Parutions de la semaine – 14/04/2014

Chaque dimanche, je vais faire un point sur les sorties de la semaine qui m’intéressent, en m’aidant du Livres Hebdo si j’arrive à l’avoir à temps ou en allant sur les sites des éditeurs que je suis. La wish-list augmente encore !

Frisson, Maggie Stiefvater, Le Livre de poche : Grace, 17 ans, vit dans une petite ville du Minnesota, aux abords d’une forêt. Attaquée par une horde de loups six ans auparavant, elle a survécu grâce à l’un des loups de la meute. Les années ont passé, et un lien mystérieux s’est créé entre la jeune fille et ce loup, souvent présent autour de la maison, comme pour veiller sur elle. Lorsqu’un élève de son lycée est mortellement attaqué, des chasseurs sont lancés. Le loup de Grace est touché. Peu de temps après, elle trouve sur le pas de sa porte un jeune homme au regard étrangement familier… Premier volet d’une trilogie, Frisson est l’histoire émouvante d’un amour hors norme.

Il était une rivière, Bonnie Jo Campbell, Le Livre de poche : Une petite cité ouvrière du Michigan, dans les années 1970. Margo Crane y a vécu toute son enfance. Elle aime plus que tout nager dans la Stark, y naviguer, et elle sait aussi manier le fusil comme personne. Elle a seize ans lorsque son père, victime d’un voisinage familial nourri de haine et de violence, est tué. Margo décide alors de remonter la rivière à la recherche de sa mère, qui les avait quittés deux ans auparavant. Au fil de la rivière, son errance va se muer en voyage initiatique, au sein d’une nature parfois violente. Façonnée par de nouvelles rencontres et par l’éclosion des sentiments amoureux, la jeune fille sauvage et obstinée se transforme, se construit, et doit décider du prix à payer pour rester libre et trouver la paix intérieure.
C’est un hymne à la liberté, une pastorale américaine. Éric Neuhof, Le Figaro littéraire.

Confessions d’un gang de filles, Joyce Carol Oates, Le Livre de poche : Un quartier populaire d’une petite ville ouvrière de l’État de New York dans les années 1950. Cinq lycéennes – Maddy, la narratrice, Goldie, Lana, Rita et Legs –, pour survivre et se venger des humiliations qu’elles ont subies, concluent un pacte, à la vie, à la mort : elles seront le gang Foxfire. La haine, surtout celle des hommes, va les entraîner dans une impitoyable équipée sauvage. Dans une langue crue, précise et concrète, Joyce Carol Oates dépeint la « fureur de vivre » des cinq inséparables et leurs accès de générosité envers d’autres déshérités. Comme toujours chez l’auteur de Blonde, le Mal est d’autant plus vraisemblable qu’il nous ressemble…

L’inconnue de Blackheath, Anne Perry, 1018 : En 1897, alors que la Grande-Bretagne est lancée dans une course à l’armement, l’inspecteur Pitt doit trouver celui qui a sauvagement tué puis défiguré une jeune femme ressemblant fort à la servante du haut fonctionnaire Dudley Kynaston. Derrière ce meurtre sanglant, chercherait-on à atteindre cet expert du gouvernement détenteur de nombreux secrets sur la stratégie navale britannique ? Tandis que d’autres meurtres surviennent, Pitt aura besoin de tout le secours de Charlotte et de sa sœur Emily, dont le mari vient d’obtenir un siège de député au Parlement.

La mort dans une boule de cristal, Alan Bradley, 1018 : En accueillant une vieille diseuse de bonne aventure sur les terres de Buckshaw, Flavia ignore qu’elle vient de mettre le pied dans une toute nouvelle aventure. En quelques jours, la gitane échappe de peu à une tentative de meurtre, un jeune vaurien est retrouvé pendu à une fontaine non loin du manoir, et on déterre le corps d’un enfant disparu des années plus tôt.
Pour faire la lumière sur cette affaire sans queue ni tête, Flavia va devoir recourir à sa science des poisons et à son sens de la débrouille, car M. de Luce et les inspecteurs de police sont bien décidés à ne pas la laisser faire. Qui a agressé la gitane ? Quel est ce groupe étrange appelé les Hobblers ? Brookie Harewood est-il un faussaire ? Et d’ailleurs, d’ou vient cette horrible odeur de poisson ?

La femme qui décida de passer une année au lit, Sue Townsend, 1018 : Depuis dix-sept ans, Eva voit sa vie lui échapper dans son quotidien effréné de mère et de ménagère. Jusqu’au jour ou elle se met au lit… et décide d’y rester ! Mais la rumeur se répand et bientôt une foule d’admirateurs se presse à son chevet. Burn-out ou grève féministe, Eva trouvera-t-elle, dans ce geste inouï, un sens à sa vie ? La papesse de la comédie satirique britishépingle les absurdités de la vie moderne dans une fable, aussi sombre que follement drôle.

