Parutions de la semaine – 30/06/2014

Chaque dimanche, je vais faire un point sur les sorties de la semaine qui m’intéressent, en m’aidant du Livres Hebdo si j’arrive à l’avoir à temps ou en allant sur les sites des éditeurs que je suis. Pas mal de titres cette semaine !

Les anges gardiens, Kristina Ohlsson, J’ai Lu : L’inspecteur Frederika Bergman vient à peine d’accoucher mais ne supporte pas de rester inactive. Lorsque le corps décapité d’une jeune femme est découvert dans une forêt proche de Stockholm, elle en profite pour aider son équipe. Les policiers remontent la piste d’une vieille femme murée dans son silence tandis que Frederika découvre que le nom du père de son bébé apparaît en lien avec l’affaire.

L’été de toutes les peurs, Mary Jane Clark, Le Livre de poche : Quand Janie, sept ans, et sa nourrice disparaissent en plein jour dans une banlieue résidentielle de New York, toute l’Amérique est en émoi. Et pour cause : Janie n’est autre que la fille unique d’Eliza Blake, la célèbre présentatrice de Key News, la chaîne de télévision la plus regardée du pays. Les suspects sont nombreux : la fille de la nourrice, qui s’est volatilisée depuis l’enlèvement ? un pédophile récidiviste aperçu le même jour non loin de chez Eliza ? une femme psychologiquement perturbée, persuadée que Janie est sa fille ?… Le FBI piétine. Et le temps presse. À moins qu’il ne soit trop tard… Une demande de rançon n’aurait-elle pas déjà dû être envoyée ?

Ruth, Elizabeth Gaskell, Archipoche : Orpheline, la jeune et naïve Ruth est placée dans l’atelier de couture de Mrs Mason. Lors d’un bal, elle rencontre Henry Bellingham, un fils de bonne famille, avec qui elle noue bientôt une belle amitié, se muant en passion amoureuse, à rebours des conventions sociales. Jugée « fille perdue », Ruth est congédiée. Elle se réfugie au Pays de Galles avec Bellingham qui l’abandonne dès qu’il apprend qu’elle est enceinte.
Tentée de se suicider, elle est recueillie par le pasteur Benson et sa sœur Faith, qui l’aiment et la respectent. La faisant passer pour veuve afin de lui éviter la disgrâce, ainsi qu’à son futur enfant, ils parviennent à la faire entrer au service d’un homme d’affaires, Mr Bradshow. Mais le retour de Bellingham menace son secret… Lorsque Mr Bradshow l’apprend, il chasse sans ménagement l’infortunée. Devenue infirmière, Ruth se donnera corps et âme à son nouveau métier. Et la voici enfin aimée, sinon admirée de tous…
Avec Ruth, Elizabeth Gaskell trace le portrait émouvant d’une jeune victime de l’hypocrisie victorienne, toujours sûre de son bon droit et de ses préjugés.

L’été où je suis devenue jolie, l’intégrale, Jenny Han, Albin Michel : Belly, et les deux frères Conrad et Jeremiah, se connaissent depuis toujours. Chaque été, ils se retrouvent avec leurs parents à la maison de la plage. Entre les baignades, les pichets de thé glacé, et le goût salé de l’océan, il n’y a pas un nuage à l’horizon. Mais, lorsque la mère des garçons tombe gravement malade, les trois ados vont devoir grandir. Belly aime depuis toujours le sombre Conrad, mais c’est dans les bras de Jeremiah qu’elle trouve du réconfort.
Bientôt, un mariage est annoncé, et, lorsqu’on a la vie devant soi, il ne faut pas se tromper…
« Tout est juste dans le roman de Jenny Han, qui évoque avec délicatesse la confusion des sentiments dans la tête et le cœur des adolescents. » Le Figaro Littéraire

Le cycle des Sept, l’intégrale, Nora Roberts, J’ai Lu : Dans la petite ville de Hawkins Hollow, trois amis mêlent leur sang sur l’autel de la Pierre Païenne, faisant le serment de rester liés à jamais. Mais une simple soirée entre adolescents va se transformer en nuit d’horreur… Tous les sept ans, ils voient leur ville dévastée par une série d’événements inexplicables et terrifiants. Vingt et un ans plus tard, aura lieu l’épreuve de force entre le Mal et les garçons devenus des hommes.

