Parutions de la semaine – 15/09/2014

Chaque dimanche, je vais faire un point sur les sorties de la semaine qui m’intéressent, en m’aidant du Livres Hebdo si j’arrive à l’avoir à temps ou en allant sur les sites des éditeurs que je suis. Cette semaine, lancement de la jolie collection üLtim, qui allie papeterie (avec carnet et agenda) et livre, dans une jolie fabrication et une couverture typographique très élégante !

Le Rouge et le noir, Stendhal, üLtim : Comme toutes les grandes œuvres littéraires, celle de Stendhal échappe à tous les superlatifs dont on a coutume de la charger comme une bête de somme. Que penser de Julien Sorel, de son ambition, de ses excès, de sa mentalité, de ses amours ? Que penser de Mme de Rênal et de Mathilde de la Mole ? C’est à peine si on a le temps de se le demander, tant Stendhal nous entraîne d’une plume urgente d’une aventure à l’autre. On assiste à des bals dans des hôtels particuliers parisiens, des intrigues politiques, des duels, des amours clandestines qu’abrite l’obscurité nocturne… Mais malgré tout ce qui nous sépare de cette France de 1830, une impression persiste tout au long de ce roman comparable à aucun autre : celle d’avoir déjà vécu ce que les personnages vivent, et de ressentir tout près de nous chacun de leurs soupirs et des battements de leur cœur.

Orgueil et préjugés, Jane Austen, üLtim : On a bien tort de penser, comme on le fait souvent, qu’Orgueil et Préjugés est une lecture exclusivement féminine, et exclusivement romantique. Ce serait oublier la plume incomparable de Jane Austen, son humour affuté qui arrache au lecteur, à chaque page, un éclat de rire. Ce serait oublier l’intelligence brillante dont son œuvre est pétrie, ces dialogues somptueux dont on aimerait pouvoir inventer soi-même ne serait-ce qu’une ou deux répliques dans le cours d’une conversation. Pour quiconque aime l’esprit et les histoires bien menées, il est impossible de ne pas s’attacher à ce livre et à ses personnages, dont le destin matrimonial – car oui, il n’est question ici que de mariage ! – vous tient en haleine jusqu’à la dernière ligne. Orgueil et Préjugés est une œuvre aussi profonde qu’elle est légère, aussi aisée à dévorer qu’impossible à oublier.

Dr Jekyll et Mr Hyde, Stevenson, üLtim : Rares sont les auteurs assez puissants pour créer des archétypes, ces personnages imaginaires si emblématiques que leur nom finit par passer dans le langage commun. Les Hamlet, les Don Quichotte et les Quasimodo dépassent de loin les œuvres qui les ont vus naître, poursuivant au sein des cultures humaines une existence indépendante et toujours riche en rebondissements. L’archétype légué à la littérature par Robert Louis Stevenson est tout à fait exceptionnel, parce qu’il est double : Jekyll ne va pas sans Hyde, ni Hyde sans Jekyll ; ils ne font qu’un. En faisant surgir, au milieu des brumes londoniennes, ce monstre aux deux visages, l’écrivain écossais nous livre l’un de ces motifs inépuisables que l’intelligence humaine n’aura de cesse de manipuler et d’interpréter, parce qu’elle y reconnaît son propre reflet. Du reste, on insiste trop rarement sur la qualité de l’écriture de Stevenson, où une subtilité et une richesse toutes britanniques s’allient à une puissance d’évocation rare et dévastatrice.

Une saison en enfer, Rimbaud, üLtim : Ici, point de jolis poèmes ciselés, de fleurettes ni de petits oiseaux. Pas de rimes savantes ni d’audaces de versification. La Saison, ce n’est pas ce genre de poésie. C’est une plongée au cœur d’une âme effrénée qui traverse une crise morale et intellectuelle aux allures de cataclysme. Le texte est dense, épais et lumineux comme du magma en fusion, charriant un torrent de souvenirs, d’images et de symboles à la fois cryptés et transparents. Il s’écoule à une vitesse vertigineuse – c’est Rimbaud ! – et laisse le lecteur tout abasourdi de ce qu’il vient de vivre, et avide de replonger dans cette fournaise. Ou bien, s’il se prend à feuilleter cette édition üLtim, de redécouvrir sous un jour nouveau le reste de l’œuvre rimbaldienne, depuis les premières Poésies jusqu’aux Illuminations.

Lieutenant Eve Dallas, tome 36, Préméditation du crime, Nora Roberts, J’ai Lu : À Manhattan, une femme est retrouvée morte au pied d’un immeuble, dépouillée de tout objet de valeur. Une agression qui aurait mal tourné ? Possible, mais le lieutenant Dallas ne s’en tient pas à une conclusion aussi simple. Comptable, femme aimée, maman attentionnée, Marta Dickenson n’était pas le genre de personne à qui l’on souhaite la mort. Pourtant, Eve doit bientôt se rendre à l’évidence : ce meurtre était hautement prémédité. Du sang retrouvé au sein du bâtiment, des dossiers confidentiels qui disparaissent… Pour résoudre cette énigme, Eve n’a d’autre choix que de s’immerger dans le monde impitoyable des affaires.

