Parutions de la semaine – 01/06/2015

Chaque dimanche, je vais faire un point sur les sorties de la semaine qui m’intéressent, en m’aidant du Livres Hebdo si j’arrive à l’avoir à temps ou en allant sur les sites des éditeurs que je suis.

Pandemia, Franck Thilliez, Fleuve noir : « L’homme, tel que nous le connaissons, est le pire virus de la planète. Il se reproduit, détruit, épuise ses propres réserves, sans aucun respect, sans stratégie de survie. Sans nous, cette planète court à la catastrophe. Il faut des hommes purs, sélectionnés parmi les meilleurs, et il faut éliminer le reste. Les microbes sont la solution. » Après Angor, une nouvelle aventure pour l’équipe de Franck Sharko et Lucie Henebelle, renforcée en coulisses par la jeune et courageuse Camille. Et l’enjeu est de taille : la préservation de l’espèce humaine.

The Mortal Instruments tome 6, Cassandra Clare, PKJ : Les ténèbres s’abattent sur le Monde Obscur. Le chaos et la destruction se propagent à une vitesse terrifiante. Clary, Jace, Simon et leurs compagnons rassemblent leurs forces pour faire face au démon le plus puissant qu’ils aient jamais affronté : Sébastien, le frère de Clary. Rien ne semble pouvoir l’arrêter. L’unique espoir de l’anéantir se trouve au coeur du Royaume des Démons. Mais, pour les Chasseurs d’Ombres, ce voyage exige de lourds sacrifices. La quête s’annonce plus difficile que jamais…

Hunger Games tome 1, Suzanne Collins, PKJ : Dans un futur sombre, sur les ruines des États-Unis, un jeu télévisé est créé pour contrôler le peuple par la terreur. Douze garçons et douze filles tirés au sort participent à cette sinistre téléréalité, que tout le monde est forcé de regarder en direct. Une seule règle dans l’arène : survivre, à tout prix. Quand sa petite sœur est appelée pour participer aux Hunger Games, Katniss n’hésite pas une seconde. Elle prend sa place, consciente du danger. À seize ans, Katniss a déjà été confrontée plusieurs fois à la mort. Chez elle, survivre est comme une seconde nature…

Hunger Games tome 2, Suzanne Collins, PKJ : Après le succès des derniers Hunger Games, le peuple de Panem est impatient de retrouver Katniss et Peeta pour la Tournée de la victoire. Mais pour Katniss, il s’agit surtout d’une tournée de la dernière chance. Celle qui a osé défier le Capitole est devenue le symbole d’une rébellion qui pourrait bien embraser Panem. Si elle échoue à ramener le calme dans les districts, le président Snow n’hésitera pas à noyer dans le sang le feu de la révolte. À l’aube des Jeux de l’Expiation, le piège du Capitole se referme sur Katniss…

Hunger Games tome 3, Suzanne Collins, PKJ : Contre toute attente, Katniss a survécu une seconde fois aux Hunger Games. Mais le Capitole crie vengeance. Katniss doit payer les humiliations qu’elle lui a fait subir. Et le président Snow a été très clair : Katniss n’est pas la seule à risquer sa vie. Sa famille, ses amis et tous les anciens habitants du district Douze sont visés par la colère sanglante du pouvoir. Pour sauver les siens, Katniss doit redevenir le geai moqueur, le symbole de la rébellion. Quel que soit le prix à payer.

La chute de Kalona, P. C. et Kristin Cast, PKJ : Les ténèbres qui enveloppent le passé de Kalona se dissipent enfin. Le sombre immortel n’a pas toujours été un traître, ni un monstre sans honneur. Au commencement, Kalona était un des protecteurs de la déesse Nyx, un fidèle guerrier. Au commencement, son coeur battait pour elle… Tout comme celui d’Érebus, son frère jumeau. Mais la déesse n’avait besoin que d’un seul gardien…

La maison de la nuit tome 6, P. C. et Kristin Cast, PKJ : Zoey est de nouveau le sujet des visions d’Aphrodite : elle doit se tenir à l’écart de Kalona, l’ange déchu. Mais elle est aussi la seule à pouvoir l’anéantir. Comment la jeune prêtresse va-t-elle concilier ce combat et sa vie amoureuse agitée ? Car jongler entre trois prétendants est très compliqué. Surtout lorsque l’un d’eux s’avère être un combattant diablement sexy, capable de déchiffrer ses sentiments. Sans oublier la force malfaisante qui hante les tunnels de Tulsa… Zoey saura-t-elle faire face à tous ces bouleversements ?

Les filles au chocolat tome 3.5 Cœur salé, Cathy Cassidy, PKJ : Je m’appelle : Shay Fletcher Mon âge : 15 ans Je suis : passionné de musique Mon style : bonnet mou et tee-shirts de surfeur J’aime : Cherry Costello Je rêve : de devenir chanteur professionnel Mon problème : Cherry pense que je suis toujours amoureux de Honey, mon ex…

Uglies tome 3, Specials, Scott Westerfeld, PKJ : Les Specials : ce nom faisait frissonner Tally lorsqu’elle n’était qu’une Ugly insoumise et repoussante. Et voilà qu’après une nouvelle opération, elle est devenue une Special à son tour ! Pourtant, la jeune fille ne peut s’empêcher de penser à son ancienne vie. Alors, le jour où les Autorités lui demandent d’éliminer les rebelles de La Nouvelle-Fumée, un choix douloureux s’impose à elle : doit-elle écouter la petite voix de sa conscience ou mener à bien la mission cruelle pour laquelle elle a été conçue ? Quelle que soit sa décision, le monde de Tally ne sera plus jamais le même…

Beautiful Player, Christina Lauren, Pocket

Nuit de noces à Ikonos, Sophie Kinsella, Pocket

Orange is the new black, Piper Kerman, Pocket : Piper Kerman est une jeune femme ordinaire : un emploi, un compagnon, une famille aimante. Elle est très loin de l’intrépide étudiante qui a livré une valise d’argent sale dix ans plus tôt. Mais le passé la rattrape : condamnée à quinze mois de prison, elle devient le matricule 11187-424. Rien ne l’a préparée aux surveillants abjects ou indifférents à sa souffrance, aux douches crasseuses, à la promiscuité et à la solitude. Ni aux rencontres avec les autres détenues, amies ou ennemies, féroces ou résignées. C’est ce monde humiliant et déshumanisant qu’elle décrit ici. Elle parvient cependant à surmonter cette épreuve, à résister au désespoir, à contourner les règles de la prison. Déchirant, drôle et révoltant, le récit de Piper Kerman a inspiré la série télévisée du même nom.

D., Robert Harris, Pocket : Par un froid matin de janvier 1895, on dégrade un traître à l’École Militaire. Partout, des cris : « À mort le Juif ! » Sur le visage d’Alfred Dreyfus, accusé d’espionnage et à qui l’honneur vient d’être enlevé, rien ne se lit. Pour chacun ici présent, l’affaire est close. Mais pour Georges Picquart, elle ne fait que commencer. Promu à la tête de la section de statistique, celle-là même qui confondit Dreyfus, le colonel met au jour faille sur faille dans le dossier. Sa conviction d’homme d’honneur ? Un innocent croupit sur l’Île du diable. Contre les préjugés, contre l’Armée, contre un pays tout entier, Picquart s’entête dès lors à faire surgir l’indicible vérité…

La lionne, Katherine Scholes, Pocket : Emma Lindberg, brillante biologiste, quitte son laboratoire australien pour une mission en Tanzanie. À peine est-elle arrivée que la station est frappée par un drame : les chameaux de Laura, une infirmière itinérante qui sillonne la brousse avec sa fille Angel, sont revenus seuls. Avec l’aide de Daniel, un médecin massaï, Emma se lance alors à la recherche des disparues, au cœur des étendues sauvages et dangereuses de la savane. Lorsqu’elle découvre des traces de pas au milieu des empreintes d’une lionne et de ses petits, elle comprend que cette aventure va la mener bien plus loin qu’elle ne le pensait…

Le cercle Pouchkine, Simon Sebag Montefiore, Pocket : Moscou, 24 juin 1945. La Russie est en liesse. L’ennemi nazi est vaincu. Mais Sérafima s’en moque. L’adolescente ne pense qu’à son amour secret et à ses amis, les membres du Cercle Pouchkine. Jeunes, insouciants, épris de littérature, ils ont passé un pacte : vivre pour l’amour et le romantisme. Soudain, deux coups de feu retentissent. Sur un pont proche du Kremlin gisent les corps de deux lycéens, signataires du Cercle… Emportés dans la tourmente d’une chasse aux sorcières menée par Staline lui-même, Sérafima et ses camarades trouveront-ils une autre issue que la trahison ?

Une lettre de vous, Jessica Brockmole, Pocket : 1912. Sur la petite île de Skye au large de l’Écosse, la poétesse Elspeth Dunn reçoit la lettre d’un admirateur, David Graham, un étudiant américain. Au fil de leur correspondance, sans jamais s’être rencontrés, les deux jeunes gens se lient d’une intense amitié, qui ne demande qu’à devenir amour… 1940. À Edimbourg, alors que la guerre fait rage, Margaret découvre dans la maison familiale une pile de courrier adressé à une certaine Sue. Le lendemain, après une sombre dispute, sa mère disparaît. Avec pour seul indice une lettre écrite en 1915, Margaret va tenter de la retrouver et lever le voile sur les mystères qui entourent sa vie.

Le réveil du cœur, François d’Epenoux, Pocket : Depuis la naissance de son petit-fils, Malo, le Vieux n’est pas franchement en odeur de sainteté dans la famille. Nanti d’un caractère de cochon et d’une allergie totale à la modernité, bloqué à jamais dans les Trente Glorieuses, il désapprouve à peu près tout ce qui constitue la vie de Jean, son fils, y compris le choix de sa compagne, avec laquelle le Vieux est incapable d’échanger trois mots. Jusqu’à ce mois d’août où, en désespoir de cause, on lui confie la garde de Malo… Entre le petit garçon de 6 ans et le vieillard irascible, le réveil du cœur a sonné.

Les arbres voyagent la nuit, Aude Le Corff, Pocket : Chaque jour, Anatole s’interroge. Que peut bien raconter cette fillette, sous le bouleau de la cour de l’immeuble, aux fourmis et aux chats ? Un soir, Le Petit Prince à la main, le vieux professeur de français se résout à l’approcher : « Tu connais ? » Manon, huit ans, n’hésite pas longtemps. Depuis que sa mère est partie, elle n’a plus grand monde à qui parler. Peu à peu, leurs solitudes s’apprivoisent. Et leur drôle d’amitié, née dans un bout de jardin, n’en est qu’au début de leur bout de chemin…

Wave, Sonali Deraniyagala, Pocket : Ce 26 décembre 2004, la vague a tout emporté. Ses parents, son mari et leurs deux garçons. Après le tsunami, dans les décombres de la côte sri lankaise, Sonali Deraniyagala se débat avec l’évidence. Les minces espoirs. Les vérités brutales. Comment vivre encore, quand on a tout perdu ? Entendre un oiseau sans penser à ses fils, Vikram et Malli ? Marcher sur la plage au petit matin, sans Steve ? Lire une date d’anniversaire sans que les souvenirs vous déchirent ? Pourquoi continuer ? Pour qui ? Sinon pour écrire et, peut-être, leur redonner la vie ?

Envoûtements, Sylvia Day, Pocket : C’est immédiat. Magnétique. Lorsque Max Westin entre dans une pièce, les raisons chavirent, les cœurs s’emballent, les corps s’enflamment. Cet homme est un Chasseur. Le meilleur. Victoria le sent bien : l’adversaire sera de taille. Elle qui, depuis longtemps, ne s’est plus laissée ensorceler, lutte à présent contre elle-même. Comment résister à la domination quand tout en soi la réclame ?

