Parutions de la semaine – 15/06/2015

Chaque dimanche, je vais faire un point sur les sorties de la semaine qui m’intéressent, en m’aidant du Livres Hebdo si j’arrive à l’avoir à temps ou en allant sur les sites des éditeurs que je suis.

L’année de notre guerre, Steph Swainston, Bragelonne : Jant est le Messager. Il fait partie du Cercle, une assemblée de cinquante immortels au service de l’empereur. Mais de ces immortels, et de tous les hommes vivants, il est le seul capable de voler. Il vole au-dessus d’une guerre interminable. L’empereur à la tête du Cercle a offert son aide aux humains contre les hordes d’Insectes géants qui dévastent le pays depuis des siècles, engloutissant les villes sous leurs nids colossaux, dévorant tout, êtres et choses, sur leur passage. Mais rivalités et querelles opposent également les immortels. Et Jant, l’enfant prodige, l’ange en perdition, le sait pertinemment : nos pires ennemis sont nos propres démons.

Black man, Richard Morgan, Bragelonne : Dans un siècle à peine, l’humanité s’est débarrassée de la guerre. Mais des vestiges embarrassants subsistent encore, comme les Variantes, des humains génétiquement modifiés, cordialement détestés par toute la population. Les plus inquiétants sont les Variantes 13, ces hyper-mâles cultivés exclusivement pour la guerre. Carl Marsalis est un de ces ex-soldats génémodifiés. Il pourchasse désormais ses anciens frères d’arme pour le compte des Nations unies. Ce n’est pas un boulot facile, car il est haï aussi bien par les gens normaux que par ses semblables : il est, dans tous les sens du terme, l’Homme Noir. Et pour le moment, même ses employeurs ne peuvent le sortir de sa prison de Floride. Alors, recevant la visite d’une ancienne détective aux prises avec des Variantes 13 particulièrement retorses, Carl est plus que disposé à conclure un accord. S’engage ainsi une frénétique chasse à l’homme, avec à la clé, peut-être, la vérité sur ce que sont devenus les derniers soldats du monde.

La perle et la coquille, Nadia Hashimi, Milady : Kaboul, 2007 : les Talibans font la loi dans les rues. Avec un père toxicomane et sans frère, Rahima et ses soeurs ne peuvent quitter la maison. Leur seul espoir réside dans la tradition des bacha posh, qui permettra à la jeune Rahima de se travestir jusqu’à ce qu’elle soit en âge de se marier. Elle jouit alors d’une liberté qui va la transformer à jamais, comme le fit, un siècle plus tôt, son ancêtre Shekiba. Les destinées de ces deux femmes se font écho, et permettent une exploration captivante de la condition féminine en Afghanistan.

Le legs d’Adam, Astrid Rosenfeld, Folio : Berlin, 1938. Adam Cohen tombe éperdument amoureux d’Anna. Elle disparaît. Jusque-là apprenti dans une roseraie, souvent absorbé par ses rêveries, Adam part à la recherche de la jeune fille. En 2004, Edward, son petit-neveu, découvre un journal intime dans le grenier familial. Dépositaire malgré lui du legs d’Adam, il devra achever une histoire débutée il y a plus de soixante ans.

Comptoir des soupirs, Olivier Piat, Milady : Un homme, une femme, une histoire d’amour impossible. Deux tables dans un bar, il l’observe, elle le remarque, et bientôt, leurs regards font plus que se croiser ; ils se cherchent. Il est marié et père de deux enfants. Elle vient de quitter son compagnon et entame une nouvelle vie. À travers les points de vue de ces amants éperdus, on découvre les élans de la passion, mais aussi les non-dits et les mensonges derrière lesquels ils se réfugient pour vivre cette relation dont la fin est écrite d’avance.