Lux tome 1, Obsidienne, Jennifer L. Amentroud, J’ai Lu : Quand Katy déménage dans un coin paumé de Virginie-Occidentale, elle s’attend à tout sauf à rencontrer des voisins de son âge. Déception, Daemon Black a beau être canon et avoir une sœur jumelle adorable, il n’en est pas moins insupportable et arrogant !
Lorsque Kat se rend compte que tout le monde semble fuir la famille Black, elle voit d’un autre œil la froide suffisance de Daemon. Pourra-t-elle encore l’éviter quand tout lui crie de s’en approcher ?

Les ombres de la nuit tome 11, Mac Rieve, Kresley Cole, J’ai Lu : Après avoir été capturé puis torturé sur l’île de l’Ordre durant plusieurs semaines, Will MacRieve a la mort dans l’âme. Anéanti, épuisé et tourmenté par son passé, le Lycae rêve de rejoindre l’antre du Fyre Dragán pour se jeter dans les flammes infernales. Pourtant, lors d’une vente aux enchères organisée par la Maison des Sorciers, il revient à la vie quand il aperçoit parmi les prisonniers celle qu’il reconnaît comme son âme sœur : Chloé Todd. Mais la sublime ernat, mise en vente au plus offrant, est aussi la fille du commandant Webb, l’homme le plus détesté du Mythos. L’homme que MacRieve hait par-dessus tout…

Troublée, Black Ops tome 5, Cindy Gerard, J’ai Lu : Wyatt Savage aimait Sophie à la folie… jusqu’à ce qu’elle épouse son meilleur ami Hugh. Douze ans plus tard, devenu membre des Black OPS, parcourant le monde à la recherche de grands criminels, Wyatt est un homme nouveau. Alors qu’il est de retour dans sa Géorgie natale, il reçoit contre toute attente un appel d’une Sophie dévastée. Celle qu’il n’a jamais pu oublier implore aujourd’hui son aide : sa fille Hope et une autre enfant ont été enlevées sous ses yeux. Divorcée, Sophie s’est spontanément tournée vers Wyatt, qui part la rejoindre au Salvador. Saura-t-il mettre de côté sa rancœur et retrouver les fillettes ?

L’homme de loi, Reidsville tome 1, Jo Goodman, J’ai Lu : Shérif de Reidsville, petite bourgade du Colorado, Wyatt Cooper vient frapper à la porte de Rachel Bailey. Nouvelle venue discrète et solitaire, elle éveille la curiosité des habitants. Pourtant Wyatt la connaît mieux que quiconque car, à son insu, il la surveille depuis des mois à la demande d’un mystérieux homme d’affaires, dont il vient aujourd’hui lui annoncer la mort. Maddox lègue à Rachel une mine, ainsi que la précieuse voie ferrée qui relie Reidsville au reste du monde. Seulement pour en garder le contrôle, elle doit se plier à une condition: épouser Wyatt.

La Farouche, tome 2 Terres d’Écosse, Mary Wine, J’ai Lu

Un ange diabolique, Julie Gardwood, J’ai Lu : Le marquis de Cainewood s’est juré de venger son frère. À bord de L’Émeraude, arborant le pavillon noir, le pirate défie les forces anglaises. Il a tendu son piège. Il ne lui reste qu’à attendre. Soudain, la porte s’ouvre, et Jade paraît. Dans un tourbillon de boucles rousses, elle le supplie de l’aider. Subjugué, il en oublie momentanément sa traque. Jamais une femme n’a à ce point enflammé cet incorrigible séducteur. Tous deux se trouvent alors pris dans un jeu de dupes, dont seul l’amour peut sortir vainqueur…

Les inoubliables, Jean-Marc Parisis, Flammarion : Une photo trouvée par hasard : cinq enfants juifs réfugiés à La Bachellerie pendant la guerre, arrêtés par les Allemands puis déportés avec leur mère après l’exécution de leur père. Ce beau village en Dordogne, l’auteur le connaît bien pour y avoir passé de longues vacances chez ses grands-parents, des années plus tard. Des jours de joie cernés d’un silence : on ne lui avait rien raconté de cette rafle de mars 1944, de ces hommes fusillés au village, de ce château incendié cachant des toiles de maîtres, mystérieusement disparues. Jean-Marc Parisis revient alors sur les lieux, enquête et retrouve Benjamin Schupack. À quatorze ans, Benjamin a pu échapper à la tragédie qui emporta sa mère, son frère cadet et une grande partie de sa famille. De cette rencontre essentielle naît un récit croisant l’Histoire et l’introspection, doublé d’une réflexion sur ce qui lie les êtres et les lieux dans le temps.

Delirium tome 2, Lauren Oliver, Le Livre de poche : Lena a découvert avec Alex ce sentiment interdit qu’est l’amour. Ensemble ils se sont enfuis, déterminés à gagner la Nature pour vivre leur passion. Mais seule Lena est parvenue à franchir la frontière, sans savoir si Alex est encore vivant. Aujourd’hui Lena a rejoint la résistance. Elle se voit confier une mission qui pourrait bien lui coûter la vie. Or une nouvelle rencontre vient remettre en question tous ses principes. Se battre pour avoir le droit d’aimer : cela a-t-il vraiment un sens ?
Plongez dans le deuxième tome de la trilogie Delirium, un savant mélange de science-fiction et de romance.

