Parutions de la semaine – 09/11/2015

Chaque dimanche, je vais faire un point sur les sorties de la semaine qui m’intéressent, en m’aidant du Livres Hebdo si j’arrive à l’avoir à temps ou en allant sur les sites des éditeurs que je suis. Je vais essayer de ne pas prendre en compte les version collectors de best-sellers que les éditeurs sortent pour Noël.

 

Les grands romans, Guy des Cars, Flammarion : Dans «L’impure», Chantal, une ancienne mannequin, part aux îles Fidji pour garder un secret. Dans «La brute», l’avocat Victor défend un client aveugle, sourd et muet de naissance, accusé de meurtre. Dans «La corruptrice», Marcelle est une infirmière, amoureuse inavouée du docteur Mortier. Dans «La révoltée», Gilles cherche à comprendre pourquoi sa fiancée, Valérie, a tué son père adoptif.

Versailles, Jean-Michel Riou, Flammarion : Récit des rivalités entre la famille Pontgallet et Toussaint Delaforge sur fond de construction du château de Versailles. Entre suspense et tragédie, cette saga mêle personnages fictifs et historiques tels que Hardouin-Mansart, Le Brun, Le Nôtre, ou encore le roi Louis XIV.

La dernière tentation, James Rollins, Fleuve : Le Dr Erin Granger, éminente archéologue, se remet tout juste de ses terrifiantes aventures aux côtés d’un ordre religieux du Vatican aussi secret qu’époustouflant : L’Ordre des Sanguinistes. Ses membres sont des vampires dont la soif n’est étanchée que grâce au sang du Christ qui agit sur eux tel un antidote. Alertée par le Cardinal Bernard, Erin va une nouvelle fois devoir affronter une incarnation du mal en la personne de Judas Iscariote. Cet homme aurait-il un rapport avec le Judas de la Bible ? Secondée par le sergent Jordan Stone, Erin entame une enquête l’amenant de l’océan Arctique aux catacombes de Rome et découvre alors l’existence d’un jeune garçon dont le destin pourrait bien faire basculer dans le chaos l’avenir de l’humanité…

Les Menteuses tome 14, Sara Shepard, Fleuve : Bienvenue à Rosewood, où la presse a établi un campement et où les agents du FBI frappent à toutes les portes, tout ça à cause de quatre petites menteuses incapables de se tenir tranquilles. Souvenez-vous, Spencer, Aria, Hanna et Emily dissimulent de dangereux secrets depuis un an, des secrets qui pourraient les envoyer en prison si je les dévoilais. Ce que, bien évidemment, je m’apprête à faire. Faites vos adieux à un avenir radieux, les filles ! Spencer n’ira pas à Princeton ; Aria ne décrochera pas l’apprentissage qu’elle convoitait ; Hanna se verra éliminée de la campagne promotionnelle de son père et Emily ne sera plus la bienvenue dans sa propre famille… Grâce à moi, elles vont tout perdre… excepté leur vie. Bye bye les filles !

Les sirènes noires, Jean-Marc Souvira, Fleuve : 03 h 20 du matin, Ouest parisien. Le commissaire Mistral écoute un morceau de jazz, son humeur à l’unisson. Les lumières de la ville défilent à travers la vitre. Plongée en apnée dans son âme. Il ne le sait pas encore mais le compte à rebours a commencé. Plein jour, sud-est du Nigeria. Les tambours résonnent. Margaret, 17 ans, corps de déesse et cœur sur le point d’imploser d’émotion, s’avance sous la tente. La cérémonie débute. Elle ne le sait pas encore mais son destin, et celui de sa famille, sont sur le point de basculer. Retour à Paris. Un homme guette, attend, les sens en alerte dans l’obscurité. Il n’en peut plus. Il fredonne comme une litanie sans fin son morceau culte d’AC/DC. Il savoure par avance le moment où il possédera sa proie. Le tic-tac s’égrène. Le point d’impact de ces trajectoires humaines est imminent.

Une journée avec Simon’s cat, Simon Toffield, Fleuve : Une journée avec Simon’s cat ? Dès le matin, vous pouvez vous attendre à des réveils en fanfare, et quelle que soit la méthode adoptée, vous êtes sûrs de vous lever du mauvais pied… Enfin bon, pas de quoi fouetter un chat ! À quoi va-t-on bien pouvoir occuper la journée? Baballe, pelote de laine, cache-cache ou chat perché, avec le chaton, son maître ou les animaux du jardin, Simon’s cat adore jouer… Et souvent aux dépens des autres. Mais ceux-ci n’ont pas dit leur dernier mot. Souvenez-vous de l’adage : à bon chat, bon rat ! Après les jeux, Simon’s cat veut  » à manger !  » et nous montre l’étendue de son imagination quand il s’agit de trouver des combines (toujours plus saugrenues et farfelues) pour se remplir l’estomac. Du matin au soir, Simon’s cat n’a pas fini de vous surprendre !