C’est elle !, Danny Wallace, Pocket : De commun avec la star de la série Beverly Hills, Jason Priestley n’a que le nom. Sa vie n’a rien d’un feuilleton américain. Depuis sa rupture douloureuse avec Sarah, il vit en colocation avec un fou de jeux video et peine à lancer sa carrière de journaliste. La partie est loin d’être gagnée. Jusqu’au jour où, au détour de Charlotte Street, il a le coup de foudre pour une inconnue qui s’engouffre dans un taxi. Mais d’elle, il n’a ni le nom ni le numéro de téléphone. Son seul indice : un appareil photo jetable qu’elle a laissé tomber. De cliché en cliché, il se lance dans un véritable jeu de piste pour la retrouver…

BM Blues, Françoise Bourdin, Pocket : Deux hommes dans l’habitacle feutré d’une puissante voiture. L’un conduit, souvent en silence. L’autre se laisse porter, et s’emporte régulièrement. Le calme et le volubile. Chacun son passé, ses secrets, ses failles. Chacun son histoire. Qu’ils vont bientôt apprendre à partager…

Le bonheur côté pile, Seré Prince Halverson, Pocket : Depuis trois ans, Ella mène une vie heureuse en Californie avec son mari, Joe, père de deux enfants qu’elle élève comme les siens. Et puis l’orage retentit. Parti travailler dans leur belle épicerie familiale, comme tous les matins, Joe est victime d’un accident. Il ne reviendra pas. Ella devra désormais accepter la perte de l’homme de sa vie, et tenter de garder les enfants dont la mère biologique, absente depuis des années, vient de réapparaître. Mais le ciel de Californie n’est pas fait pour les nuages. Ella, seule contre tous, va se battre et choisir de donner au bonheur un nouveau départ.

Les lunes de Mir Ali, Fatima Bhutto, Pocket : Mir Ali, petite ville rebelle du Pakistan, à la frontière de l’Afghanistan, premier jour de l’Aïd. Au cours d’une matinée cruciale se joue le destin d’une famille dans un univers de feu et de sang.
Trois frères aux trajectoires opposées : l’aîné a rejeté son pays pour le rêve américain, le deuxième a opté pour la neutralité en devenant médecin à Mir Ali, le benjamin poursuit la lutte de son père pour l’indépendance.
Au centre de leurs vies, deux femmes. L’une, engagée dans la rébellion, est prête à tout pour défendre son combat. L’autre, épouse du médecin, a sombré après la mort de leur fils tué dans un attentat.
Au fil des heures qui s’écoulent, leurs choix, leurs erreurs et leurs sacrifices vont les rapprocher ou les séparer définitivement…

Les femmes sont des maîtresses comme les autres, Guillaume Chérel, Pocket : « L’amant qui n’est pas tout… n’est rien », écrivait Balzac. Jérôme en fait l’amère expérience, lorsqu’il reçoit des nouvelles, via Facebook, de son premier amour, Ava, une rousse explosive perdue de vue trente ans plus tôt. Le quadragénaire retrouve sa belle… mariée et mère de famille. Il devient son amant. Euphorie des retrouvailles, frustration de l’attente, Ava joue avec le feu. Cet amour surgit du passé aura-t-il un avenir ?

Wild Season saison 2, Dirty Rowdy Thing, Christina Lauren, Hugo : « Coucher avec son ex, c’est ennuyeux, à moins de tomber amoureux pour de bon. » Contrairement à ses meilleures amies, Mia et Lola, Harlow Vega est connue pour flirter en permanence. En un week-end à Las Vegas, elle a le temps d’épouser un robuste pêcheur canadien au charme ravageur, Finn Roberts, et d’éprouver ses dons particuliers à l’horizontale –; ses mains musclées, ses lèvres, son corps tout entier… Bref, Finn est l’homme idéal. À un détail près : tout était facile, torride et excitant jusqu’à ce qu’il retourne travailler dans son lointain Canada. Harlow n’est pas prête pour une relation suivie mais leurs retrouvailles pleines de tension sexuelle leur permettant à tous les deux d’échapper à la réalité. Ni l’un ni l’autre ne sait comment gérer cela. Une nuit ensemble, puis une autre, et le mystérieux voyage d’affaires de Finn se prolonge pendant des semaines. Ils sont d’accord sur un point : aucune limites au lit, mais très rapidement, leur plan-cul commence à ressembler à une vraie relation. Et pour deux accros du contrôle, le dernier plongeon est le plus difficile.

La torche ardente, Paul Doherty, 1018 : Londres, février 1381. La capitale est immobilisée sous l’emprise d’un des hivers les plus durs de son histoire. Les impôts toujours croissants exigés par le Régent, Jean de Gaunt, suscitent de plus en plus de ressentiment de la part des citadins défavorisés. Jusqu’à ce que le mécontentement dégénère en un massacre sanglant… Dans une somptueuse taverne de Southwark, La Torche ardente, neuf personnes, dont les collecteurs d’impôts de Gaunt, leur escorte militaire et les prostituées chargées de les divertir, sont brutalement assassinés. Le Régent, furieux, ordonne à frère Athelstan de faire le jour sur cette affaire. Car non seulement le coffre aux trésors de Gaunt a été volé, mais il a des raisons de croire qu’un espion français s’est infiltré parmi eux. Et on rapporte aussi la présence à Londres d’un assassin professionnel, Beowulf, qui a juré vengeance contre Gaunt et ses sbires…

Passé imparfait, Julian Fellowes, 1018 : Une invitation de Damian Baxter ? Voilà qui est inattendu ! Cela fait près de quarante qu’ils sont fâchés ! Inséparables durant leurs études à Cambridge, leur indéfectible amitié s’est muée en une haine féroce, suite à de mystérieux événements survenus lors de vacances au Portugal en 1970. Après de déconcertantes retrouvailles, la révélation tombe : riche, à l’article de la mort, Damian charge le narrateur, sur la foi d’une lettre anonyme, de retrouver parmi ses ex-conquêtes – six jeunes filles huppées qu’ils fréquentaient alors – la mère de son enfant. Un voyage vers le passé plein de fantômes et de stupéfiantes révélations… Avec une verve élégante, le créateur de la série Downton Abbey signe un portrait au vitriol de l’aristocratie anglaise bousculée par les sixties.

Le disciple, Hjorth et Rosenfeldt, 1018 : À Lärjungen, une atroce série de meurtres visant des femmes a été commise. Lorsque Sebastian Bergman s’empare du dossier, il se rend compte que l’assassin reproduit exactement la façon de procéder d’Edward Hinde, un serial killer manipulateur et cruel qu’il a lui-même mis derrière les barreaux quelques années auparavant. Pour Sebastian Bergman il s’agit d’un imitateur. Malgré son comportement très peu professionnel et son arrogance lors de sa précédente enquête, le profiler est quand même réintégré dans son ancienne équipe et va devoir affronter la rancœur de ses collègues. En progressant dans l’enquête, Bergman comprend que toutes les victimes ont un rapport avec lui : l’affaire devient alors personnelle, le mettant lui et ses proches en grand danger.

Les doutes de Salaï, Monaldi et Sorti, 1018 : 1501. Salaï, chapardeur, séducteur gourmand et incorrigible menteur, arrive à Rome avec son père adoptif, peintre et architecte sans cesse à court d’argent et de reconnaissance, l’esprit encombré d’inventions improbables, un certain Léonard de Vinci. Un mystérieux et puissant seigneur de Florence a chargé Salaï d’espionner son vieux maître et de lui rapporter chaque jour, par lettres, ses moindres faits et gestes. D’abominables rumeurs sur le pape et la mort horrible d’un écrivain entraînent les deux protagonistes sur les traces d’un étrange cercle d’Allemands et d’Alsaciens. Prélats, banquiers et lettrés, ils préparent, depuis Rome, à coups de contrefaçons et de faux documents, une révolution sans précédent dans la chrétienté.

De si jolies ruines, Jess Walter, 1018 : 1962, Italie. Évadée du tournage de Cléopâtre pour « raison de santé », la starlette américaine Dee Moray se réfugie à Porto Vergogna. Pasquale, patron de l’unique hôtel du village, est aussitôt conquis. Mais pistée par son infâme producteur et l’acteur Richard Burton, amant de Liz Taylor, la belle déchaîne une tempête de passions qui va bousculer et lier à jamais leurs destins… Tissant sur un demi-siècle les vies échevelées de ses héros, folle épopée amoureuse et satire décapante du show-business, Jess Walter signe un roman élégant et enchanteur.

En cas de forte chaleur, Maggie O’Farrell, 1018 : Juillet 1976. Dans un Londres caniculaire, l’ambiance est lourde chez les Riordan. Robert, le père, disparait sans prévenir et laisse sa femme, Gretta dans l’incompréhension. Réunis autour de leur mère, les enfants tentent de retisser des liens distendus et de comprendre. Et si sa disparition était la clé d’un mystère familial encore plus grand, protégé depuis de longues années ? Entre Londres, New-York et un village d’Irlande, Maggie O’Farrell dresse avec délicatesse et justesse le portrait d’une famille suffocant sous le poids de la chaleur et des non-dits.

Hacker, Meredith Wild, Michel Lafon : Erica Hathaway n’a pas de temps à consacrer aux hommes. À peine sortie d’Harvard, elle compte bien réussir sa carrière professionnelle grâce à son site Internet dédié à la mode. Très déterminée, elle présente son projet devant plusieurs investisseurs. Mais Erica a tout prévu saufun détail : Blake Landon. Millionnaire, arrogant, sublime. Après une réunion électrique et mouvementée, Blake ne lui cache pas à quel point il la veut. Tout de suite. Et Blake n’a pas l’habitude de demander, il se sert… Entre ses ambitions professionnelles et son désir inavouablepour cet homme qui peut mettre son avenir en danger, Erica saura-t-ellefaire le bon choix? D’autant que l’un et l’autre cachent des secrets sur leur passé qui pourraient rendre leurs rapports explosifs. Ou carrément torrides… OSERA-T-ELLE S’ABANDONNER ?

Qu’il est bon d’être mauvais, L’Odieux Connard, Points : « Qu’il est bon d’être mauvais ». C’est le credo de l’Odieux Connard dont le blog compte déjà près de 4 millions de lecteurs. Dans cet ouvrage, il persiste à signer des spoilers de films, tels Twilight en deux minutes, mais il s’interroge aussi sur des questions beaucoup plus pratiques : Comment parler le jeune ? Comment survivre au monde hostile d’une grande surface ? Faut-il coucher le premier soir ? Ce livre est composé aux deux tiers de textes totalement inédits et d’articles cultes du blog, comme l’art mystérieux du selfie ou la page Facebook d’Hitler.L’Odieux Connard est un être maléfique mais terriblement attachant que l’on reconnaît à sa cravate rouge, et à son cynisme légendaire.

L’invité du soir, Fiona McFarlane, Points : « Ruth s’est réveillée à quatre heures du matin et son cerveau endormi lui a murmuré : « Tigre ». »
Ruth Fields a 75 ans et vit seule avec ses chats, dans une maison isolée de la côte australienne. Sa santé décline, mais elle tient à son indépendance. La vie s’écoule lentement, bercée par le rythme des vagues et le bruit du vent. Mais certaines nuits, Ruth entend un tigre rugir dans son salon. Est-elle en train de perdre la tête ? Ou est-ce une manigance de Frida, l’aide-ménagère depuis peu à son service ? À mesure que surgissent de troublants détails, chacune des deux femmes va s’accuser d’être une menace pour l’autre, et l’on ne sait à qui se fier. Tout cela finira mal, c’est certain.
L’Invité du soir est un huis-clos à l’ambiance hitchcockienne, où « l’inquiétante étrangeté » règne en maître. Au fil d’un suspens implacable, Fiona McFarlane esquisse un émouvant portrait du dernier âge de la vie, et interroge l’origine de nos peurs.

7 années de bonheur, Etgar Keret, Points : Si une roquette peut nous tomber dessus à tout moment, à quoi bon faire la vaisselle ? Et les oiseaux du jeu Angry Birds, lancés à pleine vitesse sur de frêles maisons, ne ressemblent-ils pas à de furieux terroristes ? Avec une ironie hors du commun, Etgar Keret relate sept années de sa vie à Tel-Aviv : la naissance de son fils, l’histoire de sa soeur ultra-orthodoxe et de ses onze enfants, les chauffeurs de taxi irascibles, ses parents rescapés de l’Holocauste, les tournées littéraires mouvementées, et l’attitude peu banale qu’il convient d’adopter lors d’une alerte à la bombe. Etgar Keret offre dans ces chroniques intimes une étonnante radiographie de ses contemporains, où l’émotion et l’humour se conjuguent à tous les temps de l’insolence.