Warbreaker, Brandon Sanderson, Le Livre de poche : Voici l’histoire de deux sœurs : Siri, une jeune fille rebelle envoyée par son père pour épouser le tyrannique Dieu-Roi, et Vivenna, qui va tenter de la sauver de son sort. C’est aussi l’histoire de Chanteflamme, un autre dieu qui n’aime pas son travail, celle de Vasher, un immortel qui essaie de réparer les erreurs qu’il a commises autrefois, et de Saignenuit, sa mystérieuse épée. Dans leur monde, celui qui meurt auréolé de gloire devient un dieu et vit dans le panthéon du royaume d’Hallandren. C’est un monde transformé par la magie biochromatique, la magie du Souffle. Un Souffle qu’on ne récupère définitivement que sur un individu à la fois… Brandon Sanderson prouve une fois encore qu’il excelle dans la création d’un imaginaire avec ses mythes et sa magie propres.

Bird Box, Josh Malerman, Calmann-Lévy : Malorie élève ses enfants de la seule façon possible : barricadés chez eux. Dehors, il y a un danger terrible, sans nom. S’ils s’aventurent à l’extérieur, ce sera les yeux bandés pour rester en vie. S’ils ôtent leurs bandeaux, ils se donneront la mort avec une violence inouïe. Malorie a deux solutions : rester cachée avec ses enfants, isolée, ou bien entamer un terrifiant périple jusqu’au fleuve dans une tentative désespérée, presque vaine, pour rejoindre une hypothétique colonie de survivants. La maison est calme. Les portes sont verrouillées, les rideaux sont tirés, les matelas cloués aux fenêtres. Les enfants dorment dans la chambre de l’autre côté du couloir. Mais bientôt, elle devra les réveiller et leur bander les yeux. Aujourd’hui, ils doivent quitter la maison et jouer le tout pour le tout.   Un tour de force psychologique oppressant au cœur de l’Amérique contemporaine, dans une atmosphère de fin des temps digne d’un livre de Barjavel, de La Route de Cormac McCarthy ou du Jour des Triffides de John Wyndham. Bird Box revisite le roman post-apocalyptique et hisse son jeune auteur Josh Malerman parmi les grands noms du genre.

Ma vie dans les services secrets, 1943-1945, Noreen Riols, Calmann-Lévy : Lorsque la France s’effondre en 1940, Winston Churchill aide de Gaulle à passer à Londres et fonde le SOE, ou Special Operations Executive. Objectifs de cette armée secrète : infliger le maximum de pertes aux Allemands dans les pays qu’ils occupent, créer des réseaux de résistance et informer Londres des mouvements de l’ennemi. Pour cela, il faut former des agents bilingues capables de sauter en parachute, de tuer par tous les moyens, d’envoyer des informations par radio, de faire sauter des ponts… Et tout cela dans le plus grand secret, sécurité oblige. Noreen Riols sort à peine de l’adolescence lorsqu’elle se voit contrainte de travailler dans une usine de munitions ou de rejoindre la Royal Navy. Mais s’apercevant qu’elle parle couramment français, quelqu’un l’expédie dans un bâtiment de Baker Street où règne une activité aussi folle qu’entourée de mystère. Sans le savoir, Noreen Riols vient d’atterrir au QG du SOE. Recrutée à la section F (comme France), elle va travailler quatre ans durant sous les ordres du colonel Buckmaster et débriefer des agents revenus de France, servir d’appât, trouver des codes, faire passer des messages… Soixante-dix ans plus tard, seule survivante de la section F avec Bob Maloubier, Noreen se souvient de ce que furent ces années et nous dit les êtres d’un courage exceptionnel qui aidèrent tant la France à retrouver la liberté. Tour à tour aimables, plaisants, humoristiques et terrifiants, ces souvenirs sont l’œuvre d’une femme aussi exceptionnelle qu’extraordinairement modeste.

Tara Duncan tome 12, L’Ultime combat, Sophie Ardouin-Mamikonian, XO : Tout est-il perdu ? Tara Duncan est épuisée. La puis­sance de sa ter­ri­ble magie la met en pre­mière ligne pour lutter contre la comète qui tente tou­jours de dévas­ter les pla­nè­tes démons et d’en col­lec­ter les âmes. Lentement, mais sûre­ment, les sort­ce­liers plient sous les assauts inces­sants. Et les choses se com­pli­quent, lors­que la reine des elfes est assas­si­née dans le Palais de Tingapour. Qui veut empê­cher la reine de parler, et pour­quoi ? Sans comp­ter que l’his­toire d’amour entre Tara et Cal est suf­fi­sam­ment fra­gile pour que la jeune femme doute. Robin par­vien­dra-t-il à reconqué­rir le cœur de la belle héri­tière ?
Envoyés en mis­sion dans l’espace pro­fond, Tara, le magic­gang, mais aussi Archange, Maître Chem, Mourmur Duncan, Mara ou Selenba, vont déter­rer un secret enfoui depuis plus de cinq mille ans. Par une ironie du sort, Tara sera-t-elle sauvée par son pire ennemi, Magister ? Ou alors est-ce encore un coup tordu du Sangrave pour domi­ner l’uni­vers ?
L’ultime combat vient de com­men­cer. Et tous ne sur­vi­vront pas.

