La longue marche de Martin Luther King

Tout le monde connaît le célèbre discours de Martin Luther King I have a dream. Mais ce que l’on connaît moins, c’est le cadre de ce discours, la grande marche sur Washington pour les droits civiques, et notamment l’organisation de cet événement.

Le discours de King représente en quelque sorte la partie visible de l’iceberg. Mais derrière ce moment mythique, l’implication des organisateurs de la marche pacifique, le réseau d’informations de Los Angeles à New York en passant par l’Alabama pour que plus de 200 000 personnes arrivent sans encombre au Capitole, bref, la mise en place de ce gigantesque mouvement de foule pour faire en sorte que tous soient égaux est brillamment expliquée dans le documentaire La longue marche de Martin Luther King, de John Akomfrah, qui a été diffusé hier soir sur France 3. Les images d’archives sont de très bonne qualité, et le réalisateur a mis l’accent non pas uniquement sur King, mais sur tous ceux qui ont fait cette journée du 28 août 1963 si particulière : les artistes, avec Marlon Brando, John Baez, Sidney Poitier notamment, les hommes politiques, Kennedy en tête bien sûr, et les gens, blancs et noirs, hommes et femmes, venus en masse pour soutenir l’égalité.

Et lorsque Martin Luther King finit son discours, Mahalia Jackson, lui glisse à l’oreille : « Parle-nous de ton rêve… » Et ainsi commence…

I have a dream that one day this nation will rise up and live out the true meaning of its creed: « We hold these truths to be self-evident: that all men are created equal. »

I have a dream that one day on the red hills of Georgia the sons of former slaves and the sons of former slave owners will be able to sit down together at the table of brotherhood.

I have a dream that one day even the state of Mississippi, a state sweltering with the heat of injustice, sweltering with the heat of oppression, will be transformed into an oasis of freedom and justice.

I have a dream that my four little children will one day live in a nation where they will not be judged by the color of their skin but by the content of their character.

I have a dream today.

I have a dream that one day, down in Alabama, with its vicious racists, with its governor having his lips dripping with the words of interposition and nullification; one day right there in Alabama, little black boys and black girls will be able to join hands with little white boys and white girls as sisters and brothers.

L’intégralité du discours de King est disponible ici. Et sur le site des Inrocks, retrouvez les dix chansons qui ont accompagné le mouvement des droits civiques aux États-Unis.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.