L’épouse modèle, Emma Chapman, Pocket : Marta est une épouse parfaite. Docile et sans histoires. Mariée à Hector, elle se donne chaque jour corps et âme à son foyer.
Chaque jour aussi, son mari lui donne une poignée de pilules qu’elle avale sans mot dire. Mais récemment elle a décidé d’arrêter, au risque de retomber dans la dépression.
Soudain, la réalité se dérobe sous ses pieds : est-elle en train de devenir folle ou de recouvrer ses esprits ? Entre deux hallucinations– ou deux souvenirs – certaines zones d’ombres apparaissent dans la vie de Marta, qui semble peu à peu douter de sa propre identité…

Le règne des Illuminati, Giacometti et Ravenne, Pocket : Antoine Marcas, flic franc-maçon, affronte une organisation secrète qui se revendique des Illuminati, ce groupe occulte qui enflamme les imaginations depuis sa disparition mystérieuse au XVIIIe siècle.
De Paris à San Francisco, Marcas remonte la piste d’une conspiration qui prend ses racines dans la Révolution française et traverse les siècles jusqu’au cœur de la Silicon Valley.
Il devra déjouer les pièges du conspirationnisme ambiant pour retrouver le secret des Illuminati. Un secret aux frontières de la science…
Du règne de la Terreur de Robespierre et Saint-Just à l’assassinat du président Kennedy, des loges maçonniques de la Révolution au Bohemian Club américain, une plongée dans les arcanes de l’histoire secrète des États-Unis…

L’éveil de Mademoiselle Prim, Natalia Sanmartin Fenollera, Pocket : Cherche esprit féminin détaché du monde. Capable d’exercer fonction de bibliothécaire. Pouvant cohabiter avec chiens et enfants. De préférence sans expérience professionnelle. Titulaires de diplômes s’abstenir. Mademoiselle Prim, bardée de diplômes et sans expérience d’enfants et de chiens, ne répondait qu’en partie à ce profil… Engagée par un étrange gentleman, aussi cultivé que peu délicat, elle va découvrir la singularité et les secrets du petit village de Saint-Irénée d’Arnois. Loin du monde moderne, les habitants semblent s’être mis d’accord pour faire de leur vie un bonheur permanent. Prudence Prim tombe vite sous le charme de ce paradis perdu et de sa devise : profitez de la splendeur des choses simples de la vie !

Petites recettes de bonheur pour les temps difficiles, Loretta Nyhan et Suzanne Hayes, Pocket : États-Unis, années 1940. Glory, enceinte et déjà mère d’un petit garçon, souffre de l’absence de son mari, parti au front, de l’autre côté de l’Atlantique. À des centaines de kilomètres d’elle, Rita, femme et mère de soldat également, n’a pour compagnie que la fiancée de son fils. Une lettre, envoyée comme une bouteille à la mer, va les réunir. Entre inconnues, on peut tout se dire. Les angoisses, l’attente des êtres aimés, mais aussi les histoires de voisinage, les secrets plus intimes et les recettes de cuisine. Les petites joies qui font que, dans les temps les plus difficiles, le bonheur trouve son chemin.

Revenge, Jesse Larky, Pocket : Ava Winters, héritière du célèbre Domaine viticole Starling à Napa Valley, avait tout pour être heureuse : la jeunesse, la beauté, la richesse. Jusqu’à ce qu’un drame vienne détruire sa vie et la laisse seule, sans famille et sans empire. Après avoir passé plusieurs mois au Japon à s’entraîner auprès de Satoshi Takeda, maître de la Vengeance, avec quatre autres élèves eux aussi abîmés par la vie, la jeune femme revient dans sa Californie natale. Et elle est prête à tout pour se venger de ses ennemis.

Dans la maison de l’autre, Rhidian Brook, 1018

Le complot Médicis, Suzanna Fortes, 1018 : lorence, 1478. L’attentat qui visait les Médicis échoue. Florence, de nos jours. Ana étudie les carnets du peintre Pierpaolo Masoni, témoin du drame. Que s’est-il passé ? Qui a trahi ? Et qui a fomenté le complot ? En ravivant cette affaire, la thésarde en histoire de l’art est loin d’imaginer qu’elle va devenir la cible d’une police parallèle et des hommes de main du Vatican… Virtuose, Susana Fortes nous entraîne au cœur de la Renaissance italienne sur la piste de la conjuration des Pazzi, et signe un roman historique érudit, passionnant et haletant. Traduit de l’espagnol par Nicolas Véron

L’homme du verger, Amanda Coplin, 1018 : Wenatchee, une vallée reculée au nord-ouest des États-Unis. Le vieux Talmadge mène une existence apaisée au milieu de ses arbres fruitiers lorsque le destin s’introduit chez lui, sous l’apparence de deux fillettes farouches et affamées. Ils vont s’apprivoiser, lentement. Avant que le passé douloureux des deux sœurs ne les rattrape, bouleversant à jamais leurs vies… Tissé de sensations, ce récit au lyrisme vibrant saisit avec une rare délicatesse le mystère des êtres et des liens qui (dé)font une famille. Un magnifique premier roman.