L’institut de beauté des rectifications mineures, Alexander McCall Smith, 1018 : La détective Mma Ramotswe se charge de deux affaires difficiles : d’abord, elle est contactée par l’avocate Mma Sheba, l’exécutrice testamentaire d’un agriculteur décédé. Mma Sheba croit que le jeune homme qui prétend être son neveu est en fait un usurpateur qui tente de détourner son héritage. Puis c’est la propriétaire de l’institut de beauté The Minor Adjustment qui demande conseils auprès de Ramotswe. L’ouverture de son nouvel institut a été éclipsée par le malheur : non seulement elle a reçu un email étrange, mais aussi des fausses rumeurs circulent prétendant que le salon utilise des produits dangereux pour la peau des clients. Est-ce que quelqu’un essaie de supprimer l’institut de la concurrence ? Pendant ce temps, au bureau, Mma Ramotswe a remarqué quelque chose de différent à propos de Grace Makutsi : elle est certainement enceinte… Mais au Botswana ­– pays ou la famille est plus importante que tout – cela peut s’avérer une raison de controverse comme de célébration.

Wild, Cheryl Strayed, 1018 : Lorsque sur un coup de tête, Cheryl Strayed enfile son sac à dos, elle n’a aucune idée de ce qui l’attend. Tout ce qu’elle sait, c’est que sa vie est un désastre. Entre une mère trop aimée, brutalement disparue, un divorce douloureux et un lourd passé de junky, Cheryl vacille. Pour tenir debout et affronter les fantômes de son passé, la jeune Cheryl n’a aucune réponse, mais un point de fuite : tout quitter pour une randonnée sur le « Chemin des crêtes du Pacifique ». Lancée au coeur d’une nature immense et sauvage, seule sous un sac à dos trop lourd, elle doit avancer pour survivre, sur 1700 kilomètres d’épuisement et d’effort, et réussir à atteindre le bout d’elle-même. Une histoire poignante et humaine, ou la marche se fait rédemption.

Baby Love, Joyce Maynard, 1018 : Les années 1970, une ville paumée des États-Unis. Filles-mères, Sandy, Tara, Wanda et Jill se racontent : boyfriends lâches ou disparus, potins de magazines, rêves en couleurs, et surtout, maternité. Car leur bébé, c’est leur seule réussite, l’unique preuve de leur importance. Elles le nourrissent, le dorlotent, le déguisent, jouent avec comme à la poupée, le malmènent, aussi. Une vie d’une banalité aussi touchante que terrifiante, jusqu’à l’arrivée de deux femmes meurtries en quête d’enfants, et d’un psychopathe en cavale…
Paru en 1981, ce premier roman tisse un émouvant portrait de femmes prises au piège de leur condition, ainsi qu’une chronique subtile de l’Amérique profonde. Sensible, et captivant.

En mer, Toine Heijmans, 1018 : À bord de son voilier Ismaël, Donald vogue. Trois mois durant, il écume la mer du Nord dans le silence et la solitude. Avant de retrouver sa femme qui l’attend, c’est Maria, sa fille de sept ans, qui le rejoint pour la dernière étape. Maria qui s’amuse à tenir la barre comme elle coiffe ses Barbies. Mer étale, complicité : la traversée s’annonce idyllique. Mais rapidement, les nuages noirs se profilent à l’horizon, et Donald semble de plus en plus tourmenté. Jusqu’à cette nuit cauchemardesque ou Maria disparaît du bateau alors que la tempête éclate…

Crime Song, Jake Arnott, 1018 : Alors qu’à Londres les Swinging Sixties dominent la ville et que les anglais célèbrent leur victoire à la Coupe du monde de football, un drame bouleverse le royaume : plusieurs policiers sont abattus de sang-froid. Autour de ces meurtres, trois hommes vont définitivement lier leur destin : Frank, un inspecteur ambitieux qui navigue en eaux troubles, Tony, journaliste pour la presse à scandales et Billy Porter, une petite frappe prise dans l’engrenage de la violence. Mixée par Jake Arnott, cette danse macabre donne un polar fiévreux à l’atmosphère sociale étouffante.

Fin de mi-temps pour le soldat Billy Lynn, Ben Fountain, 1018 : Parce qu’ils sont rescapés d’une embuscade, les huit miraculés de l’escouade Bravo deviennent du jour au lendemain les enfants chéris de l’Amérique. Accueillis entre les projecteurs et les honneurs de la Maison Blanche, ils ont même droit à une tournée victorieuse censée se dérouler à Dallas, lors du grand match de football de Thanksgiving. Pourtant, parmi eux, le jeune Billy Lynn ne se sent pas vraiment l’étoffe d’un héros. Difficile de se plier à la frénésie collective quand on est hanté par ce qu’on a laissé en Irak et qu’on risque de retrouver bientôt…

Ce qui nous lie, Samantha Bailly, Milady : Alice a un don. Les liens entre les individus lui apparaissent sous forme de fils lumineux. Un phénomène inexplicable qu’elle met à profit pour démasquer les hommes infidèles. Mais au fond, Alice n’aspire à retrouver une vie «normale», celle du bureau, des collègues et des relations simples. Son nouveau poste dans un cabinet de recrutement semble lui offrir tout cela, et plus encore.
Parmi les personnalités variées qui cohabitent dans l’open space, elle rencontre l’inaccessible Raphaël, qui ne la laisse pas indifférente. Le seul dont Alice n’arrive pas à percevoir les liens.

