Là où commence le secret

Là où commence le secret

Voici tissées à travers le monde cinq vies fragiles d’hommes plus grands que le malheur.

Là où commence le secret nous parle d’amour, de sacrifices, de deuils, mais aussi de la possibilité de réinventer son destin.

Cinq nouvelles, cinq figures masculines. Wu vient de perdre son fils et part faire son deuil. Fergus se déguise en ange pour faire visiter son coin d’Écosse aux touristes. Javier vit dans une maison accrochée à un panneau publicitaire. Nino est un ancien danseur de flamenco aux jambes brisées. Georges déambule dans Paris à la poursuite de son passé.

À seulement 23 ans, Arthur Loustalot nous transporte de Chine en Écosse en passant par La Paz. La plume déliée rend ces trajectoires d’autant plus rudes. Les plus beaux passages ? Ceux qui évoquent le flamenco, la passion entre un homme et une femme que tout a réuni et que tout sépare maintenant.

À lire absolument, l’un des plus beaux textes de 2012.

Extrait de « L’étonnement des corps » :

Carmen avait été la première femme à mettre un pantalon pour danser. Elle réinventait les codes comme elle réécrivait l’histoire de sa liberté, celle de l’affranchissement des femmes, des mouvements de l’envie. Elle était sublime, il aurait dû voir comme Carmen était sublime. Pourtant Nino ne voit qu’elle, Abi, assise en face de lui et reposant sa pinte de bière, développant ses bras dans la discussion avec une fluidité totale, légère et libre, déjà forte.

Les images se dispersent, se transforment et se regroupent, leur défilement s’accélère. Peu à peu, dans la danse, ils font vraiment connaissance. Leurs corps se décalent, se transforment, trouvent les endroits justes où se placer. Les lieux secrets où la main s’arrête, par où le genou passe, où la nuque se courbe. Ces corps s’appellent et se rejettent sans sollicitation. Ils découvrent ensemble des espaces dans la connaissance du désir et de la frustration qu’ils ne soupçonnaient pas. Unis et séparés, ils dépassent leur capacité à contenir. Leur danse est celle de la répression douloureuse, et leur couple fait rapidement sensation.

Là où commence le secret, Arthur Loustalot, JC Lattès, 2012

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.