Mauvais coucheur, Carl Hiaasen, 1018 : Un jeune couple en voyage de noces sur la pointe des Keys, en Floride, repêche un bras sectionné. Voilà qui suffit à éveiller les soupçons d’Andrew Yancy, ex-inspecteur de police réaffecté malgré lui à la « brigade des cafards », chargée du contrôle sanitaire des restaurants. Bien décidé à récupérer son poste et l’insigne qui va avec, Yancy entreprend sa propre enquête, tout sauf officielle. Ses recherches le mènent de la Floride à une île perdue des Bahamas. Il y rencontre un natif du lieu qui ne recule devant rien pour empêcher un promoteur d’édifier un nouveau complexe touristique sur son île. Pour retrouver le propriétaire du bras, Yancy fera appel à tous, même à un singe bahamien, pourtant bien mauvais coucheur.

Un tour de passe-passe, Marco Malvaldi, 1018 : Nos quatre armchair detectivesse penchent cette fois-ci sur l’assassinat d’un mystérieux professeur japonais débarqué en Italie pour un congrès. Koichi Kawaguchi, informaticien et chercheur, semble avoir découvert avec son équipe une équation pour le calcul de la puissance de certains éléments chimiques. La clé qui permettrait de résoudre cette affaire devrait donc se trouver dans son ordinateur. Pourtant, il se révèle banal et ne contient rien de significatif… Mais nos héros savent que, dans la vie comme lors d’une partie de carte, il faut parfois savoir montrer ses artifices pour mieux les cacher.

Sweetwater, Roxana Robinson, 1018 : Au cœur des monts Adirondack, dans l’État de New-York, Paul et Isabel Simmons, mariés depuis peu, viennent passer l’été. Ils s’installent en bordure d’un lac paisible qui donne sur le pavillon familial, Sweetwater. Tous deux tentent de se reconstruire au contact de la nature et de la famille de Paul. Isabel et son passé douloureux et Paul qui, lui, se remet peu à peu d’un douloureux divorce. Mais le charme ne dure pas et le drame guette, inéluctable faisant éclater au grand jour les failles de chacun… Superbe portrait de femme et splendide tableau naturaliste, ce beau roman psychologique explore avec élégance les délicats mécanismes du deuil, du désir et du bonheur. Lumineux.

La splendeur de Cavendon Hall, Barbara Taylor-Bradford, Le Livre de poche : Depuis des générations, la magnifique propriété de Cavendon Hall abrite la famille de Charles Ingham, comte de Mowbray. Non loin, dans le village de Little Skell, vivent leurs serviteurs, les Swann. Les deux clans se sont juré fidélité et protection mutuelle. Le comte et la comtesse sont les parents de six enfants : deux garçons et quatre filles, surnommées les « Quatre D. ». La cadette, Daphné, 17 ans, se distingue par son exceptionnelle beauté, sa délicatesse et son bon cœur. Promise à un beau mariage, elle devrait bientôt être présentée à la Cour. Mais un événement tragique va briser sa vie et menace de salir à jamais le nom des Ingham. Plus grave encore, en cet été 1913, le spectre de la Première Guerre mondiale pèse sur les deux familles. Avec son talent habituel, Barbara Taylor Bradford nous plonge dans l’univers d’une grande demeure du Yorkshire, et nous fait partager les destins bouleversants de deux familles anglaises.