Furie de flammes, tome 1, Coreene Callahan, Milady : Les dragons vivent cachés parmi les hommes depuis toujours.
Mais la guerre opposant les Nightfury aux Razorback va mettre un terme à des siècles de clandestinité et pousser Bastian, leader de son clan, dans ses derniers retranchements.
Entièrement dévoué aux siens, ce dernier est confronté à un terrible dilemme : prendre pour compagne l’envoûtante Myst au risque de voir leur nuit de passion coûter la vie à la jeune femme, ou signer l’arrêt de mort définitif de toute son espèce…

Le destin des Highlands, Les chefs du clan Murray, tome 1, Milady : L’élue de son cœur deviendra-t-elle son ennemie jurée ?
Balfour Murray se sent irrésistiblement attiré par Maldie, la guérisseuse qui prend soin de son frère blessé. Animé par une profonde soif de vengeance, le guerrier a mis au point un plan pour provoquer la chute de son adversaire le plus redoutable, mais les hommes envoyés pour espionner le clan adverse ont été trahis et exécutés. Dans ces conditions, Balfour peut-il vraiment se fier à cette jeune inconnue qui entretient un mystère sur ses origines et laisser libre cours au désir qu’il éprouve pour elle ?

La confrérie des Lords tome 4, Pour l’amour d’un prisonnier, Mary Jo Putney, Milady

Les héritiers tome 3, L’ambassadeur et moi, Ruth Cardello, Milady : L’amour est aveugle… et il ne faut pas compter sur le mariage pour lui rendre la vue !
La vie de Lil est sens dessus dessous. Sur le point d’épouser un homme richissime, sa soeur fait appel à elle pour organiser le mariage du siècle en moins d’un mois. Cette jeune femme issue d’un milieu modeste n’a pas l’habitude de gérer des milliardaires et des paparazzis.
Bras droit de Dominic, Jake voit en Lil une catastrophe ambulante. Dès le premier jour, elle a été une source d’ennuis, mais comme son meilleur ami s’apprête à épouser sa soeur, il n’a d’autre choix que de l’aider. La jeune femme ne va pas tarder à le rendre complètement fou, dans la vie comme dans la chambre à coucher…

80 notes de blanc, Vina Jackson, Milady : Lily mène une vie d’étudiante paisible à Brighton.
Pourtant, elle se sent attirée par une existence moins conventionnelle et voudrait laisser libre cours à ses désirs les plus profonds. Quand elle décide de rejoindre son amie Liana à Londres, celle-ci lui ouvre les portes d’un monde grisant. Lily rencontre alors des hommes très différents qui vont révéler en elle des penchants insoupçonnés. La jeune femme a beau s’abandonner avec ivresse à ces nouvelles expériences, elle n’attend rien d’autre que l’amour. Finira-t-elle par s’apercevoir que ce qu’elle cherche se trouve sous ses yeux ?

La nuit dernière, Ruthie Knox, Milady : L’amour aux heures de pointe.
Mary mène une existence quasi monacale. Son emploi du temps est une mécanique bien huilée. Parmi les voyageurs qu’elle croise matin et soir dans le métro londonien, un homme ne la laisse pas indifférente.
Un soir, elle dépasse les trois verres de vin qu’elle s’autorise en soirée, et c’est le black-out. Quand elle se réveille dans le lit de ce bel inconnu, Mary se demande ce qui a bien pu se passer… En plus d’être irrésistible, Nev, sculpteur à ses heures perdues, est talentueux. Il n’en faut pas davantage pour faire chavirer le coeur de Mary. Mais la mère de Nev a d’autres projets pour l’avenir de son fils… et Mary n’en fait pas partie.

Sans issue, Mary Burton, Milady : Quand l’apprenti dépasse le maître…
Même derrière les barreaux, le tueur en série Harvey Lee Smith représente encore une menace. Pourtant Jolene Granger, psychologue, a accepté d’écouter ses derniers aveux avant son exécution. Car Harvey a encore des secrets à révéler : un apprenti poursuit son oeuvre macabre en enterrant vivantes ses victimes. Jo, troublée par sa fascination pour Harvey, va devoir collaborer avec son ex-mari, le ranger Brody Winchester, pour retrouver le meurtrier. Une traque morbide qui lui fera déterrer une vérité terrifiante…

Shelter bay tome 1, Celui qui m’est revenu, JoAnn Ross, Milady : Il est des traumatismes que seul l’amour peut faire oublier…
Après des années dans la Marine, Sax revient à Shelter Bay, sa ville natale. Il est bien décidé à oublier tout ce qu’il a traversé pendant son service pour retrouver une vie tranquille. Mais ce n’est pas sans difficulté : de vieilles rumeurs refont surface. À cette occasion, il renoue avec Kara, qui a toujours occupé une place à part dans son coeur. Alors qu’il se rapproche d’elle, un autre secret éclate au grand jour à Shelter Bay, mettant en péril leur idylle naissante.

