Mini-critiques 8

Bienvenue dans ce huitième post de mini-critiques. Les premiers sont disponibles ici.

 

books_montage

Les livres que j’ai vraiment voulu mettre en avant ont droit à un post complet disponible à partir de l’onglet « Livres » (n’hésitez pas à aller consulter la liste des critiques).

Pourquoi les clés jouent-elles à cache-cache avec nous, Marion Hirsinger et Cathy Karsenty, First, 2013

9782754055901FSLa vie est une somme d’énigmes… Mais les réponses classiques sont souvent décevantes.
La solution : une réponse pleine d’humour à chaque interrogation.
Pourquoi les médecins ont-ils une écriture de cochon ?
Pourquoi les architectes sont-ils toujours habillés en noir ?
Pourquoi parle-t-on plus fort à un malvoyant ?
Pourquoi baisser la tête quand on passe sous un pont en voiture ?
Des questions simples, tordues, quotidiennes ou extra-terrestres et des réponses toujours farfelues…

***

Joli petit livre illustré qui fait  sourire (avouez, vous aussi baissez la tête en passant sous un pont en voiture !!), mais soyons franc, ça n’est pas le livre du siècle. Les cinquante énigmes sont quand même bien trouvées.

Catégories : humour, illustré

***

La nuit des temps, René Barjavel, Pocket, 2012

La nuit des tempsL’Antarctique. À la tête d’une mission scientifique française, le professeur Simon fore la glace depuis ce qui semble une éternité. Dans le grand désert blanc, il n’y a rien, juste le froid le vent, le silence. 
Jusqu’à ce son, très faible. À plus de 900 mètres sous la glace, quelque chose appelle. Dans l’euphorie générale, une expédition vers le centre de la Terre se met en place. 
Un roman universel devenu un classique de la littérature mêlant aventure, histoire d’amour et chronique scientifique.

***

J’aurais adoré aimer ce livre. L’histoire d’amour sublime entre Eléa et Païkan. Et cela aurait sans doute été le cas si je l’avais lu dès sa parution (en 1968, soit bien des années avant ma naissance !) ou plus jeune, à l’époque des premiers émois amoureux. Je reconnais que le côté sciences-fiction a du paraître extrêmement novateur à l’époque. Mais moi, après des lectures très modernes comme Hunger Games, je n’y ai vu qu’un décor de carton-pâte avec des grosses ficelles narratives. Je regrette vraiment d’être passée à côté de cette lecture.

Catégories : littérature française, best-seller, histoire d’amour

***

Les femmes de Brewster Place, Gloria Naylor, Belfond, 2013

Brewster placeMattie, Etta Mae, Kiswana et les autres, sept Afro-Américaines au parcours sinueux, échouées à Brewster Place. Des peines, des joies, des drames et un espoir farouche qui unit ces femmes : faire tomber le mur qui les emprisonne et libérer leurs rêves… Publié chez Belfond en 1987, un roman plein de fougue, de colère et d’amour, récompensé par le prestigieux National Book Award 1983.
« Vibrant d’émotions brutes, le roman de Gloria Naylor s’enracine dans la plus pure tradition du blues. Comme lui, Les Femmes de Brewster Place chantent la tristesse et les déboires des femmes noires aux États-Unis, mais aussi leur immense fierté. » The Washington Post 
Récompensé par le très prestigieux National Book Award du meilleur premier roman en 1983, un des classiques de la littérature noire américaine contemporaine, qui a valu à Gloria Naylor d’être comparée à Toni Morrison et Alice Walker.

Une œuvre polyphonique, tendre et pleine d’humour, hommage poignant à ces femmes du ghetto pour qui vivre c’est résister à la misère, à la violence et à l’intolérance. 
Les Femmes de Brewster Place ont été adaptées pour la télévision en 1989, dans une production signée par Oprah Winfrey. La série a marqué des générations de spectateurs et demeure l’un des programmes récurrents de la chaîne ABC.