Retour à Niceville, Carsten Stroud, Points : Nick Kavanaugh, ancien des Forces spéciales désormais flic coriace de la police du comté, et Kate, sa femme avocate, sont devenus les tuteurs de Raincy Teague, 10 ans, orphelin au passé obscur. Alors que de mystérieuses forces du mal manipulent l’enfant pour qu’il sème la désolation autour de lui, l’enquête criminelle sur le braquage meurtrier de la First Third Bank se poursuit. Un dangereux suspect s’enfuit à la faveur de son transfert en prison, l’avion qui transportait une bande d’espions chinois se crashe en plein vol, et un mafieux trouve la mort lors d’une fusillade dans un grand magasin… Ces péripéties ne sont rien, toutefois, au regard des épisodes surnaturels et glaçants qui ébranlent cette petite ville du Sud, par ailleurs si charmante. Dans ce roman haletant à la croisée des genres, les scènes d’action spectaculaires se succèdent à un rythme effréné, faisant de Retour à Niceville un thriller cinématographique à vous donner la chair de poule.

Une si troublante attention, Cora Carmack, La Martinière : S’envoler pour l’Europe à la fin de ses études, sans responsabilités, sans parents… Le rêve ! C’est en tout cas ce que se répète Kelsey Summers pour s’en convaincre. Pourtant, très vite, la fête, l’alcool et les garçons ne parviennent plus à combler le vide qu’elle ressent. Alors le soir où son regard croise celui du beau Jackson Hunt, Kelsey pense apporter un peu de piquant à ses vacances. Contrairement aux autres garçons, celui-ci garde ses distances, et pour Kelsey, aucun défi n’est plus tentant ! Amoureuse, Kelsey ? Jamais ! Et pourtant…

Mêmes les stars aiment les sardines à l’huile, Maïa Brami, La Martinière : Pendant son stage à la rédaction d’un journal féminin, Douce, lycéenne de quinze ans, rencontre sa chanteuse préférée. Mais celle-ci s’avère être bien différente de son image de star…
Alors que ses copines sont en vacances, Douce fait un stage dans le magazine féminin d’une amie de sa mère. Hélas, le journal est en difficulté et l’ambiance est désastreuse. Livrée à elle-même, Douce est un peu perdue et démoralisée.
À sa demande, on finit par lui confier la rédaction de psychotests pour le site internet bien que les journalistes les méprisent et les rendent responsables de tous les maux…
Son stage prend une nouvelle tournure quand, par hasard, elle rencontre Amira, sa star préférée, effondrée, en pleine crise de déprime. Mais les stars sont des gens très spéciaux et Douce n’est pas au bout de ses surprises…

Papillon de nuit, R. J. Ellory, Sonatine : Après l’assassinat de Kennedy, tout a changé aux États-Unis. La société est devenue plus violente, la musique plus forte, les drogues plus puissantes. L’Amérique a compris que si une puissance invisible pouvait éliminer leur président en plein jour, c’est qu’elle avait tous les pouvoirs. C’est dans cette Amérique en crise que Daniel Ford a grandi. Et c’est là, en Caroline du Sud, qu’il a été accusé d’avoir tué Nathan Vernet, son meilleur ami. Nous sommes maintenant en 1982 et Daniel est dans le couloir de la mort. Quelques heures avant son exécution, un prêtre vient recueillir ses dernières confessions. Bien vite, il apparaît que les choses sont loin d’être aussi simples qu’elles en ont l’air. Récit d’un meurtre, d’une passion, d’une folie, ce roman nous offre une histoire aussi agitée que les années soixante…

Aveuglé, Stona Fitch, Sonatine : Bruxelles. Après un dîner d’affaires, Elliott Gast, économiste américain sans histoires, se fait kidnapper. Il se retrouve enfermé dans un appartement anonyme, sans aucun contact avec ses ravisseurs. Elliott pense d’abord que c’est une erreur. Qu’on l’a pris pour quelqu’un d’autre. Rien en effet dans son existence ne peut motiver un tel acte. Il n’est pas spécialement riche, il ne fait pas de politique, il n’est pas célèbre, c’est un homme dans la foule. Alors pourquoi s’en prendre à lui ? Lorsque, enfin, ses ravisseurs lui révèlent la vérité, elle apparaît plus atroce que tout ce qu’il a pu imaginer : ceux-ci savent tout de lui et ont décidé, pour des raisons bien précises, d’en faire la proie d’une expérience interactive et voyeuriste d’une cruauté sans précédent. Roman culte dans les pays anglo-saxons, Stona Fitch décrit un monde où terrorisme, vie privée et voyeurisme sont étroitement liés, un monde où la compassion n’a presque plus sa place.

Let the sky fall, Shannon Messenger, Lumen : Personne ne s’explique que Vane Weston ait pu survivre, enfant, à l’ouragan qui a tué ses parents. À son réveil, étendu parmi les débris laissés par le passage de la tempête, il n’avait pas le moindre souvenir de son passé – à l’exception du beau visage d’une fillette ballotée par les vents. Malgré les années qui passent, elle rend de temps en temps visite en rêve au jeune homme, qui s’accroche à l’espoir qu’elle ne soit pas qu’un fantôme. Il ne croit pas si bien dire. L’inconnue, Audra, est un être de chair et de sang, mais elle n’a rien d’humain. C’est une sylphe, une créature liée au vent, qu’elle sait manipuler pour voler dans les airs, transmettre des messages ou livrer bataille. Sa mission ? Le protéger. Malheureusement, l’histoire se répète : une maladresse et Audra révèle à leur pire ennemi l’existence de Vane. Celle qui vient peut-être de causer sa mort est aussi son seul espoir de survie : le jeune homme n’a que quelques jours pour comprendre qui il est vraiment ou c’est la mort qui l’attend. Les nuages s’amassent à l’horizon, et un vent mauvais balaie les sables du désert… Survivront-ils à l’orage qui se lève à l’horizon ? Retrouvez la patte unique de Shannon Messenger, de dialogues malicieux en scènes d’affrontements homériques, pour une histoire fantastique où brille une fois encore son immense inventivité.

Les vacanciers, Emma Straub, Presses de la cité : C’est l’été, New York est une véritable fournaise mais Franny Post a tout organisé pour quitter Manhattan avec son mari et sa fille Sylvia. Direction Majorque pour quinze jours de rêve. Le prétexte officiel de ces vacances idylliques ? Fêter les trente-cinq ans de mariage du couple et récompenser Sylvia pour son diplôme de fin d’études. Ce sera aussi l’occasion de revoir Bobby, l’aîné de la fratrie installé à Miami avec sa compagne, Carmen. Le soleil, les plages paradisiaques, la bonne nourriture et une somptueuse villa perchée un peu à l’écart sur une montagne promettent une échappatoire aux tensions latentes du quotidien. Pourtant, rien ne se passe comme prévu. Les soucis et les secrets ne restent pas longtemps tapis dans les bagages…

Le cercle de Dinas Bran, Presses de la cité : Victime du tsunami de 2004, Anna Jensen a été déclarée cliniquement morte pendant quelques instants. Depuis elle est hantée, la nuit, par d’angoissantes visions de l’enfer, et par l’image d’une femme mourant dans d’atroces souffrances. Aidée par Will Aberdeen, journaliste new-yorkais enquêtant sur les expériences de mort imminente, elle cherche à comprendre le sens de ses cauchemars. Au fil de sa quête, elle découvre qu’elle est la réincarnation d’une jeune femme recluse dans un couvent au XVIIIe siècle. Celle-ci fut enterrée vivante dans le jardin du château de Trécesson, à proximité de la forêt de Brocéliande, pour avoir protégé un objet d’une valeur inestimable pour qui savait s’en servir… le chaudron de Gundestrup. Grâce à un journal de bord ayant appartenu au capitaine de Trécesson, Will – son descendant – et Anna se lancent sur les traces d’un secret ancestral, mêlant magie druidique et secrets ésotériques. Du tremblement de terre de Lisbonne en 1755 à Paris de nos jours, en passant par la Bretagne et le pays de Galles, traqués par de mystérieux tueurs professionnels, leur soif de vérité va rapidement se transformer en course contre la mort.

Les monstres, Lauren Beukes, Presses de la cité : Depuis qu’elle travaille à Detroit, département des Homicides, l’inspectrice Gabriella Versado ne s’était jamais trouvée face à une telle monstruosité : un jeune garçon mutilé, le haut de son corps mêlé aux membres inférieurs d’un cerf. Profondément remuée, Gabi se lance à la recherche du macabre sculpteur. Pendant ce temps, sa fille, Layla, qu’elle délaisse trop souvent, se met en tête de débusquer des pervers sur Internet avec sa meilleure amie. Sa mère ne se doute pas un instant que l’adolescente est à deux doigts de tomber entre les mains du psychopathe, un fou qui se rêve artiste… Lauren Beukes construit avec virtuosité une intrigue policière qui nous dévoile le destin d’une poignée de personnages perdus dans la vie, errant dans une métropole en plein déclin. Bienvenue à Murder City.

16 ans après, David Ellis, Le Cherche midi : 1989. Six jeunes filles sont assassinées sur le campus d’une petite ville américaine. Paul Riley, jeune assistant du procureur, mène une enquête efficace qui le conduit vite au coupable. Preuves accablantes, absence d’alibi, aveux… l’assassin est condamné à mort. 2005.Paul Riley travaille désormais pour un important cabinet privé d’avocats d’affaires dirigé par Harland Bentley, dont la fille faisait partie des victimes du campus. Lorsqu’une nouvelle vague de crimes endeuille la ville, Riley, troublé, ne peut s’empêcher de faire le lien avec l’affaire qui l’a rendu célèbre seize ans plus tôt. Avait-il alors fait fausse route ? L’homme qu’il a fait exécuter était-il vraiment le coupable ? Tiraillé par le doute, il reprend son enquête de l’époque. Un élément crucial n’aurait-il pas été négligé ? Or, les secrets sont nombreux autour de lui et, semble-t-il, personne n’a intérêt à le voir ainsi remuer le passé…

La conspiration, Maggie Hall, Robert Laffont : Une énigme millénaire. Des indices aux quatre coins du globe. Une destinée extraordinaire. Ils ont le pouvoir de faire fermer Prada pour une session shopping privée. Mais aussi celui de déclencher une nouvelle guerre mondiale. C’est cette incroyable famille qu’Avery West se découvre à dix-sept ans. Ses membres appartiennent à une redoutable société secrète, le Cercle, qui voit en Avery la clé d’une prophétie millénaire. Écartelée entre des factions rivales, Avery va devoir lever le voile sur l’énigme de ses origines. Accompagnée de deux garçons du Cercle, le beau Stellan à l’humeur changeante et le ténébreux Jack, elle se lance dans une quête qui va la mener du musée du Louvre aux bazars d’Istanbul. Au coeur de la conspiration, Avery va devoir choisir entre sa liberté et sa famille, mais aussi entre le garçon qui pourrait l’aider à sauver l’humanité et celui qui fait battre son coeur. Le premier tome d’une trilogie best-seller aux États-Unis, à la croisée de La Sélection et du Da Vinci Code !

La lettre de Queenie, Rachel Joyce, XO : Le roman inoubliable de ceux qu’on aime et qu’on laisse partir Vingt ans que leurs chemins s’étaient séparés. Il a suffi d’une lettre de Queenie, lui annonçant qu’elle allait mourir, pour qu’Harold Fry décide de la retrouver. Alors qu’il traverse, à pied, l’Angleterre, Queenie, de son côté, redoute les retrouvailles. Comment lui faire face ? Comment lui dire ce qu’elle cache depuis tant d’années ? Queenie lui écrit une seconde lettre. Elle lui raconte toute l’histoire. Cette fois-ci, pas de mensonges. Il est temps pour elle de lever le voile et de se libérer de cette culpabilité qui la ronge. Mais qu’a-t-il bien pu se passer, il y a vingt ans, dans cette petite ville du sud de l’Angleterre, pour qu’elle veuille la quitter et ne jamais y revenir ? Une histoire de destins manqués, tendre et bouleversante AprèsLa lettre qui allait changer le destin d’Harold Fry arriva le mardi…, roman salué dans le monde entier, Rachel Joyce nous livre la vérité poignante de Queenie.