Michelangelo et le banquet des damnés, Didier Convard, Le Livre de poche : Milan, 1508. Vittore, le prévôt, qui s’apprête à fêter ses 57 ans, a décidé de se marier. Le jour où il prend cette sage et tardive décision, une tête est retrouvée dans le baptistère de Saint-Ambroise. Elle repose sur un plat d’argent, sur lequel sont grossièrement gravés ces trois mots : Venit Sol Iustitiae – Le soleil de justice a brillé. Rien dans ce meurtre n’est ordinaire. Ni l’attitude de l’évêque de Milan, qui semble redouter le pire des cataclysmes, ni l’arrivée subite du célèbre Michelangelo, venu de Rome où il peignait une fresque dans la chapelle de Sixte. Chargé d’enquêter sur cette affaire, Vittore, réputé pour sa brillante intelligence, est bien en peine d’en démêler les fils. D’autant qu’il n’est pas insensible aux charmes de la ravissante veuve de la victime.

Troubles, Lafani et Renault, Le Livre de poche : Six otages filmés par webcam. Des millions de votants sur Facebook. À vous de choisir qui mérite de rester en vie.
« Au secours ! » Quand le jeune Tom Laughton lit ce message sur Facebook de son ami Erasmus, il se moque de lui : « Alors, Erasmus, de retour de Londres ? Tu n’as plus l’habitude d’être enfermé dans une ville moderne ! » Mais Erasmus ne répondra pas, car il vient d’être kidnappé, avec cinq autres personnes provenant des quatre coins du monde. Aussitôt, des vidéos des séquestrés commencent à circuler sur Internet. Ni la police, menée par l’agent Clara Capland, ni les médias ne parviennent à mettre un terme à la plus incroyable prise d’otages que le monde ait connue. Le pire surgit alors sous la forme d’un vote sur Facebook, orchestré par le mystérieux bourreau du monde virtuel : « Choisissez celui que vous voulez sauver. »
Tension permanente, rebondissement de haut vol, fausses pistes et frayeurs, Troubles est bâti comme la meilleure des séries américaines, et a le don de rendre tout aussi accro, dès les premières pages.

Traîne-savane, Guillaume Jan, Le Livre de poche : À tant flâner dans la savane, j’ai fini par m’y marier. Nous avons convolé dans un village pygmée, après un périple échevelé à travers la jungle congolaise. Cent cinquante ans plus tôt, le missionnaire David Livingstone cartographiait ses téméraires explorations du continent africain en croyant au progrès, en combattant l’esclavage et en rêvant à l’émancipation du peuple noir, qu’il admirait au point de vouloir lui laisser son cœur. Littéralement.

Fusion, Maggie Stifvater, Le Livre de poche : Par amour pour Grace, Sam a décidé de quitter la meute. De rester humain plus d’un été pour que leur amour continue de s’épanouir. Mais Grace, qui a été mordue quand elle était enfant, est devenue loup à son tour. Le destin n’aurait pu choisir pire moment pour la changer. Car alentour une chasse spectaculaire est ouverte. La fureur des habitants de Mercy Falls s’est encore déchaînée et ne cessera qu’une fois le dernier loup abattu. Aidés de Cole et d’Isabel, Sam est prêt à tout pour sauver Grace et le reste de la meute. Dans ce monde animé par la haine, l’espoir est-il encore possible ?

Les enfants du duc, Anthony Trollope, Points : Après la mort brutale de son épouse bien aimée, Plantagenet Palliser, duc d’Omnium, se retrouve terriblement seul pour s’occuper de ses enfants. D’autant que ces derniers lui causent bien du souci. Alors que ses deux fils se font renvoyer de Oxford et Cambridge pour indiscipline, sa fille se lie à un jeune homme qui n’appartient pas à la gentry. Pas question d’une mésalliance dans la famille…

Portrait d’une femme sous influence, Louise Doughty, Points : Assise devant les jurés, sur le banc des accusés, Yvonne Carmichael écoute impassible les avocats retracer son histoire. Celle d’une femme de cinquante-deux ans, mère et épouse dévouée, généticienne reconnue et respectée. Mais aussi celle d’une femme insatisfaite, une femme en mal de passion. L’histoire d’une rencontre de hasard, dans les couloirs de Westminster, d’une attraction immédiate, irrésistible. De retrouvailles clandestines, hâtives et torrides. Et l’histoire de ce soir où tout a basculé. Coupable ou innocente ? Victime séduite ou femme indigne ? La cour doit trancher. Au travers de lettres destinées à son mystérieux amant, Yvonne tente de justifier ses actes, pour lui, pour les siens, pour elle-même. Mais comment expliquer l’irrationnel ? Qui peut juger les crimes d’une femme amoureuse ?

