quand une belle femme lui demande de lui sauver la vie dans un bar de San Francisco, Sam se trouve soudainement mêlé à une histoire aussi trouble que dangereuse. Plongé dans un réseau de femmes et d’hommes très puissants qui font tourner le monde, il devra à son tour lutter pour pouvoir rester en vie.

Last minute, Jeff Abbott, J’ai Lu : Sam Capra met tout en oeuvre pour retrouver son fils, notamment en utilisant son ancien réseau d’agent de la CIA. Mais les kidnappeurs lui commandent de tuer un homme s’il veut revoir son enfant. Une course contre la montre s’enclenche, en compagnie d’une jeune mère dont la fillette a aussi disparu.

Drek Carter tome 1, Cupidon mortel, Thomas Andrew, J’ai Lu : Si pour certains la St Valentin est un jour d’amour, pour notre héros c’est le jour de sa mort. Pour regagner l’au-delà, il doit résoudre une sombre affaire de meurtre, rencontrant au passage, des vampires, des loups-garous, des sorciers

L’été de la seconde chance, Cristina Cassar-Scalia, City : Rome, une froide soirée de mars. Lea aperçoit un visage. Elle en a le souffle coupé. Est-ce vraiment l’homme avec qui, vingt ans auparavant, elle a passé un été inoubliable à Capri ? Alors que son mari était en voyage d’affaires, elle avait rencontré Giulio. Dans le cadre enchanteur d’une vieille villa familiale, Lea et Giulio avaient vécu une passion dévorante, à laquelle ils avaient dû mettre fin par obligation. Mais vingt ans plus tard, Lea a quitté son mari. Rien ne semble donc pouvoir contrarier un amour que Lea et Giulio ont retrouvé intact, un peu comme s’ils s’étaient quitté la veille. Leur bonheur est pourtant menacé par des mensonges qui, s’ils étaient révélés, remettraient tout en question…

Le ciel après la pluie, Clara Sanchez, MaraboutLes paroles d’une personne croisée par hasard peuvent-elle marquer notre vie pour toujours ?
Patricia est une jeune mannequin qui n’a pour l’instant connu que le succès. Pendant un vol New-Delhi-Madrid, sa voisine de siège, Viviana, avec qui elle a noué connaissance, la met garde : une personne de son entourage souhaite sa mort… Aucunement superstitieuse, Patricia décide d’oublier cet avertissement sans fondement et profite du bonheur d’être rentrée chez elle. Jusqu’à ce qu’une série d’incidents troublant sa vie professionnelle comme sa vie privée la pousse, en quête d’explications, à partir à la recherche de Viviana.
Clara Sanchez nous offre avec ce nouveau roman une intrigue subtile et subjuguante, qui nous parle du prix à payer pour le succès et de comment les personnes qui nous sont les plus proches peuvent être les plus nuisibles.

La magie du rangement, Marie Kondo, First : Mettre de l’ordre dans votre intérieur afin d’améliorer votre quotidien et changer littéralement votre vie : voilà de quoi il s’agit ! Vous êtes dubitatif ? Laissez-vous surprendre par la méthode de Marie Kondo qui a déjà séduit plus de 2 millions de lecteurs dans le monde.
Pourquoi un tel intérêt pour le rangement ? Parce que la vie commence seulement (véritablement) une fois que l’on a fait du tri. Dans cet essai pratique déjà best-seller, l’auteur nous explique simplement, mais fermement, d’oublier nos bonnes vieilles habitudes : passer une journée par an à tout jeter ne sert à rien ! S’attaquer à chaque pièce l’une après l’autre non plus… En procédant ainsi, dans quelques jours, vous nagerez de nouveau en plein désordre.
Le rangement doit être un moment privilégié. Et chaque objet qui nous entoure doit nous procurer de la joie. Vraiment. Si ce n’est pas le cas, alors il faut s’en débarrasser. Tout de suite. Vous voulez en savoir plus? Entrez dans le monde magique du rangement, et attendez-vous à quelques surprises, car lorsqu’on y voit clair, notre regard sur la vie change…

