Challenge 2#1 – La femme de l’aviateur

La femme de l'aviateur

L’histoire de celle qui accompagna Lindbergh dans la vie comme dans les airs !

Dans la lignée d’autres titres du même genre, comme L’héroïne américaine qui raconte l’histoire de Brownie Wise, l’inventrice de Tupperware, ou encore plus Z Le Roman de Zelda, sur la femme de Fitzgerald, Melanie Benjamin nous propose ici l’histoire de celle qui, dans l’ombre, a œuvré pour son mari au détriment de ses propres désirs : Anne Morrow Lindbergh.

Lindbergh, tout le monde connaît : l’Aigle Solitaire, le premier à avoir traversé l’Atlantique en solitaire en avion. Un type beau comme un acteur de cinéma. Et puis, quand on commence à lire ce livre, écrit selon le point de vue de sa femme, on désenchante.

Au début, lors de leur rencontre, c’est le héros des temps modernes. Ils se marient, et Charles va pousser sa femme, Anne, de plus en plus loin. Elle deviendra son co-pilote, et sera l’une des pionnières de l’aviation féminine ! Mais plusieurs tragédies vont entacher leurs relations, notamment l’omniprésence des médias, qui rendent impossible toute action privée, et surtout l’enlèvement et la mort de leur petit garçon de vingt mois. À l’époque, la presse s’est véritablement emparée, voracement, de ce fais divers sordide, ce qui n’a pas aidé le destin tragique du bébé.

Par ailleurs, on découvre un côté de Lindbergh très froid, sévère, sans cœur. Et à côté, cette femme qui est prête à tout pour lui. C’est un duo, c’est un duel, c’est une union et une désunion en même temps. Ce qui les rapproche les éloigne. On pensait avoir affaire à un couple, mais c’est la solitude qui est la plus représentée.

Nous ne sommes pas là dans une biographie, mais bien dans un roman. En revanche, les faits décrits par l’auteur sont réels, notamment l’admiration de Charles pour le système nazi ou encore son antisémitisme latent. L’homme se dévoile derrière le héros. Et Anne se retrouve tiraillée entre son rôle de l’époque, celui de femme au foyer, à élever ses enfants en l’absence de son mari, et celui d’une femme moderne, lettrée, volontaire.

On commence dans le conte de fées, et on finit dans la tragédie la plus complète, qui culmine avec les révélations de Charles sur son lit de mort.

Un livre à lire ne serait-ce que pour en savoir plus sur cet homme et cette femme qui restent exceptionnels malgré leurs fêlures, au vu du rôle qu’ils ont eu, tous les deux, dans le développement de l’aviation du siècle dernier.

La femme de l’aviateur, Melanie Benjamin, Michel Lafon, 2014

Ete Mucha_TWBB

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.