Lamb, Bonnie Nadzam, Points : Tommie a onze ans, des taches de rousseur et pas de repères. Lamb, la cinquantaine, traverse une mauvaise passe. Un été, dans la banlieue de Chicago, elle lui demande une cigarette. Ils deviennent amis. Il lui paye des hot-dogs, elle l’écoute parler. Il veut l’emmener loin. Elle accepte. Ce sera leur secret. Quel mal y a-t-il à ce qu’un homme parte avec une gamine dans un chalet isolé de tout ?

Une comédie légère, Eduardo Mendoza, Points : « Les guerres et les hécatombes sont le langage de l’Histoire ; le théâtre celui des individus. » Carlos Prullàs, auteur de comédies à succès, est un Don Juan désinvolte qui roule en Studebaker et s’entiche de tous les décolletés qu’il croise. Mais les imbroglios sentimentaux de sa vie se compliquent brutalement : le voilà désigné comme principal suspect du meurtre d’un richissime homme d’affaires. Nous sommes en 1948 et l’implacable mécanique franquiste est en marche. S’il veut sauver sa peau, Prullàs va devoir mener l’enquête.

Le coq rouge,  Miodrag Bulatovic, Points : « Aujourd’hui, je deviendrai, il le faut, un homme. Il est temps que j’entre dans le monde. » Las de travailler pour un vieux paysan cruel et pervers, Muharem s’en va son coq sous le bras. Sur sa route, il assiste aux noces de celle qu’il aime en secret. Mais les invités, dans leur ivresse, veulent plumer son coq, et Muharem avec lui. Meurtri, le jeune homme s’enfuit et commence alors un voyage insolite où il croisera le chemin de personnages singuliers et fascinants…

Blue Vélasquez, Marc Welinski, Daphnis et Chloé : Luc Wahlberg, un musicien de jazz français installé aux États-Unis pendant trente ans, revient à Paris. Il y retrouve son ancienne compagne, Lucile de Chagny, douce et bienveillante, qui recueille le jazzman un peu paumé et passablement désargenté. Lucile espère que Luc va enfin se reconstruire à Paris une existence tranquille, loin du tumulte de New York et de Las Vegas, mais ses espoirs sont rapidement balayés et des doutes s’installent dans son esprit. Luc semble toujours habité par une vieille obsession : récupérer un tableau de Velasquez qui appartenait à son grand-père, Menahem Weintraub, marchand d’art parisien déporté en 1942 et mort en camp de concentration. Pour aboutir à ses fins et recouvrer  » son  » bien confisqué par les nazis, il ne reculera devant rien. Lucile le sait, et cette perspective l’effraie. Mais elle ne parvient pas à l’en dissuader. Pour réaliser son projet, Luc Wahlberg se lie aux Kapinsky, une famille de marchands d’art richissimes qui domine le business international de la peinture. Mais dans son inconscience, il va enclencher un processus dramatique dont il sera la première victime. Deviendra-t-il le jouet d’un monde dominé par les passions, la vengeance et et même parfois le crime ?

Ce merveilleux passé, Georgette Heyer, Milady : Alors que Justin, le duc d’Avon, se promène dans les rues de Paris, un adolescent aux cheveux roux et aux yeux bleus se jette sur lui. Cette rencontre, si peu protocolaire, amuse le duc et il décide alors de prendre l’adolescent pour page. Mais la ressemblance de ce dernier avec le comte de Saint-Vire, son pire ennemi, ne cesse de le troubler. Et si cette apparence cachait de lourds secrets ?

Dans le lit d’un ennemi, Mary Wine, J’ai Lu : Helena Knyvett a beau être fille de comte, elle n’est qu’une marionnette entre les mains de son frère Edmund qui se sert d’elle pour se placer auprès du roi d’Angleterre et n’hésite pas à la frapper lorsqu’elle refuse d’obéir. Un soir, afin de se jouer d’un diable d’Écossais, Edmund joue sa sœur aux cartes. S’il est vrai que Keir McQuade détonne parmi les muscadins pommadés de la cour, Helena reconnaît tout de suite en lui un cœur loyal et honorable. Déjouant les manigances perfides de son frère, elle accepte de suivre Keir dans son fief écossais de Red Stone. Là-bas, elle va découvrir la volupté dans les bras du guerrier, mais Edmund, furieux de s’être fait doubler, ne compte évidemment pas en rester là.