Les délices de Turquie, Jan Wolkers, 1018 : Au cœur des sixties, Amsterdam abrite la passion torride d’un sculpteur pour la belle Olga, à la rousseur incendiaire. C’est le temps de l’amour fou, de la bohème et de l’exultation des corps. Jusqu’à la fêlure. Un chef-d’oeuvre culte, provocateur et bouillant de la littérature hollandaise, ou résonne toute la puissance d’un couple intemporel.
« En quelques mots : long vertige des sens, démonstration de virilité et de machisme, fougue qui enflamme style, héros et lecteurs. » Marine de Tilly, Le Point

Crime d’honneur, Elif Shafak, 1018 : Jeune immigrée kurde, Esma porte une histoire familiale entachée de sang. Décidée à comprendre, elle retrace sur trois générations le lourd destin qui la lie à ses ancêtres ; des rives de l’Euphrate à l’Angleterre, quand l’émancipation et la quête de liberté se heurtent aux traditions, Esma démêle lentement les fils de l’amour et de la haine…
« Un magnifique bijou, un livre somptueux. » The Times 

La fête de l’ours, Jordi Soler, 1018 : Après la guerre, tout le monde le croyait mort. Mais lorsqu’une inconnue livre à Jordi Soler une mystérieuse lettre, elle met à jour la véritable existence de son grand-oncle Oriol : une longue vie à Argelès-sur-Mer, bien loin de la légende et de l’étoffe du héros. Une part de l’histoire familiale qu’il est maintenant temps de tirer de l’ombre…
« Une œuvre sauvage, un sombre conte de fées. Virtuose et bouleversant, Soler entremêle les genres littéraires, glissant de l’épopée au thriller, de l’aventure intime à la magie. » Christine Ferniot, Télérama

La Ballade de Baby, Heather O’Neill, 1018 : Baby est une môme qui traîne à Montréal avec son père Jules, junky immature et imprudent. A chaque rechute, ils déménagent et explorent les coins les plus sombres et hostiles de la ville. Entre-temps, dans son propre univers, Baby essaie de se réinventer son enfance ratée. Mais garder son innocence peut être plus dur que ce qu’il paraît… La Ballade de Baby est une méditation sensible sur le royaume de l’imagination, le pouvoir de l’esprit et l’espoir que chacun porte en soi.
« Le premier roman d’Heather O’Neill est un livre superbe ou le royaume de l’imagination fait d’une vie cabossée quelque chose de magique. » The Globe and Mail

La guerre des duchesses t. 2, Juliette Benzoni, Pocket : Après avoir découvert son château pillé et dévasté par les troupes du Grand Condé, qu’elle aime depuis toujours, Isabelle, duchesse de Châtillon, est déterminée à obtenir réparation. Mais elle ne résistera pas longtemps aux sentiments qu’il lui avoue. Ce pourrait être le bonheur. Ce sera la fin d’une paix relative pour Isabelle.
La Fronde du Parlement et des Parisiens se termine, celle des Princes commence. Moins pour chasser Mazarin que pour s’emparer du pouvoir avant que le jeune Louis XIV ne l’assume. Un incessant et épuisant combat débute alors pour Isabelle qui n’aura de cesse de soutenir et défendre l’amour de son enfance…

Un trèfle à quatre Plum/Qui a peur du grand méchant loup ? Janet Evanovitch, PocketUn trèfle à quatre Plum : Stéphanie Plum a une façon bien à elle d’attirer le danger, la malchance… et les hommes mystérieux. Et personne n’est plus mystérieux que Diesel. Le bel éphèbe, qui est sans pareil pour traquer les hommes et satisfaire les femmes, est de retour et cherche un homme se prenant pour un lutin, qui a perdu un gros sac d’argent. Le problème, c’est que l’argent n’est pas exactement perdu. Grand-mère Mazur l’a trouvé et, comme tout bon citoyen du Jersey, a acheté un camping-car et s’est mise en route vers Altantic City pour dévaliser les machines à sous. Avec Lula et Connie, Stephanie part à sa poursuite et se retrouve dans une histoire hallucinante impliquant un sac d’argent triplement volé et un cheval de course. 

Qui a peur du grand méchant Lou ? : Stéphanie est sur la piste d’un nouveau criminel : Martin Munch, génie petit et maigrichon de 24 ans. Mais Munch est allié à Wulf Grimoire, un tueur sans pitié qui s’évapore dans la nature après ses méfaits. Si Wulf cherche à dominer le monde, Martin Munch, lui, se satisferait bien d’une femme nue attachée à un arbre… Avec l’aide de Diesel, Stéphanie se trouve embarquée dans une forêt hantée par le diable du New Jersey et des … singes, pour une aventure pleine de sable dans les sous-vêtements et d’expériences capillaires.