Rebelles, Anna Godbersen, Le Livre de poche : Dans le New York de la fin du XIXe siècle, Elizabeth Holland n’a aucune envie d’épouser Henry Schoonmaker, le riche fiancé choisi par ses parents, d’autant plus qu’elle aime Will, le domestique de la maison. Elles sont belles, riches, snobs, amoureuses et prêtes à tout pour trouver un mec, l’argent et la gloire… Scandales, drames et complots sur fond d’humour et de passion : le roman d’une jeune fille libre en 1899 à Manhattan.

Tous sans exception, Anna Quindlen, Le Livre de poche : Mary Beth Latham a tout pour être heureuse. Elle a construit sa vie autour de sa famille et veille au bien-être de chacun de ses membres. Quand l’un de ses fils paraît sombrer dans la dépression, c’est tout naturellement qu’elle se consacre à lui, sans avoir conscience de l’imminence d’une tout autre tragédie. Car le petit monde de Mary Beth va brutalement basculer… À travers ce bouleversant portrait de femme, Anna Quindlen évoque à la fois la culpabilité, le deuil, la détermination et notre capacité à trouver la force d’affronter nos peurs les plus intimes. Tous sans exception est une courageuse ode à la vie et un poignant testament d’amour.

L’insoumise, Martine Desèvre, J’ai Lu : En France, sous le règne de François Ier, l’orpheline Raphaëlle Aslet est initiée très jeune à l’art de l’orfèvrerie. A 18 ans, elle excelle dans la création de joyaux originaux. Résolue à vivre de son art, elle se rend à Paris afin d’y exercer ses talents. Mais revers et infortunes l’attendent dans une ville où elle doit affronter la misogynie et le rejet de toute une corporation.

Confession d’un barjo, Philip K. Dick, J’ai Lu : Jack Isidore, le barjo, est un naïf perdu dans l’imaginaire. Fay Hume, sa soeur, est une femme intelligente, séduisante et foncièrement égoïste, mariée à Charley Hume, buveur de bière. Fay oriente son attention vers Nathan Anteil, intellectuel marié et étudiant en droit. L’existence de ces quatre personnages s’enchevêtre alors en une véritable critique de la raison pratique, version USA 1972.

Si vous aimez jouer, Sylvia Day, J’ai Lu : Maria Winter est jeune, belle et veuve pour la seconde fois. La police du roi rêve de la voir pendue, mais elle est trop maligne pour se faire arrêter, alors ils relâchent Christopher St. John, le plus beau et le plus dangereux pirate d’Angleterre pour qu’il la séduise et la perde.

En toute confiance, Ann Rule, Le Livre de poche : Mariés depuis une quinzaine d’années, Danny et Joanne Lindstrom veulent un enfant. En vain. Ces échecs répétés mettent à mal leur couple. Dans l’espoir de raviver la magie des premiers jours de leur amour, ils décident de partir camper sur la côte Ouest des Etats-Unis, et de randonner dans la chaîne des Cascades. L’escapade romantique va vite tourner au cauchemar. Danny disparaît dans des circonstances mystérieuses. Joanne seule, livrée à elle-même, perdue dans une nature hostile, n’a pas le choix : pour s’en sortir, pour survivre, elle doit accepter l’aide de Duane Demich, un autre randonneur, qui lui propose de la guider jusqu’à la ville la plus proche et semble bien connaître la forêt et ses dangers.

Meurtre dans le boudoir, Frédéric Lenormand, Le Livre de poche : Alors qu’il est sur le point de faire paraître ses Lettres philosophiques anglaises, écrit subversif qu’il nie avoir écrit, Voltaire s’empêtre à nouveau dans des crimes qu’il n’a pas commis. Un assassin s’en prend à des hommes d’importance, de préférence en aimable compagnie, et les élimine suivant des mises en scène inspirées d’ouvrages licencieux. Soucieux d’amadouer le lieutenant de police Hérault, voici Voltaire contraint de hanter les maisons de passe, les librairies clandestines et les bureaux de la censure sur les traces d’un illuminé qui qui semble s’être pris de haine pour les libertins. L’aide du bon abbé Linant et de la brillante Émilie du Châtelet ne sera pas de trop pour tenter de garder en vie l’esprit le plus pétulant de son siècle. La baronne meurt à cinq heures, premier volet de la série « Voltaire mène l’enquête », a reçu les prix HistoriaArsène Lupin et le prix du Zinc.

