Lectures de février 2020

Nouveau post pour faire un petit débrief de mes lectures du mois précédent.

De jolies lectures… mais aussi quelques déceptions.

À l’aube de ses quatre-vingts ans, Evelyn Hugo, légende du cinéma, est enfin prête à dire la vérité sur sa vie aussi glamour que scandaleuse. Mais quand cette actrice, vieillissante et solitaire, décrète qu’elle fera ces révélations à Monique Grant, une journaliste inconnue, personne ne comprend son choix. La jeune femme décide de saisir cette occasion pour lancer sa carrière. Elle découvre alors, fascinée, l’histoire de cette actrice mariée sept fois. Une histoire d’ambition, d’amitié et d’amour défendues. À mesure qu’elle recueille les confidences d’Evelyn, la journaliste comprend qu’elle n’a pas été choisie par hasard et que leurs destins sont étroitement liés…

J’avais adoré son autre roman, Daisy Jones & The Six, vraiment un coup de coeur. J’attendais donc beaucoup de celui-ci, qui n’est pas mauvais du tout, loin de là, mais qui ne m’a pas transportée comme le précédent. Il y a néanmoins de très bonnes idées et des personnages attachants.

Max et Cam sont amis. C’est une de leurs seules certitudes. Sauf que la ligne entre l’amour et l’amitié, c’est comme de la peau : au fil du temps, elle s’amincit.
Max a un peu le syndrome de l’enfant-roi, cela dit c’est un gars cool, sociable et insouciant. Sa relation avec ses parents est complexe. Il aime les femmes et les femmes le lui rendent bien. Max aime Cam, surtout, mais il ne sait pas comment s’y prendre avec elle. C’est dur d’aimer quelqu’un quand on a peur de tout gâcher.
Cam est brillante, sensible et meurtrie. Son monde est petit, son coeur énorme. Elle termine une maîtrise, ira au doctorat. Elle rêve d’être artiste, sera probablement professeure. Cam aime Max, mais c’est dur d’aimer quand on s’est si souvent fait briser.
Que faire quand on aime quelqu’un, mais qu’on ne sait pas si aimer suffit ?
Un roman à deux voix qui saura séduire les lecteurs par son authenticité et son écriture tout en finesse.

Une très jolie comédie romantique, avec un ton québécois qui donne du relief aux dialogues. À lire !

Hochelaga-Maisonneuve. S’y croisent sans se voir Roxane, Mélissa et Kevin, chacun de son côté du Bloc, chacun au départ de sa vie. À douze ans, ils composent avec le monde dans lequel ils arrivent. Entre le coin des putes, les matchs de lutte, les virées alcoolisées des adultes et la classe des « orthos » où on essaie de les intégrer, ils plongent dans leur imaginaire et tentent de sauver leur peau. Y arriveront-ils ?

Une lecture difficile, sur des jeunes à l’enfance plus que compliquée.

Bretagne. Jo prévoit de profiter d’une joyeuse retraite sur l’île de Groix. Mais la deuxième vie qu’il imaginait au côté de sa bien-aimée, il devra l’inventer seul. Son épouse est partie avant lui, en lui lançant un ultime défi : celui d’insuffler le bonheur dans le cœur de leurs enfants. Il n’a d’autre choix que d’honorer Lou, sa mémoire et ses vœux. Entre un fils sur la défensive et une fille cabossée par l’amour, la mission s’avère difficile mais réserve son lot d’heureuses surprises – car il n’est jamais trop tard pour renouer. En famille, on rit, on pleure, on s’engueule et, surtout, on s’aime !

Un peu déçue par ce roman dont j’avais entendu beaucoup de bien, et qui ne m’a pas emportée. J’ai même mis plusieurs semaines à le lire. Sans doute n’étais-je pas dans le bon mood pour cette lecture. J’ai trouvé les personnages mous, et j’ai eu du mal à être en empathie avec eux alors que le sujet s’y prête.

Samuel et Ariane sont amis depuis leur enfance, amoureux depuis presque aussi longtemps. Cependant, certaines décisions déchirantes peuvent ébranler la fondation d’un couple, même le plus solide. Malgré toute leur volonté, leur amour n’a pu faire oublier des blessures trop profondes. Bouleversée, Ariane a fui en Amérique du Sud, où elle a tenté tant bien que mal d’oublier Samuel.
Un an plus tard, Samuel s’est refait une vie du mieux qu’il a pu avec Anaïs, une fille douce, aimante et, surtout, à l’opposé de son ancienne blonde. Il sait bien qu’elle ne remplacera jamais Ariane, mais il essaie tout de même de se convaincre que ça lui suffit.
Anaïs aime Samuel. Sûrement trop, en fait. Au fond d’elle, elle sent que leur relation a une date de péremption, mais elle choisit de vivre sur ce temps emprunté.
Comme chaque cours d’eau finit par rejoindre l’océan, Ariane revient de son périple. Et son retour chamboulera leur vie à tous les trois.
Une magnifique histoire portant sur la guérison, le pardon, la force du temps et, évidemment, l’amour.

Tout comme le précédent roman de l’auteur, lu quelques jours avant (voir plus haut ;-)), on est ici dans une très jolie comédie romantique aux accents québécois. Ça se lit vite, une lecture plaisir, et c’est très agréable.