La fille du loup, Barbara Wood, Pocket : 54 après J.-C., sous le règne de Néron. Ulrika, élevée uniquement par sa mère, apprend, au cours d’un rêve prémonitoire ou lui apparaît un loup, que son père est toujours en vie. Wulf est même le chef de la rébellion germaine contre l’Empire romain. Une révolte menacée par les armées du commandant Vatinius. Avec l’aide de Sebastianus Gallus, un marchand romain, Ulrika entreprend un long voyage en terres barbares pour avertir ce parent qui ignore son existence du danger qu’il encourt…
Une quête spirituelle et personnelle aux répercussions inattendues.

Décroche-moi la lune, Sarah Dessen, PKJ : Emaline a le petit ami idéal. Luke est beau, gentil et drôle, et ils se connaissent depuis toujours. Mais l’été qui précède l’entrée à l’université, Théo arrive en ville. Ambitieux, cool, New-Yorkais, sa présence chamboule le coeur d’Emaline… Surtout que Théo et le père de la jeune fille lui conseillent de partir étudier dans une université prestigieuse. Face à toutes ces promesses d’avenir, Emaline parviendra-t-elle à faire le bon choix ?

L’embellieAudur Ava Ólafsdóttir, Points Seuil : Son mari l’a quittée avec le matelas et le sommier. Pour ne rien arranger, sa meilleure amie, enceinte, lui confie son fils de quatre ans, étrange petit bonhomme presque sourd. Cette semaine-là, cette femme libre gagne également deux fois à la loterie ! Une seule solution : partir. Prendre des vacances d’été en hiver avec le petit Tumi, à la découverte des landes sauvages de l’Islande.

Dominion, C. J. Sansom, BelfondEt si les nazis avait conquis l’Angleterre ? Et si la Seconde Guerre mondiale avait pris fin en 1940 ? Soudain, l’Histoire prend un tout autre tournant… Dans la lignée d’Un hiver à Madrid, une oeuvre magistrale, un incroyable travail de reconstitution de l’Angleterre des années 1940/1950, une uchronie de haute volée, brillant pendant britannique du Complot contre l’Amérique de Philip Roth.
Et si Winston Churchill avait été écarté du pouvoir en 1940 ? Et si les nazis avaient alors conquis l’Angleterre ? Entre roman d’espionnage, polar historique et politique-fiction, une oeuvre magistrale où l’auteur imagine le sort d’une Europe qui aurait pactisé avec le diable. Acclamé outre-Manche, un roman captivant, aux troublantes résonances contemporaines.

Hiver 1952. Douze ans que l’Angleterre s’est rangée du côté de Hitler après la prise de Dunkerque. Douze ans que le pays a perdu son indépendance pour devenir un dominion, un satellite de l’axe nazi. Douze ans que les services de la Résistance attendent un signe de Winston Churchill pour embraser le pays.
Parmi eux, David Fitzgerald, fonctionnaire d’origine juive, se voit confier une mission des plus périlleuses : protéger un scientifique porteur d’un secret classé défense. Un secret capable de renverser l’équilibre du monde et que la Gestapo est bien décidée à récupérer avant lui.
Aidé de la mystérieuse Natalia, artiste réfugiée d’Europe de l’Est, et de Ben, fougueux Écossais communiste, David va devoir prendre tous les risques pour tenter d’échapper aux sbires de l’officier Gunther Hoth. Mais est-il encore temps de changer le cours de l’Histoire ?

Les lumières de l’île, Kathleen McCleary, BelfondPour sauver sa famille au bord de l’implosion, Susannah quitte tout pour s’installer avec ses deux enfants sur une petite île dans la baie de Vancouver. Elle y rencontre la charismatique Betty, qui avait suivi la même route cinquante ans plus tôt. Portée par un cadre grandiose et des personnages fascinants, une formidable histoire d’amitié riche en rebondissements, qui nous parle de passion amoureuse, de dévouement maternel, d’espoir et de nouveau départ.
Dans un décor enchanteur, un roman plein de mystère et de charme sur l’amour maternel, la passion amoureuse et la tentation de changer de vie… Mais, surtout, une formidable histoire d’amitié entre deux femmes exceptionnelles.