Morsure, Nick Louth, Michel Lafon : « Les maladies qui tuent dix millions de pauvres par an ne m’intéressent pas, déclara le directeur de la compagnie. Trouve-moi un truc qui tue dix mille riches par an et on en reparle. » Erica Stroud-Jones, spécialiste des maladies tropicales, doit présenter les résultats de ses travaux lors d’une conférence aux Pays-Bas : une découverte qui pourrait révolutionner la lutte contre la malaria. Mais à la veille de son intervention, elle disparaît, et son ordinateur portable avec elle. Max Carver, son petit ami, un ancien garde-côte, part à sa recherche dans la nuit d’Amsterdam. Au même moment, « Iron » Jack Erskine, le P-DG de Pharmstar, en ville pour la conférence, est terrassé par une étrange fièvre. Il est hospitalisé dans un état critique et examiné par le Pr Jürgen Friederikson, autorité mondiale dans le domaine des maladies infectieuses. Le cas est fascinant : le mal dont souffre le patient ressemble à la malaria, en pire, et résiste à tous les traitements. De son côté, en fouillant les affaires d’Erica dans l’espoir d’y trouver une piste, Max tombe sur son journal intime. Entre ces pages, il va découvrir un sombre secret, depuis longtemps enterré dans les jungles du Zaïre, et revenu infecter le présent. Alors que la fièvre se répand et que la police le soupçonne, Max se lance dans une course contre la montre et la mort. Il sait que s’il ne retrouve pas Erica, le monde devra faire face à une terrifiante pandémie…

Il était une fois dans le métro, Karen Merran, Michel Lafon : Ce que la pétillante Maya préfère dans sa routine quotidienne « métro, boulot, dodo », c’est le métro. Elle aime observer les gens et imaginer leur vie. Chef de produits capillaires au sein du service marketing de Beauty Corporation, c’est aussi dans le métro qu’elle trouve les idées de shampoings ou lotions les plus innovantes. Un matin, à la station Saint-Lazare, d’une façon tout à fait inattendue, elle fait la connaissance de Roger, un SDF qui gagne sa vie en vendant Le Guide des restos pas chers. Elle décide alors de l’aider en élaborant une stratégie marketing. L’objectif qu’elle s’est fixé : trouver une idée originale pour que les gens lui donnent un peu plus d’argent et lui permettent de se sortir de l’impasse où il se trouve : pas de logement, pas de travail/pas de travail, pas de logement.

Les fleurs sauvages des bougainvilliers, Katherine Scholes, Belfond : Peintre australienne, Kitty Hamilton a été contrainte de renoncer à son art pour suivre son mari Theo au bout du monde, dans la colonie britannique du Tanganyika. Car Kitty a bien des choses à se faire pardonner… Après le scandale qu’elle a déclenché à Londres, la jeune femme n’a pas le choix : si elle veut regagner la confiance de Theo, elle doit endosser son rôle d’épouse modèle. Sans faire de faux pas. Mais, très vite, Kitty s’ennuie, étouffe dans l’univers ultracodifié des colons. Alors, quand son chemin croise celui de Taylor, un Anglais aux positions anticoloniales tranchées, qui lutte aux côtés des Massaï pour la préservation de leurs terres, sa nature fougueuse refait surface. À l’ombre des bougainvilliers, drames et passions couvent. Déchirée entre son besoin de venir en aide à ce peuple démuni, son attirance pour le charismatique Taylor et le devoir de rester loyale envers Theo, Kitty saura-t-elle faire le bon choix ?

Rose et ses sœurs, Amanda Hodgkinson, Belfond : Pour Vivian et Nellie Marsh, le décès de Rose, leur sœur aînée, sonne à la fois comme un malheur et une libération. Certes, les deux jeunes femmes voient disparaître leur pilier, celle qui les a élevées à la mort de leurs parents, mais n’est-ce pas aussi l’occasion de s’affranchir d’une tutelle parfois étouffante ? L’arrivée d’un homme vient remettre en question ce qui les unissait et compromettre la promesse faite à Rose de rester toujours soudées et de se garder des tourments du cœur. Vingt ans plus tard, un événement va provoquer les retrouvailles de Vivian et Nellie. Et les deux sœurs n’ont d’autre choix que de retourner là où tout a commencé, dans ce petit cottage de campagne. L’occasion de replonger dans l’histoire familiale, de comprendre enfin de quoi Rose cherchait tant à les protéger et découvrir son secret, un secret si lourd qu’il continue de peser sur les femmes de la famille Marsh…

Les aventures de Cluny Brown, Margery Sharp, Belfond : Délicieuse comédie so british sur l’émancipation des femmes, critique espiègle de l’Angleterre des années 1930 engoncée dans son carcan moral, Les Aventures de Cluny Brown, ou quand une femme de chambre aussi délurée qu’attachante fait fi de toutes les conventions pour former un couple improbable avec un fantasque intellectuel polonais fuyant les nazis. Surprenante création d’un auteur par ailleurs connu pour sa série jeunesse Bernard et Bianca, Les Aventures de Cluny Brown font l’objet d’un véritable culte en Angleterre et ont été adaptées au cinéma par Ernst Lubitsch en 1946. Un concentré d’humour et d’impertinence à redécouvrir sans plus attendre.

L’été du cyclone, Beatriz Williams, Belfond : 1931. Discrète et réservée, Lily Dane n’a jamais su laisser parler son cœur. Jusqu’à ce que son chemin croise celui de Nick Greenwald. Le coup de foudre est immédiat, mais Lily est inquiète : elle, issue de la haute société new-yorkaise, pourra-t-elle jamais faire accepter à sa famille son amour pour un étudiant désargenté d’origine juive ? 1938. Alors qu’elle séjourne avec sa mère et sa petite-sœur dans la paisible station balnéaire de Seaview, Rhode Island, Lily a un choc : Budgie, son amie d’enfance qu’elle n’a pas revue depuis sept ans, est là. Accompagnée de son mari, le beau Nick Greenwald. Effondrée, Lily fait son possible pour éviter le couple. Tout l’inverse de Kiki, son espiègle petite sœur de six ans, qui s’est prise d’une affection immédiate et réciproque pour Nick… Quel lien celui-ci cherche-t-il à créer avec l’enfant ? Et si, à travers Kiki, Nick essayait de se rapprocher de Lily ? Alors qu’une tempête menace de s’abattre sur la côte, Lily ne tarde pas à faire de terribles découvertes et met au jour de troublants secrets sur sa famille, sur la perfide Budgie, et sur le lien si spécial qui unit Kiki et Nick…

Mères et filles, Sally Hepworth, Belfond : À sept mois de grossesse, Neva Bradley, vingt-neuf ans, doit se résoudre à annoncer l’événement à sa mère et à sa grand-mère. Mais comment leur dire que le père ne fait pas partie du tableau et qu’elle compte bien élever l’enfant seule ? Un choc pour Grace. Aussi exubérante que Neva est réservée, Grace n’a jamais vraiment su communiquer avec sa fille. Et aujourd’hui moins que jamais : elle qui a grandi sans présence paternelle souhaite plus que tout préserver son futur petit-enfant du sentiment d’abandon dont elle a souffert toute sa vie. À quatre-vingt-trois ans, Floss, la grand-mère, ne dit mot. Et se laisse aller à ses souvenirs : ceux d’une mère célibataire qu’un drame avait poussée à quitter l’Angleterre et les siens, pour se reconstruire avec son bébé de l’autre côté de l’Atlantique. Et tenter d’oublier. Alors que l’incompréhension se creuse entre la mère et la fille, la grand-mère, elle, le sait : l’heure est venue de parler ; de briser le sceau de secrets vieux de soixante ans, quoi qu’il en coûte…

Comics Coloriages, Hors Collection : 120 couvertures de comics classiques 100 % USA à colorier. Classées par thématiques : Science-fiction, romance, aventure, horreur, polar, superhéros, ces couvertures garanties d’époque vous font redécouvrir l’ambiance « pulp » américaine des années 50. Une thématique inédite qui fait autant appel à la mémoire qu’à l’imagination. Les années 50 furent la période la plus prolifique pour les comics aux USA. Les plus grands héros sont nés dans ces bandes dessinées qui à l’époque étaient d’un genre nouveau. Ces personnages hors normes vivaient tous des aventures extraordinaires. Ces magazines aux couvertures très colorées (les pages intérieures étaient toujours en noir et blanc) ont un succès qui n’a jamais été égalé. Prenez vos crayons, laissez-vous aller et devenez en quelques dessins un des coloristes géniaux de comics américains.

Sale époque, Gilles Schlesser, Parigramme : 1902. Les sœurs Frou-Frou font tourner les têtes et valser les fortunes, défiant l’hégémonie de la Belle Otero ou de Liane de Pougy. Rien ne saurait entraver l’irrésistible ascension de ces cocottes de haut vol… n’était le poignard qu’on retrouve un soir malencontreusement fiché dans la poitrine d’une des jumelles. Qui a tué Olympe ? Poser la question, c’est s’aventurer dans les eaux troubles d’une justice aux ordres, d’une France toujours malade de l’affaire Dreyfus, d’une Belle Époque bien peu reluisante. Le commissaire Gardel enquête.

Le pavillon des jades, Philippe Picquier : Comédie faussement naturaliste et féerie érotisante, Le Pavillon des Jades pourrait dater du début des Qing (1644-1911).
Son auteur, toujours inconnu, y réussit le tour de force de convoquer toute une palette de situations cocasses et de personnages hauts en couleur: un homme se fait rectifier le sexe pour satisfaire les attentes de son épouse, un cocufieur perd la vie à cause de son goût pour la bagatelle, une renarde aimante échappe à la mort pour revenir se venger de son amant ingrat, un vieux marchand s’épuise à combler sa jeune épouse à la sensualité trop prononcée, sans compter un lot de servantes zélées et un maître ès choses du sexe particulièrement performant.
Plaisamment dérangeant, ce roman, où les lettrés perdent de leur superbe, orchestre un renversement des valeurs qui méritait à lui seul qu’il soit rendu à la vie.

Sucré, salé, poivré, Mary Wesley, Héloïse d’Ormesson : Hébé est une jeune anglaise de (très) bonne famille. À son retour d’Italie, elle se découvre enceinte au grand dam de sa famille qui planifie l’avortement. Bien loin de se laisser dicter sa vie à seize ans, elle décide de s’enfuir. Treize ans plus tard, Hébé est cuisinière chez de vieilles dames fortunées. Pour assurer les frais de pensionnat d’excellence de son fils Silas, elle mène une seconde activité plus lucrative auprès de son « Syndicat » comme elle aime à les appeler. Et au diable les censeurs ! Hébé mène la danse comme elle l’entend, et les hommes accourent auprès de cette femme en liberté. Mais alors que son fils est en vacances avec la famille d’une de ses clientes, une série d’événements vient bousculer cette joyeuse organisation… Mary Wesley se régale à ridiculiser le stéréotype de la vieille dame upper class, confite dans la société anglaise, où les bonnes manières sont le paravent de la mesquinerie et de la bassesse. Sucré, salé, poivré explore la liberté sexuelle et l’indépendance de la femme – notamment la maternité hors-mariage – à une époque où ces sujets étaient encore sous-scellés et les préjugés tenaces. Un vrai bol d’air d’impertinence !

Il, Loïc Le Borgne, Syros : À Templeuve, personne n’aime les fauteurs de troubles. Les ados du coin jouent les caïds et les adultes se méfient comme de la peste des inconnus. Cet été-là, Élouan, treize ans, passe les vacances chez sa cousine. Il suffit de quelques jours pour que son comportement attire l’attention de tout le village. Il a un lien particulier avec les animaux et anticipe les réactions de chacun comme s’il lisait dans les pensées. Ce garçon n’est pas normal, il ressemble à ces « mutants » dont on parle aux informations. À Templeuve, les hommes ne se laissent pas impressionner. Que la traque commence.

One more chance, Abbi Glines, Lattès : Après avoir lutté pour conquérir Harlow, Grant a tout fichu par terre en se laissant rattraper par ses plus grandes peurs. Quelques mois plus tard, terrassé par les regrets, il cherche à tout prix à se faire pardonner et supplie Harlow de revenir. Installée au Texas chez son frère, Harlow hésite à faire confiance à Grant. Lorsqu’il avait découvert la vérité à son sujet, il l’avait rejetée. Désormais, elle a des secrets encore plus lourds à porter. Peut-elle prendre le risque de donner à Grant une seconde chance ?

Les jeux de garçons, Adèle Bréau, Lattès : Mathilde, Alice, Lucie et Éva nous ont ouvert la porte de La Cour des grandes. De leurs joies et peines à leurs pensées les plus intimes, nous avons tout appris de ces héroïnes du quotidien. Pendant une année entière, elles nous ont embarqués dans le tourbillon de leurs journées à cent à l’heure. Mais qu’en est-il des hommes qui ont lié leur destin au leur ?
De Fred, le chef bourru secrètement amoureux d’Éva ; de Max, égaré dans la paternité autant que dans son couple et sa vie tout court ; de Christophe, en apparence si lisse et sûr de ses choix ; de Vincent, aux absences mystérieuses, d’Adrien, emporté par le démon de midi, et de Jacques, cet inconnu d’une nuit, que savons-nous finalement, si ce n’est ce qu’en perçoivent leurs compagnes ?
D’ailleurs, que savent-ils de leur femme ? Comment vivent-ils leur paternité, leur place dans le couple ? Que ressentent-ils, ces hommes si peu enclins à la confidence, qui peinent à trouver leur place dans une société en pleine mutation ?

