Mini-critiques 24

Bienvenue dans ce vingt-quatrième post de mini-critiques. Les premiers sont disponibles ici.

La tente rouge, Anita Diamant, Charleston, 2016

1 500 av. J.-C., aux confins du désert.

Dina, la seule fille de Jacob, un puissant patriarche, vit dans l’ombre de la tente rouge, cet endroit interdit aux hommes où les femmes de la tribu échangent secrets et rites ancestraux. Ainsi goûte-t-elle, très jeune, aux fruits défendus : une liberté et une indépendance inimaginables au temps de la Bible.

Devenue femme à son tour, Dina succombe aux délices de l’amour et se donne à Shalem, l’homme qu’elle aime, bravant ainsi les interdits de son clan. Cela, les fils de Jacob ne peuvent l’admettre. Par une nuit d’épouvante, le destin de Dina bascule.

Pour survivre, elle est contrainte de se réfugier en Égypte, et d’enfouir dans sa mémoire les secrets de sa jeunesse. Parviendra-t-elle un jour à vivre pleinement ?

***

Un roman à découvrir si vous êtes intéressé par ces grands destins de femmes, souvent oubliées de la Bible.

Catégories : littérature anglaise, bible, destin de femme

***

Les divins secrets des petites ya-ya, Rebecca Wells, Charleston, 2016

« Une danseuse de claquettes maltraite ses enfants… » Quand Vivi Walker lit dans le Sunday New York Times le portrait que brosse d’elle sa fille Siddy, metteur en scène à succès, elle la renie sur-le-champ. Afin d’aider à renouer le dialogue entre la mère et sa fille, les amies intimes de Vivi finissent par la persuader d’envoyer à Siddy son album souvenir : « Les divins secrets des petites ya-ya ».

Siddy va alors plonger dans l’univers des ya-ya, du nom cajun que les quatre amies se sont donné lors de leur folle jeunesse en Louisiane. Elle découvre un petit groupe à part, soudé par une amitié que rien n’a jamais pu affaiblir. À
travers ces souvenirs fragmentés, Siddy découvre une image inattendue de l’exubérante Vivi, une femme meurtrie que seul le soutien indéfectible de ses amies a pu maintenir debout.

***

Un roman pétillant, comme sa couverture !

Catégories : littérature américaine, roman de femmes, amitié

***

Un cœur si grand, Amy Hatvany, Belfond, 2015 

À trente-sept ans, Grace est une femme comblée : son job l’enchante et elle est follement amoureuse de Victor. Pour ce séduisant restaurateur de Seattle, récemment divorcé, père de deux enfants, elle qui ne s’est jamais senti la fibre maternelle est même prête à jouer les belles-mères un week-end sur deux.
Mais Grace n’a pas le temps de savourer son bonheur que la tragédie frappe : Kelli, l’ex-femme de Victor, est retrouvée morte dans des circonstances qui laissent penser à un suicide. Ava et Max, douze et six ans, viennent donc vivre chez leur père.
Si Max est un enfant facile et doux, Ava, elle, n’est pas prête à faire confiance à cette inconnue qui partage la vie de son père. Incapable de faire son deuil, l’adolescente cherche à comprendre ce qui aurait conduit sa mère à se donner la mort.

Pour Grace, le plus difficile commence : comment trouver sa place quand on n’est que « la fiancée de papa » ? Quel rôle jouer auprès d’enfants qui ne sont pas les siens ? Comment réussir à préserver son couple ? Face à tous les obstacles, Grace aura-t-elle le cœur assez grand ?

***

Un roman pas évident sur les liens du sang vs les liens du cœur.

Catégories : littérature américaine

***

Un merci de trop, Carène Ponte, Michel Lafon

S’il fallait décrire Juliette en un mot, « transparente » serait sans doute le bon. Depuis toujours, elle a fait ce que l’on attendait d’elle, mettant de côté ses rêves et celle qu’elle est vraiment. Résultat, à trente ans, elle mène une vie où choisir entre lasagnes et sushis est un événement. Pourtant, au fond d’elle-même, elle sait qu’elle n’est pas cette fille sans personnalité.

Heureusement, il n’est jamais trop tard pour devenir soi. C’est ce que va découvrir Juliette au détour d’un merci, un merci de trop. Et elle est loin d’imaginer où cela va la mener.

***

Une romance mignonne.

Catégories : littérature française, auto-édition

***

Les petits riens de Lewis Trondheim, Un arbre en furie, Lauren Barnholdt, Castelmore, 2015

SuperCaca prêt à l’action ; les vélos prioritaires d’Amsterdam ; le monde parallèle des pâtes barilla ; la découverte de la faune du Québec ; un arbre en furie. Ou comment Lewis Trondheim affronte une existence pleine d’imprévus qu’il transfigure en petits instantanés, mais toujours avec ce solide sens de l’autodérision qui le caractérise.

***

Lewis Trondheim, ça se déguste (et c’est drôle) !

Catégories : roman graphique

***

Je suis une vraie fille, Marion Malabre, Lulu Inthesky, Jungle, 2014

Pour assumer d’être une vraie fille, ou comment rire de nos petites plantades du quotidien !

Pour Marion Malabre, parler de mode, c’est son boulot, car dans la vie, elle est styliste. Mais parler des histoires de cœur, c est son dada ! Et c’est sur son blog qu’elle le fait, depuis plus de 2 ans. En effet, Jesuisunevraiefille illustre les aventures d’une trentenaire un peu looseuse à la recherche de l’amour (ou au moins d un mec bien…).