***

Des histoires souvent dures, un écriture incisive qui ne laisse pas indemne. On ressort de cette lecture gêné, mal à l’aise. Et en même temps, on ressent l’amour de l’auteur pour ces femmes battues par la vie. Un livre qu’on n’oublie pas de sitôt.

Catégories : littérature américaine, femmes

***

Once upon a time : Renaissance, Odette Beane, Michel Lafon, 2012

Once

Il existe une ville dans le Maine où tous les personnages des contes de notre enfance sont piégés entre deux mondes. Ils sont sous l’emprise d’une terrible malédiction lancée par la Méchante Reine. Un enfant connaît les secrets de ce sortilège : Henry. Pour lui, seule Emma, sa mère biologique qui l’a abandonné à sa naissance, peut les libérer.  

Lorsque Henry la retrouve et lui annonce qu’elle est la fille de Blanche Neige et du Prince Charmant, Emma est sous le choc. Elle ne veut pas de lien avec ce fils qu’elle n’a pas désiré, pourtant Henry semble avoir sérieusement besoin d’aide… Inquiète, elle décide alors de le ramener chez lui à Storybrook, où elle rencontre des gens étranges. Surtout Regina, la mère adoptive d’Henry. Emma comprend vite qu’il règne là-bas une atmosphère trop bizarre pour être vraiment réelle.

***

Mais quelle daube ! Je ne sais pas si la série est aussi nulle, mais là je n’ai qu’un conseil : ne perdez pas de temps avec ça ! C’est creux, c’est mal écrit, c’est sans intérêt… Bon, je m’arrête là !

Catégories : novélisation, fantastique

***

Dans la maison de l’autre, Rhidian Brook, Fleuve éditions, 2013

9782265094574Hambourg, 1946

La ville est en ruines et la nation brisée. Si la guerre est terminée, la vie, elle, peine à reprendre ses droits. Des ombres fantomatiques errent parmi les décombres à la recherche de nourriture, d’un proche, d’un espoir.
Lewis Morgan, colonel de l’armée britannique, est chargé de superviser les opérations de reconstruction du territoire et de dénazification de la population. Il s’installe dans une somptueuse villa réquisitionnée à son intention avec son épouse et leur dernier fils encore en vie.
Touché par leur situation, le colonel propose aux propriétaires des lieux, un architecte allemand éploré par la mort de sa femme et sa fille adolescente, de rester. Les deux familles partagent alors le même toit, se croisent, se frôlent, mais comment supporter pareille situation quand une haine viscérale continue d’opposer les deux peuples ? Dans cette ambiance oppressante, inimitiés et hostilités vont laisser place à des sentiments plus dangereux encore…
« Magnifique et émouvant, le roman de Rhidian Brook invite à réfléchir sur l’intégrité morale, la culpabilité et le pardon. D’une prose sincère jaillit le parcours d’êtres repentants tournant le dos aux ténèbres. » (The Independent)

***

Les romans parlant de l’après-guerre en Allemagne sont plutôt rares, notamment sur cette période de reconstruction où vainqueurs et vaincus ont partagé leur vie quotidienne. On se rend compte que la guerre ne finit pas le jour de l’armistice, et que les idées reçues ont la vie dure : les Allemands sont tous des méchants, les Anglais tous des gentils. Ce livre a l’intelligence de montrer qu’il n’y a pas de manichéisme dans la vraie vie. Une leçon de vie.