Simon’s cat Dodo, bobo, véto, Simon Toffield, Fleuve : Ça devait bien finir par lui tomber dessus : Simon’s cat, à force de bêtises et d’excès, est obligé d’aller faire un tour chez le vétérinaire… Mais du docteur ou de l’animal, on ne sait qui doit redouter le plus cette visite !
Simon’s cat ne serait pas Simon’s cat s’il n’arrivait à transformer chaque expérience en aventure désopilante et inoubliable…

Le vide, Patrick Sénécal, Fleuve : Vivre au max. C’est le nom de l’émission de télé-réalité de Max Lavoie. Le milliardaire a tout quitté, liquidé pour se lancer dans son projet. La première saison a défrayé la chronique, choqué les âmes sensibles et s’est attiré les foudres de la commission de censure. En proposant de réaliser en direct les rêves les plus fous des participants, Max a frappé un grand coup. La saison 2 débute et promet encore plus de sensations fortes à un public ébahi. Tout semble possible, sans limites. Alors qu’est-ce que les participants vont demander au présentateur philanthrope ? Quel fantasme délirant ? Quel ultime grand frisson ? Attention mesdames et messieurs, plus loin vous repousserez les limites, plus longue sera la chute… dans le vide.

Extinction, Matthew Mather, Fleuve : Alors qu’une gigantesque tempête de neige s’abat sur Manhattan, Internet s’effondre, entraînant dans sa chute les infrastructures municipales : l’électricité, l’eau courante… Le black-out est total, les vivres viennent à manquer. Dehors, c’est la loi de la jungle, entre pillages et épidémies. On accuse les Chinois, les cyberpirates. La faim, le froid, la soif guettent à chaque corner – mais l’ennemi le plus redoutable partage sans doute votre palier… Dans la résidence de Chelsea où, hier encore, les voisins se pressaient joyeusement autour d’un barbecue, confiance et solidarité s’érodent peu à peu. Mike Mitchell, jeune père et ingénieur aisé, sait que la menace peut surgir de partout. Aucune barricade ne peut garantir contre la trahison, l’égoïsme, la paranoïa… Sa vie, celle de sa femme et de son fils ne dépendent que de son jugement. À mesure que la communauté se disloque, l’extinction opère son effroyable sélection naturelle…

Les compagnons du chaos, tome 2 L’épée du Nord, Luke Scull, Fleuve : En la 501e année de l’Âge de la Ruine, voici venu le temps du chacun pour soi. La Compagnie, éclatée, n’est plus. Ses membres marchent désormais vers leur propre quête. La Dame Blanche a libéré la ville de Dorminia du tyran sans que son règne n’aboutisse à l’ère de liberté tant attendue. Son peuple a faim, la révolte gronde contre son pouvoir qui s’étend, inflexible et absolu. Elle serait fort sage de ne pas négliger ses anciens alliés : Eremul le demi-mage a découvert une race d’Immortels, les Brumes. Ceux-ci représentent une lourde menace, et ils approchent… Pendant ce temps, loin dans le Nord, Brodar Kayne et Jerek Le Loup poursuivent leur odyssée dans les Crocs où sévit la guerre. De deux maux – les démons ou leur vieil ennemi le Shaman – lequel est le pire ?

Et elle me parla d’un érable, du sourire de l’eau et de l’éternité, Antoine Paje, Fleuve : Alexandre Khraunos a tout pour être heureux. Une belle gueule, une bonne place comme gestionnaire de patrimoine, et un appartement dans un quartier tranquille de la capitale. Dorloté par sa voisine Élise, une vieille dame qui lui mitonne de délicieux petits plats, il semble parfaitement épanoui.
Mais lorsque cette dernière meurt à l’hôpital, abandonnée de tous, il réalise soudain combien il s’est montré égoïste. Et combien sa propre vie est un désert affectif.
Bien décidé à changer le cours des choses, il reprend contact avec un ancien camarade de classe, Guillaume, qu’il découvre père de famille et marié à une femme remarquable, Emma. Grâce à ce couple aussi dynamique que bienveillant, et aux gens croisés lors d’un voyage aux États-Unis, Alexandre va se mettre à l’écoute des minutes décisives qui changent l’aiguillage de nos vies…

Le fléau d’Eden, James Rollins, Pocket : Après les pluies torrentielles qui se sont abattues sur le delta du Mississippi, l’U.S. Border Patrol inspecte ce secteur apprécié des contrebandiers et passeurs de clandestins. La brigade de Jack Menard a d’ailleurs découvert un chalutier échoué sur une île dont la cargaison est pour le moins inhabituelle : de minuscules singes siamois, un perroquet savant sans plumes, un bébé jaguar très particulier… Tout indique que la mère, un fauve de plus de deux cents kilos muni de dents de sabre, s’est échappée. Pour l’aider à comprendre d’où proviennent de telles aberrations, et qui a pu les créer, Jack fait appel au Dr Lorna Polk, une pointure en génétique animale et une vieille connaissance… Mais la vraie question qu’ils vont devoir éclaircir est : dans quel but ces expérimentations ont-elles été menées ?

La patience du diable, Maxime Chattam, Pocket : Des gens ordinaires découverts morts… de terreur. Un go-fast qui transporte bien pire que de la drogue… Et dans ce qui semble être l’antichambre de l’enfer : un homme retrouvé sauvagement égorgé. Lieutenant à la section de recherche de Paris, Ludivine Vancker comprend bientôt qu’un fil sanglant relie ces faits divers. Le mal qui ronge le monde, elle le connaît. Elle le côtoie depuis trop longtemps. Alors elle plonge, prête à nager dans l’horreur pour en retrouver la source. Là-bas, le diable l’attend, patiemment.

