L’aventurière et le duc − NetGalley

Une héroïne qui balance aux orties les bienséances !

Passionnée, libre d’esprit, indifférente au regard des autres, lady Margaret est bien loin de ce que l’on attend d’une jeune femme respectable. Mais elle s’en moque, tant qu’elle peut écrire ses romans et profiter de la vie. Seul lui manque un compagnon qui apprécie sa nature romanesque. Alors lorsque, au cours d’un bal, elle repère un inconnu à l’allure de pirate, son espoir s’éveille : serait-ce celui qu’elle attendait ? Hélas, elle apprend qu’il s’agit du duc de Lasham, un homme terriblement droit et conventionnel, attaché à ses devoirs… bref, pas du tout son genre. Pourtant, quelque chose dans son attitude guindée sonne faux : on jurerait que sous cette armure de respectabilité se cache un homme entier, intense, qui brûle de vivre au grand jour. Et elle compte bien l’y aider…

Pour qui : Pour celles et ceux qui ont aimé les deux premiers tomes (Noblesse, devoir et autres balivernes et Duchesse malgré elle).

Mon avis : Margaret est la sœur d’Isabella, l’héroïne de Duchesse malgré elle. Écrivain, elle trouve de quoi vivre dans ses feuilletons bien sûr, mais aussi pour son don aux cartes, ce qui lui permet de tranquillement plumer (sans tricher) les grands du monde. Elle met toute son énergie à aider les femmes n’ayant ni la possibilité financière d’échapper à une vie maritale brutale, ni les moyens de subvenir toutes seules à leur besoin. Pour cela, elle passe par l’agence que nous avons découvert dans Noblesse, devoir et autres balivernes.

Margaret n’a jamais été bien considérée par ses parents, qui n’en avait que pour leur aînée. Moins belle, moins intelligente (d’après eux), elle a réussi à s’émanciper, et un parfum de scandale flotte autour d’elle. C’est ce qui fait l’originalité de cette histoire : notre héroïne est tout sauf conventionnelle, et elle a bien conscience d’être à la fois tolérée et à l’écart de la bonne société. C’est d’ailleurs ce qui reste de l’histoire, plus que la romance avec Lasham, plus traditionnelle malheureusement. En effet, avec une héroïne comme Margaret, on se serait attendue à quelque chose de plus aventureux. Lasham a un balai dans le derrière, il faut bien le dire, et l’affrontement entre les deux tient davantage du jeu de langage qu’autre chose. C’est dommage, parce que les deux, indépendamment, auraient fait de bons héros, mais je trouve là que la différence entre eux est trop grande pour que ça fonctionne.

En bref : De bonnes choses mais une réalisation un peu balbutiante.

Les infos pratiques : L’aventurière et le duc, Si j’étais une duchesse tome 3, Megan Frampton, Harlequin, 2017

NetGalley

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s