Catégories : littérature anglaise, roman, guerre

*** 

Sœurs sorcières, livre 1, Jessica Spotswood, Nathan, 2013

soeurs-sorcieresFilles, sœurs et sorcières.
Trois raisons de mourir.
Cate, Maura et Tess vivent dans une Nouvelle-Angleterre imaginaire du début du XXe siècle. À 17 ans, les femmes doivent normalement choisir entre se marier et rejoindre les ordres. Mais en plus d’être femmes, elles sont sorcières. Si quelqu’un le découvre, les Frères les enverront à l’asile ou les feront disparaître, comme toutes les autres. Depuis la mort de leur mère, Cate vit dans la peur, avec la mission de protéger ses sœurs. Mais ses 17 ans approchent et tout s’accélère : son ami d’enfance la demande en mariage, alors qu’un autre jeune homme fait chavirer son cœur. Et bientôt, Cate doit se rendre à l’évidence : malgré tous ses efforts, le danger se referme sur elle et ses sœurs comme un étau…

***

Un joli titre Young Adult proposé par Nathan ! Pour une fois, l’action ne se déroule pas dans un futur plus ou moins proche mais dans le passé, à la fin du XIXe siècle, avec tous les codes sociaux que cela implique (ne pas se marier en-dessous de sa condition, etc.), dans lesquels se retrouvent imbriqués les inventions de l’auteur : le pays est dirigé par le terrible ordre des Frères. Prophéties et sorcellerie se mêlent dans un contexte de lutte entre hommes et femmes notamment. Les trois sœurs, Cate l’aîné, Maura la seconde et la petite Tess, doivent se battre pour leur survie. Un premier tome alléchant qui donne envie de découvrir la suite !

Catégories : série, young adult, littérature américaine.

***

Les anges s’en mêlent, Debbie Macomber, Charleston, 2013

Les_Anges_s_en_m_lent_largeLucie Ferrara et Aren Fairchild se rencontrent après s’être rentrés dedans – apparemment par accident (du moins, c’est ce qu’ils croient) – à Times Square le soir du réveillon du Nouvel An. Le coup de foudre est immédiat. Mais, aussi vite qu’ils ont été réunis, un autre coup du sort les sépare, laissant Lucie et Aren sans moyen de reprendre contact.
Un an plus tard, Lucie est le chef d’un nouveau restaurant au succès retentissant et Aren travaille pour un grand quotidien de la ville. Malgré tous les mois qui ont passé, ils n’ont jamais oublié cette belle soirée – et Shirley, Goodness, Mercy et Will, leurs anges gardiens, non plus. Pour aider le jeune couple à se retrouver, ils vont cuisiner un projet fou : mélanger un grand amour, une seconde chance et une bonne pincée d’espièglerie afin de créer un miracle de Noël que vous n’oublierez pas de sitôt.***Autant j’adore ce que font les éditions Charleston, autant là j’ai été déçue. On est sur une romance toute légère, parfaite pour les fêtes, mais là c’est trop fleur bleue et gnangnan pour moi. Les anges sont plutôt sympas et sont des gros boulets, il faut bien le dire, et c’est dommage que le côté humour ne soit pas plus développé que ça.

Catégories : littérature américaine, romance, Noël

***

Persuasion, Jane Austen, 1018, 1996

persuasionDepuis quand une jeune fille a-t-elle besoin qu’on lui dicte sa conduite ? Si elle s’est laissé persuader trop jeune de rompre ses fiançailles, Anne Eliott n’est plus dupe. Et lorsque son ancien amant réapparaît, auréolé de gloire, l’heure n’est pas à l’indécision. Pour Anne, il est temps de faire fi des convenances et de la vanité de son entourage !
« À lire yeux baissés et genoux serrés pour goûter en secret le délicieux plaisir de la transgression des interdits. » Anne Barbe, Libération

***

Encore une fois, Jane Austen nous entraîne dans l’histoire d’une jeune femme au fort caractère ! Anne ressemble un peu à Elizabeth d’Orgueil et préjugés, ou encore à Catherine de Northanger Abbey. La famille de la jeune femme est encore une fois prétexte pour décrire les relations humaines et les traits de caractère. Un joli titre.