Parler avec ironie des mauvaises rencontres, des galères sentimentales, des excès en tous genres, mais surtout les assumer c’est ça, être une vraie fille !

Mises en dessin par la talentueuse LuluIntheSky, ces scènes tragi-comiques du quotidien nous font hurler de rire !

« Les personnages et les situations de ce récit étant purement fictifs, toute ressemblance avec des personnages ou des situations ayant existé ne saurait être que fortuite. »

Quoi que…

***

Pas mal cette petite BD ! Elle se laisse lire, sans pour autant qu’on la garde très longtemps en tête.

Catégories : roman graphique, humour

***

Colocs (et plus), Emily Blaine, Harlequin, 2015

La plupart des hommes se divisent en deux catégories :
Les 
serial lovers à mémoire de poisson rouge – ceux qui notent le prénom de leur conquête d’un soir sur la paume de la main pour être sûrs de ne pas l’oublier au réveil.
Les
 idiots qui ne voient pas plus loin que le bout de leur nez – ceux qui promettent de ne jamais toucher à la sœur de leur meilleur ami

Connor n’échappe pas à la règle : il réussit même l’exploit de faire partie des deux catégories à la fois. Connor, c’est le meilleur ami de mon frère. Le mec le plus canon que j’aie jamais rencontré. Et accessoirement l’heureux élu avec qui (je me suis honteusement envoyée en l’air) j’ai passé un délicieux moment lors d’une soirée très arrosée à la tequila. Une nuit intense, passionnée, mémorable… suivie d’une douche froide quand il a compris qui j’étais et qui j’allais devenir – sa colocataire.
Depuis, j’ai découvert qu’il appartenait en fait à une troisième catégorie : les serial lovers idiots qui n’assument pas leurs erreurs nocturnes, mais qui vous font des pancakes en boxer dès qu’ils en ont l’occasion…

***

Avec Emily Blaine, on est assuré de passer un bon moment de lecture avec une mignonne romance, et celle-ci ne fait pas exception !

Catégories : littérature française, romance

***

Les années du silence, Louise Tremblay d’Essiambre, Charleston, 2016

1942. À l’aube de ses dix-huit ans, Cécile Veilleux doit quitter la ferme de ses parents, dans la Beauce, et son fiancé Jérôme, pour dissimuler une grossesse qui jetterait l’opprobre sur sa famille.

Au même moment, à Québec, la jeune Rolande Comeau est envoyée à l’hôpital de la Miséricorde pour dissimuler une grossesse tout aussi honteuse.

Recluses à l’orphelinat, les deux jeunes filles vont subir les affres du silence. Le silence à garder sur leurs blessures et leur déshonneur, qu’il faut à tout prix cacher. Le silence qui marque brutalement la fin de leur jeunesse. Dans la tourmente, l’amitié entre les deux jeunes filles pourra-t-elle les aider à surmonter ces épreuves ? Et l’amour entre Cécile et Jérôme survivra-t-il, malgré l’absence et la guerre qui se profile ?

***

Une belle série qui vous fera rire et pleurer, avec des personnages hauts en couleur et particulièrement attachants. À découvrir.

Catégories : littérature québécoise, série, histoire de femmes

***

Un automne en clair-obscur, Martine Delomme, Calmann-Lévy, 2014

Mère d’un petit garçon, Claire a refait sa vie avec Henri Brunet, un entrepreneur de Brive-La-Gaillarde, dont elle porte le premier enfant. Mais un soir d’automne, c’est le drame. Victime d’un accident de chasse, son mari est transporté à l’hôpital dans un état grave. Claire accourt à son chevet mais les médecins ne lui laissent guère d’espoir ; Henri a sombré dans un coma profond. Très vite, Olivia, la première femme d’Henri, se met à harceler Claire. Pour Olivia, Henri est mort cliniquement et le maintenir en vie est une aberration. Claire est outrée, les relations entre les deux femmes deviennent houleuses.
Pourquoi cette hargne ? Quels liens unissent encore Henri et son ex-épouse ? Trahie, Claire ne veut pas croire que son mari ait pu sciemment l’écarter de son patrimoine au profit d’Olivia. Soutenue par sa grand-mère, qui a toujours été à ses côtés dans les moments difficiles, et par un jeune avocat de Brive, elle va se battre pour découvrir la vérité. Mais un nouveau choc l’attend, plus violent encore…

***

C’est violent comme roman, avec un suspense et un mal-être qui met le lecteur dans une situation particulièrement inconfortable !

Catégories : littérature française, suspense

***

Voyage de noces avec ma mère, Véronique Sels, Calmann-Lévy, 2015

Anne, fraîchement mariée à Raphaël, choisit la côte Ouest des États-Unis et une Ford Mustang rouge décapotable pour son voyage de noces. Joyeuses perspectives pour ce duo amoureux. Mais c’est sans compter sur sa mère, en plein divorce, qu’ils embarquent avec eux, n’ayant pas le coeur de la laisser seule avec son chagrin.
Commence alors un road trip burlesque, où les personnages, une jeune mariée enceinte à bout de nerfs, une mère dispersée autant qu’envahissante et un gendre – à première vue – idéal, règlent leurs comptes, se déclarent l’amour ou la guerre, et ne cessent d’interroger les liens qui les unissent les uns aux autres. Dans ce roman, savant mélange d’épisodes hilarants et émouvants, Véronique Sels aborde avec finesse des sujets complexes et universels tels que le couple, la famille ou la relation mère-fille.

***

Si vous aimez les titres loufoques, avec un peu d’humour noir, ce roman est fait pour vous ! C’est grinçant !

Catégories :  littérature française, humour

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.