Satan était un ange, Karine Giebel, Pocket : Deux trajectoires, deux lignes de fuite. Hier encore, François était quelqu’un. Un homme qu’on regardait avec admiration, avec envie. Aujourd’hui, il n’est plus qu’un fugitif tentant d’échapper à son assassin. Qui le rattrapera, où qu’il aille. Quoi qu’il fasse. Paul regarde derrière lui ; il voit la cohorte des victimes qui hurlent vengeance. Il paye le prix de ses fautes. L’échéance approche… Dans la même voiture, sur une même route, deux hommes que tout semble opposer, et qui pourtant fuient ensemble leur destin différent. Rouler droit devant. Faire ce qu’ils n’ont jamais fait. Puisque l’horizon est bouché, autant tenter une dernière percée. Flamboyante.

La légende des Templiers, tome 3, Le Trône, Paul Christopher, Pocket : Depuis qu’il a hérité d’une mystérieuse épée retrouvée dans le nid d’aigle d’Hitler, Peter Holliday suit sans relâche la piste des Templiers. Une découverte relative à la septième croisade menée par Saint Louis le conduit cette fois dans le Perche, à l’abbaye de Tiron réputée pour ses liens avec la franc-maçonnerie. Il y découvre les archives de la famille de Jean de Saint-Clair, grande figure templière et important marin de son temps, dont le tombeau, dans la chapelle du Mont-Saint-Michel, porte cette étrange inscription : Et in Arcadia ego. Peter va alors entreprendre un voyage aux multiples dangers, pièges et énigmes, qui, de Prague à Venise, se soldera par une incroyable révélation.

Insomnies en noir, Collectif, Pocket :  » Ces histoires vont vous faire rire, elles vont vous faire pleurer, elles vont vous faire trembler de peur, elles vont devenir une part de vous-même.  » Harlan Coben
Quand Harlan Coben se charge de sélectionner les meilleures nouvelles policières américaines, le résultat est forcément à couper le souffle. Des buildings de New York aux terres humides du bayou, en passant par les quartiers résidentiels proprets des banlieues des États-Unis, un voyage en vingt étapes mené à un rythme effréné par les routiers du polar, tels que Lawrence Block, James Grady, Loren D. Estleman… et des nouveaux auteurs au talent prometteur. Insomniaques s’abstenir…

Pyramide, David Gibbins, Pocket : En Égypte, Jack Howard, l’archéologue plongeur, et son équipe cherchent l’accès secret menant à la pyramide de Mykérinos. Leur unique chance d’atteindre le lieu caché sous l’édifice antique qui pourrait abriter le trésor d’Akhenaton repose sur une mystérieuse carte antique découverte par l’expédition de Chaillé-Long, Jones et Guérin à la fin du XIX e siècle. Mais la situation politique du pays est explosive et certains voient ces fouilles d’un très mauvais œil. Des rives du Nil aux abysses de la mer Rouge, leur mission les conduit sur les traces du légendaire pharaon, gardien d’un secret qui pourrait changer le cours de l’histoire.

Rouge Sibérie, Sam Eastland, Pocket : Septembre 1939. La Seconde guerre mondiale a commencé. Alors que les combats font rage en Pologne, l’obsession de Staline pour le trésor disparu de Nicholas II est ravivée quand un de ses indicateurs prétend avoir retrouvé la trace de l’homme qui avait été mandaté par le Tsar pour dissimuler son or. Mais l’homme est retrouvé poignardé. Staline convoque alors l’inspecteur Pekkala au Kremlin et lui ordonne de démasquer le meurtrier. Pour accomplir sa mission, Pekkala doit retourner à Borodok, le Goulag tristement célèbre où il a séjourné de nombreuses années en tant que prisonnier. Le premier détective de Staline devra s’y faire passer pour un détenu afin d’élucider le mystère… Mais cette mission qui fait resurgir un passé cauchemardesque n’est-elle pas celle de trop pour l’ingénieux Pekkala ?

Dossier Korrigan, Raymond Khoury, Pocket : Alors qu’il enquête pour le FBI sur Jake Daland, le fondateur d’un site Internet abritant toutes sortes de commerces illicites – meurtres inclus –, Sean Reilly continue à traquer un certain Reed Corrigan, ex-agent de la CIA protégé par les puissants de ce monde. Pas question pour Reilly de tourner la page : il cherche inlassablement celui qui s’en est pris à sa famille. Justice doit être faite. Mais certains dossiers feraient mieux de rester secrets et, à force de fouiner, l’agent du FBI commence à devenir encombrant pour les plus hautes autorités…

Trophée, Steffen Jacobsen, Pocket : Il avait la fortune, le luxe, tout ce qu’un homme peut espérer de la vie. Mais pour un chasseur chevronné de sa trempe, une proie restait à abattre. Un trophée ultime, monstrueux, tabou : un être humain. Elisabeth Caspersen craint le pire quand elle croit reconnaître, sur un DVD amateur, son père décédé quelques mois plus tôt. Le film montre les derniers instants atroces d’un couple traqué par un groupe de chasseurs… et l’un d’entre eux ressemble à s’y méprendre à Flemming Caspersen, fondateur d’un gigantesque empire danois. Pour éviter l’éclatement de la multinationale familiale et connaître la vérité, Elisabeth engage Michael Sander, ex-militaire et consultant très particulier en affaires délicates. Aux côtés de Lene Jensen, commissaire de police impliquée dramatiquement dans l’affaire, Sander va plonger au cœur d’une folie insoupçonnée et implacable.