Edenbrooke, Julianne Donaldson, Milady : En amour, rien ne se passe jamais comme prévu…
Éprise de liberté, Marianne Daventry n’est pas heureuse à Bath. Lorsque sa soeur l’invite à passer l’été à Edenbrooke, la jeune femme n’hésite pas une seconde. Devant parfaire son éducation, condition sine qua non pour pouvoir prétendre à l’héritage de sa grand-mère, Marianne tente désespérément de ne pas se laisser charmer par le maître des lieux, sir Philip, séducteur patenté. Parviendra-t-elle à contenir les élans de son coeur ou succombera-t-elle à son sourire ?

Une île, Tracy Garvis-Grave, Milady : « Car c’est là-bas que tout commence… »
Anna Emerson n’hésite pas un instant lorsque les Callahan lui proposent de se rendre aux Maldives pour donner des cours à leur fils T.J., en rémission d’un cancer. Mais rien ne se passe comme prévu : le jet privé à bord duquel ils ont embarqué se crashe au beau milieu de l’océan Indien.
Les voici naufragés sur une île déserte où ils vont devoir apprendre à survivre. Si l’adolescent rechute, rien ne pourra le sauver. Anna se sent malgré tout étrangement attirée par son compagnon d’infortune. Alors que chacun d’eux n’a plus que l’autre pour unique horizon, leur seule chance de s’en sortir est ce lien précieux qui ne cesse de grandir entre eux.

Rose Soie, Camille Adler, Milady : Paris, 1884. Rose de Saulnay est une jeune femme en avance sur son temps et a un goût immodéré pour la mode, ce que ne manque pas de lui reprocher son mari violent. C’est grâce à sa rencontre avec Alexander Wright, le couturier le plus en vue de la capitale, que Rose trouve le courage de réaliser son rêve : elle ouvre une boutique de confection. C’est le début d’une période à la fois difficile et grisante. Mais la passion qui lie Rose et Alexander se transforme peu à peu en un amour qui ne peut s’exposer au grand jour…

Le Sacrifice, Charlie Higson, PKJ : Rien n’est pire qu’un zombi dément.
Rien, vraiment ?
Alors imaginez-le intelligent… et terriblement affamé !

Au-delà des étoiles, Elizabeth Revis, PKJ : Dans 300 ans, Amy sortira de son sommeil glacé pour coloniser une nouvelle planète avec d’autres volontaires.
Mais, bien avant la fi n du voyage, Amy est débranchée…
On a tenté de la tuer.

Wash, Margaret Wrinkle, BelfondSensible, poétique, porté par une construction où s’enchevêtrent les voix de trois personnages, un premier roman comparé par une presse enthousiaste à Toni Morrison et William Faulkner, qui transcende les époques pour conter un épisode méconnu de l’histoire de l’esclavagisme aux États-Unis.
Sa force, Wash la puise dans les voix de ses ancêtres africains ; dans les souvenirs de sa mère, Mena ; dans les rituels chamaniques auxquels elle l’a initié dans son enfance ; dans les talismans qu’elle lui a légués ; et aujourd’hui, dans ces instants volés le long de la rivière, auprès de Pallas, esclave elle aussi, métisse et guérisseuse.
Sa force, c’est ce qui lui a permis de survivre. Aux humiliations de ses anciens maîtres, jaloux de sa capacité à endurer le pire sans jamais montrer sa douleur ; aux coups qui lui ont ôté un oeil ; au marquage au fer rouge, sur sa joue, de la lettre des fugitifs.
Cette force, c’est ce qui l’aide à supporter que Richardson, son maître, pour sauver la plantation d’une ruine annoncée, l’utilise désormais comme étalon reproducteur. Qu’il le loue chaque vendredi aux propriétaires voisins pour féconder leurs esclaves.
Et quand sa force vacille, Wash se raccroche à Pallas et l’écoute parler du lien qui unit maître et esclaves dans une toile d’araignée aussi fragile qu’inévitable.

Mauvaise compagnie, Linwood Barclay, BelfondAprès Mauvais pas et Mauvais garçons, la suite de la série culte du créateur de frissons. Un thriller haletant et désopilant ou quand un gaffeur patenté s’improvise chasseur d’ours et débusque à la place un nid de psychopathes…
Zack Walker, ex-auteur de science-fiction à l’imagination trop débordante, aujourd’hui reconverti en journaliste pour un quotidien local, pensait en avoir fini avec ses névroses.
C’était sans compter la nouvelle du jour : un cadavre gît dans la petite bourgade de Crystal Lake. Et comme par hasard juste devant le chalet où le père de Zack coule une retraite paisible.
Il n’en fallait pas plus pour relancer la paranoïa légendaire du reporter. Alors que la police voit dans ce corps déchiqueté l’oeuvre d’un ours affamé, Zack, lui, a d’autres théories : et s’il s’agissait d’un complot meurtrier ? Et si les bois tranquilles de Crystal Lake abritaient une nouvelle place forte du terrorisme ?
Menaces anonymes adressées au maire, bons voisins extrémistes, secrets de famille bien cachés. Lancé dans une dangereuse enquête, Zack Walker prouvera une fois de plus sa capacité hors normes à s’attirer des ennuis.

