Divergente

LE gros coup de cœur de ces derniers temps !

Depuis Hunger Games et L’Épreuve, j’étais un peu en manque de bonne dystopie. Une vraie de vraie, avec des héros qui ont leurs faiblesses, avec un monde créé de toutes pièces, avec autre chose que le triangle amoureux, avec des gentils et des méchants et des entre-deux et des qu’on sait pas trop (je suis tellement enthousiaste que j’en oublie mes bonnes manières en langue française), avec des personnages qu’on aime qui se font tuer et des qu’on aime pas qui vivent jusqu’à la dernière page !

Et là… et bien je suis tombée amoureuse. Le premier tome est excellent, le second manque un peu de souffle, mais plein de choses se mettent en place pour préparer le troisième tome dont le final est inattendu (la maison a résonné de « Non mais c’est pas vrai ! Non mais ça va pas ! Non mais c’est pas possible ! »).

Bref, après ma crise d’adolescente attardée, je peux vous parler un peu de l’histoire (mais bon, si vous avez compris que cette trilogie m’a plu, c’est le principal !).

La ville est divisée en cinq factions : les Érudits, qui sont la tête pensante, les Fraternels, qui aident au bon déroulement de la vie dans la ville, les Sincères, qui ont plutôt les fonctions judiciaires, les Audacieux, les casse-cous de service qui protègent la cité, et les Altruistes, dont le dévouement total va jusqu’à supprimer les miroirs dans leurs maisons…

Béatrice et son frère Caleb sont nés chez les Altruistes. À 16 ans, une cérémonie leur permet de choisir la faction dans laquelle ils s’épanouiront. Si la plupart des jeunes choisissent la faction de leurs parents, certains, présentant des dispositions différentes, préfèrent changer, et sont dès lors considérés plus ou moins comme des traîtres par leur faction d’origine. La veille du Choix, des tests leur permettent d’évaluer leurs compétences et ainsi de savoir pour quelle faction ils sont faits. Mais lorsque Béatrice se retrouve avec trois factions au choix (Érudit, Altruiste et Audacieux), son monde s’effondre : elle est Divergente. Et alors que son frère Caleb décide de choisir les Érudits, elle penche pour les Audacieux. Dans sa nouvelle faction, elle décide de prendre comme nom Tris. Elle n’est plus l’Altruiste complètement effacée. Mais la concurrence est rude chez les Audacieux, et ce n’est pas Quatre, son instructeur, qui va l’aider. Enfin ça, c’est ce qu’elle croit…

Bon, on ne va pas y aller par quatre chemins : c’est génial. J’ai avalé les trois tomes en quelques jours, mon temps de sommeil a pas mal diminué (autant vous le dire de suite, quatre heures, ce n’est pas assez !), j’ai même réussi à arriver en retard au travail parce que je lisais ! (Je n’ai pas raté ma station de métro, mais on n’était pas loin !)

Bref, allez-y !

Un seul bémol : mais pourquoi est-ce que les couvertures ne sont pas assorties ??

Divergente, Veronica Roth, Nathan

Ete Mucha_TWBB

One thought on “Divergente

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.