Sadako, Kôji Suzuki, Pocket : Takanori Ando, graphiste spécialiste de l’analyse d’image, reçoit une vidéo amateur montrant un suicide à l’intérieur d’un appartement banal. Son client souhaite déterminer s’il s’agit d’un véritable suicide ou d’une mise en scène de génie. À chaque visionnage de la vidéo, Takanori se rend compte que le cadre de l’image se décale très légèrement, permettant de voir jusqu’au visage du suicidé : Seiji Kashiwada. Ce dernier est un serial killer condamné à la peine de mort pour le meurtre de quatre fillettes, douze ans plus tôt, et dont l’exécution a eu lieu peu de temps auparavant… Takanori se lance dans une enquête effrayante tandis que d’étranges phénomènes envahissent sa vie et celle de sa compagne.

Verdict, Justin Peacock, Pocket : Licencié d’un grand cabinet d’avocats d’affaires à la suite d’une sordide histoire de drogue, Joel Deveraux use sa robe sur les bancs des comparutions immédiates. Commis d’office à Brooklyn, il enchaîne les dossiers les plus minables – jusqu’à sa première affaire de meurtre. Suspect noir, victime blanche : le procès s’annonce compliqué pour la défense. Associé à Myra Goldstein, une avocate talentueuse et cassante, Joel va vite apprendre que la vérité, au tribunal, importe moins que la vraisemblance. Après tout, seul compte le verdict…

Le feu secret tome 1, C. J. Daugherty et C. Rozenfeld, Robert Laffont : Une guerre contre le destin. Une course contre le temps. Taylor Montclair, une fille tout ce qu’il y a de plus normal, mène une vie sans histoire dans la petite ville de Woodbury, en Angleterre. Sacha Winters, un ténébreux garçon nimbé de mystère, habite à Paris. Alors que Taylor est impatiente d’intégrer l’université d’Oxford, Sacha, lui, se contrefiche des études… et pour cause : il connaît la date exacte de sa mort, et celle-ci approche à grands pas. La mort de Sacha entraînera la réalisation d’une prophétie ancestrale qui plongera le monde dans le chaos. Taylor est la seule qui puisse le sauver. Mais ni elle ni lui ne le savent : ils ne se sont jamais rencontrés. Une mer et plusieurs centaines de kilomètres les séparent. Des puissances démoniaques sont prêtes à tout pour empêcher leur alliance. Ils ont huit semaines pour se trouver et vaincre le destin. Le compte à rebours commence maintenant.

Je t’ai rêvé, Francesca Zappia, Robert Laffont : La folie est son quotidien, rien ne la préparait à être  » normale « .
– On joue au jeu des vingt questions ?
– OK , mais c’est moi qui les pose cette fois.
– Ça marche.
– Si je devine en moins de cinq questions, je serai vraiment déçue.
Il esquisse un sourire et répond :
– Ne m’insulte pas.
– Est-ce que tu es vivant ?
– Oui.
– Tu habites ici ?
– Oui.
– Je te connais ?
– Oui.
– Est-ce que je t’ai rêvé ?

« Ma chère Emmi, il est cinq heures du matin… », Vittorio de Sica, Robert Laffont : 15 juin 1964. Une demande m’est arrivée d’Amérique pour publier en un volume l’ensemble des journaux que j’ai tenus. Je ne les ai pas écrits au nom d’une ambition littéraire. Cependant, l’idée que le public connaisse les coulisses d’un film et se rende compte de tout le travail pénible qu’il faut pour en réaliser un m’amuse… Comment travaillait Vittorio De Sica, l’un des plus grands réalisateurs italiens, cet homme qui, même avec quatre Oscars, abordait chaque nouveau film avec l’anxiété d’un débutant ? Adressé à sa fille, ce journal épistolaire est un fantastique aperçu des coulisses de quatre de ses longs-métrages : La Ciociara (1960), Hier, aujourd’hui et demain(1963), Mariage à l’italienne (1964) et Les Fleurs du soleil (1970). Film après film, lettre après lettre, De Sica raconte les conditions de ses tournages. De la difficulté à faire jouer des enfants aux imprévus météorologiques, il nous fait partager ses passions et ses angoisses, nous invite dans sa relation fusionnelle avec la jeune Sophia Loren, au talent et à la volonté sans pareils. Entre fatigue et doutes, dîners et paillettes, la question de la création et de l’art est au centre de la réflexion du cinéaste.

De l’amour en Autistan, Josef Schovanec, Plon : Avec Sonia, Gabriel, Debbie et d’autres, ses héros de l’étrange qui pourtant vivent parmi nous, se réenchante un monde trop normal dont on pensait avoir fait le tour. Par leurs songes et leurs liens, leurs singularités, leurs passions et leurs échecs, ils nous incitent à un voyage au bout de nous-mêmes sur les routes lointaines d’Autistan. Avec poésie, humour et pudeur, Josef Schovanec nous parle d’amour comme cet aveugle de naissance qui, mieux que nul autre, lui décrivit un soir d’hiver la couleur rouge. Et, tissant cent faits réels, porte au langage un pays qui lui est propre : celui de l’autisme.