Régiment de femmes, Clemence Dane, BelfondVénéneux, intense, d’une grande profondeur psychologique, le premier roman d’une des figures de la scène littéraire britannique du XXe siècle. Dans le huis clos d’un pensionnat de jeunes filles, passions et amitiés s’exacerbent pour tourner à un impitoyable affrontement. La redécouverte d’une oeuvre surprenante d’audace sur la soif de pouvoir et de domination.
Dans un pensionnat de jeunes filles de la campagne anglaise, dans les années 1920
Qu’il s’agisse de ses élèves, de ses collègues ou de sa directrice, Clare Hartwill règne en maître sur la pension de Bournemouth. Institutrice au charisme indéniable, amoureuse des lettres et des arts, elle a dédié sa vie à l’enseignement et se déplace constamment entourée d’une cour d’adolescentes prêtes à tout pour recueillir un de ses rares compliments.
Tout le contraire d’Alwynn. Cette jeune enseignante, tout fraîche débarquée de sa campagne, entoure ses élèves d’affection, les amuse, les valorise, quitte à en oublier parfois, par spontanéité plutôt que par malice, les usages de la vénérable institution.
Clare devrait haïr Alwynn mais contre toute attente, la naïveté de la jeune femme l’intrigue et l’attendrit et entre les deux jeunes femmes naît une amitié aussi profonde qu’inespérée.
Mais Clare ne saurait s’en contenter. Véritable vampire des sentiments, elle veut Alwynn tout entière, à elle seule. Telle la gorgone prête à dévorer sa proie, Clare va tenter le tout pour le tout pour s’inféoder à jamais l’amour et l’admiration de la jeune femme.
A ce jeu de pouvoir, qui de la sombre chercheuse d’âme ou de la frêle innocente aura le dernier mot ?

Lettre de la Wehrmacht, Perrin : De 1939 à 1945, les soldats de la Wehrmacht n’ont cessé d’écrire à leurs proches. En rassemblant leurs lettres les plus fortes et éclairantes, c’est la Seconde Guerre Mondiale vue de l’intérieur que l’on découvre.
Préface de Timothy Snyder.
« Ce recueil a une grande valeur : il nous force à penser la Seconde Guerre mondiale en des termes plus universels qu’il ne nous plairait. »
Timothy Snyder
Pendant toute la durée de la Seconde Guerre mondiale, les 17 millions de soldats de la Wehrmacht n’ont cessé d’écrire à leurs proches. Leurs lettres font partie des rares documents écrits sur le vif qui proposent une vision du conflit par ceux qui l’ont fait. Elles sont pour l’essentiel publiées ici pour la première fois.
C’est une guerre du quotidien qui y est décrite, sur tous les fronts, de l’invasion de la Pologne à la chute de Berlin. Si nombre de lettres de la campagne de France en 1940 ou au début de l’opération Barbarossa sont porteuses de l’espoir de participer au renouveau de la Grande Allemagne, les correspondances qui suivent la défaite de Stalingrad ou le débarquement de Normandie sont de plus en plus sombres.
Au fil des pages, le lecteur assiste aux désillusions des soldats, à leur détresse face à la brutalité de la guerre, à la dégradation des conditions physiques et matérielles. Mais, parce que ces hommes sont le fer de lance du nazisme en guerre, se lisent aussi l’exaltation de la foi envers l’Allemagne et Hitler, leur participation aux massacres de populations civiles et la prégnance de l’idéologie nazie au sein des troupes du IIIe Reich.

Le Joyau, Amy Ewing, Robert LaffontVous êtes plus précieuse que vous ne le pensez.
Le Joyau, haut lieu et coeur de la cité solitaire, représente la richesse, la beauté, la royauté.
Mais pour une jeune fille pauvre comme Violet Lasting, le Joyau est avant tout synonyme de servitude. Et pas n’importe laquelle : Violet a été formée pour devenir Mère-Porteuse. Car dans le Joyau, le vrai luxe est la descendance…
Achetée lors de la Vente aux Enchères par la Duchesse du Lac, Violet – le lot 197, son nom officiel – va rapidement découvrir la réalité brutale qui se cache derrière l’étincelante façade du Joyau. S’exercer à la cruauté, à la trahison et aux coups bas est la distraction favorite de la noblesse. Violet doit accepter son sort et tâcher de rester en vie.
C’est pourtant dans ce sinistre quotidien qu’elle tombe amoureuse d’un séduisant garçon, loué pour servir de compagnon à la nièce aigrie de la Duchesse. Cette relation interdite vaudra aux jeunes amants d’affronter les plus grands des dangers…

Geek Sublime, Vikram Chandra, Robert LaffontUn brillant essai sur le codage informatique et ses liens étroits avec la littérature : geek et insolite.
L’informatique est un langage, au même titre que la musique, la danse ou la littérature. Pour le romancier Vikram Chandra, un bon codage devrait avoir autant d’élégance qu’un poème. Tout en revenant sur son propre parcours (il a financé ses études littéraires en assemblant des lignes de code), il nous raconte une passionnante histoire de l’informatique.
Avec humour et pédagogie, Chandra nous explique le fonctionnement des « portes logiques » ; nous apprend à construire un ordinateur avec des cure-dents ; dépeint la « mafia indienne » de la Silicon Valley ; voit dans le sanskrit la langue la mieux adaptée à la programmation ; et dessine une typologie hilarante des geeks, dont il égratigne au passage la misogynie…
Éloge de la fiction, éloge de l’informatique et surtout éloge de la culture, Geek Sublime crée des passerelles audacieuses entre des univers que l’on croyait hétérogènes. Passionnant et d’une originalité totale, cet essai éveille la curiosité autant qu’il ouvre l’esprit.