L’entremetteuse, Elin Hilderbrand, Lattès : La réputation de Dabney pour ses talents d’entremetteuse n’est plus à faire sur l’île de Nantucket : avec quarante-deux couples heureux à son actif, elle ne s’est jamais trompée quand il s’agissait d’amour.
Enfin… jamais, sauf pour elle-même : Clendenin Hughes, le beau jeune homme aux yeux noisette, lui a autrefois brisé le coeur en quittant l’île pour réaliser son rêve de journaliste. Et soudain, après vingt-sept ans d’exil au bout du monde, voilà que Clen revient à Nantucket, et Dabney ne s’est jamais sentie aussi bouleversée – ni aussi vivante.
Mais quand une tragédie menace cette seconde chance, Dabney se trouve forcée d’affronter les conséquences de ses choix et de révéler de douloureux secrets à sa famille…

Les micro-humains, Bernard Werber, Le Livre de poche : Demain, l’espèce sera Plus petite Plus féminine Plus résistante Plus solidaire… À l’ère de la 3e Humanité, Que restera-t-il de nous ?

Les âmes captives, Clara Salaman, Le Livre de poche : Johnny et Clem quittent l’Angleterre pluvieuse et morose pour s’installer en Turquie, bien décidés à vivre d’amour et d’eau fraîche. Malheureusement, ils se trouvent vite mêlés à toutes sortes de trafics. Pourchassés par des mafieux, les deux jeunes gens se réfugient un soir de tempête sur un magnifique voilier, la Petite Utopie. Là vivent Frank et Alice, soixante-huitards charismatiques et chaleureux. Le bateau lève l’ancre… Johnny et Clem sont immédiatement séduits par le mode de vie marginal et idyllique du couple. Mais, d’abord fantasque et accueillant, Franck devient de plus en plus menaçant. Le jeune couple se sent pris au piège. Seulement, comment s’enfuir d’un bateau voguant en pleine mer ?

Diables au paradis, Franco Di Mare, Le Livre de poche : Naples. Côté face, une des baies les plus spectaculaires au monde. Côté pile, des quartiers en décomposition. Le bien et le mal, indissolublement liés. Chacun, quel qu’il soit, participe à la corruption ou est victime de l’impitoyable machine à broyer du système mafieux. Certains, tout près de s’en sortir, retombe dans la fange comme Carmine Cacciapuoti, brillant aspirant professeur trahi par ses pairs et devenu tueur à gages. D’autres s’accroche coûte que coûte à l’idée de justice comme le journaliste Marco De Matteo. Ces deux hommes vont finir par se croiser… Diables au paradis, histoire de haine, de passion, d’amitié, de trahison, et formidable portrait d’une ville et de ses habitants.

Les rues de Santiago, Boris Quercia, Le Livre de poche : Il fait froid, il est six heures du matin et Santiago n’a pas envie de tuer qui que ce soit. Le problème, c’est qu’il est flic. Il est sur le point d’arrêter une bande de délinquants, dangereux mais peu expérimentés, et les délinquants inexpérimentés font toujours n’importe quoi… Après avoir abattu un jeune homme de quinze ans lors d’une arrestation musclée, Santiago Quiñones, erre dans les rues de sa ville, Santiago du Chili, en traînant son dégoût. C’est ainsi qu’il croise le chemin de la belle Ema Marin, une courtière en assurances qui semble savoir beaucoup de choses sur son passé.

L’Assassinat d’Hicabi Bey, Alper Canigüz, Le Livre de poche : Alper Kamu vit à Istanbul. A 5 ans, il ne veut plus aller à la maternelle ni faire la sieste, préfère Chostakovitch à Il était une bergère et lit Dostoïevski. Un drôle de petit bonhomme ! Jusqu’au jour où il découvre Hicabi Bey, policier à la retraite, égorgé dans son appartement. A côté du cadavre, devant la télévision allumée, Ertan le Timbré, les mains en sang, pousse des cris de joie : l’équipe de Besiktas vient de marquer un but. Désormais détective, à la recherche du vrai meurtrier, Alper balade son revolver en plastique dans une mégapole bigarrée, pleine d’amantes fatales, d’épiciers lyriques et de directeurs sournois…

L’art de voyager léger et autres nouvelles, Tove Jansson, Le Livre de poche : Du premier Noël de l’enfance au dernier été passé sur une île dans le golfe de Finlande, toute la vie d’une femme est rassemblée dans ces quinze nouvelles publiées pour la première fois en France.

Les papillons rêvent-ils d’éternité ? Sandra Labastie, Le Livre de poche : « Cette journée du 1er janvier, la première de la dernière année du monde, il s’est passé quelque chose de spécial entre nous, les élus. C’était comme au printemps, quand on devient joyeux sans comprendre pourquoi. C’est la dernière année de souffrance, a dit papa. Bientôt, on sera libérés. » S. L. Les croyants se préparent à la fin des temps. Parmi eux, une jeune fille de douze ans commence, malgré une vie régentée par la Bible, à se questionner sur sa condition, grâce à un dictionnaire auquel elle se réfère secrètement. L’adolescente, sujette aux railleries du « monde extérieur » autant qu’aux affres de la puberté, observe les craintes et les obsessions humaines, mais aussi les pouvoirs de l’imagination pour triompher d’une vie sans espérance. Sa voix juste et simple nous mène au cœur des joies étranges de ceux qui s’estiment élus de Dieu contre le monde entier, à la frontière très fragile où la croyance jouxte la folie.

Dernières nouvelles de Majipoor, Robert Silverberg, Le Livre de poche : Pour son ultime incursion dans l’univers de Lord Valentin, Robert Silverberg nous invite à voyager dans l’espace et le temps, remontant aux sources de la colonisation humaine de Majipoor, la planète géante théâtre d’un cycle en huit volumes. Sept nouvelles pour aller à la rencontre du grand lord Stiamot et du mythique Pontife Dvorn, se perdre dans les ruelles du Marché de minuit, visiter Sippulgar – la ville aux dix mille dieux – et Triggoin – la cité des sorciers –, ou encore retrouver Valentin, celui avec qui tout a commencé. Que vous pensiez tout connaître des mystères de Majipoor ou que vous vouliez partir à la découverte de l’un des cycles majeurs de la science-fiction, né dans l’esprit de son plus grand maître, Dernières nouvelles de Majipoor est le passeport idéal.

Verhoeven, Pierre Lemaître, Le Livre de poche : Le lundi 7 avril 2003, Camille Verhoeven, commandant à la Brigade criminelle, est appelé sur une scène de crime, dans une friche industrielle de Courbevoie. Deux femmes ont été torturées, tuées, dépecées… Un crime particulièrement épouvantable et déroutant. Un assassin qui a tout prévu, jusque dans le moindre détail, et qui, semble-t-il, connaît bien Verhoeven. Un peu atypique, notre commandant : la quarantaine, chauve comme un œuf, amoureux d’Irène et bientôt père de famille. Extrêmement petit : 1,45 mètre, il voit le monde en contreplongée. Rien d’un Rambo.
Les affaires qu’on lui confie sont souvent, elles aussi, hors normes. Travail soigné, Alex, Rosy & John,Sacrifices : des thrillers glaçants qui jonglent avec les codes de la folie meurtrière, une mécanique diabolique et imprévisible, des intrigues aux apparences trompeuses et aux rebondissements saisissants, une écriture nerveuse.

Journal d’un vampire tome 5, L. J. Smith, Le Livre de poche : Aidée par Damon, Elena a libéré Stefan du Royaume des Ombres. Mais aucun des deux frères n’est revenu indemne de ce voyage en enfer. Elena elle-même doute plus que jamais de ses sentiments. Le trio bascule de nouveau lorsque Damon succombe à une étrange magie qui le fait redevenir humain. Prêt à tout pour retrouver sa condition de vampire, il retourne dans les ténèbres, entraînant Elena, Stefan et Bonnie derrière lui. Pendant ce temps, Matt et Meredith doivent veiller sur Fell’s Church, assiégée par des forces démoniaques. Ils vont vite découvrir que la source du mal est en réalité toute proche…

Tu me plais, Jacques Expert, Le Livre de poche : Quand, par une succession de hasards, Vincent se retrouve assis face à Stéphanie sur la ligne 1 du métro parisien, la scène a tout d’une belle rencontre. La jeune femme tombe immédiatement sous son charme ; lui, semble fasciné par le galbe et la finesse de son cou. Mais ce coup de foudre pourrait bien se révéler fatal… Car, sous ses airs enjôleurs, Vincent dissimule de terrifiantes pulsions. Hasard de l’existence ou force du destin, comment sauver Stéphanie des griffes de ce funeste séducteur ?

Le lecteur de cadavres, Antonio Garrido, Le Livre de poche : Ci Song est un jeune garçon d’origine modeste qui vit dans la Chine du XIIIe siècle. Après la mort de ses parents, l’incendie de leur maison et l’arrestation de son frère, il quitte son village avec sa petite sœur malade. C’est à Lin’an, capitale de l’empire, qu’il devient fossoyeur des « champs de la mort » avant d’accéder à la prestigieuse Académie Ming. Son talent pour expliquer les causes d’un décès le rend célèbre. Lorsque l’écho de ses exploits parvient aux oreilles de l’empereur, celui-ci le convoque pour enquêter sur une série d’assassinats. S’il réussit, il entrera au sein du Conseil des Châtiments ; s’il échoue, c’est la mort. C’est ainsi que Cí Song, le lecteur de cadavres, devient le premier médecin légiste de tous les temps. Un roman, inspiré par la vie d’un personnage réel, captivant et richement documenté où, dans la Chine exotique de l’époque médiévale, la haine côtoie l’ambition, comme l’amour, la mort.

L’été devant nous, Jenny Han, Le Livre de poche jeunesse : Depuis deux ans qu’elle est en couple avec Jeremiah, Belly est presque convaincue d’avoir trouvé l’âme soeur. Presque. Conrad, le frère de Jeremiah, ne s’est pas remis de l’erreur qu’il a commise en laissant partir Belly. Alors, quand Belly et Jeremiah décident de se marier, Conrad se rend compte que c’est le moment ou jamais : avouer son amour à Belly, ou la perdre pour toujours…

16 lunes, Kami Garcia, Le Livre de poche jeunesse

17 lunes, Kami Garcia, Le Livre de poche jeunesse : Lena Duchannes est poursuivie par une malédiction familiale qui fait d’elle un être surnaturel doté de pouvoirs puissants. Mais, même si elle a réussi à éviter le choix entre Bien et Mal durant la terrible nuit de ses seize ans, Lena est de nouveau confrontée aux forces magiques à l’approche de ses dix-sept ans. Effrayée, elle s’éloigne malgré elle d’Ethan Wate, son petit-ami. Pour la protéger, Ethan va devoir explorer le monde de secrets anciens que cache Gatlin.

Irrésistible fusion, Simone Elkeles, Le Livre de poche jeunesse : Nikki Cruz s’est juré de ne plus faire confiance aux garçons s’ils sont liés de près ou de loin avec le gang des Latino Blood. Contrairement à ses frères Alex et Carlos, Luis Fuentes s’est toujours tenu à l’écart des problèmes. Brillant et ambitieux, il veut réussir sa vie honnêtemnt et séduire la jolie Nikki. Mais quand on est Fuentes, on a le danger dans le sang… Et les Latino Blood sont prêts à tout pour ne pas laisser Luis s’échapper.

La préceptrice de Sinclair McBride, Jennifer Ashley, J’ai Lu : Veuf mélancolique, Sinclair McBride est accaparé par son métier et préoccupé par ses deux jeunes enfants, ingérables depuis la mort de leur mère. Un soir, il apprend que leur préceptrice a claqué la porte. Celle qui a pris le relais au pied levé n’est autre qu’une certaine Roberta Frasier en qui il reconnaît… la charmante pickpocket qui a tenté de le détrousser quelques jours plus tôt ! Pas vraiment une personne de confiance. Pris au dépourvu, il l’engage et bientôt la joie de vivre revient dans la maison. Et le cœur de Sinclair s’embrase même si tous deux sont issus de milieux que tout oppose et qui, apparemment, recèlent autant de dangers l’un que l’autre.