De mères en filles, Ava, Dominique Drouin, Hugo : Années 1970. Ava Gauthier, fille biologique d’Anaïs Calvino, a été adoptée par une famille aimante, mais bien différente des Calvino. Éleveurs de chevaux, les Gauthier n’ont pas manqué de générosité et d’amour avec Ava, mais ce sont des taiseux et ont peu de moyens, alors que les Calvino vivent dans un tout autre univers. Faisant la connaissance de cette autre famille lors des funérailles de la doyenne, Ava réalise rapidement que dans aucune des deux elle n’est à sa place. Et les retrouvailles avec sa mère, Anaïs, ne sont pas des plus faciles. Heureusement qu’avec Ariane, sa grand-mère, un lien solide se crée. Ariane la prend sous son aile et décide de l’aider à parfaire son éducation. Accueillie, entourée et motivée par elle, Ava trouve enfin sa voix dans l’écriture pour la jeunesse. Rapidement une auteure à succès, Ava ne trouvera pas la même satisfaction dans sa vie amoureuse et familiale et vivra certaines difficultés. Décidée à tout quitter, Ava s’installera en Provence, terre de naissance d’Alice, son arrière grand- mère, et trouvera enfin l’amour, le vrai. Ainsi, De mères en filles boucle la boucle en revisitant les lieux où tout a commencé…

Les sept tours du diable, Eric Le Nabour, Presses de la cité : 1923. L’Europe et une partie du monde entrent dans une période de turbulences… A l’invitation d’Ahmed Nahas, archéologue et conservateur au musée du Caire, Gabriel Langevin, fils d’un banquier français qui s’est mystérieusement donné la mort et fiancé de Nancy Carnarvon –, l’un des découvreurs de Toutankhamon –, se joint à une expédition dans le sud de l’Egypte. A leur côté : un prêtre, Angelo Beliali, et une romancière, Asmodée Timothy Bancroft. L’entreprise est couronnée de succès. La découverte de la tombe de Djouqed Anty, mage et astrologue, révèle des trésors archéologiques inestimables. Mais dès le lendemain, toute l’expédition a levé le camp. Gabriel, désemparé, se retrouve seul, en proie à de nombreuses interrogations : quelles étaient les réelles intentions de ses compagnons de fouilles ? Au-delà de l’aspect scientifique de l’expédition, Gabriel comprend bientôt que les liens qui unissent Ahmed Nahas, Beliali et Asmodée ne sont pas seulement la résultante d’intérêts communs à la Turquie de Mustapha Kemal, au Vatican et au parti nazi d’Adolf Hitler. Ne s’agit-il pas plutôt, selon de très anciennes prophéties, de réactiver les énergies diaboliques des sept tours du diable ? Sept tours censées distribuer sur terre les influences sataniques seules capables de déclencher la guerre et la terreur…

Marie sans terre, Yves Jacob, Presses de la cité : A trois ans, Marie vagabonde en haillons avec son jeune frère et sa mère alcoolique et survit en récoltant moules et escargots qu’ils revendent au plus offrant ; à onze ans, elle entre en apprentissage dans une ferme ; à seize ans, elle gagne son premier salaire. A la veille de la déclaration de guerre, Marie rencontre Julien, qui lui fait un enfant avant de disparaître de sa vie, mais pas de son cœur. Séparation, deuils, situations incroyables mais réelles se succèdent dans l’existence de cette femme ordinaire et pourtant exceptionnelle, confrontée malgré elle aux tourments de son siècle. S’appuyant sur les souvenirs d’une paysanne originaire du Bessin, Marie sans terre fait revivre le monde rural de 1917 à 1950.

Le patriarche du Bélon, Nathalie de Broc, Presses de la cité : Vivant ! Gabriel Gourlaouen revient vivant de l’enfer des tranchées et retrouve Louise et leurs deux enfants, son village et sa rivière dont il a tant rêvé sur le front. Ouvrier ostréicole depuis l’enfance, employé par la famille Kervellec qui exploite des parcs, Gabriel sera bientôt maître de sa propre concession en bordure du Bélon. Car sa vie est là, dans la vase des petits matins froids à marée basse, et son seul désir est de transmettre sa passion pour les  » plates  » au goût subtil de noisette. Mais à qui ? Son fils Jean est censé prendre la relève, mais c’est sur les épaules de Gwenn, petite fille aux yeux  » fine de claire « , que reposera la pérennité du savoir-faire ostréicole du Bélon…

La griffue, Jacques Béal, Presses de la cité : A dix ans, au carnaval de Boulogne, Marie-Suzanne, fascinée par un montreur d’ours, est griffée à la joue gauche par l’animal. A vingt ans, en 1842, celle que l’on surnomme depuis  » la Griffue  » se retrouve, à la mort accidentelle de son père, la digne héritière d’une grande dynastie de chasse-marée, qui depuis des décennies assurent dans un délai très court le transport de la marée de Boulogne jusqu’aux halles de Paris. Un savoir-faire dont elle assure la relève avec passion et dont elle sera également l’une des dernières représentantes (avant l’ouverture de la ligne de chemin de fer Paris-Boulogne en 1848). Mais la disparition pour le moins étrange de son père, chasse-marée trop aguerri pour être désarçonné par son attelage, contraint la jeune femme à revenir sur les zones d’ombre de son passé familial, marqué par une figure maternelle rude, un frère, de dix ans son aîné, sans scrupule, et un parrain  » coureur de jupons  » omniprésent…