Après l’orgie, Jean-Michel Olivier, Le Livre de poche : « Je suis née à Shanghai, par accident. Ma mère était ouvreuse au Lotus bleu, un cinéma permanent du quartier de Pudong. » Ainsi commence l’étrange confession de Ming, chinoise de vingt-cinq ans. Au psy qui l’interroge, elle raconte son enfance en Asie, son adoption par un couple d’Américains puis son éducation en Suisse. Sa carrière de mannequin. La violence des images. Ses joies et ses blessures. Son désir d’échapper au spectacle. Quels crimes a-t-elle commis ? Pourquoi ce besoin impérieux d’avouer ? Une fois la fête finie, les plaisirs épuisés, le monde parcouru en tous sens, reste une question cruciale : que faire après l’orgie ?

18 Lunes, Kami Garcia et Margaret Stohl, Le Livre de poche : Je pensais que rien ne me surprendrait plus. Jamais. Que Lena et moi avions connu le pire, survécu à l’impossible. Mais ces derniers temps, notre bonne vieille bourgade de Gatlin est en proie à une série de fléaux dignes de l’Apocalypse. Il y a aussi ces cauchemars et ces visions étranges qui ne cessent de me hanter. Et toutes ces choses que j’oublie, ces moments où je ne me reconnais plus moi-même. La malédiction de la lune, les Enchanteurs des Ténèbres, la Garde Suprême : quelle est ma place, à moi, dans tout cela ?

Le dixième anniversaire, James Patterson, Le Livre de poche : La cérémonie de mariage du sergent Lindsay Boxer n’est bientôt plus qu’un lointain souvenir lorsqu’elle est appelée pour enquêter sur une affaire sordide : une adolescente a été retrouvée mourante sur la voie publique, et le bébé qu’elle venait de mettre au monde a disparu. La jeune fille dit ne se souvenir de rien, mais elle semble pourtant cacher de lourds secrets… Pendant ce temps, Yuki Castellano, l’assistante du procureur, gère le procès le plus important de sa carrière : une femme accusée d’avoir tué son mari devant leurs deux jeunes enfants. Yuki veut convaincre les jurés de sa culpabilité, tandis que Lindsay découvre des preuves susceptibles de l’innocenter. Il lui faut choisir : doit-elle faire confiance à sa meilleure amie, ou suivre son instinct ? Rythme implacable, émotions fortes, de nouvelles aventures du Women’s Murder Club qui se révèlent plus étourdissantes que jamais.

Orchidée fixe, Serge Bramly, Le Livre de poche

Insatiable, S. C. Stephens, Hugo : S’aimer est simple, se faire confiance est parfois plus difficile… La serie phénomène de S.C. Stephens est de retour, avec son couple désormais mythique : Kiera et Kellan. Dans Indécise, le premier volet de la trilogie, Kiera s’était retrouvé en plein milieu d’un triangle amoureux, avec son lot de mensonge, de trahison et de souffrance. S’ils sont parvenus à s’avouer leur amour, si Kiera a enfin fait son choix et quitté Denny, si Kellan et elle forment désormais un véritable couple, leur vie ne sera pas pour autant un long fleuve tranquille. Alors qu’ils s’étaient rapprochés à l’occasion de l’absence de Denny, c’est maintenant au tour de Kellan de laisser seule la fragile Kiera. Son groupe a décroché une tournée et le très sexy chanteur des D-Bags doit donc s’absenter. Kiera devra tirer les enseignements de ses erreurs passées et prendre de l’assurance ; Kellan, lui, devra apprendre à se confier ; bref le jeune couple devra se faire confiance. Et leur relation étant née dans la trahison, cela ne s’annonce pas facile ! Y parviendront-ils ? Un parcours vers l’âge adulte plein de sensibilité, de sensualité et non dénué d’humour.

Moi, j’attends de voir passer un pingouin, Geneviève Brisac, 1018 : Un livre, c’est d’abord une voix. Ici celle d’une femme qui tient chronique des jours qui passent en songeant, comme le faisait Gauguin, qu’on se fout de la réalité. De toutes manières, la vie est si pleine de choses redoutables.
Surgissent une femme de ménage- Céleste- qui porte le même prénom que celle de Marcel Proust, un fils rebelle, un lapin nain nommé Grateful, un rat frileux, des buffles, un chat impossible à abandonner, sans oublier Flush, le seul épagneul immortalisé par Virginia Woolf.
Et ce n’est plus un livre mais une fable urbaine et légendaire, ou bouillonne notre condition humaine.