Bertrand et Lola, Angélique Barbérat, Michel Lafon : Pourquoi Lola a-t-elle sonné à cette porte ? Pourquoi Bertrand a-t-il ouvert ? Comment peut-on tomber amoureux en dix secondes ?
Durant quelques heures d’un bonheur insoupçonné, Bertrand et Lola vont s’aimer et tout oublier. Lui, qu’il est photographe, épris de liberté. Elle, qu’elle est hôtesse de l’air, sur le point de se marier. Pourtant, ensemble, ils prennent la plus sage et la pire des décisions : poursuivre leur chemin et leurs carrières respectives.
Mais quand on est envahi par un si grand amour, tout devient plus fort, l’absence, le manque, l’attente, le besoin, le remords. Piégés dans leur propre vie, comment Bertrand et Lola pourront-ils se libérer ?

L’italienne, Adriana Trigiani, Points Seuil

Le Chant de l’océan, Marie-Bernadette Dupuy, Pocket : De toute sa vie, la petite Violaine n’a connu que l’océan, le vent du large et les familles de marins, dures mais solidaires, tendres à leur manière. Mais la mort de son père pousse la famille dans le dénuement. et, moins d’un an plus tard, épuisée, sa mère disparaît à son tour.
La fillette est alors confiée à sa tante Marcelline, une femme peu aimante habitant un village des Pyrénées, près de Lourdes. L’autre bout du monde pour Violaine ! Seule, la petite fille qui aimait tant l’océan devra faire face à une nouvelle famille hostile et à un paysage oppressant, en conservant un unique espoir, revoir un jour son pays…

Une seconde de toute beauté, Frédéric Dard, Pocket : Qui était en réalité Héléna, retrouvée morte, le revolver de son père à son côté ? Pour ses parents, c’était une fille aimante et joyeuse, pour son mari, une épouse ardente et passionnée, pour son ami et confident, une femme insatisfaite et solitaire, qui se disait « malheureuse parce qu’elle n’aimait personne ». S’est-elle suicidée, s’agit-il d’un meurtre, ou d’un accident ?
Les acteurs de ce drame s’affrontent au cours d’un violent et pathétique huis clos, dans la recherche désespérée de la vérité…

Oublier son passé, Karin Alvtegen, Pocket : Helena, Martin et leur fille Emilie ont choisi de quitter la vie survoltée de Stockholm pour accomplir leur rêve d’une vie simple à la campagne… Mais, rapidement, le trio éclate et Martin retourne vivre en ville.
Tandis qu’Helena, luttant contre la tristesse, ouvre une maison d’hôtes, Anders Strandberg, riche homme d’affaires convaincu de la vacuité de son existence, est victime d’un accident de voiture. Il échoue par hasard dans l’hôtel d’Helena et, cachant sa véritable identité, accepte de travailler pour elle. L’heure est-elle venue, pour chacun d’entre eux, d’oublier enfin son passé ?

Trois fois dès l’aube, Alessandro Baricco, Gallimard : Deux personnages se rencontrent à trois reprises.
Un homme commence à parler avec une femme dans le hall de son hôtel et, quand celle-ci a un malaise, il l’héberge dans sa chambre. Leur conversation se poursuit, l’homme s’ouvre à elle mais mal lui en prend.
Un portier d’hôtel aide une jeune cliente à s’enfuir afin d’échapper à son compagnon, un individu violent et dangereux. Plus âgé qu’elle, il lui révèle qu’il a passé treize ans en prison à la suite d’un meurtre.
Malcolm, le personnage de la première rencontre, est encore enfant quand ses parents meurent dans l’incendie de leur maison. Pour le soustraire aux suites de ce drame et l’emmener dans un endroit sûr, une inspectrice de police le conduit chez un de ses amis.
Trois histoires nocturnes qui se concluent à l’aube et qui marquent, chacune à sa façon, un nouveau départ. Trois facettes qu’Alessandro Baricco rassemble en un récit hypnotique et puissant, non dépourvu d’élégance et même de sensualité.