Lady Chance, Sherry Thomas, J’ai Lu : Félix, marquis de Wrenworth, est considéré à Londres comme le gentleman idéal. En réalité, c’est un cynique qui cache une âme blessée et a juré de ne jamais aimer. Et comme un manipulateur sait en reconnaître un autre, il n’a aucun mal à percer à jour Louisa Cantwell, qui joue les jeunes filles candides alors qu’elle cherche juste à harponner un riche époux. Séduit par son pragmatisme, Félix lui propose de devenir sa maîtresse, mais Louisa a de plus grandes ambitions. De difficiles négociations s’engagent entre les deux imposteurs qui ne nourrissent aucune illusion l’un envers l’autre. Dans ce jeu cruel et désespéré, chacun veut être le chat qui croquera la souris. Pourtant, quand le véritable amour fleurit, les cœurs fraudeurs tombent dans leur propre piège.

Laisse-moi te désirer, Beth Kerry, J’ai Lu : Expatrié aux Etats-Unis depuis quelques années, Lucien, français d’origine, est le respectable propriétaire de Fusion, un restaurant en vogue de Chicago. Homme d’affaires talentueux, il sait s’entourer des bonnes personnes. Mais lorsqu’il découvre par hasard que le nouveau chef qu’il vient d’engager a pris pour stagiaire une certaine Elise Martin, Lucien tombe des nues. Elise, ici, dans son institution ? Fille d’une illustre famille française, la jeune femme est réputée, outre-Atlantique, pour ses extravagances. Irrémédiablement attiré par cette incroyable séductrice, comme il l’a autrefois été, Lucien espère à présent lui ouvrir les portes de son monde, un monde fait de passion, de volupté, de soumission…

Une enquête de Francesca Cahill tome 6, Promesse fatale, Brenda Joyce, J’ai Lu : À peine Calder Hart annonce-t-il leurs fiançailles que Francesca Cahill se jette à corps perdu dans une nouvelle enquête. Sans doute pour oublier qu’elle aime encore Rick Bragg ? Ce dernier a beau lui jurer qu’il va divorcer, il est toujours marié. Quoi qu’il en soit, des jeunes filles pauvres sont enlevées et livrées à la débauche. Francesca entre donc en guerre contre ceux qui font commerce de la pureté et de l’innocence. Quitte à se faire passer pour la pensionnaire d’une maison de tolérance ! Et cette fois, elle peut dire adieu à sa réputation.

Les amantes tome 2, Rien que le plaisir, Jess Michaels, J’ai Lu : À la mort d’Owen, son protecteur, Mariah se retrouve démunie et contrainte de chercher un autre amant. John Rycroft, le meilleur ami d’Owen, qui la connaît depuis longtemps, s’insurge de cette décision hâtive et, contre toute attente, une passion incontrôlable naît entre eux. Cependant, John ne veut s’attacher à aucune femme. Ils passent alors un marché : le temps qu’elle trouve un homme disposé à l’entretenir, ils auront une liaison, rien que pour le plaisir. Mais quand on joue avec les interdits, les masques tombent et les armures se fissurent. Les coeurs deviennent vulnérables…

La conquête de Mr Darcy, Abigail Reynolds, J’ai Lu : Dans le célèbre Orgueil et préjugés de Jane Austen, après que la belle mais impertinente Elizabeth a refusé sa demande en mariage, Mr Darcy, déçu, irrité, s’explique longuement dans une missive, puis se met en retrait. Et s’il existait une autre version selon laquelle Mr Darcy se montrait sous un jour nouveau ? Si, profondément bouleversé, il entendait les conseils de son cousin, qui l’exhorte à l’action, et se déterminait à conquérir le coeur de la jeune femme ? S’il redoublait d’efforts et de ruse pour faire changer Elizabeth d’avis ? Cette histoire existe, et elle raconte comment Mr Darcy va prouver son amour à l’intrépide Miss Bennet…

Un cœur naufragé, Nora Roberts, J’ai Lu : Depuis des siècles, perché sur une falaise déchiquetée, le manoir de Bluff House monte la garde sur la plage de Whiskey Beach et ses secrets. Pour l’avocat Eli Landon, l’imposante demeure de sa grand-mère Hester est le dernier refuge. Accusé du meurtre de sa femme un an auparavant, Eli a été blanchi faute de preuves, mais sa vie est un naufrage : sa réputation est en ruine, son cabinet, en faillite et sa santé, fortement ébranlée par le harcèlement médiatique et judiciaire. Abra Walsh, une tornade de bonne humeur aux multiples talents, exerce cent métiers, dont celui d’aide ménagère. Elle a promis à Hester de s’occuper d’Eli, et elle est bien décidée à remettre sur pied le séduisant trentenaire, de gré ou de force. Mais un adversaire sans pitié les observe. Une ombre malfaisante, déterminée à briser leur bonheur naissant, quoi qu’il en coûte.

Caterina et le duc, Barbara Cartland, J’ai Lu : « Il faut absolument que je te voie ! Le plus vite possible ! » disait le message de la princesse Henriet. Aussi Caterina n’a-t-elle pas hésité une seconde à se rendre au palais d’Istria. Et là, qu’apprend-elle ? Que son amie, amoureuse d’un jeune officier de l’armée, est sommée d’épouser le duc de Dunlerton, un Anglais tellement pressé de regagner son pays que la date du mariage est imminente.
Henriet est désespérée, prête à commettre un geste irréparable.
– Je me tuerai plutôt que de devenir sa femme ! clame-t-elle.
Caterina ne prend pas la menace à la légère. Elle connaît l’émotivité de son amie. Et le duc, quoique fort séduisant, est un personnage hautain et désagréable. Que faire pour sauver Henriet ?
Une idée lui vient. Une idée si folle, si audacieuse qu’elle-même en est effrayée…

Imparfait, Hell’s Horsemen 2, Madeline Sheehan, J’ai Lu : Danielle West, que chacun surnomme Danny, est la fille de Deuce, le président des Hell’s Horsemen, un célèbre club de motards. Ripper, lui, en est l’un des membres éminents, comptant parmi les proches amis de Deuce. Une nuit d’été, Danny et Ripper se rapprochent fatalement, et leur destin s’en trouve à jamais bouleversé. Ils s’aiment à la folie dans le plus grand secret. Nul ne doit savoir, et si d’aventure Deuce apprenait leur liaison indécente, il les briserait tous deux. Qui, d’ailleurs, pourrait imaginer la gamine aux cheveux blonds et aux tenues roses pailletées dans les bras de Ripper, cet homme balafré et profondément tourmenté… ?

Pieds nus sous la pluie, Barefoot Bay tome 2, Roxanne St Clair, J’ai Lu : Quand un scandale professionnel l’oblige à fuir L.A., Joss n’a d’autre choix que revenir sur l’île de Mimosa Key où elle n’a pourtant que de pénibles souvenirs. Il lui faut affronter son père, Guy, avec qui elle a coupé les ponts quinze ans plus tôt. Mais celui qui la terrorisait jadis ne la reconnaît même pas. Frappé d’Alzheimer, il est soigné au quotidien par Will, son voisin, qui est aussi le premier amour de Joss. Elle en est stupéfaite. Comment Will peut-il se dévouer pour ce monstre qui les avait si violemment séparés ? Jamais elle n’offrira à Guy de deuxième chance. Il sera placé en maison spécialisée, point final.Pour Joss, les blessures de l’enfance semblent irréparables. Le soutien de ses pétillantes amies Lacey, Tessa, Zoé, et surtout l’amour de Will suffiront-ils à la mettre sur la voie du pardon… et du bonheur ?

Pisteur, Livre 2, partie 1, Orson Scott Card, J’ai Lu : En cherchant à connaître ses origines, Rigg ignorait qu’il serait bientôt pris au piège entre deux factions : certains veulent le voir couronné, d’autres n’attendent qu’une chose, sa mort. Prisonnier d’une cage dorée à Aressa Sessamo, il devra user de tout son talent pour survivre et découvrir l’étrange secret que s’efforçait de percer son véritable père…

Je n’ai pas toujours été un vieux con, Alexandre Feraga, J’ai Lu : « On ne devrait jamais finir ses jours dans des draps en coton souples comme du carton, à suçoter des tuyaux comme des chiards ou à boulotter de la morphine. Je me suis toujours vu ailleurs, agonisant dans un champ de pâquerettes, chialant dans les bras d’une femme, évaporé dans le ciel après un beau feu. » Le « vieux con » qui vous parle passe pour un infatigable grincheux. Aux Primevères, la maison de retraite où il vient d’échouer, Léon renoue pourtant avec ce qu’il a toujours été. Ancien baroudeur, braqueur de banques, amoureux transi, cet amateur de coups tordus va, par amitié pour deux compagnons d’infortune, jouer un dernier tour à ceux qui croient encore qu’un vieux, ce n’est jamais qu’un vieux.

La mort de Mathusalem, Isaac Bashevis Singer, J’ai Lu : Avec ce nouveau recueil de nouvelles, son dixième, Isaac Bashevis Singer, au sommet de son art, nous enchante une fois de plus. Du shtetl polonais aux cafeterias américaines, de la Varsovie de jadis au New York d’aujourd’hui, il nous fait retrouver tous les personnages que nous avons appris à aimer à travers ses précédents livres. Rabbins miraculeux, étudiants de yeshiva, ménagères à la langue bien pendue, talmudistes et marchands, jeunes filles amoureuses et vieillards sagaces – leurs histoires recréent pour nous celle de la Pologne juive disparue dans la tragédie que nous savons. Voici Temerl, qui recherche de ville en village son jeune mari mystérieusement disparu. Et Yossele, l’enfant prodige qui apprend tout seul les logarithmes – ce qui inquiète beaucoup sa mère. Et la belle Shifra qui hésite tant entre ses deux soupirants qu’elle finit par les épouser le même jour. Et Max Stein qui tombe toujours amoureux des femmes de ses meilleurs amis. Et cette bavarde de tante Genendel qui sait invariablement ce qui se passe chez les voisins. Et cet étrange pénitente qui, un soir d’hiver, raconte à la maison des pauvres sa terrible aventure. Et tant d’autres, des hommes, des femmes, des enfants dont la vie banale est illuminée tout à coup du dedans par toutes les magies de l’esprit. La réalité quotidienne d’Isaac Bashevis Singer est hantée à chaque page par quelque chose de sacré, c’est l’humanité.

La fiancée américaine, Éric Dupont, J’ai Lu : L’histoire baroque d’une famille québécoise marquée pour toujours par Madeleine, venue d’Amérique avec son livre de recettes pour seul bagage.

Enterrez vos morts, Louise Penny, Actes Sud : Tandis que le Vieux-Québec scintille sous la neige et s’égaye des flonflons du carnaval, Armand Gamache tente de se remettre du traumatisme d’une opération policière qui a mal tourné. Mais, pour l’inspecteur-chef de la SQ, impossible d’échapper longtemps à un nouveau crime, surtout lorsqu’il survient dans la vénérable Literary and Historical Society, une institution de la minorité anglophone de Québec. La victime est un archéologue amateur connu pour sa quête obsessive de la sépulture de Champlain. Existerait-il donc, enfoui depuis quatre cents ans, un secret assez terrible pour engendrer un meurtre ? Confronté aux blessures de l’histoire, hanté par ses dernières enquêtes, Gamache doit replonger dans le passé pour pouvoir enfin enterrer ses morts.

Saint Johnson, W. H. Burnett, Actes Sud : On l’a surnommé Saint Johnson, par admiration, par dérision – parce qu’il ne vit et ne jure que par la loi. Wayt Johnson, propriétaire du saloon Golden Girl et marshal de son état, n’a qu’un idéal : celui de faire régner la paix et l’ordre dans cette bourgade de l’Arizona. Quitte à y interdire le recours aux armes. Rêvant de devenir shérif, il doit commencer par faire la police au sein de sa propre famille : son frère Jim, qu’il protège envers et contre tout, se laisse embarquer dans une attaque de diligence. Sur fond de luttes de pouvoir, une querelle légendaire éclate entre deux clans, les Johnson et les Northrup. Qui imposera sa loi ? Un western sobre, efficace et haletant – la première approche romanesque de la célébrissime « fusillade d’OK Corral » qui inspirera tant de films.

