Le miroir des amants – NetGalley

Un livre qui n’est pas tant une romance qu’un roman historique.

1631.
Elizabeth Stuart, la « reine d’hiver », a reçu en présent un miroir et une perle divinatoires. Obsédé par la reconquête de ses territoires perdus, son mari, le roi de Bohême, ne jure que par leurs prédictions, et c’est auprès de son écuyer, William Craven, que la reine trouve un réel soutien. Car seul Craven devine le pouvoir destructeur de ces cadeaux maudits, qui menacent celle qu’il aime en secret…
1801. Pour Lavinia, courtisane londonienne, l’amour est avant tout un moyen de survie. Pourtant, ses certitudes sont ébranlées lorsque son riche amant l’emmène à Ashdown Park, un manoir construit par son ancêtre, William Craven. C’est auprès d’un homme de sciences rencontré sur place que Lavinia découvre que l’amour peut être tendre et généreux, même s’il risque de causer sa perte…
De nos jours. Holly part à la recherche de son frère Ben, mystérieusement disparu à Ashdown alors qu’il enquêtait sur leur généalogie. D’après l’antiquaire qu’elle interroge, Ben aurait retrouvé une perle ayant appartenu à la « reine d’hiver ». Y aurait-il un rapport avec sa disparition ? Et pourquoi l’antiquaire lui fait-il cadeau d’un étrange miroir ?

Pour qui : Pour celles et ceux qui aiment les romans mêlant grande Histoire et un peu de magie.

Mon avis : Je m’attendais à une romance mêlant passé et présent, mais finalement les histoires d’amour ne sont pas au centre de l’intrigue dans ce texte. Il y en a une à chaque période, mais elles sont plutôt esquissées.

Au début j’ai aussi été assez perturbée entre les trois époques (1631/1801/de nos jours), ça finit par faire beaucoup de personnages à retenir, des atmosphères différentes, et j’ai eu un peu de mal à tout remettre dans l’ordre pour suivre l’histoire. Je suis restée un peu sceptique sur le côté maléfique du miroir et de la perle, mais c’est suffisamment diffus pour ne pas paraître complètement tiré par les cheveux.

En revanche j’ai apprécié les passages historiques, qui sont bien construits, et j’ai trouvé que l’idée du journal intime pour Lavinia permettait de donner un autre rythme. Résultat on ne se lasse pas de passer d’une époque à une autre. Du côté contemporain, j’ai trouvé qu’Holly était un personnage intéressant et j’aurai aimé la connaître un peu mieux. On reste un peu trop à la surface à mon goût.

En bref : Un roman avec beaucoup de qualités mais quelques défauts un peu gênants.

Les infos pratiques : Le miroir des amants, Nicola Cornick, Harlequin, 2017

NetGalley

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s