Maboul Kitchen, Nadine Monfils, BelfondS’échapper d’un asile, pas facile ! Mais à Mémé Cornemuse rien n’est impossible…
Avec l’aide de quelques zinzins triés sur le volet, Mémé s’envole vers son rêve : ouvrir un palace à Saint-Amand-sur-Fion. Après avoir épousé le proprio, un vieux solitaire rencontré à l’asile, elle passe son voyage de noces à Etretat pour le charme de ses falaises. Une fois veuve et héritière, à la tête du domaine avec une équipe de pétés du bulbe et un cuisinier maboul, la vieille monte une arnaque pour financer les travaux de la baraque en ruine. Sa stratégie pour plumer les gens ? Une vierge qui s’illumine et attire la foule criant au miracle. Lourdes peut aller se rhabiller. Le miracle qu’elle vise, elle, c’est de rassembler assez de fric pour se payer un relooking à faire pâlir Pamela Anderson. Son but, inexorable : reconquérir Jean-Claude Van Damme.
Mais ça pourrait bien virer au boxon et à l’Auberge Rouge…

Bowie, philosophie intime, Simon Critchley, La Découverte : « Je me souviens très clairement de ma réaction physique à l’écoute de Suffragette City. La pure excitation corporelle produite par cet objet sonore était presque insupportable. Comment définir cette sensation ? C’était… sexuel, tout simplement. Sans même que je sache ce qu’était le sexe. J’étais vierge. Je n’avais jamais embrassé personne et n’en avais même jamais ressenti le désir. Au moment où la guitare de Mick Ronson est entrée en collision avec mes organes internes, j’ai ressenti dans ma chair quelque chose de puissant et d’étrange que je n’avais jamais connu auparavant. Où était Suffragette City ? Quelle route pouvait bien y mener ? J’avais douze ans. Ma vie venait de commencer. »
Ce récit drôle et sensible, écrit à la première personne par l’un des philosophes anglais les plus doués de sa génération, offre une réflexion originale, à la fois intime et philosophique, sur l’univers flamboyant de Bowie, son évolution sur plusieurs décennies en même temps que sa remarquable cohérence.

Remise de peine, Anne Bragance, Mercure de France : Camille, 17 ans, est un garçon sensible, très épris de justice. Il n’a pas connu son père. En revanche, il voit défiler les compagnons de Mathilde, sa mère, qui tous finissent par la tabasser. Il se fait un jour cette promesse : « Le prochain salopard qui cherche à démolir ma mère, je le crève, je le bousille, je lui arrache les yeux et je l’oblige à les avaler avant de lui couper les deux mains d’un seul coup de hache… »
Mais bientôt Camille et Mathilde rencontrent leurs nouveaux voisins, Grégoire et Richard, son vieux père malade. Les liens qui se tissent peu à peu entre eux vont bouleverser leurs existences, donner à la mère l’espoir d’un avenir et permettre au fils d’entamer sa croisade de rédemption.
Avec cette histoire poignante d’un fils qui veut soulager les peines de sa mère et se bat pour plus de justice, Anne Bragance nous offre ici un roman plein d’humanité.

Essais choisis, Virginia Woolf, Folio : Les centaines d’essais de Virginia Woolf témoignent de l’engagement obstiné de l’auteure dans et pour la littérature. Articles de critique littéraire, essais esthétiques, pièces plus directement expérimentales, voire intimes : ces essais nous dévoilent le dialogue ininterrompu de Woolf avec la littérature de ses contemporains, et au-delà avec la littérature anglaise et européenne – des dramaturges grecs de l’antiquité aux écrivains russes.

Publicités

One thought on “Parutions de la semaine – 23/02/2015

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s