Jusqu’à l’os, Bruce de Silva, Actes Sud : On retrouve en marge d’une soirée mondaine à Newport le cadavre d’un ponte du porno. Mulligan doit aussi suivre pour le Dispatch, le canard régional, une affaire de membres humains retrouvés dans la nourriture d’un éleveur de porcs qui s’approvisionne en déchets comestibles dans tout l’État de Rhode Island. Des membres d’enfants qui plus est. Putes d’un côté, traitements des déchets de l’autre : au jeu des associations d’idées, Mulligan a vite fait de soupçonner la mafia. Mais qui, du corrompu ou du corrupteur, est le plus coupable ?

Les brumes de l’apparence, Frédérique Deghelt, Babel : À l’occasion d’un héritage, une Parisienne dont la vie bourgeoise ne souffre aucune remise en question se révèle médium, à l’aube de ses quarante ans. Cette faculté, d’abord violemment refusée, va bouleverser sa vie et l’obliger à reconsidérer son existence.

Les adieux à l’empire, Olivier Barde-Cabuçon, Babel : Au début du XIXe siècle, à l’issue d’un combat sanglant, quatre personnages se jurent amitié et fidélité ; trois hommes d’armes et une femme. Les quatre amis vont, entre France, Russie, Italie et Égypte, se retrouver autour des mêmes ennemis ou des mêmes histoires passionnelles… Un roman d’amour et d’aventures sur lequel plane l’ombre de l’empereur Napoléon.

La traversée du continent, Michel Tremblay, Babel : Inspiré par l’affection qu’il porte à la personne et au personnage de sa mère, Michel Tremblay nous fait remonter dans ce nouveau roman aux origines même de son projet littéraire, bien avant que Nana ne devienne l’universelle Grosse Femme d’à côté…

Ce qui reste en forêt : Une enquête du capitaine Anato en Amazonie française, Colin Niel, Babel : Un homme a disparu en pleine forêt amazonienne, aux abords de la station scientifique qu’il a contribué à créer. Miraculeusement orientés grâce à un signal de détresse, les gendarmes ont la stupeur de découvrir un cadavre. Mystère supplémentaire : l’homme a les poumons remplis d’eau. Un noyé retrouvé en pleine forêt, des témoins retenus sur place par une météo difficile, l’enquête s’annonce ardue pour le capitaine Anato. D’autant qu’une nouvelle tragédie ne va pas tarder à compliquer les investigations…

Colocs et plus, Emily Blaine, Harlequin : La plupart des hommes se divisent en deux catégories :
1) Les serial lovers à mémoire de poisson rouge – ceux qui notent le prénom de leur conquête d’un soir sur la paume de la main pour être sûrs de ne pas l’oublier au réveil.
2) Les idiots qui ne voient pas plus loin que le bout de leur nez – ceux qui promettent de ne jamais toucher à la sœur de leur meilleur ami.
Connor n’échappe pas à la règle : il réussit même l’exploit de faire partie des deux catégories à la fois. Connor, c’est le meilleur ami de mon frère. Le mec le plus canon que j’aie jamais rencontré. Et accessoirement l’heureux élu avec qui  je me suis honteusement envoyée en l’air j’ai passé un délicieux moment lors d’une soirée très arrosée à la tequila. Une nuit intense, passionnée, mémorable… suivie d’une douche froide quand il a compris qui j’étais et qui j’allais devenir – sa colocataire.
Depuis, j’ai découvert qu’il appartenait en fait à une troisième catégorie : les serial lovers idiots qui n’assument pas leurs erreurs nocturnes, mais qui vous font des pancakes en boxer dès qu’ils en ont l’occasion…

Lola, petite, grosse et exhibitionniste, Louisa Méonis, Harlequin : Moi, c’est Lola. Petite (pas tant que ça). Grosse (no comment). Et exhibitionniste (mais jamais exprès !).
Auteur de romans érotiques la nuit et, le jour, assistante d’une chef aussi tyrannique que botoxée pour une grosse boîte new-yorkaise : jusque-là, je ne m’en sortais pas trop mal – enfin, si on oublie le désert de ma vie sentimentale qui se résumait à de ponctuels tête-à-tête romantiques avec Jeannot-le-vibro.
Mais il a fallu que mon P-DG décède (l’égoïste !) et que son fils débarque dans nos bureaux pour le remplacer. Joseph Hamlish n’est plus, vive Jérémy Hamlish ! Alias M. l’héritier-et-fier-de-l’être, alias M. JE SUIS UN DIEU VIVANT – ou « gare à vos culottes » pour les intimes.
Et c’est là que tout s’est compliqué. Parce que moi, j’ai beau être une fille bien sous tous rapports, le jour où je me suis retrouvée dans un ascenseur avec l’incarnation de mes fantasmes, forcément, j’ai dépassé les bornes. Et le pire c’est qu’aujourd’hui, je n’ai qu’une envie : recommencer.

Amis et rien de plus, Kristan Higgins, Harlequin : Depuis l’adolescence, Chastity le sait : les hommes ne la considéreront jamais autrement que comme une bonne copine, incollable en foot et imbattable aux fléchettes, sans jamais oser envisager quoi que ce soit de plus. Comment pourrait-il en être autrement, alors que ses trois frères et son père peuvent se transformer en véritables serial-killers dès qu’un représentant de la gent masculine s’approche à moins de dix mètres d’elle ?
Mais aujourd’hui, Chastity a décidé de prendre les choses en main et de trouver l’âme sœur, coûte que coûte. L’homme qui lui fera les quatre enfants dont elle rêve en secret. Alors, quand elle rencontre Ryan, un séduisant chirurgien, elle se dit qu’il est là, enfin, celui qu’elle attendait, celui qui aura le courage d’affronter son envahissante famille ― cette famille qu’elle aime tant, par ailleurs. Oui, mais voilà, il y a aussi Trevor, l’ami de toujours, dont un seul regard suffit hélas à faire chavirer son cœur.

Presque parfait, Annie Lyons, Harlequin : Dans la famille Darcy, je voudrais :
– La sœur aînée : Rachel
Rachel est mariée-trois-enfants-dont-des-jumeaux-de-trois-ans, et son plus gros challenge, actuellement, c’est de réussir à sortir de chez elle sans taches de vomi ou de chocolat sur ses fringues. Et même si elle adoooore ses mini-monstres, Rachel a la nostalgie du temps où elle enchaînait réunions à l’agence de com, cocktails et soirées branchées…
– La sœur cadette : Emma
Emma a tout ce dont elle a toujours rêvé : Martin, son petit ami mignon-drôle-gentil-et-intelligent, vient de la demander en mariage, et sa carrière d’éditrice est sur le point de faire un bond spectaculaire. Oui, mais voilà, il y a aussi ce célèbre auteur dont elle s’occupe, là, M. sexy-riche-et-fascinant, et qui commence vraiment à lui faire tourner la tête avec ses déclarations enflammées.
Les sœurs Darcy sont donc du genre à vouloir le beurre, l’argent du beurre, et le sourire du crémier…
Bonne ou mauvaise pioche ?

Moi & moi vice versa, Sarah Mlynowski, Harlequin : On m’a toujours répété que, dans la vie, on ne peut pas tout avoir – une collection de Louboutin et un banquier content, un McDo quotidien et la silhouette de Scarlett Johansson, une vie sentimentale épanouie et une carrière réussie. Eh bien, il faut croire que je suis l’exception qui confirme la règle. Car, plutôt que de choisir entre un job de rêve (dans une chaîne d’infos à Manhattan) et l’homme de ma vie (qui m’a demandée en mariage, mais ne veut pas me suivre à New York), j’ai décidé d’avoir les deux. Pourquoi ? Parce que je n’aime pas choisir. Comment ? Parce que je le peux ! Je ne sais pas si je dois remercier Dieu, Chronos ou Ganesh, mais j’ai découvert que je possède un étrange – et génialissime ! – pouvoir : je peux me dédoubler.
À moi les vies parallèles !

Une vie plus belle, Diane Chamberlain, MosaïcUne fille de quatre ans. Un père confronté à des choix impossibles… Une belle leçon de courage et d’espoir.
Quand ils se sont rencontrés, Robin et Travis avaient quinze ans. L’année d’après, ils tombaient amoureux. Pour eux, tout a été trop vite, trop fort : quand Robin est tombée enceinte, leur monde et la vie qu’ils voulaient se construire ont volé en éclats. Une seule chose est restée : Bella, la petite fille adorée que Travis élève seul depuis sa naissance, quatre ans auparavant ― depuis que Robin les a abandonnés, tous les deux.
Mais lorsque leur maison est détruite dans un incendie, et que le spectre de la pauvreté se profile pour lui et Bella, Travis comprend que sa vie est sur le point de basculer de nouveau. Et, cette fois, il doit faire face à un choix impossible : a-t-il le droit de se mettre en danger pour protéger sa fille ?

Afterburn, Aftershock, Sylvia Day, Mosaïc : Ne jamais mélanger affaires et plaisir. Ne jamais inviter la politique dans votre lit. Je les connaissais parfaitement, ces règles d’or… et je les avais enfreintes allègrement quand j’avais craqué pour Jackson Rutledge.
Deux ans plus tard, il était de retour dans ma vie. Et il essayait de s’interposer dans le dossier le plus important de ma carrière. Mais, sous l’égide de Lei Yeung, l’une des plus brillantes femmes d’affaires de New York, j’avais appris une ou deux choses depuis qu’il m’avait quittée. Il n’avait pas changé, mais moi, si. Et contrairement à la dernière fois où nos vies s’étaient croisées, je savais exactement à qui j’avais affaire… et à quel point ses caresses pouvaient devenir addictives.
Le cercle sélect du glamour, du sexe et du pouvoir était le terrain de jeu de Jax – mais, à présent, j’en connaissais les règles. Comme on dit dans le monde implacable des affaires : garde tes ennemis près de toi, et tes ex-amants, plus près encore…

Half Bad tome 2, Nuit rouge, Sally Green, Milan : Ça y est, Nathan est un vrai sorcier, il a reçu son don. Il va lutter à armes égales contre les sorciers blancs. Mais un terrible choix se présente à lui : choisir entre Marcus, son père, et Annalise, son amour.

Henderson’s boys tome 5, Le Prisonnier, Robert Muchamore, Casterman : Le nouveau volume des trépidantes aventures des jeunes recrues de CHERUB en pleine guerre mondiale, à l’époque de la naissance de l’organisation.
Devenu l’un des principaux agents de l’organisation CHERUB récemment créée par l’espion anglais Charles Henderson, Marc Kilgour, quatorze ans, se retrouve en Allemagne à Francfort, prisonnier d’un camp de travail nazi. Au terme de plusieurs tentatives d’évasion qui le voient frôler la mort de très près, le jeune garçon parvient finalement à fuir l’Allemagne, destination la France.
Renvoyé à l’orphelinat de Beauvais, Marc n’a de cesse de retrouver Henderson et son groupe clandestin. Il y parviendra après bien des péripéties, juste à temps pour se joindre à une nouvelle action d’éclat : participer à la destruction d’une base aérienne allemande et s’emparer d’un avion équipé d’un nouveau radar révolutionnaire, afin que les scientifiques anglais soient enfin en mesure d’en percer les secrets.

Pour un soir seulement, Thomas Raphaël, Flammarion : Julie doit se faire opérer, elle risque de ne pas se réveiller. La veille, elle modifie son annonce sur un site de rencontres.Son « pour la vie » devient « pour un soir seulement ». En moins de deux heures, elle reçoit 154 messages. Du jamais vu. Alors elle décide de repousser l’opération. Indéfiniment…Avec humour et fantaisie, le journal de Julie raconte une histoire de désir. Comment répondre à celui des autres quand on n’assume pas le sien ?

Le petit magasin des tricoteuses, Gil McNeil, City : Un an après la disparition de son mari, Jo Mackenzie commence enfin à accepter le fait d’être mère célibataire. Ses deux garçons sont heureux et la petite boutique de tricot que Jo a reprise se porte bien. Partie de Londres pour prendre un nouveau départ dans la petite station balnéaire de son enfance, Jo mène donc une vie plutôt tranquille. Jusqu’au jour où son passé remonte à la surface et bouscule, brusquement, son existence. Que faire quand les choses se compliquent ? Compter sur ses amies du club des tricoteuses. Parce que, parfois, tricoter et partager sont les seules choses qui permettent de garder la tête froide… Un formidable roman sur l’amitié, l’amour, les deuxièmes chances et la possibilité de reconstruire sa vie.

