Un coeur solitaire – NetGalley

 

La rencontre de deux êtres brisés qui tentent de vivre leur vie.

Irlande, 1974
Marqué par une enfance très dure dans un orphelinat, Jamie McCloone vit seul dans sa ferme et s’enfonce progressivement dans la dépression et l’alcoolisme. À quarante ans, Lydia Devine se sent plus seule que jamais, obligée de vivre aux côtés de sa mère, désormais âgée, qui ne l’a jamais aimée.

Tous deux ont récemment perdu un être cher et souffrent de leur isolement. Poussée par une amie, Lydia prend une décision qui va changer sa vie : elle passe une petite annonce dans la rubrique « Cœurs solitaires » d’un journal que Jamie épluche chaque jour pour trouver l’amour… Et il est séduit par la simplicité de celle de Lydia. Entre l’institutrice réservée et le fermier rustre, le courant passera-t-il ? Peut-on se libérer d’un passé malheureux grâce à l’amour ?

Pour qui : Pour celles et ceux qui ont envie d’en savoir plus sur l’Irlande des années 1970 (bien loin des paysages de carte postale).

Mon avis : Premier point : ce n’est pas une histoire d’amour, malgré ce que la quatrième en dit. Les chapitres alternent entre le point de vue de Jamie, celui de Lydia, et celui d’un petit garçon dans un orphelinat monstrueux, les malheureusement célèbres établissements de la Madeleine (comme il y en eu de nombreux à cette époque en Irlande, et jusqu’en 1996 d’après la note de l’auteur), dans lesquels les enfants sont torturés et réduits en esclavage.

Jamie vit une vie bien solitaire dans sa ferme. Bien sûr il est proche d’un couple d’amis, et dans un petit village comme celui dans lequel il vit, tout le monde se connaît, mais on sent en lui un désarroi, une tristesse latente, comme s’il avait choisi de se dire que le bonheur, ça ne serait pas pour lui. De l’autre côté, Lydia vit avec sa mère depuis le décès de son père, homme d’Église pas très funky. La jeune femme est tiraillée entre son envie de vivre (enfin) sa vie, et son devoir de fille. Sur les conseils de sa meilleure amie, elle décide de mettre une annonce dans le journal local, afin de rencontrer quelqu’un. Son intention n’est pas forcément de rencontrer l’amour de sa vie, mais juste de faire une rencontre, tout simplement.

La seule touche d’humour dans ce roman, c’est justement cette idée des rencontres un peu improbables. De nos jours nous avons les rencontres sur Internet, qui donnent lieu la plupart du temps à des imbroglios pas possibles, là c’est la même chose transposée dans les années 1970 : comment je m’habille ? Que faire s’il/si elle ne me plaît pas ? Les fous rires dans les toilettes, etc.

Pour le reste, on est sur un texte extrêmement poignant. D’abord parce qu’il nous montre que la vie tient à très peu de choses. Une grossesse, une adoption, une rencontre, des mensonges… Selon l’endroit et l’époque, vous aurez plus ou moins de chance. Et on ne peut pas dire que Jamie a fait partie de la première catégorie, loin de là.

Ensuite, on a deux portraits de personnages radicalement différents et pourtant, au fond, si semblables.

Enfin, parce que la galerie de personnages secondaires montre le pire et le meilleur chez l’être humain.

En bref : Un très beau texte, qui mérite vraiment d’être découvert !

Les infos pratiques : Un coeur solitaire, Christina McKenna, Amazon, 2017

NetGalley

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s