Un couple qui bat de l’aile, une ado en pleine crise autodestructrice, un petit garçon souffre-douleur à l’école : l’heure est venue pour Susannah de prendre en main la situation. Et pour cela, elle a une solution radicale.
Direction l’îlot de Sounder, perdu au beau milieu de la baie de Vancouver. Une unique épicerie-laverie, quelques habitants, autant de poules, et le grand air : au moins, ici, ses enfants seront préservés du monde.
Depuis sa fenêtre, Betty Pavalak, matriarche de l’île, s’interroge : qu’est-ce qui a pu pousser cette jeune femme à mettre trois mille kilomètres entre elle et son quotidien ? Pourquoi son mari ne l’a-t-il pas accompagnée ? Que fuit-elle vraiment ?
Car personne ne vient jamais par hasard à Sounder. Betty, elle-même, y a déposé de nombreux secrets depuis cinquante ans…
Sur cette terre du bout du monde, Susannah arrivera-t-elle à oublier ses démons ? Trouvera-t-elle dans les lumières de l’île le chemin vers elle-même et vers les siens ?

Avec vue sur l’Arno, E. M. Forster, Robert Laffont 

La douce empoisonneuse, Arto Paasilinna, Folio : Quand un écrivain nordique, adepte de personnages hors normes aux aventures champêtres, d’exclus en lutte pour la reconquête d’une indépendance que les lois corrompent, s’attaque aux personnages des contes qui gavèrent nos rêves d’enfants et toute la littérature qui s’ensuit, on se réjouit. Voilà qu’Arto Paasilinna récupère la sorcière, l’empoisonneuse aux mixtures verdâtres et mortelles, aux chaudrons bouillonnants de mille langues de crapauds et de venins de vipères.
Linnea a traversé l’histoire cahin-caha, au bras d’un colonel qui n’exerça pas toujours ses talents militaires dans le bon camp. L’Histoire jugera. Elle a en tout cas laissé saine et sauve la vieille femme à l’abri d’une maisonnette confortable, se suffisant d’une maigre pension pour vivre ses vieux jours et nourrir son chat. L’attente de la mort n’aurait alors rien d’effrayant si la vieille femme n’était dépossédée d’une partie de ses ressources par un neveu turbulent et cruel qui, nanti de deux compères, vient exercer sur elle un siège que la jeunesse, dans son impunité grossière, rend bête et sadique. Les extrémités n’offrent parfois que le choix de la rébellion. Linnea fuit donc pour la ville, retrouve l’attention chaleureuse de l’un de ses anciens amants, non sans dénoncer à la police locale l’attitude criminelle du funeste trio. Un trio qui, une fois sorti d’affaire, n’a plus qu’une seule obsession : la vengeance.

Un goût de cannelle et d’espoir, Sarah McCoy, Les Escales 

Fever, À fleur de peau t.2, Maya Banks, Milady : Jace, Ash et Gabe sont les meilleurs amis du monde partagent tout – leur entreprise, leur succès… et leurs nombreuses conquêtes. Alors que Gabe a trouvé son équilibre avec Mia, la jeune sœur de Jace, ses deux acolytes poursuivent leurs jeux de libertinage.
Jusqu’au jour où Jace croise la route de Bethany, une mystérieuse jeune femme que la vie n’a pas épargnée. Sans bien comprendre ce qui lui arrive, une évidence s’impose : il n’a envie de partager Bethy avec personne. Jace doit faire preuve d’une patience dont il n’a pas l’habitude. Pour la première fois, il connaît la jalousie, et perd le contrôle de ses émotions.
Comment écarter Ash sans mettre leur amitié en péril ? Et surtout, comment libérer Bethany des démons de son passé ?

Une semaine avec lui, Monica Murphy, MiladyTemporaire. Ce mot résume parfaitement ma vie. J’ai un job temporaire jusqu’à nouvel ordre. Je suis temporairement la mère de mon petit frère. Et je suis la fille temporaire que tous les mecs désirent parce que j’ai la réputation d’être facile.
Depuis que sa mère a déserté le domicile familial, Fable travaille dur pour élever son petit frère. Victime de sa réputation de fille légère, elle enchaîne les aventures sans lendemain. Pour Drew, l’étudiant le plus en vue de la fac, c’est une chance inespérée. Il s’apprête à passer les fêtes de fin d’année dans sa famille au passé tourmenté – une épreuve qu’il ne se sent pas capable d’affronter seul. Si Fable accepte de se faire passer pour sa petite amie pendant une semaine, elle recevra assez d’argent pour se mettre à l’abri du besoin. La jeune femme ne demande pas mieux que d’entrer dans la peau du personnage. Leur petit numéro de couple s’avère étonnamment convaincant : s’agit-il vraiment d’un rôle de composition ? Si seulement cette parenthèse pouvait s’éterniser…

La Plantation, Leila Meacham, Charleston 

Trois filles et leurs mères, Sophie Carquain, Charleston 

One thought on “Parutions de la semaine – 14/04/2014

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.