À l’aveuglette, Patricia Wentworth, 1018 : Flossie Palmer travaille depuis peu dans les cuisines du 16 Valley Street. C’est sa responsabilité de veiller à ce que les plateaux soient montés chez Mlle Rowland en respectant un horaire scrupuleux. Mais son emploi n’aura duré que quelques heures avant qu’elle se retrouve à courir dans les rues brumeuses de Londres, son coeur battant la chamade, n’osant s’arrêter de peur d’entendre les bruits de pas qui peut-être la suivent. Alors qu’elle explorait le salon de la grande maison, un miroir de six pieds s’est déplacé pour révéler un trou béant – et de l’obscurité, a surgi le visage ensanglanté d’un homme…
Un inédit de la reine du roman à énigme, auteur d’une célèbre série mettant en scène Miss Silver, une délicieuse vieille dame douée d’un don d’observation sans égal qui deviendra l’archétype du armchair detective.

Au début, François Bégaudeau, 1018 : Au commencement était la grossesse, le ventre rond, empli de vie, gros de promesses. Mais aussi d’appréhensions, de réflexions, de souvenirs… Car l’attente de l’heureux événement engendre une foule de sentiments et de mouvements contradictoires et c’est pour les futurs parents l’occasion, souvent, de faire le point sur leur propre existence.
Avec Au début François Bégaudeau nous entraîne dans l’infini mystère de la gestation et signe un magnifique recueil de récits pleins de suspense, d’humour et d’amour sur la maternité.

Miss Silver entre en scène, Patricia Wentworth, 1018 : Après de nombreuses années, James Lessiter retourne sur le domaine de Lenton pour exiger qu’on lui rende les terres familiales. C’est sans compter que sa venue en dérange plus d’un. Aussi, quand il est retrouvé sans vie, battu à mort à l’aide d’un tisonnier, Miss Silver, en visite chez un ami des environs, a plus de suspects qu’il n’en faut pour boucler son enquête.

Le baiser, peut-être, Belinda Cannone, 1018 : Geste universel, gage d’amour ou de reconnaissance, le baiser exprime autant qu’il suscite. En le mettant à l’honneur d’un dialogue à trois voix qui évoquent souvenirs, rituels et philosophie, Belinda Cannone fait se rejoindre les émotions et les sens, explorant avec subtilité les facettes d’une des plus belles manifestations de l’humanité.

The lying game, tome 6, Sara Shepard, Fleuve éditions : Emma va enfin découvrir qui a tué sa soeur jumelle Sutton. Le corps de cette dernière a été retrouvé… La police pense d’abord qu’il s’agit d’Emma. Celle-ci doit alors trouver le meurtrier au plus vite ou elle sera la première suspecte. Mais l’assassin va tout faire pour s’assurer qu’elle ne pourra rien révéler. Tension et suspense garantis pour ce grand finale !

Richard Cœur de Lion, Mireille Calmel, Pocket : Le 6 juillet 1189, Henri II Plantagenêt, roi d’Angleterre, s’éteint en son château de Chinon. Aliénor d’Aquitaine est enfin libre et Richard, son cher fils, reconnu héritier légitime de la couronne. Pour asseoir son pouvoir et triompher des complots, il aura besoin de toute l’habileté politique de sa mère.
Car l’esprit chevaleresque de celui que l’on appelle Coeur de Lion se tourne déjà vers l’Orient, et Jérusalem prise par le sultan Saladin. Pour le soutenir dans sa croisade, il porte les trois épées légendaires : Excalibur, Marmiadoise et Durandal. Mais leur puissance est convoitée…

Francesca : empoisonneuse à la cour des Borgia, Sara Poole, Pocket : Rome, fin du XVe siècle. Bien plus qu’un art, l’empoisonnement est un véritable métier à la cour des Borgia. Et c’est celui de Francesca, comme de son père avant elle, jusqu’à ce qu’il meure dans la rue, roué de coups. Déterminée à venger son assassinat, la jeune femme prend la charge d’empoisonneuse au service du cardinal Rodrigo Borgia.
Désormais au coeur des intrigues d’une des familles les plus puissantes de Rome, Francesca devient la confidente de Lucrèce Borgia et l’amante de César. Mais surtout, sa vendetta fait d’elle la pièce maîtresse d’une partie d’échecs immémoriale, dont l’issue pourrait replonger l’Europe dans l’obscurantisme…