La main étrangère, Agnès Ruiz, City : Après avoir annoncé à son mari son intention de le quitter, Harténia est victime d’un accident de la route. Elle échappe de peu à la mort, mais souffre d’un traumatisme entraînant un très rare dysfonctionnement neurologique : le « syndrome de la main étrangère ». N’importe quand, contre sa volonté, la jeune femme perd le contrôle de sa main. Quelques jours plus tard, son mari, Valentin, la retrouve morte dans une chambre. Etranglée par sa propre main… Mais la police a beaucoup de peine à croire que quelqu’un puisse s’étrangler soi-même, d’autant que le mari fait un coupable idéal… Un peu trop ?

Châtié par le feu, Jeffery Deaver, Ombres noires : Hermosillo, Mexique. Alonso Maria Carillo, dit aussi Cuchillo, « le Couteau », jouit d’une réputation de parrain cruel et très efficace. On ne lui connaît qu’un seul vice: une passion pour les livres rares. Il en possède des milliers, qu’il collectionne compulsivement et conserve avec amour.
Aussi, lorsque Carillo est visé par un contrat, les deux hommes chargés de l’assassiner, Evans et Diaz, pensent que ce sera un jeu d’enfant. Un bel autodafé devrait remettre Cuchillo dans le droit chemin. C’était oublier qu’un parrain se laisse rarement déposséder de son bien.

Ben-Hur, Lewis Wallace, Archipoche : Jérusalem, à l’aube du Ier siècle. Judah Ben-Hur, prince juif et marchand prospère, retrouve son ami d’enfance, Messala, qui est à présent le commandant des légions romaines. Sa fonction, à l’opposé des idéaux de Ben-Hur, creuse l’écart entre eux deux, et les amène à se haïr.
Suite à un malheureux accident qu’il est accusé d’avoir provoqué, Ben-Hur est envoyé rejoindre les esclaves à la mine, tandis que sa famille est emprisonnée. Mais Messala, percuté par un char lors d’une course, révèle à Ben-Hur sur son lit de mort où sont enfermés ses proches.
Ben-Hur se lance alors à la recherche des siens. Sur la route, il croise le Christ, en chemin pour Golgotha où il doit être crucifié. Cette rencontre va bouleverser la vie de Ben-Hur à jamais, jusqu’à ébranler sa foi en Jehovah…

Du sang sous les collines, Marie-Bernadette Dupuy, Archipoche : Les corps d’un couple de marginaux ont été retrouvés dans un souterrain proche d’Angoulême !
Nouvelle recrue à la gendarmerie, Maud Delage est chargée d’enquêter sur ce double meurtre avec l’appui de ses collègues Irwan et Xavier qui ne sont pas indifférents à ses charmes.
Bientôt, de nouveaux crimes surviennent. Maud elle-même est en danger. Jusqu’où est-elle prête à aller… pour ne pas être la prochaine victime ?
Avec Du sang sous les collines, Marie-Bernadette Dupuy introduit une nouvelle héroïne : Maud, une jeune gendarme aussi intrépide qu’attachante. Elle a deux énigmes à résoudre dans ce premier volume – et pas le droit à l’erreur !

Cœur de brindille, Yves-Marie Robin, Sarbacane : Été 1975, Cité des Biscottes, dans le Nord de la France. Lolita dite Brindille, une adolescente de 15 ans, vit seule avec sa mère, alcoolique notoire. En vraie « fleur de béton », Brindille ne rêve que de partir – d’abord et avant tout, pour revoir son frère aîné Angelo, incarcéré à Marseille.
C’est à l’occasion d’une rencontre foudroyante avec un jeune jongleur travaillant dans un cirque tzigane qu’elle concrétise ce désir… au grand désarroi de son professeur de lycée, très attaché à cette élève atypique qui va se lancer à sa poursuite.
Mais Lolita laisse peu de traces ; lancée sur les routes avec le cirque, elle apprend le métier, change d’identité, s’adapte aux péripéties en suivant son instinct, toujours. En cargo, à pied ou sur la selle d’un scooter, elle ira jusqu’au bout de son aventure…
… par le chemin où naissent les légendes !

Expo 58, Jonathan Coe, Folio : Londres, 1958. Thomas Foley travaille au ministère de l’Information lorsqu’on lui propose de participer à l’Exposition universelle de Bruxelles. Mais superviser la construction du Pavillon britannique est plus dangereux qu’on ne pourrait le croire… Il est vite rejoint par de savoureux personnages : Chersky, un journaliste russe qui pose des questions à la manière du KGB, Tony, le scientifique anglais responsable d’une machine, la ZETA, qui pourrait faire avancer la technologie du nucléaire, Anneke, enfin, l’hôtesse qui va devenir sa garde rapprochée. En parodiant le roman d’espionnage, Coe médite sur le sens de nos existences. Il dresse le portrait d’une société tiraillée entre une certaine attirance pour la liberté et un attachement viscéral aux convenances.

Les enfants de Longbridge, Jonathan Coe, Folio : Ce volume contient : Bienvenue au club et Le Cercle fermé. Préface inédite de l’auteur.

La blouse roumaine, Catherine Cusset, Folio : « Quand Marc sera parti pour Paris, elle passera avec Al, à Boston ou à S., une nuit entière. Voilà seulement ce qui leur manque : une nuit, une nuit sans limites de temps, sans précipitation et sans peur. Et tout sera accompli. » On trouve dans ce premier roman de Catherine Cusset ce qui a fait la singularité et le succès des livres suivants : son écriture précise et crue explore les contradictions, les emportements et les impasses du désir féminin.

Au bord de la mer violette, Alain Jaubert, Folio : Un soir de l’été 1875, deux très jeunes gens, un Français et un Polonais, se rencontrent sur le Vieux-Port de Marseille au temps de sa splendeur. Ils sont profondément marqués par l’Odyssée, par Victor Hugo, par Jules Verne et surtout par Baudelaire. Ils rêvent d’aventures, de mers lointaines, de déserts ou de tempêtes, de peuples sauvages… L’un deviendra un célèbre poète français, connaîtra l’exil, l’errance, avant de revenir mourir dans la cité phocéenne. L’autre, marin pendant vingt ans, se métamorphosera en l’un des plus grands romanciers britanniques du XXe siècle.

Ceux du Nord-Ouest, Zadie Smith, Folio : Leah, Nathalie, Félix et Nathan ont grandi dans la cité de Caldwell, au nord-ouest de Londres. Ils se sont connus, aimés, ou juste frôlés, puis ont pris leur envol. Mais à l’approche de la quarantaine, ils vivent toujours dans ce quartier cosmopolite, où cohabitent la misère et une certaine réussite sociale. Leah ne veut pas d’enfant et prend la pilule en cachette. Nathalie n’a pas toujours été Nathalie. Nathan, lui, n’a pas su échapper à la drogue et son fantôme hante le quartier. Félix enfin croit bien s’en être sorti et s’apprête à conclure l’affaire du siècle, jusqu’à ce drame qui va traverser leur existence et les lier à tout jamais.

Atlantia, Ally Condie, Gallimard Jeunesse : Rio n’a qu’un rêve : quitter la cité sous-marine pour rejoindre sa sœur jumelle à la surface de la terre. Pourtant, elle est peut-être la seule à pouvoir sauver Atlantia des dangers qui la menacent. Guidée par son amour naissant, saura-t-elle écouter les voix du passé et révéler les vérités enfouies ?

Cœur de chêne, Alexander Kent, Phébus : Nous sommes en 1818 et la marine anglaise sort épuisée de trente ans d’incessants conflits. Le capitaine de vaisseau Adam Bolitho, qui vient de quitter le commandement de l’Athéna, n’aspire finalement qu’à une seule chose : un peu de tranquillité auprès de sa douce Lowenna, qu’il souhaite mener à l’autel. Mais, le lecteur l’aura deviné, l’Amirauté a d’autres ambitions, et lui confie le commandement d’une frégate flambant neuve de trente-huit canons, plus armée pour la diplomatie que pour la guerre, l’Onward.
Adam prend donc la mer et se voit chargé d’une mission sur les côtes barbaresques aux côtés d’une frégate française (prise aux mains des Anglais des années plus tôt), le Nautilus. Adam sera amené à voler au secours de l’ex-ennemi, témoignant une fois de plus de la fraternité exceptionnelle des gens de mer.
Peu à peu, la vieille génération cède sa place à celle des David Napier, Francis Troubridge et Elizabeth Bolitho. Faisons confiance à Alexander Kent pour leur réserver de trépidantes aventures.

Au nom de la liberté, Alexander Kent, Libretto : 1811. Après un repos bien mérité en Cornouailles auprès de sa douce Catherine, l’amiral Richard Bolitho est rappelé à Londres. Pour défendre les intérêts de l’Empire, l’Amirauté doit contenir les troubles en Amérique ¿ ou envisager la guerre avec ses amis de naguère. Si la voie de la diplomatie échoue, celle des armes s’imposera.
Pour cette mission à haut risque, Bolitho, promu amiral, devra compter sur le courage et la loyauté de ses plus fidèles officiers, et sur la confiance de ses proches. Menée par L’Indomptable, sa flotte devra également tenir la distance qui sépare Plymouth de la Nouvelle-Angleterre.
Dans les eaux troubles de l’Atlantique, l’escadron volant de l’amiral Bolitho sera confronté à une première et suprême épreuve. Il devra en découdre, au nom de la liberté.

Un doux parfum de mort, Guillermo Arriaga, Libretto : Ramon Castaños est un garçon que tout le monde aime bien au village, mais il a un grave problème pour la société mexicaine, il est un homme timide. Le jour où le cadavre de la jeune fille qui lui est prétendument promise est retrouvé dans les parages, tout le monde s’entend pour accuser le Gitan, ce coureur de jupons que tous les hommes détestent et dont il serait grand temps de se débarrasser. Mais Gabriela, la jeune épouse de l’honorable Pedro Salgado, sait que ce n’est pas le Gitan le coupable puisqu’au moment du meurtre elle était dans ses bras. Les policiers corrompus jusqu’à la moelle, sensés mener l’enquête, ne se posent qu’une question : combien pourra leur rapporter le corps ? Mais le Mexique est un pays d’honneur et de traditions, et c’est d’un commun accord que les villageois décident que Ramon doit laver son nom de cet affront et tuant lui-même le Gitan, d’autant que le vrai meurtrier, bien décidé, lui, à ne pas se faire piquer, s’amuse à souffler sur les braises. Et voici notre pauvre Ramon un pic à glace en main attendant au détour d’un chemin l’arrivée du Gitan.
Un grand livre mêlant à la fois roman policier, vaudeville sanglant, conte d’amour et gourmandise d’humour noir.

Passion et repentir, Wilkie Collins, Libretto : Sur le front franco-allemand, pendant la guerre de 1870, le hasard réunit deux jeunes Anglaises. Lorsqu’un obus frappe l’une d’entre elles, l’autre décide aussitôt d’usurper son identité pour rompre avec un passé infamant et vivre enfin une vie meilleure. Au début, tout se passe pour le mieux. Mais, très vite, les événements vont prendre un tour inattendu.
On peut faire confiance au génial Collins (1824-1889), rival et ami de Dickens, pour mettre les nerfs de ses lecteurs à vif. Ce féministe convaincu dresse ici l’un de ses plus beaux portraits de femmes : celui de Mercy, pécheresse repentie et amoureuse, confrontée à toutes les bassesses et à toutes les hypocrisies de la société victorienne, mais qui finit néanmoins par accepter les plus durs sacrifices pour faire triompher le bon droit et la vérité.

J’suis pas plus con qu’un autre, Henri Miller, Buchet-Chastel : « En général, j’aime ceux qui sont un peu, ou largement, fous. L’imbécile, non ! L’idiot, oui ! Il y a une grande distinction entre les deux. D’être fou, c’est d’être poète. Ce sont des imbéciles qui gouvernent le monde. »
Ce court texte, le seul que Miller ait jamais écrit en français, reprends inlassablement le meilleur de l’auteur : sa verve, son érudition, sa drôlerie libertaire, sa foi en la poésie et en l’homme. Comme souvent avec Miller, on se balade dans les recoins de sa mémoire, de ses réflexions. Il nous parle de ce qu’il a aimé, de ce qu’il a honni, de ce siècle qu’il a traversé les yeux grands ouverts et nous livre, une fois de plus, une joyeuse leçon de vie et d’intelligence.
Ode à la vie, l’art et la littérature, J’suis pas plus con qu’un autre fait revivre l’esprit frondeur et généreux du grand Henry Miller.

Publicités

3 thoughts on “Parutions de la semaine – 01/06/2015

  1. Quel travail à chaque fois ! Ouf cette semaine aucune tentation (j’ai quelques titres dans ma pal) et puis j’ai décidé de faire baisser ma PAL … 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s