Rosie a huit ans, elle est fille de métayer ; quand elle sera grande, elle servira la famille Ennis, comme sa mère et sa sœur avant elle. Victoria a sept ans, elle est la fille de lord et lady Ennis ; quand elle sera grande, elle quittera le domaine d’Ennismore pour faire un beau mariage.
En attendant, Victoria se sent seule et rêve de partager ses secrets avec la fille du métayer qu’elle a rencontrée dans le parc de la propriété. Et pourquoi pas ? C’est décidé, dès septembre, la petite paysanne partagera les leçons de la demoiselle du château.
Mais, dans une société écrasée sous le poids des conventions et des hiérarchies, est-il bien raisonnable de semer des aspirations égalitaires dans le cœur des jeunes filles ? Car un vent de révolte souffle sur l’Irlande et cette amitié qui éclôt pourrait bien bouleverser leur vie ainsi que celle de leur entourage… Rosie et Victoria trouveront-elles la force de lutter contre la marche de l’Histoire qui menace de les déchirer ?

Il m’a manqué quelque chose pour être convaincue par cette histoire. J’ai trouvé qu’il y avait des longueurs, et j’ai eu du mal à apprécier l’atmosphère de ce roman.

Dover, Massachusetts, 1969. Ginny Richardson’s heart was torn open when her baby girl, Lucy, born with Down Syndrome, was taken from her. Under pressure from his powerful family, her husband, Ab, sent Lucy away to Willowridge, a special school for the “feeble-minded. » Ab tried to convince Ginny it was for the best. That they should grieve for their daughter as though she were dead. That they should try to move on.

But two years later, when Ginny’s best friend, Marsha, shows her a series of articles exposing Willowridge as a hell-on-earth–its squalid hallways filled with neglected children–she knows she can’t leave her daughter there. With Ginny’s six-year-old son in tow, Ginny and Marsha drive to the school to see Lucy for themselves. What they find sets their course on a heart-racing journey across state lines—turning Ginny into a fugitive.

For the first time, Ginny must test her own strength and face the world head-on as she fights Ab and his domineering father for the right to keep Lucy. Racing from Massachusetts to the beaches of Atlantic City, through the Blue Ridge Mountains of Virginia to a roadside mermaid show in Florida, Keeping Lucy is a searing portrait of just how far a mother’s love can take her.

J’avais aimé son précédent roman Mémoires d’elles. Dans Keeping Lucy, j’ai aimé en savoir plus sur l’acceptation des enfants atteints du syndrome de Down dans les années 1970, j’ai trouvé que c’était poignant et bien écrit, mais ça n’a pas suffit pour que ce roman soit un coup de coeur. 

Sarah, libraire dans un petit village de Charente, peine à joindre les deux bouts. Entre la plomberie capricieuse de l’immeuble, les murs décrépis et son incapacité notoire à résister à l’envie d’acheter tous les livres d’occasion qui lui tombent sous la main, ses finances sont au plus mal. Alors, quand un ami lui propose un arrangement pour le moins surprenant mais très rémunérateur, elle hésite à peine avant d’accepter. C’est entendu : elle hébergera Maxime Maréchal, acteur aussi célèbre pour ses rôles de bad boy que pour ses incartades avec la justice, afin qu’il effectue en toute discrétion ses travaux d’intérêt général dans la librairie. Si l’acteur peut survivre à un exil en province et des missions de bricolage, elle devrait être capable d’accueillir un être vivant dans son monde d’encre et de papier…  

Rien de bien extraordinaire dans cette romance, j’ai difficilement accroché aux personnages, même si le milieu de la librairie est particulièrement sympathique.

C’est l’histoire de deux amis qui traversent ensemble l’enfance, puis l’adolescence, et qui atterrissent à l’âge adulte le coeur entaillé.
C’est l’histoire d’un jeune homme maladroit, le narrateur, un peu trop tendre pour la brutalité du monde, mais prêt pour ses plaisirs.
C’est l’histoire d’un parcours fulgurant, celui de son ami Grégoire, et des obstacles qui l’attendent.
C’est aussi l’histoire d’une société affolée par les nouveaux visages de la violence.
C’est enfin une histoire de pouvoir, de déboires et d’amour.
Mais avant tout, c’est l’histoire de deux petits garçons.

Une des jolies découvertes du mois ! Une belle plume, une histoire intelligente et bien menée.

« Bon sang, je vais rester petite et boulotte pour l’éternité ! J’ai vraiment un karma de merde ! »

Moi, c’est Betty. J’ai passé ma vie à jouer la bonne poire dont tout le monde profitait, pour finir noyée dans mes toilettes… Ma mort est aussi naze que l’était mon existence.

Et comme si ça ne suffisait pas, je me retrouve catapultée dans une série d’épreuves terrifiantes pour devenir l’apprentie du bien trop sexy pour être honnête Ange de la Mort !

Il y a erreur sur la personne, ce n’est pas possible ! Il est où mon repos éternel ?

Le moins que l’on puisse dire c’est que j’imaginais la vie après la mort plus paisible que ça. Sans compter que des anges disparaissent de manière inexpliquée… C’est quoi encore cette histoire ?! Est-ce qu’un ange peut « mourir » ? Et pourquoi ai-je l’horrible pressentiment que ces disparitions ont un lien avec moi ?

Une romance sympathique qui donne envie de lire la suite !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.