High-Opp, Frank Herbert, Robert LaffontLe roman inédit de l’auteur de Dune.
Après des décennies de désordres, un gouvernement mondial s’est imposé sur notre planète. Il tire – du moins officiellement – sa légitimité de l’opinion publique et fonde ses décisions sur des sondages quotidiens. Le Coordinateur assume l’autorité suprême sur les bureaux : Bur-Opp, le Bureau des Opinions, Bur-Cont, Bur-Psy, Bur-Trans et autres administrations , dont les dirigeants se livrent à d’incessantes luttes d’influence.
Chargé d’assurer l’entente entre les bureaux, Daniel Movius est le Liaitor. Mais, victime d’un conflit avec un rival, le voilà débarqué, perdant ses privilèges de High-Opp et renvoyé dans les rangs des Low-Opps, qui occupent les emplois subalternes et survivent misérablement dans les Terriers. Ici, le mécontentement gronde, et une crise pourrait bien survenir qui risquerait de mettre en péril la civilisation sur toute la planète.
Instruit par sa chute et sa découverte du monde clandestin des Seps, les Séparatistes, qui défendent la valeur de l’individu contre la machine bureaucratique, Movius reprendra-t-il le chemin des sommets ?
Demeuré inédit jusqu’à ce jour, refusé à l’époque et sans doute retrouvé dans les archives d’un agent littéraire, High-Opp est le roman des débuts de Frank Herbert. Il annonce les chefs-d’oeuvre ultérieurs, dont Dune et Dosadi, par sa richesse d’idées et sa défense des valeurs humaines contre toute forme de tyrannie.
Une postface de Gérard Klein replace ce roman dans son époque et tente d’expliquer pourquoi il a si longtemps été ignoré.

La rééducation sentimentale, Emma Cavalier, Pocket : Au départ, c’était un simple jeu. Camille, 32 ans, fraîchement divorcée, succombe immédiatement à Antoine, écrivain célèbre, libertin, sulfureux. Usant de la frustration de la jeune femme, il la pousse à accomplir tous ses fantasmes et réveille en elle un désir depuis longtemps oublié. Les propositions sont indécentes, les rencontres torrides. Elle ne pense plus qu’à lui, partout, tout le temps. Sans s’en rendre compte, Camille abandonne tous ses interdits. Le jeu s’emballe. Qui pourra l’arrêter ?

Chuuut ! Jeannine Boissard, Pocket : Un beau château entouré de vignes, près de Cognac. C’est celui d’Edmond de Saint Junien, exploitant du « nectar des dieux ».
Devise de la famille : « On se tait, on se tient ! » Quoi qu’il arrive. Et même lorsqu’il s’agit de Roselyne, la fille aînée, « perdue », dont on est sans nouvelles depuis des années.
L’arrivée au domaine de son fils, Nils, dix-huit ans, dont tous ignoraient l’existence, va faire exploser un secret de famille et voler en éclats l’unité apparente des Saint Junien…

La trahison des Borgia, tome 2, Francesca, Sara Poole, Pocket : 1493. Voilà un an que les Borgia règnent sur la chrétienté, depuis que Rodrigo est devenu le pape Alexandre VI. Et si les talents d’empoisonneuse de Francesca ont grandement contribué à son ascension, sa science est désormais le seul rempart contre tous ceux qui veulent attenter à la vie du pape.
Car de ses cryptes cachées à ses rues écrasées de soleil, Rome abrite autant de traîtres que de fanatiques. Et Francesca va devoir affronter ses propres démons pour déjouer un compot visant à détruire les Borgia, à prendre le contrôle de la chrétienté et à plonger pour toujours le monde dans les ténèbres.

Journal d’une courtisane, Priya Parmar, Pocket

La malédiction du Norfolk, Karen Maitland, Sonatine1208. Le pape Innocent III, en conflit avec le roi Jean, prononce un interdit sur tout le royaume d’Angleterre. Les églises et les cimetières sont fermés, le haut clergé quitte le pays, les prêtres ont défense de célébrer les offices ou de conférer les sacrements – ni confession, ni mariage, ni extrême-onction. S’ensuit un véritable chaos spirituel dans le royaume, en particulier chez les plus démunis, ceux pour qui la foi est le seul recours. C’est dans ce contexte particulièrement difficile qu’une jeune paysanne, Elena, est appelée au service du seigneur de Gastmere, dans le comté de Norfolk. Là, on l’oblige à s’adonner à un étrange rituel, celui des « mangeurs de péchés », consistant, en l’absence d’extrême-onction, à prendre sur sa conscience tous les péchés non expiés d’un mourant. Cette cérémonie va être le début d’une véritable descente aux enfers pour la jeune fille qui se retrouve bientôt accusée de meurtre. Son cauchemar ne fait que commencer…

Nu dans le jardin d’Eden, Harry Crews, Points Seuil : Garden Hills est une véritable cour des miracles. La mine a fermé, les habitants ont déserté. Dans l’espoir du retour de Jack O’Boylan, magnat de l’industrie, douze familles survivent sous le joug d’un homme : l’obèse Fat Man, propriétaire des terrains, reclus chez lui. Décidé à convertir la ville-fantôme à la modernité, Dolly, ex-reine de beauté, est prête à tout pour abattre les vieilles idoles.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s