Catégories : littérature anglaise, classique, Jane Austen

***

La trilogie de braises et de ronces, Rae Carson, Robert Laffont, 2012-2014

Au cœur de son royaume, comme au royaume de son cœur, le chaos menace…
La nouvelle perle de l’heroic fantasy pour ados et jeunes adultes.
Le Destin l’a choisie, elle est l’Élue, qu’elle le veuille ou non.
Princesse d’Orovalle, Elisa est l’unique gardienne de la Pierre Sacrée. Bien qu’elle porte le joyau à son nombril, signe qu’elle a été choisie pour une destinée hors normes, Elisa a déçu les attentes de son peuple, qui ne voit en elle qu’une jeune fille paresseuse, inutile et enveloppée…
Le jour de ses seize ans, son père la marie à un souverain de vingt ans son aîné. Elisa commence alors une nouvelle existence loin des siens, dans un royaume de dunes menacé par un ennemi sanguinaire prêt à tout pour s’emparer de sa Pierre Sacrée.
Délaissée, humiliée, la princesse devra s’affirmer au milieu des intrigues de la cour, du grondement d’une guerre inévitable et des mirages de l’amour.
Il lui faudra puiser en elle le courage nécessaire à sa survie et à celle de son peuple. Accepter enfin d’être l’Élue de son propre destin…

***

Une jolie trilogie (plus une nouvelle inédite disponible en numérique) finie, qui met en scène une jeune fille rondelette un peu perdue, dont la particularité est d’avoir une Pierre Sacrée dans le nombril. C’est une série qui tient bien la route, avec des personnages loin d’être stéréotypés, des gentils qui trahissent, des méchants qui se révèlent moins méchants que prévus, même si de temps en temps l’intrigue semble un peu naïve (les batailles pour atteindre le pouvoir sont un peu trop simples notamment dans le second tome).

Catégories : trilogie, young adult, heroic fantasy

***


en-attendant-la-montee-des-eaux-190x300
En attendant la montée des eaux, Maryse Condé, JC Lattès, 2010

Babakar est médecin. Il vit seul avec ses souvenirs d’une enfance africaine, d’une mère aux yeux bleus qui vient le visiter en songe, d’un ancien amour, Azelia, disparue elle aussi, et autres rêves de jeunesse d’avant son exil en Guadeloupe, berceau de sa famille. Mais le hasard ou la providence place une enfant sur sa route et l’oblige à renoncer à sa solitude, à ses fantômes. 
La petite Anaïs n’a que lui. Sa mère, une réfugiée haïtienne, est morte en la mettant au monde, lui léguant sa fuite et sa misère. Babakar veut lui offrir un autre avenir. Ils s’envolent pour Haïti, cette île martyrisée par la violence, les gouvernements corrompus, les bandes rebelles, mais si belle, si envoûtante. Babakar recherche la famille d’Anaïs, une tante, un oncle, des grands-parents peut-être, qui pourraient lui raconter son histoire. Mais Babakar ne rencontre personne et ne peut compter que sur lui et sur ses deux amis Movar et Fouad. Des hommes qui lui ressemblent, exilés, solitaires, à la recherche d’eux-mêmes et qui trouvent à Haïti des réponses à leur quête, un lieu de paix au milieu des décombres.

***

Une belle écriture que celle de Maryse Condé, très colorée ; de la poésie à toutes les pages. C’est un joli livre, même s’il ne m’a pas entièrement convaincue, je ne saurais pas dire pourquoi. Je pense qu’il trouvera néanmoins son public.

Catégories : littérature française, roman, caraïbes

3 thoughts on “Mini-critiques 8

  1. J’ai emprunté Dans la maison de l’autre à la bibliothèque (The Aftermath en anglais), mais je crois que je ne suis pas encore prête à le lire. Néanmoins, de voir ton avis positif m’encourage à le ré-emprunter à une autre occasion ! Quant à Persuasion, c’est un très beau roman, en effet, qui nécessiterait une relecture ! :).

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.