Les saisons et les jours, Caroline Miller, Pocket 

Une année à Venise, Lauren Elkin, Pocket : Venise, cité sinueuse, est un labyrinthe imprévisible.
Et Catherine Parrish, jeune New-Yorkaise angoissée par son mariage imminent, entend bien s’y perdre. Au prétexte d’une thèse en histoire de l’art, la voilà débarquée dans la Sérénissime, goûtant chaque ruelle, chaque canal, chaque campo reculé avec émerveillement. La découverte d’une synagogue secrète et oubliée, ainsi que la rencontre de Marco, gondolier tourmenté, vont l’initier aux arcanes de la ville jaillie de la mer, la forçant à sortir des sentiers touristiques et rebattus.
Ainsi que des routes trop balisées de sa propre existence…

La danse des ombres, Yelena Black, PKJ : Vanessa vient d’être admise à la prestigieuse académie du New York Ballet… après sa soeur, brillante élève, disparue il y a trois ans. Un drame qui hante chaque instant, chaque pensée, chaque geste de Vanessa. Entre deux répétitions acharnées de l’Oiseau de Feu, la jeune ballerine n’a plus qu’une idée en tête : se lancer sur les traces de Margaret. Au risque de se perdre elle-même en chemin…

Une certaine idée du bonheur, Rachel Kadish, Pocket : Seule, en pyjama, sur son canapé, Tracy lit, Tracy écoute.
Jeune universitaire new-yorkaise, elle lit des chefs-d’oeuvre pour prouver que non, le bonheur n’est pas fade et sans intérêt, comme voudraient le faire croire la plupart des grands écrivains.
Bonne amie, elle écoute Yolanda et les autres lui confier leurs peines de cœur dues à des hommes de 15 ans de plus, 15 cm de moins, sans cheveux mais pourvus d’une épouse – preuve pour elle que non, une femme de 30 ans ne doit pas se caser à tout prix.
Jusqu’à sa rencontre avec George… qui va la forcer à quitter son poste douillet d’observatrice.

L’enfant de Calabre, Catherine Locandro, Pocket : Lorsqu’elle pousse la porte de l’agence de détectives privés Azur Enquêtes, Frédérique a en main une photo. Celle de son père, ancien combattant d’Indochine. Il y figure en compagnie d’une inconnue. À Nice, ville de son enfance, elle espère retrouver la trace de cette femme blonde au teint pâle et au sourire timide. Mais, à trente-neuf ans, ce qu’elle souhaite bien plus encore c’est découvrir qui était ce légionnaire secret. Quitte à reconstruire son roman familial. Dans un labyrinthe de souvenirs, Frédérique convoque ses aïeux et entrecroise trois générations marquées par la douleur et l’injustice.

 Avis de recherches, Beth Gutcheon, BelfondUn enfant disparaît sans laisser de traces. Pour sa mère, le plus terrible commence : l’attente… Bouleversant, haletant, un roman puissant qui nous plonge dans la tête d’une mère confrontée à la plus douloureuse, la plus insupportable des injustices.
Inspiré de faits réels, un roman culte aux États-Unis, à redécouvrir. Bouleversante, haletante, l’histoire d’une mère confrontée à la plus douloureuse, la plus insupportable des injustices.
Comme chaque matin, Susan embrasse Alex, son fils de sept ans, avant de le regarder tourner à l’angle de la rue pour rejoindre son école.
Mais ce jour-là, Alex n’arrivera jamais en classe.
Fugue ? Accident ? Kidnapping ? Un enfant peut-il se volatiliser sans laisser de traces ? Quelqu’un doit bien savoir quelque chose…
Mais vers qui se tourner lorsque aucune rançon n’est réclamée ? Comment ne pas baisser les bras quand chaque piste est une nouvelle impasse ? Quand les médias se lassent et quand la police s’apprête à classer l’affaire ?
Alors que famille et amis retournent peu à peu à une vie normale, Susan, elle, s’obstine à penser qu’Alex est vivant, quelque part.
Accrochée de toutes ses forces à cet espoir infime, la jeune femme va mener sa propre enquête. Au risque de se perdre complètement…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s