Lectures de janvier 2020

Nouveau post pour faire un petit débrief de mes lectures du mois précédent.

De jolies lectures… et un coup de coeur !

Posy Montague is approaching her seventieth birthday. Still living in her beautiful family home, Admiral House, set in the glorious Suffolk countryside where she spent her own idyllic childhood catching butterflies with her beloved father, and raised her own children, Posy knows she must make an agonizing decision. Despite the memories the house holds, and the exquisite garden she has spent twenty-five years creating, the house is crumbling around her, and Posy knows the time has come to sell it. Then a face appears from the past – Freddie, her first love, who abandoned her and left her heartbroken fifty years ago. Already struggling to cope with her son Sam’s inept business dealings, and the sudden reappearance of her younger son Nick after ten years in Australia, Posy is reluctant to trust in Freddie’s renewed affection. And unbeknown to Posy, Freddie – and Admiral House – have a devastating secret to reveal…

Un nouveau roman de Lucinda Riley, pas forcément mon préféré mais qui se laisse lire avec plaisir.

One morning, Deming Guo’s mother, Polly, an undocumented Chinese immigrant, goes to her job at a nail salon—and never comes home. No one can find any trace of her. 
With his mother gone, eleven-year-old Deming is left mystified and bereft. Eventually adopted by a pair of well-meaning white professors, Deming is moved from the Bronx to a small town upstate and renamed Daniel Wilkinson. But far from all he’s ever known, Daniel struggles to reconcile his adoptive parents’ desire that he assimilate with his memories of his mother and the community he left behind. 
Told from the perspective of both Daniel—as he grows into a directionless young man—and Polly, Ko’s novel gives us one of fiction’s most singular mothers. Loving and selfish, determined and frightened, Polly is forced to make one heartwrenching choice after another. 
Set in New York and China, The Leavers is a vivid examination of borders and belonging. It’s a moving story of how a boy comes into his own when everything he loves is taken away, and how a mother learns to live with the mistakes of the past. 

Je n’ai pas accroché à ce roman qui a pourtant reçu des prix littéraires et a fait l’objet de très belles critiques. J’ai davantage accroché dans la dernière partie que dans les premières. Bref, je suis passée à côté…

Les prophéties n’existent que si quelqu’un a suffisamment de courage pour les réaliser.

À la suite de l’échec de l’attaque du Conclusar, les combattants de l’Aube ont été décimés, Tim a disparu et Solstan est passé à l’ennemi. Elia, activement recherchée par le Palatium, doit fuir la Cité pour survivre. Dans un monde fait d’injustice et de violence où les Passeurs d’Âmes ont désormais les pleins pouvoirs, elle devra affronter le pire. Seule face à la puissance du Palatium, saura-t-elle se relever et sauver ceux qu’elle aime ?

Une des meilleures lectures du mois, la fin de la trilogie young adult de Marie Vareille ! On y retrouve les personnages qu’on aime, et on tourne les pages à toute allure pour savoir la fin !

↓**COUP DE CŒUR**↓

C’est apparu comme ça, un jour, il y a fort, fort longtemps dans la grotte de Koko et Kiki. Habillés de peaux de bête ils semblent ne jamais avoir vu ce bébé… Oh ! Keskeussè keu sa ? a dit Koko. Regarde,bras, doigts… Sé pas du tout… a répondu Kiki. Bon, trouvé terre ? Donk sé crasse. É… crasse dehors ! a dit Koko en allant jeter la crasse. O mè, crasse rigole ! s’est attendrie Kiki. 

Mais c’est tellement mignon ! On rigole, c’est attendrissant, « crasse collante » m’a fait bien rire, bref, un très chouette album à découvrir !

↑**COUP DE CŒUR**↑

Une route de campagne verglacée. Une voiture qui perd le contrôle : la conductrice est tuée sur le coup ; Natasha, sa fille de six ans assise à l’arrière, se volatilise sans explication.

Quelques années plus tard, David fait de son mieux pour se reconstruire après le drame qui a emporté sa femme et sa fille. Il forme désormais un couple heureux avec la douce Emma et le petit Ollie, adorable bambin de dix-huit mois qui comble leur foyer.
Mais un jour, une inconnue débarque dans leur cuisine. Natasha.
Où était-elle toutes ces années ? Comment a-t-elle retrouvé le chemin de la maison ? Si David est fou de joie, Emma, elle, se sent vulnérable devant cette adolescente silencieuse.

Cadeau ou malédiction ? Que cache le retour de la disparue de Noël ?

Un roman noir bien ficelé, qui ne laisse pas indifférent.

« Des heures durant, j’ai gardé les yeux rivés sur la porte, espérant que Patrick finirait par arriver et que tout cela n’était qu’une malheureuse erreur. Mais ce n’en était pas une. Lorsque minuit a sonné, je me suis mise à pleurer : ce 19 septembre était le premier jour de ma vie que je ne partageais pas avec lui. »

Trouver l’amour est une chance. Après la mort de son mari, Kate ne pensait pas que la chance lui sourirait de nouveau, et qu’elle se fiancerait, dix ans plus tard, à un homme beau et brillant. C’est alors qu’elle se met à rêver de son défunt mari. Dans ces songes étonnamment réalistes, il n’a jamais eu d’accident de voiture, et Kate lui a donné une fille, Hannah. Kate ne sait plus quoi penser : Patrick essaie-t-il de lui parler par-delà la mort ? ou a-t-elle simplement peur d’être heureuse avec un autre que lui ?

Je n’ai pas accroché avec cette histoire, que j’ai trouvé tordue…  Dommage !

L’orage gronde, dans le ciel et les rues de Montréal, et la vie de Béa Rose n’échappera pas à la tempête.

Son père, qui lui a toujours préféré Cara, la parfaite benjamine, a besoin d’elle; sa santé vacillante l’empêche désormais de vivre seul, Cara ne peut se libérer, et il refuse d’imaginer qu’une étrangère envahisse la maison familiale. Mais Béa et lui ne sont-ils pas justement devenus étrangers, après toutes ces années d’éloignement?

Sauf que rien ne la retient, dans son appartement trop vide qu’elle n’arrive plus à payer… Et ce n’est certes pas son nouvel emploi au sein d’une troupe de théâtre présentant Le roi Lear dans les parcs qui arrangera ses finances.

Il lui faudra accepter de se laisser fouetter par ce vent fou pour que, peut-être, il vienne souffler sous ses ailes.

Un très joli titre, quasi coup de coeur, pour cette héroïne et ces personnages de théâtre.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.