Indiana Teller tome 2, Lune d’été, Sophie Audouin-Mamikonian, Michel Lafon : Dans les interminables plaines du Montana s’étend le Ranch des Lykos. Les voisins alentour sont loin de se douter que ses habitants sont les membres de l’un des clans de loups-garous les plus puissants d’Amérique du Nord. Parmi eux, un seul humain a sa place : Indiana Teller. Alors qu’Indiana se remet à peine de l’enlèvement de sa mère, le père de sa petite amie Katerina est sauvagement mordu par un inconnu et tombe dans le coma. Folle d’angoisse et de rage, la jeune femme tient le clan de son amoureux pour responsable et se réfugie chez l’ennemi déclaré d’Indiana : Tyler. Prêt à tout pour innocenter sa famille de loups-garous, Indiana enquête et finit par découvrir l’auteur de l’agression : un vampire obéissant aux ordres de Tyler. Sur le point d’être démasqué, ce dernier lui propose alors un odieux marché : il l’aidera à sauver sa mère s’il tait la vérité à Katerina et renonce à tout jamais à son amour pour elle. Déchiré entre passion et devoir filial, Indiana saura-t-il refuser cet odieux chantage au risque de rompre le fragile équilibre qui règne entre les clans ?

Les chasseurs d’âmes tome 3, Alyson Noël, Michel Lafon : Daire Santos est morte. Le coeur transpercé par sa propre lame, retournée contre elle par le plus maléfique des Richter, Cade. Quand la jeune femme se réveille subitement dans le monde Supérieur, elle découvre Axel, un mystérieux être de lumière, qui l’a arrachée à la mort et la retient prisonnière. Daire doit pourtant s’échapper à tout prix, car dans le monde des vivants une terrible prophétie menace de s’accomplir, et elle seule, la dernière chasseuse d’âmes, peut inverser le destin et parvenir à sauver ceux qu’elle aime. Mais pour cela, elle devra faire face aux pires ennemis qu’elle ait jamais eu à affronter : la revancharde Phyre et son père Suriel, un illuminé prêt à tout pour voir enfin s’abattre le Jugement dernier sur Terre.

A. N. G. E. tome 2, Anne Robillard, Michel Lafon : À l’insu des habitants de la Terre, des hommes et des femmes travaillant pour l’Agence Nationale de Gestion de l’Étrange – mieux connue sous le nom de l’A.N.G.E. – veillent sur l’humanité. Peu importe le pays où ils sont affectés, ces agents secrets protègent les hommes des ténébreuses machinations des serviteurs du Mal. La destruction de la base montréalaise de l’A.N.G.E. oblige ses agents à se réfugier provisoirement dans un abri souterrain du village canadien d’Alert Bay. Les membres de l’équipe sont ensuite dispersés dans d’autres divisions à travers le pays, malgré les efforts de leur chef Cédric pour les rassembler. Toutefois, Océane et Cindy sont envoyées ensemble à Toronto où le Faux Prophète, un redoutable manipulateur, a été aperçu. En espionnant Thierry Morin, l’étrange enquêteur aux pouvoirs surnaturels, elles découvrent une vaste conspiration vieille de plusieurs milliers d’années. En plus d’être aux prises avec l’Antéchrist, l’A.N.G.E. devra alors faire face à un ennemi beaucoup plus sournois, oeuvrant depuis longtemps au sein de tous les gouvernements du monde. Mais comment avertir les humains de l’existence d’une menace qu’ils refusent d’admettre ?

Des gâteaux et des hommes, Bettina dal Bosco, Michel Lafon : Toutes les femmes sont gourmandes et ont chacune leur gâteau préféré : plus ou moins sucré, crémeux ou moelleux. Ce qu’elles ignorent, c’est qu’il y a beaucoup de similitudes entre ces petites douceurs et les hommes qui les attirent. Par exemple, saviez-vous que la reconnaissance n’est pas la qualité principale du mâle Saint-Honoré ? Que l’homme Baba au rhum dépend de la quantité d’alcool que contient le gâteau : il peut être aussi bien ambitieux, irascible mais talentueux, que mesquin et insupportable ? Ou encore que l’homme Millefeuille vous dissimule ses secrets, couche après couche ? La typologie masculine est une pâtisserie géante, pleine de délices mais aussi de pièges à éviter. Cet ouvrage prodigue également de nombreux conseils pour démasquer les gâteaux nocifs pour la ligne et l’équilibre de chaque femme.

Unbreak me tome 3, Lexi Ryan, J’ai Lu : Cally Fisher et William Bailey ont grandi dans la ville de New Hope, l’un formulait des vœux, l’autre contemplait les étoiles… Alors que tout les oppose, ils se rencontrent au lycée et tombent amoureux pour la première fois.
Bravant les préjugés, Will combat l’hostilité de son entourage pour préserver celle qu’il aime des rumeurs mesquines. Cally, que rien ne destinait à rencontrer le seul être susceptible de la sauver, résiste à l’environnement familial pour réaliser ses rêves.
Dernier volet de la trilogie Unbreak Me, ce roman subtil, tendre et sensuel peut se lire indépendamment de la série.