Journal intime d’une duchesse tome 3, Dahlia, Karen Hawkins, J’ai Lu : Redoutable marieuse, Sa Grâce la duchesse de Roxburghe s’apprête cette fois à relever un défi de taille. En effet, lord Alasdair Kirk souhaiterait faire sa cour à Mlle Dahlia Balfour, mais il cumule les handicaps. Tout d’abord, il est balafré et boiteux depuis l’accident qui a coûté la vie à sa première épouse. De plus, il a les manières déplorables d’un rustre. Surtout, Dahlia le déteste. Qu’importe ! décrète lord Kirk, qui ne veut pas entendre parler d’amour mais de « compatibilité ». La duchesse insiste : la jeune fille est romantique. Pour la conquérir, il doit se montrer raffiné. Et le reste, promis, elle en fait son affaire…

Le bien-aimé, Danielle Harmon, J’ai Lu : En pleine révolution américaine, Amy mène une existence morne entre son père, le révérend Leighton, et ses deux pimbêches de demi-sœurs. Elle ne rêve que de voyages et d’aventuriers chevaleresques. Des aspirations irréalistes que ses sœurs ne se privent pas de railler. Un jour, son frère Will ramène du champ de bataille un officier anglais moribond qui, contre toute attente, survit à ses blessures. C’est un ennemi, fidèle au roi d’Angleterre, pourtant le cœur d’Amy bat la chamade. Hélas, dans son délire, le beau capitaine a prononcé le prénom d’une autre femme !

Indécent secret, Lisa Renee Jones, J’ai Lu : Lauren, fille du sénateur Reynolds et membre du bureau du procureur, est habituée à gérer des affaires délicates. Toutefois, depuis plusieurs semaines, elle sent comme une menace qui pèse sur elle, une soudaine tension qui l’entoure. D’ailleurs, ces appels anonymes qu’elle reçoit, qui lui laissent percevoir pour seuls sons les tic-tac d’une horloge, ne sont pas pour la rassurer. Mais sa récente rencontre avec le séduisant Royce Walker tombe à pic. Ancien agent du FBI et désormais directeur d’une société de sécurité en partenariat avec ses frères, Royce pourrait bien incarner le rôle du protecteur idéal…

Le plus doux des trophées, Jennifer Apodaca, J’ai Lu : Lorsque la porte de la clinique vétérinaire s’ouvre, le Dr Megan Young se fige. L’homme qui entre, portant dans ses bras un labrador blessé, n’est autre qu’Adam Waters. Celui qui par deux fois lui a brisé le cœur. Lorsqu’à la fin du lycée il a quitté Raven’s Cove pour intégrer le corps des Marines ; et trois ans auparavant, quand, après avoir passé la nuit avec elle, il est reparti une fois encore en annonçant qu’il ne reviendrait jamais. Megan se retrouve face à un dilemme torturant : retomber dans les bras de cet homme qu’elle aime mais qui ne cesse de la faire souffrir ou le repousser afin de préserver son secret : leur fils Cole, un petit bonhomme de trois ans qui est devenu toute sa vie… Ces retrouvailles grâce à Ellie, la douce chienne qu’Adam a récupérée sur la chaussée, seront-elles le préambule à un nouveau départ ?

Aristote et Dante découvrent les secrets de l’univers, Benjamin Alire Saenz, PKJ : Ari, quinze ans, est un adolescent en colère, silencieux, dont le frère est en prison. Dante, lui, est un garçon expansif, drôle, sûr de lui. Ils n’ont a priori rien en commun. Pourtant ils nouent une profonde amitié, une de ces relations qui changent la vie à jamais… C’est donc l’un avec l’autre, et l’un pour l’autre, que les deux garçons vont partir en quête de leur identité et découvrir les secrets de l’univers.

Publicités

2 thoughts on “Parutions de la semaine – 15/06/2015

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s