Nosfera2, Joe Hill, J’ai Lu : Au volant de sa Rolls-Royce Wraith immatriculée Nosfera2, Charles Manx enlève régulièrement des enfants pour les conduire à Christmasland où Noël est éternel. Mais à quel prix… Sur sa bicyclette, Vic McQueen retrouve tout ce qui est perdu, personnes disparues ou objets égarés. Quand le face à face entre Manx et McQueen devient inévitable, deux mondes vont s’affronter, peuplés d’images sorties de nos cauchemars les plus obsédants.

Et vous trouvez ça drôle ? Donald Westlake, Rivages : Certains cambriolages sont tellement impossibles que même John Dortmunder n’y croit pas. Celui que projette Eppick, un ancien flic tenace, appartient à cette catégorie : voler un jeu d’échecs d’une demi-tonne en or et pierreries, barricadé dans la chambre forte souterraine d’une banque inexpugnable. Evidemment, personne ne veut tenter un coup pareil, qui s’apparente à un véritable suicide. Malheureusement pour Dortmunder, sa réputation parle pour lui et Eppick a les moyens de le faire chanter. Résigné, il n’a d’autre choix que de se surpasser…

Mort à tous les étages, Duane Swierczynski, Rivages : Comment réagiriez-vous si vous étiez convoqué par un samedi matin estival bien étouffant à un « manager’s meeting » de votre service, au 36è étage d’un gratte-ciel de Philadelphie ? Pourtant, ce n’est encore rien : sitôt les sept « collaborateurs » regroupés en salle de réunion, avec cookies et jus d’orange, le patron leur explique que les issues de secours sont condamnées au gaz sarin, les ascenseurs hors-service et les téléphones brouillés. Soit ils boivent le jus d’orange empoisonné et ils s’endormiront tranquillement, soit ils seront abattus. Décidément, le week-end commence mal !

Le projet K, Douglas Preston, L’Archipel : La NASA s’attelle à la construction d’une nouvelle sonde spatiale, constituant une énorme avancée technologique. Le projet K consiste à l’envoyer explorer la mer de Kraken, la plus large étendue d’eau de Titan, l’une des lunes de Saturne. Mais cette zone susceptible d’accueillir des extraterrestres est dangereuse et instable.
La sonde doit donc être pilotée par une intelligence artificielle (IA), nommée Dorothy – en hommage au Magicien d’Oz –, qu’a développée la scientifique Melissa Shepherd.
Des erreurs de calcul survenant durant les phases de test, Dorothy parvient à s’échapper dans les méandres d’Internet…
L’ancien agent de la CIA Wyman Ford est alors appelé pour aider Melissa à traquer cette IA rebelle. Mais Ford et Shepherd prennent bien vite conscience que la Toile l’a totalement transformée…
Et une question se fait jour : Dorothy a-t-elle toujours des intentions bienveillantes ? A défaut, l’humanité  pourrait bien être menacée…

Et le ciel sera bleu, Tamara McKinley, L’Archipel : Angleterre, 1939. La vie n’a pas été tendre pour la jeune Sally Turner, 16 ans, qui élève seule son frère de six ans, Ernie, atteint de polio. Leur mère, Florrie, les a abandonnés dès que la guerre a éclaté, et leur père a été appelé sous les drapeaux.
Tous deux trouvent alors refuge à Cliffehaven, une bourgade située sur la côte sud de l’Angleterre.  Ils y sont accueillis par Peggy Reilly, la propriétaire de la Pension du Bord de Mer et Jim, son mari quelque peu bourru.
Sally trouve, auprès de la famille Reilly, un foyer d’adoption qui lui permettra de s’épanouir. Elle obtient un emploi dans une usine de confection d’uniformes, où ses talents de couturière se révèlent. Sally fait de plus la rencontre de John Hicks, un mystérieux pêcheur…
Mais la guerre et l’arrivée de Florrie à Cliffehaven menacent ce fragile équilibre…

Un million de plaisirs coupables, C. L. Parker, Le Livre de poche : Le riche et arrogant Noah Crawford a conclu un pacte des plus inhabituels avec Lanie Talbot : pour deux millions de dollars, elle doit se soumettre à tous ses désirs et fantasmes. La jeune femme au caractère explosif a découvert un univers de sensualité dans les bras de Noah. Mais lorsque celui-ci apprend que Lanie a vendu son corps pour sauver sa mère de la maladie, rongé par le remords, il lui rend sa liberté. Lanie, qui ignore que son secret a été découvert, ne comprend pas ce rejet soudain et va se battre pour prouver à son beau millionnaire qu’un lien plus que charnel les unit désormais. C’est sans compter l’intervention du perfide David, associé dément de Noah et manipulateur pervers…

La grande Catherine et Potemkine, Simon Sebag Montefiore, Le Livre de poche : La Grande Catherine, impératrice de toutes les Russies, est une femme connue pour sa fougue, son génie politique et son charme fascinant. Elle gouverne aux côtés du prince Potemkine, ce nobliau de province haut en couleur, aussi fantasque qu’ingénieux, qui s’impose d’année en année comme un véritable corégent, contribuant à faire de la Russie une grande puissance. Il sera l’époux clandestin de l’impératrice et son plus fidèle ami.
En s’appuyant sur des d’archives inédites ou méconnues et sur la correspondance du couple, Simon Sebag Montefiore nous entraîne dans l’effervescence des fêtes de cour et des intrigues de palais. Il réhabilite Catherine II et Potemkine, l’alliance parfaite du pouvoir et de la passion.

Little Rock, John Brandon, Le Livre de poche : Little Rock, Arkansas. Dans la journée, Swin et Kyle sont employés dans un parc régional où ils ramassent les feuilles et vendent les billets d’entrée à des familles venues en monospace. La nuit, ils transportent de la drogue, rencontrent des individus louches dans des mobile homes rouillés et exécutent les ordres vagues d’un chef qu’ils n’ont jamais croisé. Jusqu’au jour où la tranquillité de leur quotidien est troublée par un coup de feu. Les nuits se mélangent alors aux jours : fusillades, cadavres, patrons furieux, associés suspicieux… Swin et Kyle vont devoir apprendre sur le tas à sauver leur peau – et vite.

Gregor tome 2, La Prophétie du fléau, Suzanne Collins, Le Livre de poche jeunesse : Gregor s’est juré de ne jamais retourner en Souterre, cette ville-sous-la-ville peuplée de créatures étranges. Mais l’impossible est arrivé : Moufle a été enlevée en plein jour en plein New York… par des cafards géants. Gregor est devenu un héros, un vrai. Pourtant, il aimerait bien mieux être un garçon comme les autres, un garçon ordinaire menant une vie ordinaire dans une ville qui n’aurait absolument aucun secret ! Mais voilà, il est un héros.

Les feux, Raymond Carver, Points : Un jeune homme pauvre, alcoolique et désespéré enchaîne les petits jobs pour survivre. Mais son rêve est de devenir un écrivain, un vrai. Cet autoportrait qui se dessine en filigrane est celui de Raymond Carver. Vingt ans après, le rêve se réalise : aux Etats-Unis, ses poèmes et ses nouvelles minimalistes inspirent une génération entière de jeunes auteurs. Comment devient-on Raymond Carver ? Au prix de quels sacrifices ? Dans ce recueil qu’il avait lui-même composé en 1985, à travers des contes, des essais, des poèmes, il livre quelques-unes des clés de son œuvre et de sa vie.

Point Dume, Dan Fante, Points : Après quelques déboires comme détective privé à New York, JD Fiorella part se refaire une santé à Point Dume, Californie. Sans le sou, il atterrit chez sa vieille et irascible maman, astrologue de 81 ans, avant de devenir un assidu des Alcooliques Anonymes et vendeur de voitures d’occasion. Tout semble s’arranger, jusqu’à ce qu’il rencontre Sydnye, fille d’un producteur psychopathe. Et quand son vieil ami Woody est sauvagement assassiné, JD décide de mener l’enquête et met le doigt dans un engrenage fatal.

La main de Joseph Castorp, João Ricardo Pedro, Points : Au petit matin, dans un village isolé du Portugal, Celestino quitte sa maison armé de son fusil. Il est retrouvé mort peu de temps après. Le même jour, la révolution des Oeillets met fin à la dictature de Salazar. Aux yeux de tous, Celestino était un homme plein de mystères. Pour résoudre l’énigme de sa disparition, il faudra puiser dans son passé, mais aussi dans celui de son ami, le docteur Augusto Mendes.

Le goût de la nostalgie, Collectif, Le Mercure de France : « C’est sans doute la vocation du romancier, devant cette grande page blanche de l’oubli, de faire ressurgir quelques mots à moitié effacés, comme des icebergs perdus qui dérivent à la surface de l’océan. » Sans la nommer, c’est bien avec une définition de la nostalgie que Patrick Modiano terminait son discours de réception du prix Nobel en 2014. L’écriture peut retenir ce qui fut jadis le présent et raviver les couleurs du passé. Qu’il soit exilé ou orphelin d’une époque défunte, le nostalgique a une présence légère au monde, sans tragédie il se soumet de façon détachée à ce qui n’est plus : le lieu d’un temps perdu. Mais comme Ulysse, l’exilé peut bien revenir à son point de départ, le passé est un pays où il n’habitera plus. Douleur ou jouissance, la nostalgie se dérobe sans cesse. Voyage dans un pays d’émotions contradictoires, en compagnie de Baudelaire, Anton Tchekhov, Yves Bonnefoy, Vladimir Nabokov, Alain-Fournier, Colette, Léopold Sédar Senghor, Hector Bianciotti, Andreï Makine, Georges Perec, Lawrence Durrell, et bien d’autres…

Le miel, Slobodan Despot, Folio : Sur le bord d’une route d’ex-Yougoslavie, Vera découvre Vesko le teigneux en train d’insulter son père et leur voiture en panne. Vera lui tend l’argent de la réparation. Des semaines plus tard, Vesko est sur le pas de sa porte avec l’argent et un demi-quintal de miel. C’est un cadeau du père, apiculteur déraciné, à Vera l’herboriste, qui en apprécie la valeur. Pour Vesko, c’est le début d’une longue confession, le récit d’une odyssée où le miel est le meilleur remède aux maux humains, le secret d’une sagesse.

Nom de code : Blackbird, tome 2, Game over, Anna Carey, Bayard : À travers la ville s’organise un jeu macabre où des gens riches chassent de jeunes paumés pour le simple plaisir de tuer. Seule issue pour les proies, fuir et s’associer aux bonnes personnes.

Publicités

One thought on “Parutions de la semaine – 09/11/2015

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s